Les Blu-ray StudioCanal

Rubrique consacrée aux Blu-ray de films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Geoffrey Firmin
Howard Hughes
Posts: 16340
Joined: 20 May 03, 19:08
Location: au fond de la Barranca

Re: Les Blu-ray StudioCanal

Post by Geoffrey Firmin »

odelay wrote: 23 Jul 21, 10:48 Oui et certains BR déjà sortis comme L627 ou Ça commence aujourd’hui n’avaient plus aucun bonus, donc évidemment on peut craindre qu’ils reprennent ces disques sans rien ajouter.
On a le détail des bonus ci-dessous, et il y a bien des suppléments sur les disques de L627 et Ca commence aujourd'hui:
Spoiler (cliquez pour afficher)
L’Horloger de Saint-Paul (1974)

Bonus :

Entretien avec Bertrand Tavernier et Philippe Noiret, Entretien avec Jean Rochefort

Que la fête commence… (1975)

Bonus :

L’analyse du film par Guillemette Odicino (INÉDIT)

Interview de Bertrand Tavernier et Philippe Noiret, Interview de Jean Rochefort

Le Juge et l’Assassin (1976)

Bonus :

Entretien avec Bertrand Tavernier et Philippe Noiret

Entretien avec Michel Galabru

Bande annonce

Des enfants gâtés (1977)

La Mort en direct (1980)

Une semaine de vacances (1980)
Bonus :

L’analyse du film par Guillemette Odicino (INÉDIT)

Archive France 3 Lyon : Sur le tournage du film

Coup de torchon (1981)

Bonus :

L’analyse de séquences par Guillemette Odicino (INÉDIT)

Interview de Bertrand Tavernier et Philippe Noiret

Interview d’Eddy Mitchell

Bande annonce

Un dimanche à la campagne (1984)

Bonus :

Interview de Alain Sarde

Commentaire audio de Bertrand Tavernier et Bruno de Keyzer

Bande annonce

La Vie et rien d’autre (1989)

Bonus :

Interview de Bertrand Tavernier et Philippe Noiret,

Interview de Jean Cosmos

Bande annonce

L.627 (1992)

Bonus :

Making of

Scènes inédites

Commentaire audio de Bertrand Tavernier, Michel Alexandre et Charlotte Kady

La Guerre sans nom (1992)

Bonus :

Entretien avec Vincent Martigny (historien et politologue) (INÉDIT)

Présentation du film par Bertrand Tavernier et Patrick Rotman

L’Appât (1995)

Bonus :

Bande annonce

Capitaine Conan (1996)

Bonus :

Interview « Capitaine Tavernier »

Scènes inédites

Commentaire audio de Bertrand Tavernier et Guy-Claude François

Archives de Guy-Claude François

Bande annonce

Ça commence aujourd’hui (1999)

Bonus :

Interview de Bertrand Tavernier

Scènes inédites

Commentaire audio de Bertrand Tavernier

Laissez-passer (2003)

Bonus :

Making of

Scènes inédites

Commentaire audio de Bertrand Tavernier

Holy Lola (2004)

Bonus :

Making of

Scènes coupées

Commentaire audio de Bertrand Tavernier

La Princesse de Montpensier (2010)

Bonus :

Emission « la rencontre » de Laurent Weil

Interview de Didier le Fur (conseiller historique)

Making of

Commentaire audio de Bertrand Tavernier

Quai d’Orsay (2013)
Torrente
David O. Selznick
Posts: 12884
Joined: 14 Jun 07, 18:26

Re: Les Blu-ray StudioCanal

Post by Torrente »

Est ce qu'on sait déjà si certains titres sortiront ensuite à l'unité ?
Ou c'est trop tôt et c'est la question que personne ne voudrait entendre ? (auquel cas, désolé)
User avatar
tenia
Le Choix de Sophisme
Posts: 25525
Joined: 1 Jun 08, 14:29

Re: Les Blu-ray StudioCanal

Post by tenia »

Visiblement, il semble que le disque de Ca commence aujourd'hui aura plus de bonus dans le coffret que l'édition individuelle dispo actuellement.
Count Dooku
Machino
Posts: 1114
Joined: 28 Apr 10, 15:16
Location: Belgique

Re: Les Blu-ray StudioCanal

Post by Count Dooku »

Torrente wrote: 23 Jul 21, 12:20 Est ce qu'on sait déjà si certains titres sortiront ensuite à l'unité ?
Ou c'est trop tôt et c'est la question que personne ne voudrait entendre ? (auquel cas, désolé)
Studiocanal finit toujours par sortir ses titres à l'unité, non (cf jurisprudence coffrets Sautet, Melville, Buñuel, etc.) ?
Par contre faut pas être pressé (ça peut sortir des années après).
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92487
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Les Blu-ray StudioCanal

Post by Jeremy Fox »

Torrente wrote: 23 Jul 21, 12:20 Est ce qu'on sait déjà si certains titres sortiront ensuite à l'unité ?
Oui, certains sont déjà annoncés à l'unité sur dvd-fr
Torrente
David O. Selznick
Posts: 12884
Joined: 14 Jun 07, 18:26

Re: Les Blu-ray StudioCanal

Post by Torrente »

Merci beaucoup. Je vais surveiller ça.
Robert Brisseau
Assistant(e) machine à café
Posts: 112
Joined: 26 Jun 21, 14:30

Re: Les Blu-ray StudioCanal

Post by Robert Brisseau »

Etonnant (et décevant) l'absence - a priori ? - de suppléments sur Des Enfants Gâtés et La Mort En Direct, tous deux rares ou longtemps introuvables .
Ils n'ont inspiré aucun intervenant?
Personnellement ce sera mes 2 redécouvertes prioritaires.
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 10886
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Re: Les Blu-ray StudioCanal

Post by odelay »

Dans le dvd des enfants gâtés il y avait une excellente interview de Jugnot et je crois de Sarde en plus d’un beau commentaire audio qui parlait bcp de Christine Pascal. Pour la mort en direct là si je me souviens bien il y avait une double interview de Tavernier et PW Glenn où ils parlaient de manière savoureuse de Keitel et de sa mésentente avec Schneider. Bref tout ses suppléments étaient indispensables. Ça avec l’absence de Daddy Nostalgie, c’est une raison de plus pour garder le coffret dvd.
Sinon je vois aussi que c’est le vide pour l’Appât alors que le dvd en était aussi rempli.
User avatar
cineberry
Accessoiriste
Posts: 1716
Joined: 15 Aug 09, 14:11

Re: Les Blu-ray StudioCanal

Post by cineberry »

Jeremy Fox wrote: 23 Jul 21, 13:07
Torrente wrote: 23 Jul 21, 12:20 Est ce qu'on sait déjà si certains titres sortiront ensuite à l'unité ?
Oui, certains sont déjà annoncés à l'unité sur dvd-fr
Sans date de sortie...
User avatar
la_vie_en_blueray
Décorateur
Posts: 3841
Joined: 30 Jan 17, 19:26

Re: Les Blu-ray StudioCanal

Post by la_vie_en_blueray »

Recu The Silver Bears, faudra qu'on m'explique pourquoi le titre français Banco à Las Vegas ??

Sinon, le film est très bien et le master très correct, 2eme film que je vois d'Ivan Passer, après le film avec Jeff Bridges, Cutter Way
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49845
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Les Blu-ray StudioCanal

Post by Boubakar »

Bonus annoncés sur Mr. Klein :
- Préface de Jean-Baptiste Thoret (11 min)
- Mr. Klein revu par Michel Ciment (47 min)
- Entretien avec Henri Lanoë (25 min)
- Entretien avec Laurent Joly (68 min)
- Les dossiers de l’écran : Pétain (3h27)
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 10886
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Re: Les Blu-ray StudioCanal

Post by odelay »

Je suis curieux de voir ce qu’est ce dossier de l’ecran Pétain de 3h27 (!) les débats ne duraient pas tant que ça. Il y aurait un autre film ou un docu?
toto51
Stagiaire
Posts: 23
Joined: 19 Nov 19, 21:55

Re: Les Blu-ray StudioCanal

Post by toto51 »

odelay wrote: 7 Aug 21, 21:41 Je suis curieux de voir ce qu’est ce dossier de l’ecran Pétain de 3h27 (!) les débats ne duraient pas tant que ça. Il y aurait un autre film ou un docu?
D'après mes recherches ce serait Section spéciale de Costa Gavras suivi d'un doc puis le débat, on devrait avoir le doc et le débat à mon avis, achat indispensable pour ma part
Last edited by toto51 on 7 Aug 21, 22:32, edited 1 time in total.
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 10886
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Re: Les Blu-ray StudioCanal

Post by odelay »

Ah ben comme j’ai Section Spéciale en BR je vais pouvoir me refaire une soirée complète des dossiers comme en 1979 ! 8)
User avatar
Thesix
Accessoiriste
Posts: 1513
Joined: 27 Jul 19, 19:18

Re: Les Blu-ray StudioCanal

Post by Thesix »

Le Dossiers de l'écran intitulé "Pétain" serait plutôt celui de Mai 1976 : (25/05/76) Philippe Pétain : Pétain documentaire de Francis Caillaud (1976)
Qu'il me semble même avoir vu à l'époque, à moins que ce ne soit seulement les rediffusions d'extraits du débat très décevant qui suivit.
Et puis Section spéciale est chez Arte.

Article critique du Monde le lendemain de la diffusion :
Spoiler (cliquez pour afficher)
PÉTAIN AUX " DOSSIERS DE L'ÉCRAN " Les intentions et les faits

Par PIERRE VIANSSON-PONTÉ.
Publié le 27 mai 1976

Un film trompeur et finalement malhonnête par son inspiration et ses omissions, un débat entièrement déséquilibré faute d'être dirigé : tel est le bilan des " Dossiers de l'écran " d'Antenne 2 consacrés mardi à Pétain. Ce n'était vraiment pas la peine de faire tout ce bruit, de feindre les hésitations, les scrupules et les précautions, de mobiliser le président de la chaîne, de prétendre avec des trémolos dans la voix à la neutralité, à l'objectivité, à l'honnêteté, pour aboutir à ce résultat : une lamentable soirée. Une soirée qui, à coup sûr, restera dans les annales de la télévision, et mérite bien d'y être marquée d'une croix noire : rien de plus caractéristique en effet de la légèreté avec laquelle, partant de bonnes intentions, n'en doutons pas, on patauge dans l'à-peu-près et la confusion pour faire en définitive du petit écran un instrument de déformation et de désinformation.

Le film d'abord. Certes, il donnait à voir et bien des séquences étaient intéressantes, riches, évocatrices. Les anciens de 1914-1918 ont pu retrouver avec émotion quelques images de leur épopée ; les scènes de l'entre-deux-guerres font, comme d'habitude hésiter entre l'attendrissement et le rire. En apparence, le récit s'enchaîne bien, les mécanismes de la politique de Vichy sont bien démontés, la dégradation rapide et bientôt complète du pouvoir de Pétain clairement exposée. Alors, d'où viennent la gêne, bientôt l'irritation ou l'indignation, que l'on éprouve ?

Trois raisons. La moins grave : le film préfère constamment l'anecdote à l'histoire. C'est là un défaut fréquent et peut-être inévitable de la télévision dès qu'elle emprunte aux actualités filmées d'autrefois. Elle ne peut montrer que ce qui a été enregistré et conservé, d'où l'essentiel est presque toujours absent. Pas de cameramen pour fixer les sinistres départs vers Buchenwald et Dora ; dix objectifs, au contraire, pour le retour de quelques prisonniers.

Voici plus sérieux : Pétain apparaît comme le jouet des circonstances, presque une victime expiatoire, sans que ses responsabilités soient jamais analysées, mises en lumière, voire discutées. Son âge constamment rappelé, l'accent mis sur l'enthousiasme qu'il rencontre dès qu'il apparaît en public, sa dépendance soulignée à l'égard de Laval, tout lui vaut circonstances atténuantes ; et si les horreurs et les erreurs de son régime, de la chasse aux juifs aux dociles complicités de la collaboration, sont tant bien que mal énumérées, il semble extérieur, étranger, à tout cela.

Enfin, le pire, dans ce film, est peut-être ce qu'il cache, ce qu'il gomme, ce qu'il oublie : la résistance intérieure n'est figurée que par quelques maquis minuscules et ridicules ; la déportation, les arrestations, les exécutions, sont pratiquement omises ; le combat, l'existence même, des Forces françaises libres sont ignorés ; l'annexion de l'Alsace et de la Lorraine, la remise aux nazis des réfugiés politiques et jusqu'à la rafle du Vel' d'Hiv', pourtant photographiée, dix autres éléments ou épisodes sont carrément passés sous silence. Un robuste vieillard un peu fatigué chevrote : " C'est moi seul que l'histoire jugera ", embrasse les petites filles qui lui tendent des bouquets, salue la fouie qui l'acclame et accueille les prisonniers qui, grâce à lui, rentrent de captivité. C'est vite dit et c'est peu vraiment !

Le débat : il n'a pas eu lieu, pas une seconde. Engagée en porte à faux par une bataille de citations dans laquelle il était à peu près impossible de se retrouver, une mêlée confuse a, un moment, opposé des participants comme toujours beaucoup trop nombreux : c'est l'une des grandes faiblesses de ces " Dossiers ", où l'on veut " montrer des gueules " et ainsi éviter de confronter véritablement des idées. À peine se reprenait-on à espérer, grâce à M. Pierre-Henri Teitgen, qui entamait un réquisitoire éloquent, vigoureux et passionné, grâce à Me Isorni, qui s'enflammait à son tour, qu'on retombait aussitôt dans l'obscurité et le désordre.

Chacun s'abandonnait dès lors à son obsession : la flotte pour l'amiral Auphan, Montoire pour M. Louis-Dominique Girard. Vite découragés, MM. Pierre Lefranc et Henri Frenay allaient désormais se contenter de quelques interjections ou même de lever les yeux au ciel. Me Isorni taisait cavalier seul, occupant tout l'espace de sa voix de baryton, à peine contredit parfois par M. Henri Michel, tandis que les deux autres historiens invités, le Belge Van Veikenhuyzen et l'Américain Robert Paxton, avaient l'air de s'être trompés d'émission et de se demander pourquoi ils s'étalent dérangés.

Les " questions " des téléspectateurs telles qu'elles sont habilement présentées dans ces rencontres pour pimenter le brouet étaient carrément oubliées, aussitôt énoncées. De nombreux lapsus, le chevauchement des voix - puisque Joseph Pasteur avait depuis longtemps perdu tout espoir et toute volonté de diriger quoi que ce soit - achevaient de rendre les échanges incompréhensibles.

On savait bien que, vu d'un côté, Pétain était un saint de vitrail, le sauveur et le père de la patrie, et, vu de l'autre bord, un vieux politicien réactionnaire qui allait d'abdications en trahisons. L'historien belge, invité à conclure, résumait fort bien, en deux mots, l'inanité de l'affrontement : les pétainistes plaidaient la pureté des intentions, les résistants ne voulaient connaître que la brutalité des faits.

De toute façon, il y avait longtemps qu'une bonne moitié, ou davantage, de l'auditoire avait décroché, restant ainsi sur l'impression trompeuse donnée par un film regrettable.

PIERRE VIANSSON-PONTÉ.
Amazon, c'est le mal ! :mrgreen: (avec l'augmentation des débits)