Les séries sur Netflix

Tout sur les séries à la TV, en DVD, en Blu-ray ou VOD.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Papus
Doublure lumière
Posts: 623
Joined: 1 Jun 20, 13:48
Location: Valinor

Re: Les séries sur Netflix

Post by Papus »

Arn wrote: 10 Feb 21, 16:16 Découvert lors de l'arrivée de la S2 sur Netflix, j'avais beaucoup aimé les deux premiers. Je trouve quand même la S3 un peu en dessous (même si l'épisode avec Dujardin est très chouette) et j'ai pas trop été convaincu par le premier épisode de la S4. Peut être que je me lasse aussi du concept. La série repose beaucoup sur ses personnages et acteurs, et j'ai l'impression que comme souvent beaucoup tournent à la "caricature" d'eux même, même s'il reste sympathique à suivre. Et puis évidemment il reste les guests qui apportent pas mal aussi (mais c'est inégal).
Tout ceci est tres juste, bien que je ne partage ce ressenti qu'au niveau "crainte" plus que "constat" pour l'instant.

Edit: fini cette saison 4 hier. Gros tournant pour chaque personnage, final sur une note sucré salé, parfait pour se faire sa suite si ca s'arrête et ce qu'il faut d'intérêt renouvelé pour une cinquième saison.
C'etait vraiment chouette, je me sens limite un peu seul de ne pas les retrouver.
M'ont eu les salops.
En tout cas cette dernière saison m'a convaincu qu'il y avait bien un vrai talent d'ecriture, bien plus profonde qu'elle n'y parait sur ce qu'elle dit du "masque social", de ce que c'est qu'être acteur et à quel point ces agents en sont finalement d'excellents dans leurs façons de gérer vie pro/perso. A quel point on l'est finalement un peu tous à des échelles différentes.
Ces metiers (acteurs agents) sont fascinants et donnent envie autant qu'ils font flipper.
User avatar
Shinji
Machino
Posts: 1001
Joined: 31 Aug 18, 21:06

Re: Les séries sur Netflix

Post by Shinji »

Arrivée le 07/05 d'une autre adaptation de comics, et pas des moindres.

User avatar
Spongebob
Mogul
Posts: 10179
Joined: 21 Aug 03, 22:20
Last.fm
Liste DVD
Location: Pathé Beaugrenelle

Re: Les séries sur Netflix

Post by Spongebob »

Netflix est clairement jaloux du succès de The Boys chez Amazon.
LeRationaliste
Doublure lumière
Posts: 349
Joined: 18 Jul 17, 22:08

Re: Les séries sur Netflix

Post by LeRationaliste »

J'ai regardé Wild Wild Country, réalisé par les frangins Way, Maclain et Chapman, sorti sur Netflix en 2018.

Et ça a été une surprise à tous les niveaux.

Déjà, l'histoire en elle-même. Il s'agit d'un documentaire retraçant un conflit idéologique, juridique, réglementaire, politique et pour finir territorial entre un patelin de vieillards et une grande communauté de hippies en plein Oregon... dans les années 80. Non, vous ne rêvez pas : on n'est plus à l'époque d'Easy Rider et encore moins,en plein Summer of Love (1967). Cette affaire rocambolesque a, certes, ses racines dans le même temps (1968), mais c'est en 1981 que les premières tensions sont apparues. Moi aussi, je pensais qu'après Charles Manson, Altamont et même Jonestown, l'Amérique et avec elle l'Occident rentrerait définitivement dans le rang dès 1979, abandonnant ce monde enchanté de l'amour libre, de l'ouverture à l'Orient et tout le toutim. Mais quelque part, c'est intéressant de voir que le mouvement était prêt à un baroud d'honneur parce que dans le genre "je n'ai pas dis mon dernier mot", ça a été épique.

Autre surprise : il reste encore de nombreuses personnes ayant vécu cette folle aventure de l'intérieur pour en parler. Grand avantage et grand bémol : ils n'ont aucun regret. Seule un intervenant (Jane "Ma Shanti B. " Stork) s'est dit "merde, j'ai fait une grosse connerie". Chacun reste campé sur ses positions, même si ça lui a permis de ne pas déprimer. A ne pas rater, le témoignage de ni plus ni moins que Ma Anand Sheela (ou Sheela Birnstiel aujourd'hui). Protagoniste de premier plan dans l'affaire, c'est elle qui organisera tout, et je dis bien TOUT, dans la ville utopiste des sannyasins, bapstisée Rajneeshpuram. Et la ville va ressembler à un monstrueux croisement entre Woodstock et Jonestown, comme certains le craignaient. Construite à partir du rachat d'une ferme au milieu de nulle part, elle va pousser aussi fortement que durant la conquête de l'Ouest. On y trouve tout, sauf une gare de chemin de fer et une prison : casino, discothèque, immense centre de méditation convertible en salle de concert ou de meeting, commerces, aérodrome, etc. Bref, toute une ville, et même mieux tenue qu'à Woodstock. Pourquoi Jonestown, alors ? Sans être aussi horrible, les coulisses ne sont pas très gaies : surveillance technologique, censure du courrier, paranoïa, jalousie maladive, ex-communication au moindre désaccord avec Sheela, irresponsabilité du maître Osho qui a choisi de faire vœu de silence juste avant de partir pour les Etats-Unis, fraude à l'immigration, etc. Une des intervenantes s'est plaint par la suite que son évocation d'abus sexuels sur mineurs n'ait pas été retenue dans le documentaire. Tout cela culminera avec un attentat à la bombe contre un hôtel que géraient les sannyasins d'un côté, et une empoisonnement à la salmonelle de l'autre. Les adaptes de Rajneesh manquent même de s'entretuer et de déclencher un massacre en voulant se défendre contre un raid des forces spéciales et de la Garde Nationale américaine. Après quelques condamnations, le gourou est viré, sa fidèle servante et ses complices jetés en taule, et les hippies n'ont plus qu'à faire le point. Une histoire de fou, je vous dis.

La troisième surprise : la bande son. Quelques morceaux sympas, mais surtout un en particulier : "AM AM" de Damien Jurado. Il faut non seulement imaginer le refrain de "Absolute Beginners" de David Bowie mais aussi bien regarder la date. Ce n'est pas un morceau sorti dans les années 80, mais pour le coup, on s'y croirait. Mais vraiment : en terme de sonorités, c'est bluffant et à croire que le gars a galéré à enregistrer avec uniquement du matos de l'époque avec un réglage qui ne ferait pas trop cheap.

Ensuite, les archives : c'est une surprise annexe à celle sur les protagonistes. On se régale des vidéos tournées au sein de la communauté et surtout des reportages filmées en abondance. C'est en ça que ce mouvement est perçu comme une des moins pires sectes. Malgré l'odeur de charlatanisme, on est un peu en mode David Goodenough en les voyant laisser les journalistes les filmer à tout va.

Pour finir, le ressentiment. Ben, vous allez me trouver dingue, mais je ne peux m'empêcher d'avoir un peu de tendresse pour cette expérience. Alors, oui, il faut dire ce qui y est : c'était une secte. Et Bhagwan Shree Rajneesh était leur gourou un peu louche. C'est sûr qu'exhiber de la richesse (Rolls Royce, Rolex, tenue au textile pas bon marché) aurait de quoi faire s'étrangler n'importe quel homme prônant l'humilité et la charité. Mais on ne sent pas trop de duplicité contrairement à ce qu'on aura avec l'Ordre du Temple Solaire et ses millions de francs détournés pour des festins et des croisières avant le départ pour Sirius. Et puis, on a aussi l'impression que les abus de pouvoirs et les crimes se sont passés à l'insu de son plein gré. Mais n'empêche, selon notre degré d'attirance pour les choses un peu bizarres, on se dit que ça peut être une preuve que les gens savent évoluer. Pensez-y : le mouvement hippie était basé sur le rejet de TOUT la ville, le régime métro-boulot-dodo, le christianisme, les bonnes mœurs, TOUT. Puis plongée dans la drogue, le New Age et tout le reste. Ici, les sannyasins disent "ça va, on a compris, la drogue, le viol, l'inceste, le retour au moyen-âge, ce n'était pas une bonne idée, on va faire mieux". Et quelque part, c'était réussi. Peut-être cela peut servir de leçon pour les prochaines expériences : une ville fondée avec une convergence de gens tous différents, sans recherche spirituelle ou je ne sais quoi. Juste enfin se mettre à suivre le bon sens : instruction, plus grand respect du factuel, fin du "celuikipissleplloin" et autres. Bon, certes, avec les Social Justice Warriors, c'est mal barré, mais il faut espérer.

Mais que les choses soient claires : ça n'est pas à recommencer en l'état.

Documents à plus soif, entre grande surprise et complaisance douteuse, ce n'est pas un documentaire lambda. Et moi j'ai adoré.

Namasté.

L.R
User avatar
hansolo
David O. Selznick
Posts: 13860
Joined: 7 Apr 05, 11:08
Location: In a carbonite block

Re: Les séries sur Netflix

Post by hansolo »

Sur Netflix, on passe de la saison 3 a la saison 5 de Better call Saul. Pas de saison 4 ...
Problème de droits ou bug ?
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49999
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Les séries sur Netflix

Post by Boubakar »

hansolo wrote: 1 Apr 21, 21:28 Sur Netflix, on passe de la saison 3 a la saison 5 de Better call Saul. Pas de saison 4 ...
Problème de droits ou bug ?
Je vois bien la saison 4 (et le reste) affichée sur mon téléphone ou mon ordi. Sans doute un bug.
User avatar
hansolo
David O. Selznick
Posts: 13860
Joined: 7 Apr 05, 11:08
Location: In a carbonite block

Re: Les séries sur Netflix

Post by hansolo »

Merci Boubakar
Apparemment un bug sur le Netflix de la Réunion :(
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)
User avatar
Shinji
Machino
Posts: 1001
Joined: 31 Aug 18, 21:06

Re: Les séries sur Netflix

Post by Shinji »

Saison 2 le 14/05

frédéric
1st Degree
Posts: 13240
Joined: 28 Aug 04, 18:49
Location: Une galaxie lointaine, très lointaine

Re: Les séries sur Netflix

Post by frédéric »

Star Trek Discovery Saison 3

Toujours aussi excellente série avec les personnages projetés 930 ans dans le futur. Ca met peut être un peu de temps à démarrer, mais l'histoire du brasier et sa résolution sont vraiment bien trouvés avec des effets spéciaux qui pètent la rétine pour une série TV. Seul ombre au tableau, les épisodes dans l'univers parallèle où l'équipage a du mal à jouer les méchants pas du tout crédible. Belle évolution du personnage de Saru, un grand bravo à Doug Jones qui parvient à faire exister sous son maquillage et que
Spoiler (cliquez pour afficher)
l'on voit en vrai
dans les derniers épisodes.
Blogs Perso, Cinéma de Minuit : http://cineminuit.fr.over-blog.com/

Cinéma Actuel : http://sallesobscures2.over-blog.fr/

"And Now Mr Serling"
User avatar
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33435
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Re: Les séries sur Netflix

Post by Colqhoun »

Regardé Unorthodox, la mini-série de Anna Winger, sur l'histoire d'Esty, une jeune femme qui se barre de sa communauté juive ultra-orthodox de Williamsburg et qui va tenter de refaire sa vie à Berlin.
Globalement c'est pas mal, assez plaisait de voir une série ambitieuse presque entièrement créée par des femmes (à part le directeur photo et 2-3 autres postes importants, il n'y a que des femmes aux commandes). Tout n'est pas réussi, la bande de copains berlinois tient un peu du cliché "les minorités c'est super", mais la série réussit à capter quelque chose dans l'histoire de cette jeune femme qui fuit, avec une certaine finesse, sans trop tomber dans le pathos ou le misérabilisme. C'est aussi une série qui évite de ponctuer ses moments forts avec un déluge de musique ou de plans iconiques. Il y a quelques images qui appuient un peu plus certains moments-clé dans le parcours de la jeune femme, mais on reste toujours à hauteur d'humain sans qu'il n'y ait trop de jugement de valeur. C'est appréciable, car j'ai l'impression que l'âge d'or des séries intelligentes, aux personnages humains et ambigus, est un peu passée et qu'on a maintenant dévié vers une approche maximaliste constante, où tout est très appuyé et forcé.

La découverte de la série c'est forcément Shira Haas, la jeune actrice qui interprète Esty, dont la fragilité du physique contraste immensément avec l'expressivité ininterrompue de son visage (elle doit faire 1m50 et peser 32kg je pense). Une sorte de Natalie Portman en plus brut et plus expressive. Elle tient la série sur ses épaules et accapare toute l'attention.

Pas nécessairement une mini-série inoubliable, qui peine à trouver de bonnes idées pour sa partie berlinoise (on est dans une trajectoire assez banale), mais la découverte d'une communauté, d'une langue (appréciable de voir une série dont la majeure partie des dialogues est en yiddish) et une forme de naturalisme dans l'écriture et l'image qui sont appréciables.
User avatar
hansolo
David O. Selznick
Posts: 13860
Joined: 7 Apr 05, 11:08
Location: In a carbonite block

Re: Les séries sur Netflix

Post by hansolo »

Découverte de Le serpent basée sur l'histoire du tueur en série français, Charles Sobhraj avec Tahar Rahim dans le rôle titre.

Série qui se laisse regarder sans ennui grace a l'interprétation magistrale de Rahim dans le rôle titre.
Le montage en flash back incessant est un peu agancant au début mais le gimmick devient logique au fil des épisodes.
Les seconds rôles alternent le bon et le moins bon (l'actrice qui joue Nadine est insupportable et rarement dans le ton).

L'époque est bien evoqué sans un déluge de moyens.
Last edited by hansolo on 20 May 21, 11:23, edited 1 time in total.
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 48512
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Les séries sur Netflix

Post by Flol »

Très bien, c'est noté.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 10548
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Les séries sur Netflix

Post by Alexandre Angel »

Pour moi aussi.
Je lis de plus en plus de bien sur son talent d'acteur (personnellement, je ne me rends pas compte, ne l'ayant pas assez vu), avec un quasi dossier dans le dernier Positif.
Si j'ajoute que c'est un mec qui a fréquenté les mêmes rues, les mêmes trocsons, les mêmes commerces et les mêmes cinémas que moi vu que nous sommes de la même ville et que sa belle-sœur est une collègue de travail, il serait peut-être temps que je me penche sur son cas!!
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18639
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Les séries sur Netflix

Post by Supfiction »

Encore une histoire de tueur en série, ça ne me tente pas vraiment.
User avatar
Wile E.
Assistant(e) machine à café
Posts: 146
Joined: 24 Jan 21, 13:43
Location: ACME Corp.

Re: Les séries sur Netflix

Post by Wile E. »

Vu le mois dernier j'avais trouvé cela complètement raté et assez insupportable
Le Serpent (2021) / Richard Warlow et Toby Finlay _ 4
Mini série fastidieuse.
Une ambiance générale qui fait toc : ces voitures rutilantes, ces ruelles de studio sans horizons , ces vêtements qui sortent tous du pressing même quand ils doivent être sales et pleins de sueur.
Une forme fatigante : un cas d'école de ce qu'il ne faut pas faire pour raconter un récit morcelé en multiples flashback.
Une interprétation générale au mieux agaçante au pire très (mais très) irritante : Bille Howle devrait envisager abandonner la carrière d'acteur.
Et un fond très gerbant pour la mémoire des victimes, celles décédées comme celles qui en ont réchappé. Car ce serpent, aussi bien dans son écriture que dans son interprétation, n'a absolument rien d'envoutant ou de charmant.
Le show n'a pas pour ambition de montrer le visage humain derrière le monstre pouvant expliquer l'attraction qu'il provoquait chez ses victimes mais juste un connard constamment arrogant, instable et monolithique. Le mec que tu vois venir à des kilometres à qui on ne répondrait pas si il disait bonjour. Ce qui a pour conséquence de rendre toutes ses victimes stupides dans la série. Et je trouve ça problématique.
Carnivorous Vulgaris- Sponsored by ACME Corp.