Treme (David Simon - HBO)

Tout sur les séries à la TV, en DVD, en Blu-ray ou VOD.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

pol gornek
chat gratte !
Posts: 5072
Joined: 21 Feb 05, 12:32
Location: Devant la petite lucarne

Treme de David Simon

Post by pol gornek »

Image

Critique du pilot de Treme, la nouvelle série de David Simon (Homicide, The Wire, Generation Kill), toujours pour HBO :

01x01 Do You Know What it Means

La série a déjà été renouvelé pour une seconde saison.
Le public qui grandit devant la télé affine son regard, acquiert une compétence critique, une capacité à lire des formes compliquées. Il anticipe mieux les stéréotypes et finit par les refuser car il ne jouit plus d'aucune surprise ni curiosité, les deux moteurs de l'écoute.Il faut donc lui proposer des programmes d'un niveau esthétique plus ambitieux. La série télé s'est ainsi hissée, avec ses formes propres, au niveau de la littérature et du cinéma.
(Vincent Colonna)
pol gornek
chat gratte !
Posts: 5072
Joined: 21 Feb 05, 12:32
Location: Devant la petite lucarne

Re: Treme de David Simon

Post by pol gornek »

Le public qui grandit devant la télé affine son regard, acquiert une compétence critique, une capacité à lire des formes compliquées. Il anticipe mieux les stéréotypes et finit par les refuser car il ne jouit plus d'aucune surprise ni curiosité, les deux moteurs de l'écoute.Il faut donc lui proposer des programmes d'un niveau esthétique plus ambitieux. La série télé s'est ainsi hissée, avec ses formes propres, au niveau de la littérature et du cinéma.
(Vincent Colonna)
Griff Bonnell
Assistant(e) machine à café
Posts: 226
Joined: 17 Oct 06, 12:32
Location: Paris (nobody's Perfect)

Re: Treme de David Simon

Post by Griff Bonnell »

Vu les deux premiers épisodes, et suis déjà fan. Les comédiens, la construction, la musique (quelle musique!) tout m'emballe dans ce début de saison. ça faisait longtemps que je n'avais pas été excité comme ça sur une série.
"All right Mr DeMille, I'm ready for my close-up"
N. Desmond
"There comes a time that a piano realizes that it has not written a concerto."
L.Richards
"Chapter one: The night was humid and heavy"
Owen
pol gornek
chat gratte !
Posts: 5072
Joined: 21 Feb 05, 12:32
Location: Devant la petite lucarne

Re: Treme de David Simon

Post by pol gornek »

Le public qui grandit devant la télé affine son regard, acquiert une compétence critique, une capacité à lire des formes compliquées. Il anticipe mieux les stéréotypes et finit par les refuser car il ne jouit plus d'aucune surprise ni curiosité, les deux moteurs de l'écoute.Il faut donc lui proposer des programmes d'un niveau esthétique plus ambitieux. La série télé s'est ainsi hissée, avec ses formes propres, au niveau de la littérature et du cinéma.
(Vincent Colonna)
8140david
Doublure lumière
Posts: 333
Joined: 17 Jun 11, 14:38

Treme (David Simon - HBO)

Post by 8140david »

Une très belle série sur la vie à la Nouvelle Orléans après le cyclone Katrina. Avec qui plus est une image un son superbes.
http://television.telerama.fr/televisio ... ,54508.php
http://www.dvdtalk.com/reviews/47405/tr ... st-season/
http://www.dvdverdict.com/reviews/treme1bluray.php
(A acheter sur Amazon.co.uk)
User avatar
Joe Gillis
Doublure lumière
Posts: 510
Joined: 6 Nov 10, 12:03

Re: Treme (David Simon) - Saison 1

Post by Joe Gillis »

Magnifique série de David Simons, le créateur/scénariste de The Wire, The Corner, Generation Kill dont le titre fait référence à un quartier traditionnel de La Nouvelle Orléans, le Treme.... Je m'étonne d'ailleurs qu'on n'en ai pas plus parlé de cette série HBO, un vrai coup de cœur pour moi.

Le casting est impressionnant: pas mal d'acteurs des séries précédentes comme Khandi Alexander (la tox de The Corner), Clarke Peters (le détective Lester Freamons dans The Wire) et d'autres qui sont aussi très bons comme Kim Dickens (la prostituée dépressive de Deadwood) ou David Morse. Et surtout John Goodman dans un rôle inoubliable d'écrivain malade de sa ville noyée, oubliée, abandonnée; et Steve Zahn, hilarant dans celui d'un passionné de musique très anar (qui rappelle parfois The Dude du Big Lebowski...!). Rien que pour les acteurs, la série vaut le coup.

Le scénario très politique pointe, comme on s'y attendait de la part de David Simon, les dysfonctions du système: aides qui n'arrivent pas ou trop tard, corruption de la police, négligence de la mairie, incompétence des services publics, malversations des instances politiques et des promoteurs. Après Baltimore, c'est la gestion de La Nouvelle Orléans qui prend l'eau. On doit d'ailleurs absolument regarder cette série en complément de l'édifiant documentaire de Spike Lee "Katrina" (When The Levees Broke: A Requiem In Four Acts) (encore HBO...). Une des conclusions les plus terribles est peut être qu'on a transformé une ville traditionnellement à majorité noire en ville blanche.

Et puis surtout, il y a la musique, magnifiquement filmée. Ne croyez pas qu'on entend "Oh when the saints" pendant tout le film à chaque coin de rue... Non, non, non! Elle est au contraire incroyablement variée: du jazz, évidemment, du style traditionnel (incroyables fanfares...) mais aussi bop et hard bop (pas mal d'apparitions de musiciens dans leurs propres rôles comme Mc Coy Tyner, Kermit Ruffins...), blues et rock (Dr. John, Elvis Costello), des trucs funky, classiques... On peut voir aussi la violoniste Lucia Micarelli (entendue chez Jethro Tull!) dans un vrai rôle important de musicienne de rue (musicien de rue semble être un travail à part entière et reconnu à La Nouvelle Orléans, du moment qu'on a le talent).
Et aussi une vraie découverte pour moi: les Mardi Gras Indians. Clarke Peters joue le rôle de Big Chief Lambreaux. Chaque année, ces associations noires regroupées en "tribus" défilent dans des costumes rendant hommage aux indiens natifs d'Amérique. Les costumes sont absolument incroyables et comme à Rio, ils mettent l'année à les réaliser. Mais en plus il y a derrière toute une philosophie humaniste rapprochant le destin tragique des noirs à celui des indiens originels. Le rôle de Clarke Peters atteint une profondeur inattendue et pour moi complètement inédite.

Bref, si vous aimez The Wire et le jazz, ne ratez pas cette série humaniste et contestataire, véritable déclaration d'amour à La Nouvelle Orléans. Plus qu'une envie: prendre un avion et se jeter dans le Treme toutes oreilles ouvertes.

NB: pas besoin de l'acheter en Angleterre, la saison est éditée en France en zone 2 vostf
Nimrod
Hypoglycémique
Posts: 26173
Joined: 13 Apr 03, 18:57

Re: Treme (David Simon) - Saison 1

Post by Nimrod »

Joe Gillis wrote: NB: pas besoin de l'acheter en Angleterre, la saison est éditée en France en zone 2 vostf
Le Blu-Ray US est techniquement très bon, et contient des STF.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23617
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Treme de David Simon

Post by AtCloseRange »

Vu le premier épisode de la saison 2.
Que ça fait plaisir de retrouver cette bonne vieille New Orleans, sa multitude de personnages attachants, ses bars, ses fanfares.
Ce qui est assez drôle, c'est que j'ai pourtant une relation ambivalente avec la musique qui y entendue/montrée (distinction importante puisque cette musique n'a finalement de "sens" aujourd'hui que dans sa version live incarnée) et ça peut rejoindre la discussion qu'on a pu avoir sur le topic Amy Winehouse.
Une scène de ce premier épisode prolonge d'ailleurs cette discussion sur la muséification de la musique (qu'elle soit de New Orleans d'ailleurs).
Je pense que cette série parle forcément encore plus aux musiciens (amateurs ou non).

La toute fin de la première saison m'avait un poil déçu
Spoiler (cliquez pour afficher)
avec la mort un peu trop mélodramatique de John Goodman
mais cette nouvelle saison s'annonce vraiment bien.
C'est sans doute la série la plus riche que je connaisse se rapprochant par moment du meilleur du cinéma choral d'Altman (une référence de la série sans aucun doute).
8140david
Doublure lumière
Posts: 333
Joined: 17 Jun 11, 14:38

Re: Treme (David Simon) - Saison 1

Post by 8140david »

I can't wait for Treme season 2, blu-ray, at a reasonable price !
---
Pre-commande chez amazon.com, mais trop cher (55$):
http://www.amazon.com/Treme-Complete-Se ... d_cp_mov_3
Hieronim
Stagiaire
Posts: 90
Joined: 12 Mar 08, 12:37
Location: Belgique

Re: Treme (David Simon) - Saison 1

Post by Hieronim »

Pfff c'te saison 2. Les épisodes 7 et 8 et là c'est le coup de foudre pour Treme (la première saison a pris son temps avec moi).

Pour moi, Simon & co traitent ici du deuil comme Six Feet Under traite de la mort. En fait, ça me fait ce même effet "j'assiste, là devant ma télé, à un truc... un message essentiel sur la vie, la mort, le deuil et comment on se reconstruit. Et j'ai l'impression qu'il n'y a pas plus parfaite expression pour le dire (la musique, les visages, le jeu d'acteur, les images").

La chanson que compose Annie ("After Mardi Gras"), celle qu'elle chante pour la première fois en rue a fini de m'achever. L'âme meurtrie de NOLA transpire de partout dans ce morceau qui symbolise pourtant la (re)naissance (d'une artiste, d'une inspiration, d'une culture). Bon y'a pas qu'elle mais à la base c'est le personnage qui me touchait le moins. Là, elle m'a convaincu du grand bazard.
« un pessimiste est un optimiste bien informé » - Andreï Arsenievitch Tarkovski
Nimrod
Hypoglycémique
Posts: 26173
Joined: 13 Apr 03, 18:57

Re: Treme (David Simon) - Saison 1

Post by Nimrod »

La saison 2 était censée sortir le 2 mai, je crois. Mais je ne parviens pas à la trouver sur amazon. Uniquement en DVD et sur la FNAC. Est ce que quelqu'un sait s'il y a une exclu ? :?
Filiba
Doublure lumière
Posts: 413
Joined: 5 May 12, 18:51

Re: Treme (David Simon) - Saison 1

Post by Filiba »

C'est peut être le cas. C'était le cas de la saison 1.
Nimrod
Hypoglycémique
Posts: 26173
Joined: 13 Apr 03, 18:57

Re: Treme (David Simon) - Saison 1

Post by Nimrod »

Filiba wrote:C'est peut être le cas. C'était le cas de la saison 1.
OK, je te remercie. De toute façon, j'en ai eu marre de chercher : j'ai commandé le blu sur amazon.uk.
Filou
Machino
Posts: 1193
Joined: 25 Feb 04, 16:52
Location: A Amity Island, en train de me baigner gaiement...

Re: Treme (David Simon) - Saison 1

Post by Filou »

Je remonte le thread car j'aurais aimé savoir si toutes les saisons présentes dans le coffret intégrale US (en Blu-ray donc) sont bien sous-titrées en français ET non zonées. Pas que je me retrouve avec une saison illisible ou non sous-titrée. :lol:
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Treme (David Simon) - Saison 1

Post by Alligator »

Image

Gros changement par rapport à “The wire” : le ton relativement léger et comique de cette série. Je m’explique. D’abord, j’écris bien “relativement”. Bien entendu, Treme n’est pas à proprement parler une série comique ; le sujet ne s’y prête pas. Mais les auteurs ont voulu et ont réussi à évoquer la situation misérable dans laquelle s’est retrouvée La Nouvelle Orléans quelques semaines après l’ouragan Katrina.

La série est tout de même positive, affronte la mort avec courage. Elle est partout à chaque coin de rue. On commence par un cortège funèbre, en musique, dans une danse macabre, et l’on termine la série de même. L’acceptation de la mort fait partie de la culture du sud. Sans doute que la revendication des plaisirs comme armes de vie massive permet à la population de lutter pour survivre. Question d’identité pour résumer.

Ce que je voulais dire au départ et qui pourrait passer difficilement après ce laïus sur la mort, c’est que paradoxalement sur ce terreau fertile en larmoiement pathétique, ils ont plutôt opté pour un discours combatif, dans un élan vitaliste où la culture hédoniste de la ville, qu’elle soit gastronomique ou musicale joue un rôle de bouée de sauvetage, ou mieux encore de locomotive.

De fait, alors que “The wire” était plutôt une série noire, où les personnages étaient collés à la fange d’un bout à l'autre, entre drogues, misère et corruption, “Treme” ne heurte pas autant ses personnages. La violence entre les hommes n’est pas au cœur de la problématique de Treme. Cette saison 1 panse les plaies de l’ouragan. Peu à peu, la vie reprend ses droits, ou du moins s’y essaie. Ce n’est qu’à la toute fin que la réalité assène de nouveau de rudes coups à certains. Mais la majeure partie de la saison préfère davantage dresser le portrait volontaire et festif d’une communauté qui entend résister culturellement à la tentation du désespoir ou de l’abandon.

La série exprime donc cette fierté dont font preuve les habitants et qui les porte à continuer de vivre coûte que coûte. Le caractère historique de la culture locale imprègne la série à chaque épisode qui nous le rappelle comme un leitmotiv transcendant, battant au rythme d’une musique continue, énergisante, constitutionnelle pour ainsi dire. Les personnages sont alors très vite attachants.

De revoir les têtes familières de Clarke Peters et Wendell Pierce m’a mis dès le début dans les meilleures dispositions. Les autres personnages apportent également leurs sympathiques parcours de vie.

Peut-être que celui de John Goodman m’a finalement plus intrigué. On ne sait trop sur quel pied danser avec lui. Sa déprime, compréhensible, prend des proportions plus discutables, qui ne cadrent pas bien avec ce que veut démontrer le personnage. Décevant, il apparaît naturel que son épouse (Melissa Leo) exprime une colère vis à vis de lui. Dans une certaine mesure on la partage.

Concernant le rôle de Steve Zahn, on est d’abord inquiet. Un brin hystérique, le personnage de Zébulon aurait pu vite devenir lassant, mais en fin de compte, il trouve plutôt rapidement une sorte d’équilibre entre passion et tendresse.

Pour ma part, dans le casting, celle qui m’a tapé dans l’oeil, que je découvre à cette occasion est Khandi Alexander. Son physique à nulle autre pareille, avec ce regard de chien battu, mais dont la puissance est cependant évidente reste pour le moins fascinant. Je ne vois pas d’actrice équivalente. En tout cas, elle envoie du bois sur pas mal de scènes. Impressionnante !

Cette saison fort satisfaisante est bâtie sur une intrigue somme toute pépère. Et de fait, à la fin de saison, sans cliffhanger particulier, on n’est pas pour autant avide de voir la suite. Vraiment pépère. Reste que je ne cracherais pas sur la saison 2, mais je ne ressens pas la grande hâte habituelle pour mes séries préférées. C’est curieux.

http://alligatographe.blogspot.fr/2016/ ... son-1.html