Yves Boisset

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

batfunk
Electro
Posts: 802
Joined: 22 Apr 11, 00:38

Re: Yves Boisset

Post by batfunk »

C'est gentil de me répondre Supfiction, mais c'était sur le fil j'accuse de Polanski :mrgreen:
Effectivement, on a eu droit à quelques films récents sur des moments polémiques de la France contemporaine, mais pas totalement réussis selon moi.
On est loin de l'efficacité des Zero Dark Thirty et Detroit de Bigelow ou d'un Good Night and Good Luck de Clooney
Amen parle plutôt du Vatican, non? . Je n'ai pas vu Welcome, ni la Journée de la Jupe.
Pour moi,le dernier film brulôt qui m'ait impressionné, c'est En Guerre de Stéphane Brizé :shock:
Je pense aussi que notre société, où tout est sujet à procès, doit refroidir beaucoup de producteurs...
Remarquez, c'était déjà le cas à l'époque des Boisset et Costa-gavras, leur mérite n'en est que plus grand.
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 17703
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Yves Boisset

Post by Supfiction »

Je réagissais à ça :
«Voyez-vous un film français récent qui serait insolent par rapport aux institutions ou bien qui aborderait de front ou de manière critique un des grands problèmes de notre société?» demandait les cinéphiles de L’Ouvreuse à Yves Boisset en 2013.

À cette question, la réponse du réalisateur n’a pas tardé. Elle était claire, nette et précise: «Aucun».
Je ne suis pas sûr que les trois films que tu viens de citer correspondent d’ailleurs à cette catégorie.
batfunk
Electro
Posts: 802
Joined: 22 Apr 11, 00:38

Re: Yves Boisset

Post by batfunk »

Autant pour moi, je n'avais pas compris que tu faisais reference à l'article sur Boisset, sorry. :oops:
En Guerre sur les délocalisations est effectivement dans le sujet, les Bigelow moins... :mrgreen:
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92001
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Yves Boisset

Post by Jeremy Fox »

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92001
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Yves Boisset

Post by Jeremy Fox »

User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 47393
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Yves Boisset

Post by Flol »

Jeremy Fox wrote: 25 Mar 21, 07:59 Kévin Béclié
Aka Kevin95 ? :o
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92001
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Yves Boisset

Post by Jeremy Fox »

Flol wrote: 25 Mar 21, 11:50
Jeremy Fox wrote: 25 Mar 21, 07:59 Kévin Béclié
Aka Kevin95 ? :o
Non pas du tout.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 47393
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Yves Boisset

Post by Flol »

Image
User avatar
Joshua Baskin
ambidextre godardien
Posts: 10018
Joined: 13 Apr 03, 20:28
Location: A la recherche de Zoltar

Re: Yves Boisset

Post by Joshua Baskin »

Flol wrote: 25 Mar 21, 14:44 Image
Loupé

(Attention contrepetrie un peu tordue).
Laissez-moi passer, je suis Francis Moury
User avatar
Zelda Zonk
Amnésique antérograde
Posts: 13234
Joined: 30 May 03, 10:55
Location: Au 7e ciel du 7e art

Re: Yves Boisset

Post by Zelda Zonk »

Canicule (Yves Boisset - 1984)

Image

Clairement un OVNI dans le cinéma français, ou un film WTF comme on dit maintenant. Rien que pour ça, il mérite le détour, mais le résultat est toutefois trop bancal et inégal pour susciter mon adhésion complète.
Le film vaut surtout pour sa distribution (Lee Marvin, Miou-Miou, Jean Carmet, Victor Lanoux, Bernadette Lafont, mais aussi le jeune David Bennent qui jouait le rôle principal dans Le tambour) et sa tonalité pour le moins originale, entre le néo-noir et la comédie franchouillarde. C'est précisément cette approche culotée et décalée qui ma déconcerté. Un peu comme si Yves Boisset avait poussé le curseur un peu trop loin à différents niveaux, sans parvenir à trouver le juste équilibre : les nombreuses invraisemblances du scénario, dès la séquence introductive du braquage, le jeu parfois outré dans la franche grivoiserie (Lanoux, Lafont...) et surtout les dialogues qui sentent le Audiard à plein nez et du coup paraissent trop écrits, trop bavards, trop récitatifs, peu crédibles, surtout dans la bouche de l'enfant. C'est vraiment dommage, et au sortir du film, j'avais un sentiment de gâchis, tant il y avait là matière à faire un grand film, par exemple en exploitant mieux la topographie très cinégénique de la Beauce et surtout en dosant mieux l'équilibre entre le polar et la comédie, à l'image d'un Tavernier dans Coup de torchon, film relativement cousin dans sa tonalité. Bref, un film de genre audacieux, à voir assurément, mais qui me laisse clairement un goût d'inachevé.

5,5/10
User avatar
Thesix
Machino
Posts: 1483
Joined: 27 Jul 19, 19:18

Re: Yves Boisset

Post by Thesix »

Cela correspond assez bien aux souvenirs que j'ai de la seule fois où je l'ai vu.
Amazon, c'est le mal ! :mrgreen: (avec l'augmentation des débits)
User avatar
shubby
Machino
Posts: 1287
Joined: 27 Apr 08, 20:55

Re: Yves Boisset

Post by shubby »

Folle à tuer. Très bien et joliment joué, même par le gosse (quel casting !). Final en mode mineur, mais le jeu jubilatoire de Lonsdale assure la satisfaction.
Du coup, j'ai lu le roman. J'avais commencé par la BD de Tardi. Cette dernière, formidable, a tout du story board pour justifier un remake (beaucoup) plus hard boiled de cette histoire. On peut s'accaparer Julie comme on veut là-dedans : belle femme, mocheté aux grosses mains, voire un travesti/trans - par deux fois Manchette la compare à un trav'. Le côté keupon marche à fond. Ca m'a donné envie de revoir Dobermann. Quant au gosse, on le croirait parfois échappé d'une bd de Matsumoto.
Marrant aussi de penser que la héroïne a tout d'une Nikita avant l'heure ; que Besson devait connaître ce bouquin et que la rencontre Besson/Tardi d'Adèle Blanc-sec ne doit finalement rien au hasard.
Nota : la France urbaine et rurale de 1975 est superbement déclinée dans ce film.