Friday Night Lights

Tout sur les séries à la TV, en DVD, en Blu-ray ou VOD.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Le Samouraï
Assistant(e) machine à café
Posts: 279
Joined: 4 Dec 06, 00:02

Friday Night Lights

Post by Le Samouraï »

J'ai découvert hier les deux premiers épisodes de "Friday Night Lights", nouvelle série NBC adapté du bouquin - et film - du même nom.

Edit de la modération : une image ne correspondant pas exactement ni à la série, ni au bouquin (enfin j'crois pas), s'était glissé parmi ce post.

A Dillon, Texas, le football du lycée, c’est plus qu’un sport, c’est une façon de vivre. Cette saison, l’équipe locale des Panthères devra aller jusqu’au bout du championnat. La pression sera sur les épaules du nouveau coach en chef, Eric Taylor (Kyle Chandler), mais aussi sur celles des lycéens qui ne visent qu’une chose : l’entrée en université et la NFL derrière. A charge pour l’entraîneur de faire de ces garçons des athlètes complets et des hommes.

A priori le foot américain m'intéresse pas trop ni les histoires dans les petites villes texanes où ils font des prières collectives avant les match... Mais c'est bien filmé et j'ai trouvé ça sympa. En plus la série aura droit à 22 épisodes pour cette saison !

Quelqu'un connaît ?
L'étranger...
Introduit au Festival de Cannes
Posts: 8458
Joined: 13 Apr 03, 08:31
Location: Dans le dos de Margo et Roy !

Post by L'étranger... »

Oui, j'ai vu le film (réalisé part Peter Berg) et j'ai bien aimé. Moi aussi, je ne suis pas fan de football américain, mais je trouve que les réalisateurs américains ont un vrai sens artistiques pour filmer les histoires sportives. Ici, le film bénéficie d'une réelle épaisseur parce que les personnalités des joueurs sont bien développées, je pense que c'est ce qui a plu aux producteurs, ils ont senti qu'il y avait un bon potentiel dans ce scénario tiré d'une histoire vraie (excellent bonus d'ailleurs sur le DVD où l'on voit les vrais protagonistes).
ImageImage
joey
rocher ton corps
Posts: 7118
Joined: 10 May 03, 17:29
Last.fm
Location: Back in France

Post by joey »

La bande originale du film est signée par Explosions in the Sky, un groupe de post-rock d'Austin et elle est très très bien.

Quant à la série, je suis curieux de voir ce que ça donne en fait, je ne me souviens pas qu'il y ait beaucoup de séries autour du sport (si on excepte Jeanne Et Serge, Olive et Tom et consorts).
Image
joey
rocher ton corps
Posts: 7118
Joined: 10 May 03, 17:29
Last.fm
Location: Back in France

Post by joey »

J'ai regardé les 2 premiers épisodes de la série hier soir. Je n'ai pas vu le film (même si j'ai beacoup écouté la formidable BO par Explosions in the Sky).
En l'état, la série est vraiment intéressante. Elle dépasse bien le cadre de la série de High School, en tous cas dans ces 2 épisodes. Il y a tout un côté social (l'importance de cette équipe pour la ville, le gamin dont le père est mort en Irak et qui doit faire vivre sa grand-mère,...) qui rend la série totalement attachante et lui donne un côté quasi documentaire, souligné encore plus par la réalisation caméra à l'épaule. La série sait magnifiquement créer la tension, notamment grâce à des excellents choix musicaux (on y retrouve du Explosions in the Sky mais aussi Outkast et d'autres groupes US)
Le vrai héros est le coach (interprété par Kyle Chandler qui jouait dans Demain à la Une) et non pas les joueurs.
Après la sréie peut surprendre par le nombre de prières qu'on y entend et par les références à Dieu prononcées sans cesse par les personnages mais pour moi, ça fait partie du postulat de base, la série se déroulant dans une petite ville du Texas.
Image
2501
Assistant opérateur
Posts: 2220
Joined: 26 Sep 03, 18:48
Location: Ici et ailleurs

Post by 2501 »

Excellente série, meilleure nouveauté de l'année dernière, loin devant Heroes.


Prolongement du long-métrage homonyme, "Friday Night Lights" est un petit miracle, dépassant largement son modèle dans tous les secteurs de jeu.
Il était évident que cette histoire de championnat scolaire de football américain était taillée pour une série plutôt que pour un film de deux heures. Une aventure de longue haleine, sportive mais humaine avant tout, si bien qu’on peut clairement affirmer que même les allergiques à ce sport typiquement yankee peuvent s’y jeter sans hésiter.

Les a priori sont légions sur un tel projet. Les intrigues sportives ont rarement fait les grandes heures du cinéma et encore moins de la télévision, d’autant que le sport en question ne passionne pas les foules en dehors du territoire américain. Le côté redneck bourrin était redouté, autant que le teen show dont les héros seraient quaterbacks stupides et pom-pom girls potiches. Bref, peu d’atouts à faire valoir, au contraire…
Mais on est aussi loin de tout cela que de l’uppercut décérébré d’Oliver Stone. Peter berg approfondit l’angle naturaliste, mélancolique du film. Le portrait du Texas est peu flatteur. Le bled où se situe l’action est un trou paumé qui ne vit que pour le football, une religion qui permet à nos rednecks de survivre. Amateurs de foot ou non, tous ces jeunes ne rêvent que d’une chose : fuir.

Le championnat est assez vite relégué au second plan car Peter Berg a cette fois-ci le temps de développer ses nombreux personnages. Le casting est une des grosses réussites du show, du coach (impeccable Kyle Chandler) au moindre joueur. Les stéréotypes sont là, du beau gosse au frimeur, en passant par le pseudo-loser à l’énorme potentiel. Mais ils sont transcendés par une caractérisation approfondie, une interprétation sans failles, des dialogues et des intrigues denses et crédibles. L’ambiance presque dépressive introduite dès le très beau générique prend à contre-courant ce que l’on pense être l’esprit américain, sûr de lui, conquérant, mais ras de bitume et superficiel. Ici le doute est roi, et derrière les grands airs se joue un drame à échelle humaine.

Joliment filmé à l'épaule sans donner dans le cliché post-"The Shield" et sans oublier de composer de jolis plans, "Friday Nights Lights" passe de l’intime au chaos des terrains avec aisance et brio. Les plans travellings en voiture sont la signature de la série : ces coins paumés où on ne fait que passer… Chaque épisode n’est pas systématiquement conclu par un match comme un leitmotiv, et ce ne sont pas forcément ces derniers qui forment les plus beaux climax. Peter Berg se permet même à travers une intrigue parallèle de brillamment traiter du sujet du handicap. Loin des délires terroristes post-11 septembre ou des histoires de super-héros, on se surprend à être pris aux trippes par ces simples enjeux existentiels.
Le suspense sportif est mené avec une redoutable efficacité. Et depuis les coulisses, nous assistons à une radiographie grise et mélancolique d'une ville du Texas.

"Friday Night Lights" c’est intimiste, c’est réaliste, c’est humain, c’est intense, c’est émouvant. L’anti "Any Given Sunday" en somme.
De toute façon le dimanche c’est pourri, c’est connu, tout le monde préfère le vendredi.

"Clear eyes. Full hearts. Can’t lose !"
Image
Pete Dayton
Electro
Posts: 787
Joined: 14 Feb 06, 20:06

Post by Pete Dayton »

2501 wrote:Excellente série, meilleure nouveauté de l'année dernière, loin devant Heroes.
Exactement. J'irai même plus loin en disant qu'il n'y a strictement rien de mieux actuellement sur la télé US... jusqu'au retour de The Wire.
JaimzHatefield
il a bon dos
il a bon dos
Posts: 1416
Joined: 4 Jul 03, 17:19
YMDB
Location: BSG-75

Post by JaimzHatefield »

Pour faire simple : tout pareil que 2501. :mrgreen:

Le coffret zone 1 n'est pas très cher (sous-titres anglais uniquement, DD 5.1, scènes coupées). Je vais revoir les épisodes avant d'attaquer la deuxième saison.
Matthieu
Stagiaire
Posts: 68
Joined: 10 Oct 05, 17:41

Post by Matthieu »

Pete Dayton wrote:
2501 wrote:Excellente série, meilleure nouveauté de l'année dernière, loin devant Heroes.
Exactement. J'irai même plus loin en disant qu'il n'y a strictement rien de mieux actuellement sur la télé US... jusqu'au retour de The Wire.
+1

Tous les personnages sont vraiment attachants, grâce à des acteurs au top.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 24429
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Post by AtCloseRange »

Très intéressante série qui s'attache à aller au-delà des clichés américains habituels.
J'espère que la série va continuer de rester à ce niveau.
pol gornek
chat gratte !
Posts: 5072
Joined: 21 Feb 05, 12:32
Location: Devant la petite lucarne

Post by pol gornek »

Vu les trois premiers épisodes. Le constat est simple : j'ai tout de suite accroché. Il y a une évidente recherche de qualité à tous points de vue. Soins apportés à la réalisation, à la musique, à la photo... ce qui en fait une des plus belle (dans le sens esthétique) série de la tv us, en ce moment.

Les personnages sont rapidement exposés, sans faire dans la caricature, mais tout de même caractérisé en deux trois traits. On imagine évidemment que derrière les apparences se cachent une autre personne, ou du moins, de légères fissures qui arrangent ou dénaturent le portrait initial.

Vraiment une excellente surprise. Directement attachante, on se prend complètement au jeu, se met à crier lors d'un touchdown ou d'une passe magnifique du QB. Quelques subtilités me sont passées sous le nez faute d'une réelle connaissance du sport, mais mes faibles connaissances suffisent à apprécier toute l'étendu et l'intensité du jeu...
Le public qui grandit devant la télé affine son regard, acquiert une compétence critique, une capacité à lire des formes compliquées. Il anticipe mieux les stéréotypes et finit par les refuser car il ne jouit plus d'aucune surprise ni curiosité, les deux moteurs de l'écoute.Il faut donc lui proposer des programmes d'un niveau esthétique plus ambitieux. La série télé s'est ainsi hissée, avec ses formes propres, au niveau de la littérature et du cinéma.
(Vincent Colonna)
joey
rocher ton corps
Posts: 7118
Joined: 10 May 03, 17:29
Last.fm
Location: Back in France

Post by joey »

pol gornek wrote:Vraiment une excellente surprise. Directement attachante, on se prend complètement au jeu, se met à crier lors d'un touchdown ou d'une passe magnifique du QB. Quelques subtilités me sont passées sous le nez faute d'une réelle connaissance du sport, mais mes faibles connaissances suffisent à apprécier toute l'étendu et l'intensité du jeu...
Le football n'est absolument pas le centre de la série. ce sont bien les personnages. Ce qui fait que même sans connaître le football, on peut tout à fait accrocher à la série, tellement celle-ci est bien écrite.
Sinon, je suis d'accord avec toi sur le fait que c'est une des plus "belles" série à l'heure actuelle.
Image
JaimzHatefield
il a bon dos
il a bon dos
Posts: 1416
Joined: 4 Jul 03, 17:19
YMDB
Location: BSG-75

Post by JaimzHatefield »

AtCloseRange wrote:Très intéressante série qui s'attache à aller au-delà des clichés américains habituels.
J'espère que la série va continuer de rester à ce niveau.
Ne t'inquiète pas pour ça. :mrgreen:

D'ailleurs ça commence à prendre de l'ampleur vers le 1x05-1x06, avec le traitement de thèmes sociaux (le football est plutôt ici une sorte de cache-misère dans le quotidien dans ce trou perdu). Certes on n'est pas au niveau exhaustif de The Wire car le réalisme ici ne va "que" jusqu'à un certain point, même si l'ambiance est mélancolique et dépressive il y a toujours une lueur d'espoir, une générosité et une humanité. Ce n'est en outre pas à proprement parler une série teen, plutôt une série dramatique adulte dont les personnages seraient en majorité des ados.
pol gornek wrote:Vu les trois premiers épisodes. Le constat est simple : j'ai tout de suite accroché. Il y a une évidente recherche de qualité à tous points de vue. Soins apportés à la réalisation, à la musique, à la photo... ce qui en fait une des plus belle (dans le sens esthétique) série de la tv us, en ce moment.
Le Texas est mis en images de façon surprenante, quasi naturaliste, beaucoup de grisaille, de ciels mornes... D'ailleurs pour rebondir sur Les Oubliées, voilà la preuve qu'on peut filmer la grisaille sans pour autant se complaire dans le glauque (bon je suis méchant, il y avait quand même de bonnes choses), la lumière est captée ici de façon magistrale. Une lumière faite de contre-jours, de reflets subtils, de halos qui remplissent des pièces sombres... On sent la recherche constante d'un regard artistique et d'une empreinte esthétique : éblouissements furtifs de l'image, lumière rasante qui s'échappe de stores, ou qui se reflète dans les verres au café du coin, scènes intimes éclairées par l'ouverture d'une porte, eau de piscine aux reflets brillants...


Quelques captures d'écran issues du DVD zone 1 :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image
En regardant les galettes, je suis tombé sur le making off. Il est très dispensable avec la brosse à reluire d'usage et autres auto-compliments, mais à quelques moments on tombe sur des infos croustillantes. C'est filmé à l'aide de trois caméras, placées à des endroits stratégiques. Cela permet d'avoir plus de plans pour le montage lorsqu'une scène est réussie. Les acteurs sont "lancés" sans "mark", ils débutent leur jeu de façon la plus naturelle possible sans se soucier de la réalisation, tout est fait pour qu'ils oublient le plus possible les caméras. Le chef opérateur utilise le plus possible la lumière naturelle et les maquillages sont extrêmement légers.
pol gornek
chat gratte !
Posts: 5072
Joined: 21 Feb 05, 12:32
Location: Devant la petite lucarne

Post by pol gornek »

JaimzHatefield wrote:Le Texas est mis en images de façon surprenante, quasi naturaliste, beaucoup de grisaille, de ciels mornes... D'ailleurs pour rebondir sur Les Oubliées, voilà la preuve qu'on peut filmer la grisaille sans pour autant se complaire dans le glauque (bon je suis méchant, il y avait quand même de bonnes choses), la lumière est captée ici de façon magistrale. Une lumière faite de contre-jours, de reflets subtils, de halos qui remplissent des pièces sombres... On sent la recherche constante d'un regard artistique et d'une empreinte esthétique : éblouissements furtifs de l'image, lumière rasante qui s'échappe de stores, ou qui se reflète dans les verres au café du coin, scènes intimes éclairées par l'ouverture d'une porte, eau de piscine aux reflets brillants...
Bouh que tu es méchant concernant Les Oubliées ! :mdr: D'ailleurs, je ne l'ai pas trouvé "glauque". Cette grisaille retranscrit plutôt bien Janvier (le mois comme le personnage), sa psychologie, voire ses absences...

Pour revenir sur le sujet, la lumière est vraiment mise en valeur dans cette série, qui joue habilement des contres jours. Effectivement, on est assez loin des clichés concernant le Texas et son soleil éclatant.
Quelques captures d'écran issues du DVD zone 1 :
En regardant les galettes, je suis tombé sur le making off. Il est très dispensable avec la brosse à reluire d'usage et autres auto-compliments, mais à quelques moments on tombe sur des infos croustillantes. C'est filmé à l'aide de trois caméras, placées à des endroits stratégiques. Cela permet d'avoir plus de plans pour le montage lorsqu'une scène est réussie. Les acteurs sont "lancés" sans "mark", ils débutent leur jeu de façon la plus naturelle possible sans se soucier de la réalisation, tout est fait pour qu'ils oublient le plus possible les caméras. Le chef opérateur utilise le plus possible la lumière naturelle et les maquillages sont extrêmement légers.
Je ne savais pas, mais cela ne me surprend pas le moins du monde. Cette façon de capter le jeu des acteurs, assez libre dans sa forme, les jump cuts (ou presque)... Cela me rappelle énormément le filmage de Homicide. Avec une caméra qui tourne tout autour des personnages, qui les colle à la peau aussi, mais qui n'hésite pas, à force d'hésitation (calculée) à les sortir temporairement du cadre.

De toute façon, formellement, cette série est remarquable ! On ne le dira jamais assez...
Le public qui grandit devant la télé affine son regard, acquiert une compétence critique, une capacité à lire des formes compliquées. Il anticipe mieux les stéréotypes et finit par les refuser car il ne jouit plus d'aucune surprise ni curiosité, les deux moteurs de l'écoute.Il faut donc lui proposer des programmes d'un niveau esthétique plus ambitieux. La série télé s'est ainsi hissée, avec ses formes propres, au niveau de la littérature et du cinéma.
(Vincent Colonna)
JaimzHatefield
il a bon dos
il a bon dos
Posts: 1416
Joined: 4 Jul 03, 17:19
YMDB
Location: BSG-75

Post by JaimzHatefield »

J'ai testé la VF ce soir sur NRJ12... et c'est assez mauvais en l'état.

Evidemment, c'est mieux que rien pour ceux qui ont du mal avec les sous-titres anglais du zone 1, mais on perd énormément de charme dans la transposition. Tout l'aspect intimiste est détruit ou presque (les doubleurs ne sont pas aussi habités et concernés que les acteurs originaux, de plus l'ambiance feutrée du studio de doublage plombe tout le naturel). Ça en est carrément embarrassant sur les scènes extérieures et lors des matchs (et Dieu sait s'il y en a), quand les gens sont censés crier et hurler... les doubleurs font semblant de crier poliment derrière leur micro (en s'économisant, en serrant les dents et en contractant le ventre), mais ils ne vont certainement pas se déchirer les cordes vocales.

La plupart des répliques sont trop adaptées (en gardant vaguement le sens originel, sûrement encore une histoire de mouvements de lèvres), aucune des voix ne ressemble de près ou de loin à celle du comédien d'origine, ça en est inquiétant. Exit la voix fluette, douce et chantante de Lyla, idem pour Tami Taylor dont on ne reconnaît plus la gentillesse... On ne sent plus aucune alchimie dans le couple qu'elle forme avec le coach, là où on avait une impression d'une complicité avec lui sur des années, de surcroît ce dernier est foiré lui-aussi (censé être autoritaire et charismatique... moi j'ai l'impression d'entendre le doubleur de Chandler)... Le doubleur de Matt Saracen n'a rien capté au caractère hésitant de ce dernier (peu assuré et à la limite du bégaiement). Ça semble être fait à la va-vite pour boucler le tout dans le minimum de temps, aucun des comédiens du doublage ne semble se caler sur la VO (ou au moins s'inspirer) - mais ont-ils eu l'occasion de l'écouter ? :|
joey
rocher ton corps
Posts: 7118
Joined: 10 May 03, 17:29
Last.fm
Location: Back in France

Post by joey »

JaimzHatefield wrote:(censé être autoritaire et charismatique... moi j'ai l'impression d'entendre le doubleur de Chandler)
C'était déjà lui qui doublait Kyle Chandler dans Demain à la une. Ceci doit expliquer cela.
Image