Daft Punk

Pour parler de toute l'actualité des livres, de la musique et de l'art en général.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Anorya
Laughing Ring
Posts: 11846
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Daft Punk's Electroma - 2006

Post by Anorya »

Electroma (Thomas Bangalter & Guy-Manuel de Homem-Christo alias les Daft Punk - 2006).

Warning : Big Spoilers.
Image
Dans un monde indéterminé, des robots tentent à tout prix de devenir humains...

Daft Punk, part two. Au cours de la même soirée au Gaumont Parnasse (voir par ici), deux films étaient projetés, Electroma, l'expérimental et contemplatif film du duo musical était le second. L'occasion pour moi de regarder d'un regard presqu' ironique dans la salle les gens venus comme en pantoufles voir un film aussi coloré qu'Interstella alors qu'en fait c'est presque tout l'opposé. Alors qu'est-ce donc qu'Electroma me direz vous ? Tout simplement une fable humaniste de science-fiction taillée dans du road-movie fortement imprégné des 70's.


Image
Oh oui, tu la sens bien l'influence de Gus Van Sant ici. :mrgreen:

Electroma comparé à Interstella 5555 est presqu'entièrement le projet du duo musical cette fois-ci. Pour preuve, ce sont chacun des deux Daft qui réalisent cette fois --Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo--, le premier s'occupant même de la photographie avec un soin dans l'esthétique qui force le respect (d'autant plus qu'il me semble qu'il tenait une caméra pour la première fois !). Quand au film en lui-même, il est traversé à la fois par le respect des autres road-movies pré-existants (tiens, une scène d'explosion revue 3 fois sous différents angles ici m'évoque un peu le Zabriskie Point d'Antonioni maintenant que j'y pense. C'est troublant), des références cinéphiliques en vrac (principalement le Gerry de Gus van Sant --plans dans la voiture sur lesquels on pourrait mettre du Arvo Pärt, plans-séquences sur la marche des personnages dans le désert étirés à mort afin de faire ressentir la temporalité au spectateur-- ainsi que le 2001 l'odyssée de l'espace de Kubrick et le THX-1138 de George Lucas --Contraste noir et blanc clinique et extrême à faire pâlir d'envie un Roberto Rodriguez sur fond de symétrie quasi-parfaite dans la scène du laboratoire--...), comme d'une vraie touche personnelle sensible, n'appartenant au fond qu'a lui.


Image
On se croirait dans le vaisseau Discovery de 2001 (tiens, Discovery, les Daft punk, la date de sortie (2001) du disque...matière à creuser :idea: ).

Car le film est ponctué d'idées en vrac qui ne doivent finalement rien aux autres, surgies d'on ne sait où, sans doute de nulle part et partout. Déjà, un parti-pris, celui de diviser le film en autant de chapitre en mettant des inserts de fragments de flammes (faisant en fait écho à la fin du film comme on s'en aperçoit lors du visionnage) fascinants. Ensuite, de peupler tous les êtres quasiment de masques à leur effigie afin de créer une population entièrement mécanique. Le contraste avec leurs masques à têtes d'humains qu'on jurerait issus des Guignols de l'info ne fait que prolonger la stupeur et le sourire bienvenus (je soupçonne ces têtes d'être celles, à peine caricaturées, de Bangalter et Homem-Christo). Et puis, plus le film avance, plus il débouche sur une sorte d'errance touchante des personnages. Pas de paroles, que des non-dits, des plans étirés, des jeux d'angles et de flou.


Image

Image

Image
Le désert, filmé avec une sensualité incroyable sur fond de Linda Perhacs.

A ce stade, le manque affectif se fait confondre avec le désert, celui-ci devient un personnage à part entière où l'espace d'un instant les dunes sont filmées comme autant de courbes d'un corps de femme, jusqu'à pousser cette idée folle dans ses retranchements...
Spoiler (cliquez pour afficher)
on débouche sur un sexe féminin filmé en contrejour, ce qui donne une étrange dune de sable et d'herbe et l'on met quelques secondes de retard à s'apercevoir que quelque chose cloche ! :shock:
Image
Spoiler (cliquez pour afficher)
Les personnages-mêmes des robots qu'incarnent les Daft Punk, ou plutôt leur imagerie est elle-même poussée à bout, jusqu'à les doter de boutons d'auto-destruction, de quelque chose d'encore plus mécaniquement étrange sous le casque dont se dotent les musiciens, de fragments éparpillés, de corps qu'on brûle...


Et le plus stupéfiant dans cet étrange voyage reste sans doute cette esthétique à la limite du radical, jouant parfois sciemment sur l'empathie du spectateur (un plan-séquence notamment encore plus long que chez Tarkovski ou Van Sant --mais largement moins vain pour moi que le fait de filmer un couloir avec un mec qui balaie comme chez McQueen (Hunger) (j'avoue ce jour là j'ai souffert le martyre :| ). Ici il nous faut faire ressentir la douleur de la perte à travers l'errance et la marche, douleur qui, là aussi, règle la logique de destruction et de mort jusqu'au bout comme si les robots étaient indissociables, ne fonctionnant qu'en duo. Et Daft Punk sans l'un de ses membres, ce n'est effectivement plus Daft Punk -- semble conçu uniquement sur la durée afin de briser les nerfs de celui qui regarde... ou presque), cette absence de paroles de tout le film, cette musique volontairement 70's (les Daft ne font que s'occuper de quelques effets sonores mais sinon on navigue entre Todd Rundgren, Curtis Mayfield, Brian Eno, Linda Perhacs et j'en passe), les plans de paysages et les références...


Image

Si vous acceptez de faire le voyage dans un film au rythme lent, que vous aimez être surpris par une certaine esthétique, que vous préférez les robots et la science-fiction utopiste à la musique électronique qui fait vibrer le plancher et l'animation japonaise, allez voir ce film, vous ne le regretterez pas. Si vous aimez ce que j'ai cité auparavant, regardez le aussi. Si vous m'aimez bien, regardez le aussi aussi. :mrgreen:


5/6.
Last edited by Anorya on 6 Feb 11, 19:50, edited 2 times in total.
Image
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14653
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Daft Punk's Electroma - 2006

Post by Demi-Lune »

Anorya wrote:
Image
On se croirait dans le vaisseau Discovery de 2001 (tiens, Discovery, les Daft punk, la date de sortie (2001) du disque...matière à creuser :idea: ).
C'est surtout à THX 1138 que ça me fait penser.
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11846
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Daft Punk's Electroma - 2006

Post by Anorya »

Demi-Lune wrote:
Anorya wrote:
Image
On se croirait dans le vaisseau Discovery de 2001 (tiens, Discovery, les Daft punk, la date de sortie (2001) du disque...matière à creuser :idea: ).
C'est surtout à THX 1138 que ça me fait penser.
Oui, c'est d'autant plus flagrant ici que les Daft ont retirés leurs vestes en cuir et ressemblent étrangement aux gardes-robots du film de Lucas, j'y ai songé aussi, je vais le rajouter tiens. :)
Mais je pense plus à Kubrick pour la symétrie, le lien de Discovery (il y avait même un mini clin d'oeil à 2001 dans Interstella au passage) album, musique et vaisseau, les écrans de machine (j'ai eu la flemme de faire des agencements de captures alors que j'en ai sur le disque dur encore. Le désert m'a tué au lieu de me rappeler mon nom...)...
Image
User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 22222
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Daft Punk's Electroma (Bangalter/De Homem-Christo, 2006)

Post by Major Tom »

Image
Clique ici, et ta vie va changer pour toujours...
User avatar
Mosin-Nagant
Réalisateur
Posts: 6460
Joined: 12 Jun 14, 19:36
Location: "Made in America"

Re: Daft Punk's Electroma (Bangalter/De Homem-Christo, 2006)

Post by Mosin-Nagant »

Maintenant que le monde entier porte un masque, le duo décident d'arrêter les frais. Quelle ironie...
Ils vont cruellement manquer au paysage musical.
Every day's a gift. It's just... does it have to be a pair of socks?
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image