Sons of Anarchy

Tout sur les séries à la TV, en DVD, en Blu-ray ou VOD.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

pol gornek
chat gratte !
Posts: 5072
Joined: 21 Feb 05, 12:32
Location: Devant la petite lucarne

Sons of Anarchy

Post by pol gornek »

01x01 :

Sons of Anarchy est un gang, se déplaçant à moto dans la ville de Charming. Avec l'accord officieux des forces de l'ordre, ils assurent la sécurité...

De voir ce gang, dans sa représentation la plus brute possède un quelque chose de passéiste et désuet, comme de voir de vieux briscars entretenir un idéal dont la date de péremption est dépassée. Entre les réunions cérémoniales qui font sourire, l'uniforme, etc... on ne peut s'empêcher de les voir comme des papy nostalgiques (malgré le fait que certains sont jeunes). Mais c'est faire fausse route car ces hommes vivent avec leur temps. Le business est florissant et organisé (deal d'armes...), les comptes bien tenus.

Le show est fascinant. Parce qu'il montre la vie au sein de ce gang et comment cette existence s'imbrique dans la norme, la famille. Le personnage principal, Jax, entretient une dualité en son sein, comme autant de justifications morales et de respect pour le groupe. Ce dernier fonctionne comme une confrérie, où chaque membre dépend des autres, où la fratrie est le symbole le plus fort. Evidemment, cette notion sera certainement mise à mal, parce quelques pensées individualistes qui prédéterminent l'évolution du gang selon ses propres désirs et non au nom du plus grand nombre.

Le pilot fonctionne dès les premiers instants. La réalisation est très propre et l'interprétation impécable. Il fait toujours plaisir de retrouver cette trogne de Ron Pearlman, incarnant un vieux leader encore affamé. Son charisme évident le destinait à ce rôle. De l'autre côté, l'interpréte de Jax est parfait, bouillant à l'intérieur, de rage, de colère mais où l'on peut lire dans ses yeux une interrogation perpétuelle sur le réel but de tout cela. En un seul épisode, les scénaristes ont su instauré un univers, créé des personnages dont on ignore à peu près tout, mais qui demeurent potentiellement intéressants. Belle petite surprise...
Le public qui grandit devant la télé affine son regard, acquiert une compétence critique, une capacité à lire des formes compliquées. Il anticipe mieux les stéréotypes et finit par les refuser car il ne jouit plus d'aucune surprise ni curiosité, les deux moteurs de l'écoute.Il faut donc lui proposer des programmes d'un niveau esthétique plus ambitieux. La série télé s'est ainsi hissée, avec ses formes propres, au niveau de la littérature et du cinéma.
(Vincent Colonna)
Momo la crevette
Et la tendresse... bordel ?
Et la tendresse... bordel ?
Posts: 15006
Joined: 13 Apr 03, 22:03
Location: En train de se faire un grec avec Tuesday... Pauvre Nikos !

Re: Sons of Anarchy - saison 01

Post by Momo la crevette »

Pilote épatant effectivement avec quelques éléments dramatiques vraiment intéressant.
styx wrote:Je comprends pas grand chose à vos salades, mais vous avez l'air bien sur de vous, donc zetes plus à même hein de parler, de sacrés rigolos que vous faites en fait, merde ça rime lourd là, je vais éditer. mdr
L'alcool, c'est mal.
User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 42379
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Re: Sons of Anarchy - saison 01

Post by Rockatansky »

Moi j'attends de voir la suite, pour l'instant je trouve ça plutot convenu, sans grande surprise, on transpose la rivalité des gangs, dans l'univers des Hell's angels. Je trouve que pour l'instant on aborde de manière un peu angélique le fait que cela soit des truands mais ça peut venir, donc à suivre.
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky
Momo la crevette
Et la tendresse... bordel ?
Et la tendresse... bordel ?
Posts: 15006
Joined: 13 Apr 03, 22:03
Location: En train de se faire un grec avec Tuesday... Pauvre Nikos !

Re: Sons of Anarchy - saison 01

Post by Momo la crevette »

Rockatansky wrote:on aborde de manière un peu angélique le fait que cela soit des truands
Ce que je trouve vraiment intéressant, c'est comment le gang est décrit comme une entreprise lambda, avec son comptable, ses réunions, etc. Sauf que les costumes cravates sont remplacés par des blousons de cuir.

Ceci dit, cela ne m'étonne pas que tu ne sois pas convaincu : tu ne regardes plus que des séries pour ado et/ou filles. Alors, forcément, des motards...
styx wrote:Je comprends pas grand chose à vos salades, mais vous avez l'air bien sur de vous, donc zetes plus à même hein de parler, de sacrés rigolos que vous faites en fait, merde ça rime lourd là, je vais éditer. mdr
L'alcool, c'est mal.
bronski
Touchez pas au grisbi
Posts: 17373
Joined: 23 Feb 05, 19:05
Location: location

Re: Sons of Anarchy - saison 01

Post by bronski »

Rockatansky n'aime plus les blousons de cuir? C'est vrai que Mel est devenu un businessman :?
pol gornek
chat gratte !
Posts: 5072
Joined: 21 Feb 05, 12:32
Location: Devant la petite lucarne

Re: Sons of Anarchy - saison 01

Post by pol gornek »

01x02 :

On continue l'exploration de la vie de ce gang, comment ils doivent maîtriser leur marché pour continuer d'exister. Entre l'élimination à venir de concurrents trop gênants et le jonglage avec les forces de l'ordre trop intrusifs, les Sons of Anarchy sont évidemment pris entre deux feux. Si des solutions sont exploitées, on se dit bien que le geste est trop éphémère pour convaincre. Viendra le moment, où, acculés, ils n'auront plus le luxe de choisir. Et puis les dissensions à l'état foetal semblent prédéterminer le clash à venir, entre vision old school et récupération du vieux rêve paternel.

Pour revenir à ce que disais Rocka, je ne trouve pas cela convenu. Le traitement me semble subtil, ce qui aurait peut-être l'inconvénient d'arrondir certains angles. Mais comme le disait Momo, ce qui semble intéresser les auteurs, c'est d'inscrire le gang dans le monde des entreprises, plutôt que celui des bains de sang (qui viendront, c'est quasi certains). Et de mettre en parallèle deux visions antagonistes, en rapport avec l'époque. D'un côté Clay semble vouloir faire perdurer une tradition, celle d'une époque révolue et qui le mènera à sa perte, et de l'autre, Jax, reprenant la figure paternelle en imaginant des solutions acceptables moralement (toute proportions gardées), mais un rien angélique et utoptiste sur la situation actuelle. De plus, Jax est encore chien fou, et ses sautes d'humeur auront certainement des répercussions.

Au terme de ces deux épisodes, on est face à une série qui a des choses à raconter et qui exploite plutôt bien son thème.
Le public qui grandit devant la télé affine son regard, acquiert une compétence critique, une capacité à lire des formes compliquées. Il anticipe mieux les stéréotypes et finit par les refuser car il ne jouit plus d'aucune surprise ni curiosité, les deux moteurs de l'écoute.Il faut donc lui proposer des programmes d'un niveau esthétique plus ambitieux. La série télé s'est ainsi hissée, avec ses formes propres, au niveau de la littérature et du cinéma.
(Vincent Colonna)
pol gornek
chat gratte !
Posts: 5072
Joined: 21 Feb 05, 12:32
Location: Devant la petite lucarne

Re: Sons of Anarchy - saison 01

Post by pol gornek »

01x03 :

On explore les différents visages des Sons of Anarchy et leur implication officieuse dans la communauté. Dans cet épisode, il est question de vigilante, où comment on préfère se tourner vers un gang plutôt que vers la justice. Le traitement manque un peu de rigueur, notamment autour de la réacion de Oswald qui aurait mérité un traitement plus important. Car si l'on est dans un thème finalement assez classique, les scénaristes ont fait preuve de paresse quant à son exploitation. Si les deux figures principales restent Jax et Clay, on n'oublie pas pour autant celle de l'ombre, qui dirige indirectement : Gemma. Elle a tout de la femme de pouvoir manipulatrice qui se cache derrière une image d'épouse, amante, mère, alors qu'en réalité, c'est souvent elle qui déploie les meilleurs artifices pour parvenir à ses fins. Un personnage fort, comme on en a pu voir quelques uns dans le monde télévisé.

Une nouvelle intrigue se greffe, au terme de cet épisode. Et les ficelles semblent un peu trop grosses. Espérons que les auteurs parviennent à contourner les problèmes qu'ils viennent de se créer, d'éviter les écueils pour ne pas sombrer dans quelque chose de trop convenu, qui prendrai à contre pied les efforts déployés dans ces premiers épisodes.
Le public qui grandit devant la télé affine son regard, acquiert une compétence critique, une capacité à lire des formes compliquées. Il anticipe mieux les stéréotypes et finit par les refuser car il ne jouit plus d'aucune surprise ni curiosité, les deux moteurs de l'écoute.Il faut donc lui proposer des programmes d'un niveau esthétique plus ambitieux. La série télé s'est ainsi hissée, avec ses formes propres, au niveau de la littérature et du cinéma.
(Vincent Colonna)
User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 42379
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Re: Sons of Anarchy - saison 01

Post by Rockatansky »

Momo la crevette wrote:
Rockatansky wrote:on aborde de manière un peu angélique le fait que cela soit des truands
Ce que je trouve vraiment intéressant, c'est comment le gang est décrit comme une entreprise lambda, avec son comptable, ses réunions, etc. Sauf que les costumes cravates sont remplacés par des blousons de cuir.

Ceci dit, cela ne m'étonne pas que tu ne sois pas convaincu : tu ne regardes plus que des séries pour ado et/ou filles. Alors, forcément, des motards...
ça fait deux fois, ça pose un probleme que je regardes des séries teenagers ?
pour Son of anarchy pour l'instant je trouve ça mou et cousu de fil blanc peut être que ça décollera, mais le traitement dont tu parles n'est pas nouveau. Les soprano le faisait déjà.
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky
pol gornek
chat gratte !
Posts: 5072
Joined: 21 Feb 05, 12:32
Location: Devant la petite lucarne

Re: Sons of Anarchy - saison 01

Post by pol gornek »

01x04 :

Toujours dans un soucis de faire correspondre le monde de l'entreprise à celui du gang, les auteurs mettent en scène une OPA sur une autre bande. Loi du plus fort, du plus grand nombre, face aux autres la concurrence est rude, et la défaite fatale. Se faire absorber au risque de perdre son identité, voire de "licensier" du personnel, la comparaison fonctionne très bien et sa mise en application appliquée. A côté, on suit les pensées dissidentes de Jax, contaminé par le récit de son défunt père, entre leçon de vie et discours pamphlétaire sur ce que représente les SoA (Sons of Anarchy) et leur mode de vie.

L'intrigue autour de Tara est trop évident. On n'y croit pas vraiment, et tout cela a déjà été vu et exploité des centaines de fois. Il faudra lui donner une évolution radicale pour sortir de ce schéma éculé et apporter de la fraîcheur et de la suprise. Toutefois, la série démontre toujours autant de qualité, sait parfois être drôle et donne place à d'excellents comédiens de s'exprimer. Il existe un petit quelque chose de Brad Pitt (outre le physique) chez Charlie Hunnman que l'on a pu voir entre autre dans Children of Men, Hooligans ou encore la série Queer as Folk.
Le public qui grandit devant la télé affine son regard, acquiert une compétence critique, une capacité à lire des formes compliquées. Il anticipe mieux les stéréotypes et finit par les refuser car il ne jouit plus d'aucune surprise ni curiosité, les deux moteurs de l'écoute.Il faut donc lui proposer des programmes d'un niveau esthétique plus ambitieux. La série télé s'est ainsi hissée, avec ses formes propres, au niveau de la littérature et du cinéma.
(Vincent Colonna)
pol gornek
chat gratte !
Posts: 5072
Joined: 21 Feb 05, 12:32
Location: Devant la petite lucarne

Re: Sons of Anarchy - saison 01

Post by pol gornek »

01x05 :

Cet épisode nous rappelle que si l'orientation choisie, décide de comparer l'entreprise au gang, il reste tout de même une dimension unique concernant cette dernière. Il est question de tutoyer la fidélité et l'honneur. Et de voir qu'il reste des valeurs avec lesquelles on ne plaisante pas. Le code d'honneur de Sam Crow est sans appel, sans pardon. C'est quelque chose que l'on signe avec son sang, jusque dans sa peau, s'exprimant par ce tatoyage sur l'intégralité du dos. De faire comprendre que c'est pour la vie. La philosophie semble un rien désuète. Mais les Sons of Anarchy ont déjà prouvé qu'ils versaient dans une forme de passéisme, une nostalgie qui les maintenait en vie, dans ce monde qui évolue. Et c'est là que la limite avec l'univers entreprenarial devient franche : l'honneur et la fidélité, dans notre contexte ultra-libéraliste et capitaliste n'existe plus. Alors que chez Sam Crow, c'est primordial.
Le public qui grandit devant la télé affine son regard, acquiert une compétence critique, une capacité à lire des formes compliquées. Il anticipe mieux les stéréotypes et finit par les refuser car il ne jouit plus d'aucune surprise ni curiosité, les deux moteurs de l'écoute.Il faut donc lui proposer des programmes d'un niveau esthétique plus ambitieux. La série télé s'est ainsi hissée, avec ses formes propres, au niveau de la littérature et du cinéma.
(Vincent Colonna)
pol gornek
chat gratte !
Posts: 5072
Joined: 21 Feb 05, 12:32
Location: Devant la petite lucarne

Re: Sons of Anarchy - saison 01

Post by pol gornek »

01x06 :

Les affaires impitoyables. Quand il est question d'argent, les amis ne comptent plus. Un thème évident traité de façon un peu simpliste. L'épisode tourne autour de la gestion des affaires, les coups durs financiers, mais sans la finesse des premiers épisodes. En revanche, l'introduction des fédéraux, et surtout d'Ally Walker incroyable comme d'habitude (Héroïne de Profiler, une apparition récente dans la cinquième saison de Boston Legal) donne à cette apparition une impulsion sympathique. Si l'on risque d'entrer dans une structure trop marquée "enquête fédéral", on pourrait assister à une lutte de pouvoir et personnalité très intéressante.
Le public qui grandit devant la télé affine son regard, acquiert une compétence critique, une capacité à lire des formes compliquées. Il anticipe mieux les stéréotypes et finit par les refuser car il ne jouit plus d'aucune surprise ni curiosité, les deux moteurs de l'écoute.Il faut donc lui proposer des programmes d'un niveau esthétique plus ambitieux. La série télé s'est ainsi hissée, avec ses formes propres, au niveau de la littérature et du cinéma.
(Vincent Colonna)
pol gornek
chat gratte !
Posts: 5072
Joined: 21 Feb 05, 12:32
Location: Devant la petite lucarne

Re: Sons of Anarchy - saison 01

Post by pol gornek »

01x07 :

Les cadavres sortent du placard. Ou plutôt de la terre dans cet épisode. Fouiller le passé peu glorieux de Sam Crow est une idée riche qui a fait ses preuves. Cela permet de mettre en léger stand by la continuité de la narration, tout en enrichissant son contexte. Les auteurs auraient du gardé seulement cette perspective à l'esprit, plutôt de la faire cohabiter avec la conclusion d'un arc, il est vrai, assez dispensable. Le rythme devient bancal, tout y est trop survolé et pas assez approfondi. On perd énormément, tout s'enchaîne trop rapidement (l'épisode Lowell) et on se retrouve avec un épisode plaisant, filant à toute vitesse, mais qui laisse sur sa faim.
Le public qui grandit devant la télé affine son regard, acquiert une compétence critique, une capacité à lire des formes compliquées. Il anticipe mieux les stéréotypes et finit par les refuser car il ne jouit plus d'aucune surprise ni curiosité, les deux moteurs de l'écoute.Il faut donc lui proposer des programmes d'un niveau esthétique plus ambitieux. La série télé s'est ainsi hissée, avec ses formes propres, au niveau de la littérature et du cinéma.
(Vincent Colonna)
pol gornek
chat gratte !
Posts: 5072
Joined: 21 Feb 05, 12:32
Location: Devant la petite lucarne

Re: Sons of Anarchy - saison 01

Post by pol gornek »

Le phénomène récurrent de cette année réside dans les billets d'humeur commentant la pauvreté de cette rentrée 2008 concernant la qualité, l'inventivité des nouvelles séries. Si l'industrie accuse une forme de crise, la précédente grève a fait beaucoup de mal et on ressent encore aujourd'hui ses conséquences, le ton alarmiste parait bien précoce. Bien que l'on peut voir des tendances (remake de séries anglaises, réanimation d'une vieille gloire passée comme symptôme d'une mode au teen soap bitchy), il serait présomptueux d'oser prétendre que rien de bon n'éclot et surtout, que la qualité est médiocre de façon générale.

Sons of Anarchy n'a rien, en apparence, de la série évènement. Son pitch la réduit aux aficionados des shows tv, tout juste les érudits les plus attentifs verront dans sa diffusion sur FX, une curiosité à noter. La série ne pourra pas créer de buzz, malgré son casting quatre étoiles (dans un autre genre, on pense à Big Love, sur la réputée HBO). Et pourtant, la série mérite les louanges. Bien qu'elle n'invente rien, ni sur la forme, ni sur le fond, elle prend son sujet très au sérieux et le tient à bras le corps tout au long de ces treize épisodes. Les premières réalisations tentent l'analogie entre le gang de moto traffiquant d'armes et le monde de l'entreprise. Parallèle intéressant à exploiter et traité avec subtilité et à propos. Une réussite qui évite les pièges de l'exemple posé ou du didactisme primaire. Mais au -delà de ce rapport qui tend à s'estomper dans un crescendo inévitable vu l'orientation thématique choisie par les auteurs, c'est une vision de l'Amérique qui est exposée par son prisme le plus radical : la tragédie.

Sons of Anarchy propose ces grands tableaux typiquement américains, on y entend du blues, et dans cette bourgade de Charming se déploient des enjeux qui dépassent le cadre des ambitions initiales. Chaque personnage est une trajectoire destinée à se briser à un moment ou un autre, et l'on remarque que tout tend vers cette immense final opératique où rien ne sera plus jamais comme avant. Dès le pilot, on pouvait entendre la voix d'un fantôme, dont l'esprit planait parfois de façon systématique. Mais son emprunte était finalement ailleurs, tant les graînes qu'il a semé, ont transformé la vision d'un idéalisme au profit d'une vision utopique mais pleine d'espoir. Parfois, on pourrait croire que c'est le salut même de l'amérique qui se joue là. A aucun moment la série n'aborde le politique, et pourtant, dans son discours, dans ces visions qui s'opposent, on ne peut s'empêcher de ressentir comme la vague impression d'un message politique, tout sauf pamphlétaire.
Le public qui grandit devant la télé affine son regard, acquiert une compétence critique, une capacité à lire des formes compliquées. Il anticipe mieux les stéréotypes et finit par les refuser car il ne jouit plus d'aucune surprise ni curiosité, les deux moteurs de l'écoute.Il faut donc lui proposer des programmes d'un niveau esthétique plus ambitieux. La série télé s'est ainsi hissée, avec ses formes propres, au niveau de la littérature et du cinéma.
(Vincent Colonna)
Cosmo Vitelli
Pipeaulogue
Posts: 7754
Joined: 13 Apr 03, 00:48
Location: Sur le forum DVDCLASSIK

Re: Sons of Anarchy - saison 01

Post by Cosmo Vitelli »

J'ai vu le pilote mais je ne compte pas aller plus loin. Je souscris à la conclusion de Rocka. J'ai trouvé ça plutôt convenu. Et je serai même plus sévère. De banales histoires de came et de règlements de compte entre bandes rivales. On aurait pu remplacer les bikers par n'importe quel autre gang. Je ne vois pas la valeur ajoutée à part une bande-son forcément Rock et bluesy. La mise en image me semble bien fade et sage. Pas de traitement poisseux qu'un tel sujet aurait pu présager. C'est peut être dommage de s'arrêter au pilote, mais il y a tellement d'autres réussites dans la production audiovisuelle américaine qu'on est obligé de faire un tri.
"De toutes les sciences humaines, la pipeaulogie - à ne pas confondre avec la pipe au logis - ou art de faire croire qu'on sait de quoi on parle, est sans conteste celle qui compte le plus de diplômés !" Cosmo (diplômé en pipeaulogie)
Momo la crevette
Et la tendresse... bordel ?
Et la tendresse... bordel ?
Posts: 15006
Joined: 13 Apr 03, 22:03
Location: En train de se faire un grec avec Tuesday... Pauvre Nikos !

Re: Sons of Anarchy - saison 01

Post by Momo la crevette »

Cosmo Vitelli wrote:il y a tellement d'autres réussites dans la production audiovisuelle américaine

Tu voulais dire "française" ?
styx wrote:Je comprends pas grand chose à vos salades, mais vous avez l'air bien sur de vous, donc zetes plus à même hein de parler, de sacrés rigolos que vous faites en fait, merde ça rime lourd là, je vais éditer. mdr
L'alcool, c'est mal.