Evangelion

Tout sur les séries à la TV, en DVD, en Blu-ray ou VOD.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Jack Griffin
Goinfrard
Posts: 12352
Joined: 17 Feb 05, 19:45

Post by Jack Griffin »

Montag wrote:
Max Schreck wrote:N'ayant toujours rien vu, je zappe ton texte, Dr AK-47, mais c'était juste pour dire que depuis le temps, je me consume à petit feu de curiosité. En plus je crois que les DVD français actuels sont perfectibles, donc je ne sais pas trop comment je vais découvrir cette série.

J'imagine qu'il vaut mieux privilégier la VO ?
Si tu es mignon comme tout, je pourrai dire à Vic de te passer mon box si ça t'intéresse...
Je peux aussi te les passer et tu n'auras pas besoin d'être mignon comme tout.
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Post by Max Schreck »

C'est quoi "mon box" ?
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
vic
viking
Posts: 3592
Joined: 26 Apr 03, 18:37
Location: IHTFP

Post by vic »

Max Schreck wrote:C'est quoi "mon box" ?
Un super beau machin avec dedans 5 dvds regroupant tous les épisodes. :D
Image Insane Insomniac Team

Withdrawing in disgust is not the same thing as apathy.

Consistency is the last refuge of the unimaginative. Oscar Wilde

Unité Ogami Ittô.
Montag
Invité
Posts: 3099
Joined: 27 Jan 04, 13:39
Location: on the dancefloor

Post by Montag »

Jack Griffin wrote:Je peux aussi te les passer et tu n'auras pas besoin d'être mignon comme tout.
Toi, tu ferais bien de l'être un peu plus...
User avatar
Jack Griffin
Goinfrard
Posts: 12352
Joined: 17 Feb 05, 19:45

Post by Jack Griffin »

Montag wrote:
Jack Griffin wrote:Je peux aussi te les passer et tu n'auras pas besoin d'être mignon comme tout.
Toi, tu ferais bien de l'être un peu plus...
Tu me fends le coeur Montag :cry:
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Post by Max Schreck »

vic wrote:
Max Schreck wrote:C'est quoi "mon box" ?
Un super beau machin avec dedans 5 dvds regroupant tous les épisodes. :D
okay je prends ! :D
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
Akira
Disciple zen
Posts: 5571
Joined: 9 Oct 03, 23:03
Location: Loin !

Post by Akira »

Alan shore wrote:Concernant, l'édition du dvd zone 2, elle est en effet consternante...
Dynamic ayant perdu les droits, il n'y a plus qu'à espérer qu'un autre éditeur s'y mette et se charge de récupérer les master japonais pour que evangelion puisse enfin être découvert comme il se doit...

Bonne nouvelle vue sur dvdanime.net!
"Infos (Zone 2) - Eva revient !
Dybex nous annonce en France le retour de la série-culte Neon Genesis Evangelion sous la forme de deux éditions.
Nous aurons tout d'abord droit à la réédition de la série originale sous la forme de trois double DVD en VF et VOSTF prévus pour novembre. Ensuite, courant 2006, paraîtra l'édition "Remix", avec image remastérisée, son 5.1 et les épisodes 21 à 24 en version Director's Cut. Des infos supplémentaire et les visuels vous seront présentés dès leur disponibilité."
Du coup, je suis degouté de m'etre empressé à tous me les prendre quand Dynamic avait annoncé les retirer de la vente! :mrgreen:
Boubakar wrote:Pour avoir vu les films, qui résument la série et apportent une nouvelle fin, j'ai été écoeuré de cette série auquel je n'ai trouvé aucun charme et qui montre le début de la fin pour Gainax...
Je suis tout à fait d'accord avec toi sur les films.
Le 1er est ultra epileptique et totalement incomprehensible pour qui ne connait pas la serie (normal un tel nombre d'episodes resumés en 1 seul film :? ) et ne presente pas forcement grand interet à celui qui la connait.
Et le second censé conclure la serie de facon "convenable" pour les fans (qui ont fustigé la fin de la serie) ne reflete à mon avis pas vraiment les ambitions de Anno. (enfin il s'eloigne beaucoup de son epilogue)
Deja reprenant plus de 10mn de la fin du 1er, vehiculant des scenes assez aberrantes (la pire etant Shinji qui se masturbe devant le corps inanimé de Asuka ), tout cela n'est sauvé (le mot est grand) que par une superbe scene qui si mes souvenirs sont bons, montre la fin d'Asuka avec du Bach derriere. Tres reussie mais ça fait peu.
Enfin bref tout ça pour dire qu'il ne faut pas te laisser decourager et decouvrir quand meme la tres bonne serie. :wink:
User avatar
AlexRow
The cRow
Posts: 25590
Joined: 27 Mar 05, 13:21
Location: Granville (50)

Post by AlexRow »

Akira wrote:Ensuite, courant 2006, paraîtra l'édition "Remix", avec image remastérisée, son 5.1 et les épisodes 21 à 24 en version Director's Cut. Des infos supplémentaire et les visuels vous seront présentés dès leur disponibilité."
Je vais m'empresser de racheter la série qui mérite amplement mieux que l'édition standard.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" (Albert Camus)

Mes visionnages
Banane
Doublure lumière
Posts: 328
Joined: 17 Dec 04, 22:07

Re: Evangelion

Post by Banane »

Dr AK-47 wrote:Pour moi la fin d'Evangelion est trés puissante et logique, elle nécessite juste un peu de réflexion. Et autant sur le plan esthétique que philosophique c'est un choc énorme, comparable à celui de la fin de 2001 l'Odyssee de l'Espace.
Moi les références kabalistico-biblico-manuscrits-de-la-morto-machin me laissent totalement de marbre, et à mon avis ce ne sont que de fausses pistes. Par contre, j'ai adoré le côté très expérimental de la fin de la série, une conclusion si simple, si logique devant la prétendue complexité du matériau. L'auteur dit : éteignez vos téléviseurs (comme les Guignols^^) et sortez ! rencontrez des gens ! confrontez-vous à l'Altérité ! Ce cri est si bien amené. Dans ce dernier épisode, qui a l'air si bâclé, en moins de 20 minutes, Anno aborde des questions sur la liberté, notre rapport/notre résonance à Autrui, etc, et de simples dessins de storyboards suffisent. Et ce "bonne chance à tous les enfants du monde" final que fait Shinji, apaisé et souriant, montre bien qu'Anno respectait son public (contrairement à ceux qui se sentis floués et ont hurlé au scandale).

Banane
LucyMuir
Du rhum, des elfes et d'la bière
Posts: 3560
Joined: 5 Apr 05, 19:32
Liste DVD

Re: Evangelion

Post by LucyMuir »

Banane wrote:
Par contre, j'ai adoré le côté très expérimental de la fin de la série, une conclusion si simple, si logique devant la prétendue complexité du matériau. L'auteur dit : éteignez vos téléviseurs (comme les Guignols^^) et sortez ! rencontrez des gens ! confrontez-vous à l'Altérité !
Tout àfait d'accord. C'est également le message d'Abenobashi, une autre production Gainax.
Rien.
Montag
Invité
Posts: 3099
Joined: 27 Jan 04, 13:39
Location: on the dancefloor

Post by Montag »

AlexRow wrote:
Akira wrote:Ensuite, courant 2006, paraîtra l'édition "Remix", avec image remastérisée, son 5.1 et les épisodes 21 à 24 en version Director's Cut. Des infos supplémentaire et les visuels vous seront présentés dès leur disponibilité."
Je vais m'empresser de racheter la série qui mérite amplement mieux que l'édition standard.
J'avoue que ça me fait envie aussi bon mais avec Dynamics, je pense qu'on peut attendre au moins jusqu'en 2008.
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Post by Max Schreck »

Bon, bin voilà, j'ai vu.

J'ai déjà dit ailleurs à quel point j'étais bluffé par le design des Evas, par la façon dont sont dosés action, humour et émotion, par le réalisme des situations proposées. Il me faut également louer la grande qualité du doublage original. L'interprétation particulièrement vivante n'est pas pour rien dans l'impression de verité qui se dégage des personnages (la voix froidement inhumaine et incroyablement ténue de Rei, les gueulantes d'Asuka, la fragilité palpable de Shinji). Personnages complexes et torturés, qui cachent parfois bien leur jeu. Hideaki Anno lui-même multiplie dans son récit et sa mise en scène les faux-semblants, distille le doute dans l'esprit du spectateur amené à interroger les apparences. Et c'est assez agréable de constater le soin accordé à la caractérisation de tous les rôles, même les plus anecdotiques comme les techniciens de la NERV préposés aux pupitres, qui ont droit eux aussi à quelques moments d'intimité.

On pourrait reprocher à certains passages d'abuser du statisme pour économiser du temps d'animation ainsi que la réutilisation assez voyante de plans entiers vus précédemment, mais on peut tout aussi bien considérer que ça rentre précisément dans le discours d'Anno. La musique dans l'ensemble n'est pas particulièrement remarquable, manque un peu de variété (le thème à percussion qui retentit un peu trop souvent à chaque alerte), à l'exception néanmoins de très beaux thèmes mélancoliques, qui donnent un poids non négligeable aux scènes les plus douloureuses (Misato apprenant la mort de Kaji), de même que les quelques morceaux de classique qui renforcent la dimension opératique de l'ensemble. J'adore également tout le travail, assez virtuose, sur les inscriptions à l'écran, qui culmine évidemment dans les derniers épisodes.

La façon dont le récit progresse m'a complétement retourné. Petit à petit, alors que l'on commence à faire un peu le point sur la situation générale, l'environnement auquel on s'est habitué nous échappe. Plus rien ne se résoud pour les personnages, les plongeant au contraire vers une véritable impasse. L'univers d'Evangelion apparaît de plus en plus dévasté, vire à l'abstraction (deux termes qui se sont imposés à moi avec évidence). Ce sont d'abord les Anges, qui eux-mêmes deviennent de plus en plus abstraits et immatériels, intérieurs. Les personnages principaux, adultes comme enfants, sont rattrapés par leurs pires souffrances alors qu'on aurait pu espérer une résolution de leurs dilemmes respectifs. La conclusion est évidemment désarmante, d'une poésie et d'une audace incroyable, sur le fond comme dans la forme. D'une certaine façon, Anno finit sur une note plus lumineuse et porteuse d'espoir, mais en y repensant, je garde surtout le sentiment d'une oeuvre profondément déprimante.

Evidemment je ne prétendrais pas avoir tout compris. Je tiens compte aussi du fait que sur l'édition que j'ai eue, les sous-titres anglais laissent pas mal à désirer. Mais au fond, pour une première vision, ça ne ne me dérange pas qu'autant de choses m'échappent (le rôle de Seele et Kaji en particulier). La richesse de l'univers décrit m'a quand même bien ahuri, et le peu de renseignements que j'ai pu glaner depuis me laissent deviner une cohérence vertigineuse.


J'ai ensuite enchaîné avec les films. J'avoue que je craignais une sorte de coda dispensable et avant tout destinée à faire plaisir aux fans déçus, or je me suis retrouvé face à deux morceaux qui pour moi n'ont franchement rien d'un truc de vendus.

Ça commence d'abord par une compilation totalement incompréhensible car désordonnée de pas mal d'épisodes de la série (jusqu'au 24). Le recadrage au format cinéma est regrettable. Ce n'est même plus un résumé, les scènes se suivant sans aucun lien logique. Seuls quelques intermèdes ont été ajoutés, très beaux, dans lesquels on voit les enfants constituer progressivement un quatuor à cordes. Le résultat ne peut avoir de sens que pour quelqu'un ayant déjà vu la série. J'y vois pour ma part une sorte de ballade transversale dans un univers déjà visité, qui permet ainsi de replacer le spectateur en terrain familier avant la suite. La seule raison d'être de cet étrange objet est en effet de préluder au véritable film, vraiment inédit, lui, qui démarre après un petit entracte.

Là encore, je pensais qu'il s'agissait d'une relecture des épisodes 25 et 26 qui viendrait justement répondre de façon pauvrement rationnelle à toutes les questions laissées en suspens dans la série. Sauf qu'il n'en est rien et que j'ai vu un spectacle complétement dément, tout aussi dérangeant voire plus que les épisodes télé (puisque d'une certaine manière c'est là dessus que s'est clôt pour moi la découverte de l'anime), d'une violence vraiment impressionnante, riche de scènes bouleversantes. Shinji y est plus bas que terre (voir comment il se fait littéralement traîner comme une loque), Misato va au bout de son chemin de croix et le sursaut d'Asuka donne lieu à une des scènes les plus enragées de tout le cycle, qui plus est superbement réalisée. La dernière demi-heure est un grand moment de délire visuel, auquel je n'ai rien compris tellement ça a l'air riche de symboles, mais je pense de toutes façons qu'une seule vision est loin d'être suffisante pour être totalement en phase avec. Je n'ai en tous cas jamais mis en doute la sincérité des auteurs. L'épilogue sur la plage est tout simplement déchirant, me laissant anéanti.



Après ça, au lit, j'ai repensé à tous ces personnages que j'ai accompagné pendant toutes ces heures de visionnages, auxquels je me suis progressivement attaché. J'ai repensé à tout ce qui leur est arrivé. Leur destin m'est apparu dans toute sa triste horreur. J'ai eu le sentiment du gâchis de leur existence et, sans que je les vois arriver, les larmes m'ont suffoqué.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
Tony Hunter
Lord of the Dance
Posts: 1724
Joined: 14 Apr 03, 19:39
Location: Paris

Post by Tony Hunter »

Je suis en plein dedans aussi. Je ne suis qu'au 9eme épisode. On sent que ce n'est que le début, les personnages commencent à se découvrir peu à peu mais ca reste très mystérieux encore.
Vu l'avis général j 'ai hâte de voir la suite et la fin dont j'ai tant entendu parler (sans toutefois me faire spoiler).
J'y reviendrai prochainement...
Montag
Invité
Posts: 3099
Joined: 27 Jan 04, 13:39
Location: on the dancefloor

Post by Montag »

Max Schreck wrote:Je tiens compte aussi du fait que sur l'édition que j'ai eue, les sous-titres anglais laissent pas mal à désirer.
Sympa franchement moi qui étais prêt à te passer les bds, tu peux te les mettre où tu sais. :x :evil:
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Post by Max Schreck »

Montag wrote:
Max Schreck wrote:Je tiens compte aussi du fait que sur l'édition que j'ai eue, les sous-titres anglais laissent pas mal à désirer.
Sympa franchement moi qui étais prêt à te passer les bds, tu peux te les mettre où tu sais. :x :evil:
Il s'agissait d'un test pour être sûr que tu m'aurais lu. Le sous-titrage est en effet d'une synchronisation épatante, distinguant parfaitement les différents intervenants et remarquablement dénués de fautes de frappe. :D


Et je te le redis : merci à toi pour m'avoir donné l'occasion de découvrir enfin cette oeuvre.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...