Jack Lee Thompson (1914-2002)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

davidhofer
Stagiaire
Posts: 63
Joined: 20 Feb 06, 19:37

Post by davidhofer »

Jack c'est un diminutif de John il me semble. Par exemple on appelait parfois John Kennedy "Jack". A vérifier, je ne suis pas sûr.
Who will survive and what will be left of them?
Image
User avatar
Roy Neary
Once upon a time...
Posts: 51301
Joined: 12 Apr 03, 01:42
Liste DVD

Post by Roy Neary »

davidhofer wrote:Jack c'est un diminutif de John il me semble. Par exemple on appelait parfois John Kennedy "Jack". A vérifier, je ne suis pas sûr.
C'est tout à fait ça. Pareil pour Jack/John Ford.
Image
julien
Oustachi partout
Posts: 9045
Joined: 8 May 06, 23:41

Post by julien »

Jack Lee Thompson a également réalisé ce film qui est loin d'être raté :

Image

L'histoire d'une fillette de 10 ans qui devient la principale témoin d'un meurtre et qui décide de protéger le meurtrier. (Le film est en n&b)

Un film qui n'est toujours pas édité en dvd ici en France.
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 21503
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Post by Nestor Almendros »

MADAME CROQUE-MARIS (WHAT A WAY TO GO) (1964)

J'avais lu cet avis de Sybille en décembre dernier:
Louisa May (Shirley MacLaine), quatre fois veuve de maris richissimes, affole son psychiatre et le centre des impôts en voulant donner sa fortune à l'Etat...
Un petit film sympathique qui vaut essentiellement pour sa pléiade de stars (Dean Martin, Paul Newman, Robert Mitchum et Gene Kelly). Le film est découpé en quatre épisodes qui tous racontent une des aventures matrimoniales de Louisa, avec à chaque fois en illustration un parallèle assez amusant avec un style de film, comme le muet ou la comédie musicale. C'est drôle et ça ne prête pas à conséquence, juste de quoi passer une soirée agréable, ce qui est amplement suffisant. 7/10
J'ai eu l'occasion de l'emprunter, car cet avis m'intriguait, et c'est finalement une jolie surprise. Sans être un film indéniablement parfait il reste tout à fait réjouissant, par moments. Il y a une énergie déployée, un humour (pour une fois) assez malin qui vire dans le presque portnawak. Ca fait plaisir. C'est une sorte de variation sur l'argent/le pouvoir/la richesse qui n'a d'autre but ou conséquence que de nous amuser. Point de discours lourdingue ou de réflexion creuse: on joue ici des clichés et des situations pour mieux les retourner. C'est très plaisant, d'autant que le film offre, en plus, un spectacle très varié: de la comédie romantique à la comédie musicale. Beau casting également (ah Shirley McLaine!!!!!!!!!!!!!!!!!).

Dvd correct: très bon master à la compression peut-être un peu juste (étroit dvd5...).
Julien Léonard
Duke forever
Posts: 11844
Joined: 29 Nov 03, 21:18
Location: Hollywood

Re: Notez les films naphtas - Avril 2009

Post by Julien Léonard »

Vu aujourd'hui :

Les nerfs à vif (Cape fear) / 1962 - Réalisé par Jack Lee Thompson :

Image

Qui a dit que Thompson n'était pas un bon réalisateur ?! Faudrait pas pinailler quand même là... Réalisateur de l'excellent Les canons de Navarone (revu et re-aimé, après un passage à vide... il m'avait ennuyé il y a encore deux ans, puis finalement j'aime beaucoup depuis la semaine dernière), le sieur a livré de bons films au cours de sa carrière, comme avec Aux frontières des Indes. Et puis, il fallait bien un bon technicien comme lui pour sauver les deux épisodes de la "planète des singes" qu'il a fait, et surtout pour des produits tels que Ten to midnight (bon thriller) et quelques autres Bronsonneries made in Cannon (les rares bons films de la firme, c'est lui... je trouve). Et puis, j'ai toujours eu une faiblesse pour l'élégant et sophistiqué Monsieur St Yves, à la fois référentiel et classieux (avec la musique du sieur Schiffrin) : le bon temps, où Bronson était formidable !

Bref, trêve de tergiversations... ce Les nerfs à vif est peut-être le meilleur film de Thompson. Très Hitchcockien (un peu trop parfois), dans sa mise en scène (plans d'angoisse très méthodiques... quoique trop mécaniques pour être à la hauteur des meilleurs Hitchcock), dans sa musique (Bernard Herrmann himself, qui nous ressert ses partitions à peine changées de La mort aux trousses et Pas de printemps pour Marnie à satiété) et dans son atmosphère (noir & blanc très Psychose et très oppressant), le film est un solide exercice du genre. Le rythme est excellent, très soutenu, et ne relâche jamais la pression. Le moins que l'on puisse dire, c'est que Mitchum met vraiment les nerfs de Gregory Peck à vif ! Le premier est une fois de plus extraordinaire : on le sait, Mitchum n'a pas grand-chose à faire pour crever l'écran, il est dantesque (dans la bande-annonce d'El Dorado, ne disait-on pas "The big one (John Wayne) with the big two (Robert Mitchum) ?!"... ça veut tout dire quant à sa popularité auprès du public). Et quand il joue les ordures et/ou les psychopathes, il est peut-être encore meilleur (La nuit du chasseur en témoigne brillamment). Forcément, Gregory Peck est un peu plus discret, mais il serait injuste d'oublier sa prestation, toujours juste et tout de même bien au niveau de celle de Mitchum. Ces deux acteurs ont une gueule, chacun dans leur genre, mais aussi une voix et un sacré charisme. La jeune fille de Peck est très bien incarnée par Lori Martin, et sa femme également, par Polly Bergen. Casting sans faute et, disons-le, carrément quatre étoiles ! Scénario carré, photographie bien contrastée... le tout mené jusqu'à une dernière séquence d'une bonne demi-heure littéralement stressante. C'est d'ailleurs dans cette dernière partie que le réalisateur s'affranchit des codes hitchcockiens pour mieux proposer une mise en scène différente, et du coup bien plus énervée et originale (Hitchcock est unique, inutile de s'essayer à le singer) : le moment où Gregory Peck court en fonçant dans la végétation, avec cette caméra en travelling latéral, en est un exemple probant. 47 ans après, le film fonctionne encore vraiment, et ça fait rudement plaisir !

Certes, Jack Lee Thompson reste un technicien... mais un technicien habile, connaissant parfaitement son job, et qui, avec un bon scénario, peut faire de très bonnes choses : Les nerfs à vif est un petit bijou que je ne connaissais pas, et bien je ne regrette pas mon achat.

8,5/10
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 91703
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Notez les films naphtas - Avril 2009

Post by Jeremy Fox »

Qui a dit que Thompson n'était pas un bon réalisateur ?!
:fiou:
Réalisateur de l'excellent Les canons de Navarone
Gros gros ennui
le sieur a livré de bons films au cours de sa carrière, comme avec Aux frontières des Indes.
Certainement ce que j'ai vu de mieux de sa part et pourtant je n'a pas pu m'empêcher de bailler de temps à autre.
Bref, trêve de tergiversations... ce Les nerfs à vif est peut-être le meilleur film de Thompson.
Là par contre, il me faudrait le revoir car ça commence à dater mais j'avais tout simplement détesté, m'étais ennuyé comme rarement et avait trouvé sa mise en scène totalement plate :oops:

Mais promis, à l'occasion d'une rediffusion, je retenterais.
Julien Léonard
Duke forever
Posts: 11844
Joined: 29 Nov 03, 21:18
Location: Hollywood

Re: Notez les films naphtas - Avril 2009

Post by Julien Léonard »

Comme on dit souvent, et je suis d'accord avec cette formule ô combien galvaudée, chacun ses goûts. Mais Jeremy, je t'en prie, revoie Les nerfs à vif : que l'on n'aime pas, je pourrais comprendre (après tout, si certains d'entre vous savaient à quel point je déteste certains films qui sont pourtant parmi les plus plébiscités de l'histoire du cinéma :oops: ), mais parler pour ce film d'une mise en scène totalement plate... :(

Pour ma part, et même si Thompson copie parfois un peu trop le style hitchcockien (sans la même magie, attention), il sait aussi souvent s'en affranchir pour régler des séquences d'une efficacité redoutable. Du grand ouvrage ? Non. Du bel ouvrage ? Oui. Caméra relativement rigide, mais qui compense cet aspect "brut de décoffrage" par un vrai rythme, des plans sachant élégamment contourner le simple champ/contre champ dans les dialogues (attention, là encore, si cette technique est bien employée, je n'ai rien contre... Regardez Boetticher : c'est formidable ce qu'il fait avec un simple champ/contre champ), une direction d'acteurs tout à fait recommandable et des plans parfois presque magistraux (surtout dans la dernière demi-heure, littéralement excellente).

Bref, je t'invite à le revoir d'urgence : le duo antagoniste Mitchum/Peck vaut largement le détour ! :)
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 91703
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Notez les films naphtas - Avril 2009

Post by Jeremy Fox »

Julien Léonard wrote:
Bref, je t'invite à le revoir d'urgence : le duo antagoniste Mitchum/Peck vaut largement le détour ! :)
Je n'y manquerais pas :wink:
julien
Oustachi partout
Posts: 9045
Joined: 8 May 06, 23:41

Re: Notez les films naphtas - Avril 2009

Post by julien »

Julien Léonard wrote:dans sa musique (Bernard Herrmann himself, qui nous ressert ses partitions à peine changées de La mort aux trousses et Pas de printemps pour Marnie à satiété)
Pour Marnie, il risquait pas de nous la resservir vu qu'à l'époque il l'avait pas encore composé et je trouve la musique de La Mort aux Trousses très différente de celle de Cape Fear qui est beaucoup plus sombre. Peut-être plus dans la veine de On Dangerous Ground. La musique est très efficace dans le film; surtout le générique du début, avec ce thème inquiétant où l'on voit les plans de la ville avec Robert Mitchum. Ca donne tout de suite le ton du film. Et moi aussi je trouve ce thriller plutôt efficace. Bien plus réussit en tout cas que le remake poussif de Scorsese.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.
Julien Léonard
Duke forever
Posts: 11844
Joined: 29 Nov 03, 21:18
Location: Hollywood

Re: Notez les films naphtas - Avril 2009

Post by Julien Léonard »

julien wrote:
Julien Léonard wrote:dans sa musique (Bernard Herrmann himself, qui nous ressert ses partitions à peine changées de La mort aux trousses et Pas de printemps pour Marnie à satiété)
Pour Marnie, il risquait pas de nous la resservir vu qu'à l'époque il l'avait pas encore composé et je trouve la musique de La Mort aux Trousses très différente de celle de Cape Fear qui est beaucoup plus sombre. Peut-être plus dans la veine de On Dangerous Ground. La musique est très efficace dans le film; surtout le générique du début, avec ce thème inquiétant où l'on voit les plans de la ville avec Robert Mitchum. Ca donne tout de suite le ton du film. Et moi aussi je trouve ce thriller plutôt efficace. Bien plus réussit en tout cas que le remake poussif de Scorsese.
Pour Marnie, on va dire que je me comprend... Mettons que ce sont plutôt les prémices de ce futur score. Pour La mort aux trousses, je trouve que l'on retrouve certains accents de sa musique dans Cape fear, mais ce n'est pas incompatible avec la bande-originale de On dangerous ground qui, je trouve, ressemble assez à ce que donnera par la suite La mort aux trousses dans certains de ses morceaux. Ce sont des vases communiquant, en quelque sorte. Tout à fait d'accord sinon avec ton avis sur le film de Scorcese (vu il y a quelques années)... N'ayant pas accroché, je me suis dit qu'il était temps de voir l'original.
Image
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 13297
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Notez les films naphtas - Avril 2009

Post by hellrick »

julien wrote:
Et moi aussi je trouve ce thriller plutôt efficace. Bien plus réussit en tout cas que le remake poussif de Scorsese.
Très bon souvenir que ce Cape Fear original (passé à la télé il y a très longtemps) et qui m'avait vraiment bien plu également. Par contre petit plaisir coupable pour le remake avec son DeNiro qui en fait des tonnes (et même davantage) et son final à la Vendredi 13 boosté à la testostérone et à l'acide...Oui je sais mais j'aime bien :oops:
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image
User avatar
Sybille
Assistant opérateur
Posts: 2050
Joined: 23 Jun 05, 14:06

Re: Notez les films naphtas - Avril 2009

Post by Sybille »

De Cape fear (celui de Thompson), vu il y a deux ou trois ans, je garde le souvenir d'un bon film, prenant, efficace. Je me rappelle surtout de Mitchum, la musique d'Hermann m'avait plu, je trouvais qu'elle "collait" bien avec les images. Deux scènes en particulier me sont restées en mémoire :
Spoiler (cliquez pour afficher)
celle de la mère dans l'escalier, et celle où la jeune fille s'enfuit, je crois, dans des vestiaires. Sans compter la fin bien sûr.
O'Malley
Cadreur
Posts: 4323
Joined: 20 May 03, 16:41

Re: Notez les films naphtas - Avril 2009

Post by O'Malley »

julien wrote: Bien plus réussit en tout cas que le remake poussif de Scorsese.
Je lui préfère de loin le remake de Scorsese, y compris dans ses excès: la version 1992 est plus subtile, plus ambigue, plus ambitieuse, formellement superbe et qui utilise le score de Bernard Herrmann, revisité par Elmer Bernstein, avec bcp plus de souffle.. Bref, que des +.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Notez les films naphtas - Avril 2009

Post by AtCloseRange »

O'Malley wrote:
julien wrote: Bien plus réussit en tout cas que le remake poussif de Scorsese.
Je lui préfère de loin le remake de Scorsese, y compris dans ses excès: la version 1992 est plus subtile, plus ambigue, plus ambitieuse, formellement superbe et qui utilise le score de Bernard Herrmann, revisité par Elmer Bernstein, avec bcp plus de souffle.. Bref, que des +.
Je pensais la même chose et c'est vrai que du point de vue l'ambigüité le Scorsese est beaucoup plus intéressant (Cady a quelques bonnes raisons de lui en vouloir dans le remake) mais aujourd'hui, je le trouve difficile à regarder: les scènes de ménage me gonflent et la boursouflure de la fin, j'ai du mal.
Je continue à le trouver meilleur cependant que le Jack Lee thompson (il faut dire que j'ai découvert l'original après, ce qui change un peu la donne).
Image
O'Malley
Cadreur
Posts: 4323
Joined: 20 May 03, 16:41

Re: Notez les films naphtas - Avril 2009

Post by O'Malley »

AtCloseRange wrote:
O'Malley wrote:
Je lui préfère de loin le remake de Scorsese, y compris dans ses excès: la version 1992 est plus subtile, plus ambigue, plus ambitieuse, formellement superbe et qui utilise le score de Bernard Herrmann, revisité par Elmer Bernstein, avec bcp plus de souffle.. Bref, que des +.
Je pensais la même chose et c'est vrai que du point de vue l'ambigüité le Scorsese est beaucoup plus intéressant (Cady a quelques bonnes raisons de lui en vouloir dans le remake) mais aujourd'hui, je le trouve difficile à regarder: les scènes de ménage me gonflent et la boursouflure de la fin, j'ai du mal.
Je continue à le trouver meilleur cependant que le Jack Lee thompson (il faut dire que j'ai découvert l'original après, ce qui change un peu la donne).
J'ai du mal avec la fin aussi; cependant, cette désagrégation du tissu familiale par Cady et la manière dont les auteurs sondent les petites lâchetés de Nick Nolte font de Cape Fear version Scorsese un film qui reste toujours passionnant; et puis tout l'univers de Scorsese est là: la description d'un personnage obsédé, la redemption, le poids du péché...Un film finalement assez personnel déguisé en thriller de série et en plus reprenant toute la virtuosité de son réalisateur, avec des clins à Hitchcock. J'adore! :mrgreen: