Arthur Penn (1922-2010)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 18086
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Arthur Penn (1922-2010)

Post by Kevin95 »

Image

DEAD OF WINTER (Arthur Penn, 1987) découverte

La séquence d'exposition est d'une redoutable efficacité. Hiver, vent glacial, femme emmitouflée dans un grand manteau et un large chapeau, une sacoche pleine de billets à récupérer dans un casier, une traversée en voiture, un parking désert, le 31 décembre, une cabine téléphonique, un meurtre. Tout cela en quelques minutes et quelques lignes de dialogue.

Le reste du métrage n'est malheureusement pas de cet acabit (sans quoi, je n'aurai pas pris la peine de le détailler). Dead of Winter est un post-Hitchcock qui a révisé ses classiques (les citations pullulent) mis en scène avec beaucoup d’afféterie par un Arthur Penn vexé du bide (critique et publique) de Target. Si le réalisateur sait parfaitement installer un climat (le froid constant et le bruit du vent qui rythme la totalité du film) il est plus à la traine lorsqu'il s’agit de suspense et de tension. Les scènes chocs sont filmées classiquement (pour ne pas dire sans imagination) tandis que les retournements de situations ont déjà été employés dans trois camions de films antérieurs. Même sans surprise, Dead of Winter trouve son intérêt dans une atmosphère étouffante, pas loin par moment de Twin Peaks et par le choix de comédiens sous-employés : Mary Steenburgen et Roddy McDowall.

L'actrice principale donne un surplus d'humanité et de fragilité au film. Son jeu tout en retenu se fracasse en mille morceaux face à la cruauté du script. Un frisson parcourt les avants-bras lorsque celle-ci hurle à la mort lorsqu'elle découvre qu'un doigt lui a été ravie. Malgré son rythme en dos de chameau, le film passe tranquillement sans faire trop de boucan.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9813
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Arthur Penn (1922-2010)

Post by Alexandre Angel »

J'avais déjà lu le message précédent mais je le relis à l'instant avec d'autant plus d'attention que je viens de revoir Target, sur un support Paramount au format tronqué et sans sous-titre français (je ne l'ai pas payé cher, heureusement), et que Dead of winter ne peut être que meilleur. A revoir, Target est une catastrophe. Vu à sa sortie, j'en avais un souvenir plus clément. C'est en fait routinier, quelconque, ringard, moisissant dans les plis et replis téléfilmesques d'une décennie 80' sous obédience Cannon. A revoir, c'est limite ridicule.. Sortez-nous Georgia en BR par pitié!
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 91752
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Arthur Penn (1922-2010)

Post by Jeremy Fox »

Réalisé par Arthur Penn en 1970, Little Big Man conte le récit d’apprentissage de Jack Crabb, anti-héros balloté entre deux cultures – admirablement incarné par Dustin Hoffman –, à travers une succession d’aventures abordant des registres multiples (la comédie, le drame lyrique, le western réflexif). Une fresque grandiose et tragi-comique sur la conquête de l’Ouest, à contempler dans sa sublime version restaurée dès ce 20 juillet grâce à Carlotta !
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 91752
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Arthur Penn (1922-2010)

Post by Jeremy Fox »

User avatar
Zelda Zonk
Amnésique antérograde
Posts: 13177
Joined: 30 May 03, 10:55
Location: Au 7e ciel du 7e art

Re: Arthur Penn (1922-2010)

Post by Zelda Zonk »

Enfin découvert La Fugue, hier soir, et je rejoins le camp des déçus. Le film semble constamment naviguer entre deux eaux, sans jamais trouver sa tonalité principale (film noir ? étude de mœurs ? drame ?), et n'est clairement pas aussi maîtrisé que les plus grandes réussites de Penn en termes de mise en scène, avec un montage parfois déroutant. Reste la prestation de Gene Hackman, toujours aussi juste, et la présence de Mélanie Griffiths dans le rôle d'une jeune nymphette de 16 ans. Un film atypique, et donc intéressant, mais qui reste mineur à mon sens dans la filmo du réalisateur.

Mon Top actualisé [avec une certaine émotion car ce topic fut mon bébé, le premier que j'ai créé en 2003 (comme le temps passe !)] :)

1 - Bonnie and Clyde
2 - Miracle en Alabama
3 - Little Big Man [J'avais rédigé la chronique Classik à l'époque, sous mon ancien pseudo :arrow: http://www.dvdclassik.com/critique/little-big-man-penn]
4 - La poursuite impitoyable
5 - Georgia
6 - Le Gaucher
7 - La fugue
8 - Missouri Breaks
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9813
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Arthur Penn (1922-2010)

Post by Alexandre Angel »

Pour moi, son chef d'oeuvre est Georgia, j'en suis de plus en plus persuadé.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 91752
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Arthur Penn (1922-2010)

Post by Jeremy Fox »

Alors qu'au contraire ses films ont de plus en plus de mal à me passionner à l'exception de La Poursuite impitoyable et surtout mon préféré, Missouri Breaks. Le reste, plus trop client. :(
User avatar
Frances
Assistant opérateur
Posts: 2816
Joined: 3 Oct 12, 20:24

Re: Arthur Penn (1922-2010)

Post by Frances »

Missouri breaks de Arthur Penn (1976) – Jack Nicholson, Marlon Brando, Kathleen Lloyd, Harry Dean Stanton, Frederic Forrest.


Image


Un film qui désarçonne par son refus de suivre les archétypes du genre. Les composantes du western sont bien présentes mais Arthur Penn en joue, les bouscule et propose des variations nouvelles. A titre d’exemple la scène d’ouverture est remarquable, audacieuse. Trois hommes chevauchent dans un paysage magnifié par un ciel gris-bleu. Ode au grands espaces pensent-on à tort, car le dialogue anticipe la scène suivante et brise brutalement la contemplation et la quiétude qui en découlaient. S’en suit une pendaison brutale sans autre forme de procès. La caméra s’attarde sur les visages de la communauté venue assister au spectacle sans s’émouvoir de cette mise à mort. Première rupture de ton et le film en regorge. Cruauté, romantisme, violence, comédie, surenchère, dérision, lyrisme… Missouri breaks, c’est un peu tout cela alternativement.
Accouché à la fin du Nouvel Hollywood, le film porte les stigmates de son époque et rebat les cartes du classicisme rudoyé depuis quelques années. Mais reprenons : d’un côté Braxton (John McLiam), grand propriétaire omnipotent, de l’autre une bande de voleurs de chevaux insouciants, provocateurs. Bref « en marge » donc nuisibles. Au milieu Robert Lee Clayton « Le régulateur », sorte de bouffon polymorphe et pervers, en charge de les décimer.

Nous voilà face à une thématique récurrente. Ce qui l’est moins, c’est la façon dont Arthur Penn joue sa partition n’hésitant pas à pianoter sur plusieurs registres. Exemples : l’attaque du train vire à la comédie et tutoie le O’Brothers des frères Coen. La romance entre Jack Nicholson et Kathleen Lloyd chambarde l’image convenue du couple, laisse libre cours à l’expression du désir féminin et est traitée avec beaucoup de sensibilité et de délicatesse. Les chevauchées, le vol des chevaux sont empreints d’un vrai souffle. Les décors se démarquent de ceux trop stéréotypés qu’on a vus et revus à longueur de westerns. Il existe dans Missouri Breaks une authenticité qui favorise l’immersion du spectateur.

Soit, l’exubérance des « toilettes » du Régulateur frise le ridicule et les excentricités de l’interprétation de Brando atteint des sommets. D’aucuns s’agaceront d’ailleurs de ses facéties et du cabotinage de l’acteur, de sa gourmandise à phagocyter le cadre, de ses inventions grand-guignolesques pour rafler l’attention. A mes yeux, c’est ce qui en fait toute la saveur.
Soit, le film est un peu bancal mais pas moins enthousiasmant. La faiblesse d’un scénario chiche a finalement profité à l’œuvre qui a absorbé les extravagances, les improvisations, les confrontations, bref la créativité sous toutes ses formes.

Dernière petite remarque, quand il réalise Les frères Sisters, Jacques Audiard fait mention de l’influence du cinéma américain des années 70. J’ai relevé au moins deux emprunts à Missouri Breaks : deux scènes nocturnes.
- La première autour d’un feu de camp, lorsque Brandon s’amuse à mettre une sauterelle dans la bouche de Randy Quaid endormi.
– La seconde quand Brando met le feu à la ferme et qu’Harry Dean Stanton en sort tel une torche vivante. (Ca rappelle furieusement la scène d’ouverture des Frères Sisters avec ce cheval qui sort en flammes de la grange incendiée.)
"Il faut vouloir saisir plus qu'on ne peut étreindre." Robert Browning.
" - De mon temps, on pouvait cracher où on voulait. On n'avait pas encore inventé les microbes." Goupi
Mains Rouges.

Mes films du mois :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Jan 21 : Cousin Jules
Fev 21 : Midnight special
Mar 21 : Nanouk l'esquimau
Avr 21 : Garden of stones
Mai 21 : Fellini Roma
patrouilleur loubard
Stagiaire
Posts: 45
Joined: 27 Jun 18, 16:29
Location: au ras des pâquerettes

Re: Arthur Penn (1922-2010)

Post by patrouilleur loubard »

Je ne pense avoir croisé la route d'autres films d'Arthur Penn :

Bonnie and clyde (1967)
Little big man (1970)
The missouri breaks (1976)

Sans ordre de préférence pour ma part, leur visionnage (diffusion TV) ne date pas d'hier mais d'avant-hier.

Bon, je crois me souvenir que The missouri breaks était le plus (agréablement) déconcertant du trio.
Un seul moyen pour en avoir le coeur net : lui rendre une petite visite.

pat'
Last edited by patrouilleur loubard on 7 May 21, 19:19, edited 1 time in total.

Monsieur Naudin, vous faites sans doute autorité en matière de bulldozer, de tracteur et caterpillar, mais vos opinions sur la musique moderne et sur l'art en général, je vous conseille de ne les utiliser qu'en suppositoire.
- Michel Audiard -
User avatar
la_vie_en_blueray
Décorateur
Posts: 3749
Joined: 30 Jan 17, 19:26

Re: Arthur Penn (1922-2010)

Post by la_vie_en_blueray »

Tu peux essayer la fugue avec Gen Hackman, très sympa.

La poursuite impitoyable est aussi mémorable.
patrouilleur loubard
Stagiaire
Posts: 45
Joined: 27 Jun 18, 16:29
Location: au ras des pâquerettes

Re: Arthur Penn (1922-2010)

Post by patrouilleur loubard »

Merci à toi, je vais m'y intéresser.

pat'

Monsieur Naudin, vous faites sans doute autorité en matière de bulldozer, de tracteur et caterpillar, mais vos opinions sur la musique moderne et sur l'art en général, je vous conseille de ne les utiliser qu'en suppositoire.
- Michel Audiard -