Bette Davis (1908-1989)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Cathy
Producteur Exécutif
Posts: 7274
Joined: 10 Aug 04, 13:48

Re: Bette Davis (1908-1989)

Post by Cathy »

La mort frappe trois fois, Dead Ringer (1964) - Paul Henreid

Image

Une femme tenancière d'un bar assiste à l'enterrement du mari de sa soeur qui était riche. Il s'avère qu'elle en a été amoureuse 20 ans avant. Elle découvre que sa soeur lui a menti en faisant croire qu'elle était enceinte de cet homme et décide donc de l'assassiner et de prendre sa place.

Paul Henreid n'est pas seulement l'acteur de Casablanca et de nombreux films hollywoodiens, il a aussi signé de nombreux films ou téléfilms, donc cette mort frappe trois fois. Nous sommes ici dans la fin de carrière de Bette Davis, cette carrière où elle jouait ces femmes monstresses, ces rôles qui vampirisent la scène et qui jouent sur ce qu'elle a été et ce qu'elle est devenu. La gemellité a souvent fait le bonheur des scénaristes américains, et Bette Davis avait déjà joué un rôle similaire dans A Stolen Life. On se demande comment ce crime va être découvert, et la pirouette finale est assez originale. Le film repose essentiellement sur l'actrice et sur sa performance. Elle est de toutes les scènes, et on sent à la fois l'actrice mûre qu'elle est devenue mais aussi l'ancienne notamment dans la scène où son "amant" la rejoint chez elle et découvre la vérité. La prestation de l'actrice est remarquable comme souvent et renoue avec cet Hollywood mythique. Karl Malden et Peter Lawford complètent le casting, le premier en amoureux de cette femme à la fois coupable et victime, victime de la jalousie de sa soeur qui lui a pris son fiancé et coupable de son assassinat, et Peter Lawford loin de ces jeunes premiers amoureux mais en amant profiteur. Le script a été bien conçu, et a pensé à toutes les "incohérences" possibles, comme la signature, même si naturellement les changements de caractère de la femme sont évidents. Le titre français est quelque peu spoiler d'ailleurs, car on sait qu'il y aura trois crimes, le film s'avère être prenant et Bette Davis se montre grandiose comme souvent.
User avatar
Flavia
My Taylor is rich
Posts: 3735
Joined: 4 Jun 11, 21:27

Re: Bette Davis (1908-1989)

Post by Flavia »

Fiancée contre remboursement (The Bride Came C.O.D.) - William Keighley (1941)

Image
Joan Winfield, jeune et riche héritière, va épouser un musicien coureur de jupons. Le père de Joan est prêt à tout pour l'empêcher de convoler avec son prétendant, y compris d'engager un pilote sans scrupules pour la kidnapper et la remettre dans le droit chemin.

The Bride Came C.O.D. est une comédie délicieuse où la légèreté du scénario est compensée par la présence de deux grands acteurs, Bette Davis et James Cagney, très à l'aise, tous les 2, dans un rôle comique. Le rythme effréné du film le transforme en course poursuite, avec son lot de rebondissements, de disputes, de coups bas, et mots doux :wink: échangés entre les deux protagonistes.
Image
Bette Davis est hilarante en héritière légèrement hystérique qui finit souvent le derrière dans les cactus (il a été narré que lors du tournage, dans la Vallée de la Mort, elle est tombée dans un cactus et que le réalisateur a décidé d'intégrer ce gag dans le film). :) James Cagney, quant à lui, très naturel et dynamique, semble monté sur pile électrique :) et il faut l'entendre imiter le coyotte. Les deux acteurs donnent l'impression de s'amuser devant la caméra, on sent une réelle osmose entre eux 2 et l'ambiance générale du film y gagne énormément.
Image
William Keighley réussit un film réellement attachant, distrayant, et qui atteint son but. Bette Davis et James Cagney sont toujours aussi agréables à regarder jouer, et font de ce film une friandise que l'on aime consommer sans modération.
Vieux parasite
Assistant(e) machine à café
Posts: 213
Joined: 15 Jan 12, 20:24

Re:

Post by Vieux parasite »

The Old Maid, Goulding,1939
Nestor Almendros wrote:LA VIEILLE FILLE (THE OLD MAID) d'Edmund Goulding (Cinéma de Minuit)

J'aime beaucoup. C'est le genre d'exemple type de film à priori bien lourd qui passe pourtant, avec moi, comme une lettre à la poste grâce à son cachet naphtaliné qui lui donne un charme fou.
C'est une jolie redécouverte que je viens de faire. C'est un mélodrame qui n'évite aucuns poncifs, ça y va dans tous les sens, on a droit à tous les clichés du genre. Mais ça reste passionnant.
Entre pulsions maternelles, dualités, passions renfermées, société bourgeoise cadenassée, secrets, guerre, il se passe beaucoup de choses. Mais le rythme du film est trépident, ça va à une vitesse folle (on retrouve encore des mouvements de caméra très calculés).
C'est le genre de film qui a ses limites (les moins "fleur bleue" seront vite lassés) mais j'y ai pris un grand plaisir cette fois-ci.
Par le plus grand des hasards, j'ai découvert ce film juste après avoir vu L'évantail de Lady Windermere de Lubitsch, et le parallélisme de la figure de mère sacrifiée (aux exigences d'une société puritaine) qui évite à sa fille la même déchéance, saute aux yeux. Sans doute est-ce la raison pour laquelle j'ai eu beaucoup d'indulgence pour toutes les ficelles du mélodrame, très efficaces dans l'émotion produite.
bruce randylan wrote:Entièrement d'accord avec toi.
Les ficelles sont à ce point grosses qu'elles aurait pu servir à la construction du Golden Gate mais c'est passé merveilleusement pour moi.
le drame est déchirant porté par une sensibilité et une grace trés émouvante ( les larmes sont venues à 2 reprises ) avec une réalisation dynamique et sans temps mort qui parvient à faire avaler la pillule du scenario ( dommage qu'on n'échappe pas à 2-3 dialogues un peu trop explicatif ).
Les deux actrices sont formidables dans leur affrontement.
Miriam Hopkins étonnante dans sa manipulation pour empêcher le mariage de sa cousine et toujours pleine de joie en opposition avec sa cousine.
Bette Davies campe une vraie mère contrariée et joue une fausse tante accariâtre pour préserver sa fille (on la voit alterner les deux rôles, dans un beau moment de jeu d'acteur lorsqu'elle répète son rôle de rabat-joie pour accueillir sa fille rentrée trop tard d'un bal) ; elle est vraiment admirable dans la scène de la veille du mariage de sa fille, où elle prend enfin l'ascendant sur Miriam Hopkins, bien décidée à prendre sa place de mère, une seule fois, et qu'elle y renonce pour le bonheur et la sérénité de sa fille.

(hormis ma présentation, c'est ma première contribution au forum !)
User avatar
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8841
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Bette Davis (1908-1989)

Post by feb »

Sois le bienvenu et bonne continuation à toi sur cette section du forum :wink:
Vieux parasite
Assistant(e) machine à café
Posts: 213
Joined: 15 Jan 12, 20:24

Re: Bette Davis (1908-1989)

Post by Vieux parasite »

Dark Victory, Goulding, 1939

Pas grand chose à rajouter sur ce film après la lecture de Kurwenal, Sybille et Cathy.

Un très beau mélodrame au scénario convenu, porté par le jeu impressionnant de Bette Davis qui incarne tour à tour la jeune fille faussement insouciante qui cache l'angoisse causée par ses maux, passe à l'acceptation de son opération, devient une fiancée idéale, se révolte contre l'ignorance dans laquelle on l'a laissée, adopte une conduite borderline pour finalement devenir l'épouse aimante et pleine de vie avant une fin abrupte, d'une dignité stoïcienne exemplaire.

Belle idée, pas très originale, mais efficace que le parallèle avec les deux chevaux - et relation intéressante entre l'héritière insouciante et l'entraineur irlandais (Bogart), que ce soit au début dans leur rapport de force taquin, puis dans leur scène érotiquement chargée qui incline l'héroïne à revenir vers son fiancé ou à la fin lorsque devant sa vitalité il se félicite de ses prières, laissant Bette Davis suggérer amertume ou appréhension (difficile de caractériser le sentiment qui sourd de son jeu à ce moment).

Décidément, cette boîte à biscuit est une merveille (c'est le quatrième des neuf films que je vois après Jezebel, The letter et Baby Jane) !
User avatar
Flavia
My Taylor is rich
Posts: 3735
Joined: 4 Jun 11, 21:27

Re: Bette Davis (1908-1989)

Post by Flavia »

La boite à biscuits contient d'autres merveilles :) Now, Voyager et Mr. Skeffington en font partie, deux bons crus de Bette Davis. Je suis sûre que tu apprécieras ces deux films :)
Vieux parasite
Assistant(e) machine à café
Posts: 213
Joined: 15 Jan 12, 20:24

Re: Bette Davis (1908-1989)

Post by Vieux parasite »

Mr Skeffington, Sherman, 1944

Heureusement que je me suis contenté de suivre le conseil de Flavia en ouvrant la boîte à biscuits, sans lire les commentaires dans ce topic, élogieux et très bien sentis sur le film (auxquels je me joins avec enthousiasme) : si j'avais su que j'allais regarder un film de cette durée centré sur une femme gâtée égocentrique, vaniteuse et un brin idiote, je n'aurais certainement jamais vu le film !

C'est drôle, en effet, l'un des commentaires ici parle de vaudeville, c'est exact, les dialogues sont bien écrits et font souvent sourire. Rains interprète le personnage éponyme de manière convainquante et attachante (le seul qui ne manifeste aucune hostilité envers les Allemands pendant la diffusion des actualités de la Première Guerre, alors même qu'il sera la seule victime du nazisme à la fin du film) ; le cousin répond aux mêmes caractéristiques - quelques secondes dans le film, on a un léger doute sur la possibilité pour des personnes de cette humanité à pouvoir s'attacher à une péronnelle pareille !

Mais c'est clairement un film fait pour et par Bette Davis, qui porte son personnage tout du long sans qu'on se pose à un seul instant la question de la vraisemblance (déjà dans Elizabeth and Essex, le vieillissement et l'enlaidissement est outré et pourtant on croit qu'il l'aime alors qu'elle n'est en rien aimable ...) et qui rend passionnant et crédible (oui, j'ai versé une larme à la fin, c'est donc bien un mélodrame :uhuh: ) un film de bonne facture sur un sujet absolument inintéressant. Quelle actrice !

Après ça, je suis plus enthousiaste que jamais pour regarder les quatre films qui me restent à voir dans la boîte à biscuits et les quatre à découvrir dans le coffret bleu du centenaire, et surtout revoir tous les films déjà vus :D
Vieux parasite
Assistant(e) machine à café
Posts: 213
Joined: 15 Jan 12, 20:24

Re: Bette Davis (1908-1989)

Post by Vieux parasite »

Now, Voyager (1942), Rapper

J'ai suivi le conseil de Flavia, ai rouvert la boîte à biscuits et me suis plongé dans ce film. C'est merveilleux de part en part, sans aucune réserve cette fois-ci (pour Mr Skeffington le rôle de Bette Davis ne suscite pas nécessairement la sympathie). Difficile tout de même d'établir une hiérarchie entre tous ces mélodrames.

Bette Davis toujours aussi prenante que ce soit en vieille fille, de nouveau affreusement grimée (pire que dans The old maid) sous la férule d'une mère castratrice, en jeune fille qui cherche à s'affirmer en se réfugiant avec un officier dans une voiture sur le pont d'un bateau, en mystérieuse Mrs Beauchamp et enfin en femme sure de son destin ! C'est lorsqu'elle est enfin assurée, belle et impudemment sophistiquée qu'elle en impose le plus – surtout à sa famille. La manière dont elle investit la maison en allumant le feu dans l'âtre montre bien que c'est elle qui anime désormais ce foyer. Le changement est total lorsqu'à la fin on fait frire des saucisses dans la cheminée et on s'assied par terre !
L'histoire d'amour avec Jerry qui la révèle à elle-même est touchante et crédible. Les scènes avec les deux cigarettes sont d'anthologie (d'autant plus que la cigarette est bien le signe de cette émancipation d'abord impossible, puisqu'elle fume en cachette, puis réalisée). Lorsqu'elle se prend à devenir une mère de substitution pour la fille de ce dernier, elle est un brin manipulatrice, mais toujours convaincante.

Pour Jerry, je dois avouer avoir eu le sentiment d'avoir déjà vu ce Paul Henreid quelque part, mais que cela fait trop longtemps que je n'ai vu Casablanca (tourné la même année) et que je ne me rappelle plus de lui dans Les quatre cavaliers de l'Apocalypse :oops: .

Mr Rains est excellent en psychiatre libéral – je trouve cet acteur de plus en plus intéressant (après Mr Skeffington), je suis curieux de voir son César en face de Vivien Leigh (je lui trouve d'ailleurs une troublante ressemblance avec un homme politique français qui a dû récemment mettre un terme à sa carrière – suis-je le seul à avoir cette impression ?) Quels sont ses autres rôles importants ?

Je ne sais pas qui est ce Rapper qui réalise, son film est superbe, sans fausse note. Les flashbacks sont introduits par des pages de romans, ceux que Mrs Vale cache dans sa chambre sans doute. L'usage et la transformation de la demeure bostonienne est éloquent, métaphore de celle de l'héroïne, d'empesée et morne au début à un lieu de joie et de vraie sociabilité à la fin du film (sans parler de la visite faite par le psychiatre au début du film) – et c'est par une de ses fenêtres ouverte sur laquelle se finit le film avec une belle réplique « Don't ask for the moon, we have the stars »

Beau clin d'oeil dans le patronyme de la nurse : « Pickford, Dora not Mary ! »
Le monteur au générique Don Siegel est-il le même que celui qu'on connait par la suite ? (sans doute !)

Je ne sais pas si ce qui reste dans la boîte est du niveau de ce que j'ai déjà vu, mais j'ai hâte d'y retourner :D
Lord Henry
A mes délires
Posts: 9466
Joined: 3 Jan 04, 01:49
Location: 17 Paseo Verde

Re: Bette Davis (1908-1989)

Post by Lord Henry »

Bette Davis a aussi eu une carrière télévisuelle. Je me souviens notamment de cette bizarrerie avec Robert Wagner - un pilote pour série, qui s'est retrouvé directement en salle faute d'avoir été diffusé:

Image
User avatar
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8841
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Bette Davis (1908-1989)

Post by feb »

Vieux parasite wrote:Mr Rains est excellent en psychiatre libéral – je trouve cet acteur de plus en plus intéressant (après Mr Skeffington), je suis curieux de voir son César en face de Vivien Leigh (je lui trouve d'ailleurs une troublante ressemblance avec un homme politique français qui a dû récemment mettre un terme à sa carrière – suis-je le seul à avoir cette impression ?) Quels sont ses autres rôles importants ?
De ce que j'ai vu je dirais : Casablanca, Lawrence d'Arabie, Mr. Smith au sénat, Notorious, Robin des Bois, Deception (avec Bette Davis et Paul Henreid), Les amants passionnés...
Par contre César et Cleopatre, je n'en ai pas gardé un grand souvenir, ce n'est pas mauvais mais j'ai trouvé le traitement du film très particulier comme si le film hésitait entre le sérieux et le comique. Mais je te conseille de te fare un avis par toi même bien entendu :wink: Et puis bon il y a Vivien Leigh donc rien que pour ça il faut voir le film :oops:
Lord Henry
A mes délires
Posts: 9466
Joined: 3 Jan 04, 01:49
Location: 17 Paseo Verde

Re: Bette Davis (1908-1989)

Post by Lord Henry »

Pour Claude Rains, on peut aussi commencer par celui-ci:

Image
Vieux parasite
Assistant(e) machine à café
Posts: 213
Joined: 15 Jan 12, 20:24

Re: Bette Davis (1908-1989)

Post by Vieux parasite »

De ce que j'ai vu je dirais : Casablanca, Lawrence d'Arabie, Mr. Smith au sénat, Notorious, Robin des Bois, Deception (avec Bette Davis et Paul Henreid), Les amants passionnés...
Dire que j'ai vu, voire vu plusieurs fois, les cinq premiers :oops: (et à la réflexion, il doit jouer aussi dans L'aigle des mers), il ne fait vraiment pas bon être second rôle avec d'aussi piètres spectateurs que moi :mrgreen:


Lord Henry wrote:Pour Claude Rains, on peut aussi commencer par celui-ci
Merci beaucoup Lord Henry, voilà un abord original pour voir Rains :uhuh:

J'ai vu ce film étant enfant (pré-adolescent peut-être même) et j'en ai gardé un très bon souvenir (sans retenir que celui qu'on ne voit pas est Rains), il m'avait marqué, plus que Dr Jekyll & Mr Hyde (avec Tracy) par exemple, vu à la même époque à la télévision, mais depuis je n'ai pas réellement exploré ce genre de manière approfondie - je vais donc déterrer l'homme invisible qui repose en paix dans le coffret cercueil des films d'horreur Universal :mrgreen:

Je suis horriblement porté au HS, on finira par me prendre non seulement pour un parasite mais aussi pour un troll :uhuh:

La prochaine fois que je parle de Rains ici ce sera pour Deception, voire Juarez, promis :roll:
User avatar
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8841
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Bette Davis (1908-1989)

Post by feb »

Vieux parasite wrote:La prochaine fois que je parle de Rains ici ce sera pour Deception, voire Juarez, promis :roll:
Celui là en priorité :mrgreen: D'après ce que j'ai pu lire, Davis n'a pas le rôle principal mais j'aimerais bien en savoir plus sur ce film :wink: Tu l'as dans la collection Warner Archive ?
Vieux parasite
Assistant(e) machine à café
Posts: 213
Joined: 15 Jan 12, 20:24

Re: Bette Davis (1908-1989)

Post by Vieux parasite »

feb wrote:Celui là en priorité :mrgreen: D'après ce que j'ai pu lire, Davis n'a pas le rôle principal mais j'aimerais bien en savoir plus sur ce film :wink: Tu l'as dans la collection Warner Archive ?
Malheureusement non, d'où l'adverbe :lol:
Même quand B&N les vend à 50 %, le prix est rédhibitoire, quand on pense qu'on peut trouver des merveilles à 2 euros chez Noz :uhuh: et que le support dvd, pas plus que tous les autres, n'est du marbre :wink:

En parlant de marbre, j'ai vu Caesar and Cleapatra, payé 4 GBP :mrgreen: - il faut que je trouve un topic où poster ce que je pense de ce film qui est bien différent des deux autres Cléopatre que je connais (De Mille et Mankiewicz) et dont le ton est en effet plus léger.
User avatar
zigfrid
Assistant opérateur
Posts: 2507
Joined: 30 Nov 10, 11:30

Re: Bette Davis (1908-1989)

Post by zigfrid »

j'adore ce pseudo :D
(je m'excuse pour la platitude déconcertante de cette intervention,qui n'apporte rien, ne serait-ce qu'un quart de poil de goutte d'eau au moulin du topic) :o
:oops: