Blue Velvet (David Lynch, 1986)

Rubrique consacrée aux Blu-ray de films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
AlexRow
The cRow
Posts: 25590
Joined: 27 Mar 05, 13:21
Location: Granville (50)

Re: Blue Velvet (David Lynch, 1986)

Post by AlexRow »

odelay wrote:Je viens de voir les scènes coupées. Il n'y a pas à dire elles sont passionnantes, même si à mon avis aucune ne manque vraiment dans le montage final du film. Blue Velvet est parfait comme il est et il aurait été inutile d'en rajouter.
Exactement. J'ai adoré les enchaîner APRES le film, mais elles l'aurait alourdi inutilement.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" (Albert Camus)

Mes visionnages
User avatar
Barry Egan
Accessoiriste
Posts: 1564
Joined: 5 Jan 12, 18:51

Re: Blue Velvet (David Lynch, 1986)

Post by Barry Egan »

+1

Et puis la scène où Jeffrey fait le voyeur change totalement le propos du film final, parce que dans le cas où elle aurait été présente, l'existence d'un précédent, 1/ laisserait entendre qu'il est prédisposé à assister et à participer aux évènements qui l'attendent par la suite, 2/ aurait gâché le plaisir ambigu qu'on ressent quand on le voit plonger dans les mystères de sa bourgade. Un des trucs que je préfère dans le film, c'est justement qu'il soit quelque part sans passé, innocent de façon implicite, et qu'il se découvre lentement ses pulsions et ses bas instincts en enquêtant. S'il a déjà le goût au préalable, c'est beaucoup moins bien, je trouve.
Image
leatherface
Assistant(e) machine à café
Posts: 108
Joined: 24 Apr 12, 13:04

Re: Blue Velvet (David Lynch, 1986)

Post by leatherface »

Je trouve inaproprié le choix du classement "tout publics" sur le verso de la jaquette BD alors que pour le DVD c'etait une interdiction aux moins de 12 ans !
The Eye Of Doom
Accessoiriste
Posts: 1717
Joined: 29 Sep 04, 22:18
Location: West of Zanzibar

Re: Blue Velvet (David Lynch, 1986)

Post by The Eye Of Doom »

Je ne l’avais pas revu depuis sa sortie.
Difficile de (re)voir ce film aujourd’hui, tant chaque idee, plans, sons, montrent combien il est la matrice de l’oeuvre à venir de Lynch. Il y a bien sur des moments incroyables (la descente au « bordel » par exemple) et des trucs douteux (le piaf empaillé: c’est pas possible) mais cela semble le brouillon de Twin Peaks.
En effet, en multipliant les personnages, en s’attaquant au racine du mal, en deployant des meandres tragico-douloureux, en osant un veritable « au dela », ce que Blue Velvert ebauche, Twin Peaks le deploiera.
Film majeur peut etre, matriciel bien sur, dépassé je le pense.