Atypical (Netflix)

Tout sur les séries à la TV, en DVD, en Blu-ray ou VOD.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23600
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Atypical (Netflix)

Post by AtCloseRange »

La série suit le quotidien d'une famille dont un des enfants est autiste (finalement le perso le moins intéressant - ce sont les répercussions sur les autres personnages qui importent). C'est assez joliment croqué.
Au-delà de la petite comédie à la Sundance décalée (avec musique à la Jon Brion qui va bien), c'est vraiment l'interprétation qui permet à la série Netflix de sortir du lot.
Pourquoi on ne donne pas plus de rôles à la géniale Jennifer Jason-Leigh (qui vaut mieux que servir de punching ball chez Tarantino)? Même chose pour le toujours sûr Michael Rapaport.
Et puis Brigette Lundy-Paine... :oops:
La série (courte, 8 épisodes de 30 minutes) gagne en densité vers la fin.
pol gornek
chat gratte !
Posts: 5072
Joined: 21 Feb 05, 12:32
Location: Devant la petite lucarne

Re: Atypical (Netflix)

Post by pol gornek »

J'ai beaucoup aimé la série, qui, sans être renversante, fait très bien ce qu'elle souhaite faire. C'est bien écrit et bien joué, très juste dans l'émotion. On évite les bons sentiments pour toucher à l'intime des personnages, de façon impudique mais jamais larmoyant. Atypical n'est pas la série de l'année, elle n'a rien de révolutionnaire (et n'en a pas l'ambition) mais finalement, les belles réussites sont rares dans son registre. A voir sur la durée mais cette première saison fut un plaisir à découvrir.

Contrairement à toi j'ai eu envie de baffer Jennifer Jason Leigh durant toute la saison, personnage le moins intéressant à mes yeux (et le plus stéréotypé). Et chose incroyable, la série m'a fait aimé Rapaport ce qui n'était jamais arrivé jusque là !
Le public qui grandit devant la télé affine son regard, acquiert une compétence critique, une capacité à lire des formes compliquées. Il anticipe mieux les stéréotypes et finit par les refuser car il ne jouit plus d'aucune surprise ni curiosité, les deux moteurs de l'écoute.Il faut donc lui proposer des programmes d'un niveau esthétique plus ambitieux. La série télé s'est ainsi hissée, avec ses formes propres, au niveau de la littérature et du cinéma.
(Vincent Colonna)