Seijun Suzuki (1923-2017)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

2501
Assistant opérateur
Posts: 2220
Joined: 26 Sep 03, 18:48
Location: Ici et ailleurs

Post by 2501 »

La Belle de l'underground (Underworld Beauty) (1958 - 87 min)

Avec "La Belle de l’underground", Suzuki donne dans le film noir classique. Réalisation élégante, beau noir & blanc très contrasté, il maîtrise déjà en 1958, 2 ans après son premier film, tous les codes et la mise en scène du genre. Il excelle même, dans les cadrages et les mouvements de caméra toujours pertinents et réglés au millimètre.

Au niveau de l’histoire c’est plus mitigé.
La belle est grande gueule mais un peu passive et pleurnicharde. Et cette course au diamants est un peu mollassonne, avant un final particulièrement réussi façon gunfight entre mafieux.
Image
noar13
Réalisateur
Posts: 6506
Joined: 14 Apr 03, 09:44
Location: paris

Post by noar13 »

Image
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Seijun Suzuki : vos avis

Post by AtCloseRange »

La vie d'un Tatoué
Si les 3/4 du film restent plutôt classique venant de Suzuki (mais se suivent quand même avec intérêt), le dernier quart d'heure est vraiment somptueux. Une rupture de style radicale où le baroque et la flamboyance habituelle du réalisateur reprennent le dessus.
Sans doute pas un des films majeurs de son auteur mais pour ce quart d'heure d'anthologie, le film est un must.
Image
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Seijun Suzuki

Post by AtCloseRange »

Le Vagabond de Tokyo
Considéré comme une des oeuvres majeures de Suzuki, c'est, il faut l'avouer, un bien bel objet formel mais c'est aussi définitivement un objet de son temps (66) quasi psychédélique et vous qui entrez dans ce film, oubliez toute compréhension de l'histoire (d'ailleurs, ça n'a aucune importance)!
On sent fortement l'influence du cinéma européen dans ces expérimentations formelles sur le montage ou l'image (ces caches sur une partie de l'image!). Ce film, c'est un peu l'enfant illégitime des Tontons Flingueurs, de Minnelli et de Godard. Il y a même un intermède western dans un saloon (ne me demandez pas pourquoi il y a un saloon!) avec une bagarre digne de celle de Dodge City.
Alors on n'y comprend pas grand chose mais on en prend plein les yeux tellement c'est sublime visuellement, un vrai déluge de couleur: du jaune (le night-club), du rouge (le mur qui devient progressivement rouge sang), du bleu (la veste du héros), le blanc (la neige, le final en noir puis en blanc).
Décidément Suzuki est un cinéaste comme aucun autre et c'est ce qui fait la force de son cinéma mais parfois j'aimerais pouvoir me rattacher un peu à l'histoire qu'il me raconte. Le film n'est pas aussi incompréhensible que la tordue Marque du Tueur mais on n'en est pas très loin. Si les films précédents de Suzuki sont un peu moins travaillés formellement, j'ai tendance à préférer leur côté un poil plus linéaire.
Allez, encore 3 à voir dans les coffrets HK: Elégie de la Bagarre, Hsitoire d'une Prostituée et Les Fleurs et Les Vagues. Encore de bien beaux moments en perspective.
Image
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Seijun Suzuki

Post by Alligator »

Je sens que je vais passer pour un rabat-joie... :)

Koroshi no rakuin (La marque du tueur) (Seijun Suzuki, 1967) :

http://alligatographe.blogspot.com/2009 ... akuin.html

Image
_______________

Non, désolé, mais c'est un non massif. Au bout de 10 minutes de film, je n'avais toujours rien compris à cette histoire écrite de façon très étrange avec de nombreuses ellipses, trop nombreuses pour le petit bourgeois que je suis devenu. C'est mon premier Suzuki et je crains que la douche soit froide. J'y regarderais à deux fois dorénavant. J'essaie tant bien que mal de me convaincre que je suis tombé avec cette "marque du tueur" sur un film plus coriace, une entrée en matière violente.

Bien entendu que peu à peu on commence, sinon à s'habituer au découpage vagabond des scènes, au moins à en démêler le bizarroïde écheveau. Mais que d'effors pour pas grand chose. Parce qu'avouez que le film n'offre pas matière à s'extasier, merde!
C'est un film noir, qui se voudrait nouvelle vague que ça ne m'étonnerait pas. Et puis pléthore d'effets de caméras, de cadrages inédits et complexes à la signification sans doute évaporée qui échappe à l'entendement de ma petite personne.

Surtout c'est l'incohérence irritante des personnages et des dialogues qui a très vite fini par me rompre méchamment les gonades. Heureusement, coup de chatte, je l'ai vu avec ma femme. A deux, on peut toujours se lancer dans une partie de ping-pong moqueur pour faire passer la pilule. Que j'avais hâte qu'ils meurent, qu'ils s'entretuent plutôt que d'entendre tout leur salmigondis inepte. Scusez le pléonasme, j'avais tellement les deux termes dans la tête pour décrire cette connerie. Le moment le plus dur à subir fut les dernières scènes de l'épouse traitresse Mariko Ogawa : que de gesticulations, de grimaces! Vite qu'elle meure! Tue la vite steplait! Quand l'acteur à bajoues, Jo Shishido, l'hamster même pas jovial a enfin réduit au silence son insupportable épouse, on pensait en avoir teminé avec le supplice. Que nenni! Encore une vingtaine de minutes d'absurdités, de longueurs, de plans inconsistants et rasoirs. J'ai supporté il y a peu un certain Antonioni, mais j'avais au moins le sentiment que l'ennui produit était voulu, désiré, construit, écrit et pensé. Or, ici, c'est plus le scénario mal foutu, décousu et l'imbécilité caractérisée des situations qui provoquent l'emmerdement. L'action réveille de temps en temps mais l'on s'enterre à nouveau très vite. Quelques jolis plans jouant sur les canons du noir retiennent l'attention. Le film va-t-il gagner pour autant en épaisseur? Point du tout!

Un film pénible qui ravira Tarantino et ses adeptes.
Bugsy Siegel
Accessoiriste
Posts: 1675
Joined: 1 Sep 07, 17:42
Location: Flamingo Hotel

Re: Seijun Suzuki

Post by Bugsy Siegel »

Alligator wrote:Quand l'acteur à bajoues, Jo Shishido, l'hamster même pas jovial a enfin réduit au silence son insupportable épouse, on pensait en avoir teminé avec le supplice.
Wikipedia wrote:Shishido underwent cheek augmentation surgery in 1957, increasing their size. Some have described his new look as "ruggedly handsome"[1] and others equated it as being distinctly chipmunk-like.
:shock: :lol:
on faisait queue devant la porte des WC comme au ciné lors du passage de l'Atlantide à l'écran. Jean Ray, Hôtel de Famille, 1922
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Seijun Suzuki

Post by AtCloseRange »

Alligator wrote:Je sens que je vais passer pour un rabat-joie... :)

Koroshi no rakuin (La marque du tueur) (Seijun Suzuki, 1967) :

http://alligatographe.blogspot.com/2009 ... akuin.html

Image
_______________

Non, désolé, mais c'est un non massif. Au bout de 10 minutes de film, je n'avais toujours rien compris à cette histoire écrite de façon très étrange avec de nombreuses ellipses, trop nombreuses pour le petit bourgeois que je suis devenu. C'est mon premier Suzuki et je crains que la douche soit froide. J'y regarderais à deux fois dorénavant. J'essaie tant bien que mal de me convaincre que je suis tombé avec cette "marque du tueur" sur un film plus coriace, une entrée en matière violente.

Bien entendu que peu à peu on commence, sinon à s'habituer au découpage vagabond des scènes, au moins à en démêler le bizarroïde écheveau. Mais que d'effors pour pas grand chose. Parce qu'avouez que le film n'offre pas matière à s'extasier, merde!
C'est un film noir, qui se voudrait nouvelle vague que ça ne m'étonnerait pas. Et puis pléthore d'effets de caméras, de cadrages inédits et complexes à la signification sans doute évaporée qui échappe à l'entendement de ma petite personne.

Surtout c'est l'incohérence irritante des personnages et des dialogues qui a très vite fini par me rompre méchamment les gonades. Heureusement, coup de chatte, je l'ai vu avec ma femme. A deux, on peut toujours se lancer dans une partie de ping-pong moqueur pour faire passer la pilule. Que j'avais hâte qu'ils meurent, qu'ils s'entretuent plutôt que d'entendre tout leur salmigondis inepte. Scusez le pléonasme, j'avais tellement les deux termes dans la tête pour décrire cette connerie. Le moment le plus dur à subir fut les dernières scènes de l'épouse traitresse Mariko Ogawa : que de gesticulations, de grimaces! Vite qu'elle meure! Tue la vite steplait! Quand l'acteur à bajoues, Jo Shishido, l'hamster même pas jovial a enfin réduit au silence son insupportable épouse, on pensait en avoir teminé avec le supplice. Que nenni! Encore une vingtaine de minutes d'absurdités, de longueurs, de plans inconsistants et rasoirs. J'ai supporté il y a peu un certain Antonioni, mais j'avais au moins le sentiment que l'ennui produit était voulu, désiré, construit, écrit et pensé. Or, ici, c'est plus le scénario mal foutu, décousu et l'imbécilité caractérisée des situations qui provoquent l'emmerdement. L'action réveille de temps en temps mais l'on s'enterre à nouveau très vite. Quelques jolis plans jouant sur les canons du noir retiennent l'attention. Le film va-t-il gagner pour autant en épaisseur? Point du tout!

Un film pénible qui ravira Tarantino et ses adeptes.
C'est le film le plus extrême de sa carrière, celui qui lui a fermé les portes de la Nikkatsu.
Je ne suis pas sûr que tu aimeras le reste (il y a suffisamment de choses brillantes formellement dans La Marque) mais tu ne t'es pas facilité la tâche en commençant par celui-là.
Essaie plutôt Détective Bureau 2-3 ou sa suite, La Jeunesse de la Bête. Bon, c'est sûr, il y a ton hamster préféré dedans, pas sûr que ça te rassure :)
Image
User avatar
k-chan
squatteur
Posts: 14204
Joined: 16 Apr 05, 05:22
Location: on the road again.

Re: Seijun Suzuki

Post by k-chan »

La marque du tueur est un film barré. La première fois que je l'ai vu, et c'était également mon premier Suzuki, j'ai eu la même réaction que toi, Alligator. J'ai ensuite fait le tour de la collection HK Vidéo, pour ensuite revoir ce film culte. Aujourd'hui, je sur-adore. Pour moi, c'est clairement le moins accessible parmi ceux édités chez nous. Je te conseille de ne pas lâcher l'affaire. Essaye de voir le beaucoup plus classique (enfin pas complètement) et non moins sublime La vie d'un tatoué. Ensuite le diptyque conseillé par AtCloserange : Détective Bureau 2-3 et La jeunesse de la bête. J'ai une préférence pour le premier (magnifique et drôle), mais les 2 sont géniaux. Puis je te conseillerais ensuite cet ordre (à peu près) : Les fleurs et les vagues > La barrière de chair > Histoire d'une prostituée > L'élégie de la bagarre > Le vagabond de Tokyo, puis reviens à La marque du tueur. :)
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Seijun Suzuki

Post by Alligator »

Oh mais je me connais assez pour savoir que je suis aussi tétu qu'une mule dès lors qu'un réalisateur me résiste. Un échec ne sera pas suffisant pour me faire reculer. Je recommencerai. Detective bureau 1-3 et La jeunesse de la bête, c'est noté.
Blue
subMarine
Posts: 5406
Joined: 13 Sep 06, 13:32

Re: Seijun Suzuki

Post by Blue »

Alligator wrote:Un film pénible qui ravira Tarantino et ses adeptes.
C'est surtout un film très godardien :wink:

Le jour où tu le reverras pour l'apprécier (espérons), tu n'oublieras pas de te faire sa fausse suite "Pistol Opera" dans la foulée 8)
Mon top éditeurs : 1/Carlotta 2/Gaumont 3/Studiocanal 4/Le Chat 5/Potemkine 6/Pathé 7/L'Atelier 8/Esc 9/Elephant 10/Rimini 11/Coin De Mire 12/Spectrum 13/Wildside 14/La Rabbia-Jokers 15/Sidonis 16/Artus 17/BQHL 18/Bach
Tutut
Machino
Posts: 1105
Joined: 17 Feb 08, 20:27
Location: Toujours jamais là

Re: Seijun Suzuki

Post by Tutut »

Alligator wrote:Oh mais je me connais assez pour savoir que je suis aussi tétu qu'une mule dès lors qu'un réalisateur me résiste. Un échec ne sera pas suffisant pour me faire reculer. Je recommencerai. Detective bureau 1-3 et La jeunesse de la bête, c'est noté.
Detective Bureau c'est l'inverse de La marque du tueur, très accessible avec une certaine ironie dans le ton (le summum étant le numéro chanté et dansé de Shishido avec sa copine meneuse de revue) et une distance qui remettent en cause tous les clichés du film noir.
User avatar
Mama Grande!
Machino
Posts: 1435
Joined: 1 Jun 07, 18:33
Location: Tokyo

Re: Seijun Suzuki

Post by Mama Grande! »

Je n'ai que très modérément apprécié la Jeunesse de la bête. Une entrée en matière sympathoche, qui se poursuit dans une guerre de gangs assez bateau qui ne m'a pas plus intéressé que ça.
Par contre La Marque du tueur m'a envouté comme ça ne m'était pas arrivé depuis longtemps. Je l'ai vu sans sous-titres aussi, donc s'il y avait des dialogues rasoirs à la Yoshida j'ai pas pu m'en rendre compte :mrgreen: Mais du coup je me suis laissé porter par les images, la photo, le montage, et me suis retrouvé dans un labyrinthe onirique mystérieux et angoissant, qui évoque parfois David Lynch au sommet de sa forme. On peut interpréter ce film comme le rêve d'un tueur à gages, la projection de ses angoisses et de ses fantasmes. Parfois dans la parodie du film de genre, ce film a en effet tout pour plaire aux adeptes de Tarantino mais aussi de Lynch ou de Wong Kar-wai: il reprend des clichés inhérents à un genre précis, des figures vues et revues, mais en ayant conscience de leur nature de clichés. Il les aborde sous un angle différent pour leur donner une nouvelle vie. Chez Tarantino, les tueurs et mafieux racontent des ragots et nettoient une voiture ensanglantée par erreur, chez Wong, les flics passent plus de temps à glander dans les rues de Hong Kong en repensant au passé qu'à poursuivre des criminels, et chez Lynch ou Suzuki, les tueurs rêvent et cauchemardent.

Le premier Suzuki à vraiment m'enthousiasmer.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Seijun Suzuki

Post by AtCloseRange »

Everything Goes Wrong/The Madness of Youth (1960)
Je en connais que les films des 3 coffrets HK mais si celui-ci n'est pas aussi baroque, il reste très bon.
Ce portrait d'une jeunesse désabusée/en colère, également portrait du Japon d'après-guerre (la position des femmes, les conséquences de cette même guerre moralement et économiquement) est captivant. On sent dans la liberté et la vitalité de l'ensemble le même souffle que celui de la Nouvelle Vague naissante et le film est très chiadé visuellement avec une caméra particulièrement mobile et gracieuse.
Une réussite et quand je vois la productivité de Suzuki à l'époque (4 autres films cette même année), il doit y avoir encore quelques perles non disponibles en DVD.
Image
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14590
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Seijun Suzuki

Post by Demi-Lune »

Image Image
Histoire d'une prostituée (1965)

Derrière ce titre jordanwhitien, se cache un film troublant sur la servitude, et d'une maîtrise formelle forçant le respect. C'est ma première approche avec le cinéma de Suzuki et apparemment, ce dernier est plus connu pour ses polars mi-godardiens mi-kitsch. Avec Histoire d'une prostituée, Suzuki signe un film éloigné de toute expérimentation, si ce n'est le temps de quelques plans épars (comme ce plan assez mémorable, 30 ans avant L'antre de la folie, où un personnage est déchiré en live façon feuille de papier). Par contre, les plans sont toujours impeccablement cadrés, la photographie est splendide, l'utilisation de l'écran large me laisse une nouvelle fois penser que les Japonais sont loin d'être des manches en la matière, la musique lancinante est efficace (mélange de voix plaintives et de saxophone) et l'atmosphère prenante. Certaines fulgurances sont à signaler, comme ce travelling latéral suivant l'héroïne courant au milieu d'un champ de bataille lacéré de déflagrations, comme un ballet de rayons laser. Le film se garde, à raison à mon avis, d'être trop érotique, mais il se dégage de certains plans une beauté sensuelle assez remarquable.
L'interprétation me laisse en revanche partagé : la conviction de Nogawa Yumiko, dans le rôle principal, est appréciable mais elle vire parfois à l'hystérie pénible (et c'est à ce moment-là que Suzuki se lâche dans des ralentis, désynchronisés niveau son pour faire plus "expérimental"). Pas grand-chose à dire sur les deux interprètes masculins, si ce n'est qu'ils incarnent des personnages sans grandes nuances à la base (commandant sadique pour l'un, soldat timide et borné pour l'autre).
Image Image
L'histoire est assez simple : en 1937, Harumi, une Japonaise éconduite par son amant, quitte la ville et sa famille pour partir, en compagnie d'autres filles de joie, sur le front de Mandchourie où l'armée d'occupation de l'Empereur doit faire face aux poussées des résistants chinois. Dans le campement militaire, elle est rapidement soumise à l'autoritarisme sadique du commandant qui en fait sa maîtresse et son jouet sexuel exclusif ; bien décidée à ne pas se laisser asservir, elle cherche à séduire un jeune soldat, Shinkichi, effacé et totalement dévoué à l'Empereur, d'abord pour l'instrumentaliser contre le capitaine, ensuite par amour véritable.
Image Image
Le triangle amoureux est classique, mais en établissant des nœuds dramatiques de domination (le capitaine vers Harumi, et Harumi vers Shinkichi), Histoire d'une prostituée intéresse par son exploration psychologique relativement réaliste, son jeu acide sur les valeurs. Au-delà du strict intérêt du contexte historique, de la représentation peu reluisante de l'armée japonaise et du culot de confier le point de vue à une prostituée, le film déroule un discours iconoclaste : il met en parallèle l'asservissement de la fille de joie et la servitude de son amoureux envers des principes militaires qu'il va sacraliser jusqu'à l'absurdité. Dans les deux cas, c'est la mentalité japonaise qui en prend pour son grade, d'abord dans sa phallocratie latente, et ensuite dans son endoctrinement militaire. L'ironie de la construction - les deux amants sont tous deux asservis, à leur manière, mais l'une en est consciente et le refuse là où l'autre s'y complaît par honneur - débouche sur un propos qui a légitimement dérangé : Suzuki prend le parti de la catin. Son pragmatisme pour survivre, et ses tentatives désespérées de sauver l'homme qu'elle aime, finissent par avoir une valeur morale supérieure aux codes militaires d'honneur derrière lesquels se retranche son soldat, qui refuse catégoriquement la moindre désobéissance, la moindre trahison. L'intérêt du film se cristallise dans ces enjeux, et on comprend que cette inversion (faire de la prostituée un personnage plus "vertueux" que les autres, et le soldat vertueux, un être enchaîné à des principes futiles) n'ait pas trop plu aux Japonais : l'honneur du soldat, cette fidélité sacrée envers l'armée et l'Empereur, est présenté comme une servitude qui va lui coûter très cher. Les enjeux sont ainsi portés à leur paroxysme lorsque, par un concours de circonstances, les deux se retrouvent capturés par les Chinois qui se montrent bien plus civilisés que l'armée japonaise : scène provocatrice s'il en est.
Le finale désespéré, quoique mélodramatiquement faiblard pour moi, consacre l'amertume de ce film contestataire, certes pas exempt de défauts, mais d'une élégance formelle folle.
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14590
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Seijun Suzuki

Post by Demi-Lune »

ImageImageImage
La barrière de la chair (1964)

Si Histoire d'une prostituée était enthousiasmant, là ça m'est complètement passé par-dessus la tête. La mise en scène de Suzuki n'est pas à mettre en cause, le bougre sait tenir une caméra. Et puis il a toujours l'art de te sortir l'idée visuelle de derrière les fagots aux endroits les moins attendus. Mais à l'instar de Godard à qui on le compare parfois pour ses expérimentations pop sans le côté autiste, ici ça tourne à vide. La déliquescence générale de l'après-guerre a été déjà traitée avec beaucoup plus de force et donne ici surtout le sentiment d'être un paravent à des élans de cinéma de genre voire bis (la sensualité des prostituées, la fascination pour les corps mis à nu et fouettés, l'exécution et l'éviscération de la vache - clairement pas ma came). Le scénario, ramené au bout du compte à une lutte sensuelle entre les quatre putes et Joe Shishido, l'homme aux joues de Catherine Frot, intéresse plus dans ses interstices (la pute "noble" qui essaie de s'en sortir) que dans sa ligne directrice, fade et ennuyeuse. L'interprétation globalement déficiente, des prostituées hystériques au père noir qui essaie d'en ramener une dans le droit chemin, affaiblit encore plus le film. Bref, pas du tout rentré dedans malgré une exécution et des décors singuliers.