Jacques Brel

Pour parler de toute l'actualité des livres, de la musique et de l'art en général.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Sabsena
Assistant(e) machine à café
Posts: 164
Joined: 15 Jul 08, 20:45

Re: Jacques Brel

Post by Sabsena »

Viens mon amour
Là-bas ne seraint point ces fous
Qui nous disent d'etre sages
Ou que vingt ans est le bel age
Voici venu le temps de vivre
Voici venu le temps d'aimer

Une ile, chanson de 1962, sur l'album du Plat pays, le 1er enregistré chez Barclay.
La chanson magnifique est devenue d'autant plus forte que cette ile s'est realisé un jour, l'etre humain doit aller au bout de ses reves selon Brel, le reve d'une ile et de la serenité pour un homme qui n'avait nullement changé sa vision du monde, mais avait changé interieurement, n'etait plus le noctambule des nuits qui se terminaient au petit matin apres avoir refait le monde avec des inconnus rencontrés au hasard de la nuit.

Un des textes les plus breliens, ces fous adultes qui ne veulent que la sagesse et ne prennent pas de risque et ne vivent pas d'aventure.

Cette ile existera, la meme qu'un autre immense artiste Gauguin, lieu que Brel choisira pour vivre loin des civilisés, et pour terre de dernier sommeil.

Viens mon amour
Car c'est là-bas que tout commence
Je crois à la derniere chance
Et tu es celle que je veux
Voici venu le temps de vivre
Voici venu le temps d'aimer
Une ile.
Vous conviendrez qu'il vaut mieux arroser quelqu'un que de l'assassiner. Fernando Rey : Cet obscur objet du désir.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93398
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Jacques Brel

Post by Jeremy Fox »

Magnifique documentaire de Philippe Kohly hier soir sur France 3.
User avatar
-Kaonashi Yupa-
Tata Yuyu
Posts: 10887
Joined: 21 Apr 03, 16:18

Re: Jacques Brel

Post by -Kaonashi Yupa- »

Jeremy Fox wrote:Magnifique documentaire de Philippe Kohly hier soir sur France 3.
8)
Content que tu aies aimé ce film.
Image
Ma page SensCritique est là !
(j'ai voulu commencer une page Letterborxd, mais j'ai vraiment pas la patience ni le temps de tout reprendre, en plus avec des titres en anglais...)
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18923
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Jacques Brel

Post by Supfiction »

Sur Arte.tv (https://www.arte.tv/fr/videos/102488-00 ... e-l-ordre/) : Les assassins de l’ordre de Marcel Carné.
Intrigué, je viens de découvrir ici que je l’ai apparemment vu il y a six ans et bien aimé en plus..
Image
Les assassins de l'ordre (1971)

Jacques Brel est absolument parfait et savoureux dans le rôle du juge chargé de l'instruction d'une affaire impliquant la police dans la mort d'un homme au commisariat, vraisemblablement à l'issue d'un passage à tabac. Le sujet était totalement dans l'air du temps et l'ombre de Mai 1968 plane sur le film.

Le reste du casting est au diapason : Michael Lonsdale (crédité Michel Lonsdale!), Charles Denner, Jean-Roger Caussimon et Catherine Rouvel (Borsalino) ainsi que Roland Lesaffre dont je réalise qu'il était très certainement un acteur fétiche de Carné avec une dizaine de films du réalisateur (Les assassins de l'ordre, Trois chambres à Manhattan, Juliette ou la clé des songes, Thérèse Raquin, L'air de Paris, Les tricheurs, Terrain vague, Les jeunes loups ou La merveilleuse visite, Du mouron pour les petits oiseaux). J'ai d'ailleurs trouvé cette page sur Roland Lesaffre sur le propre site de Carné. On aperçoit aussi Katia Tchenko (habillée).


Les dialogues sont l'autre (énorme) point fort du film, surtout lorsque c'est Brel ou Denner qui se donnent la réplique.
J'ai noté celui-là, entre autres, mais il y a en de bien plus savoureux encore (en particulier dans la scène finale) :
Charles Denner/L'avocat : "La lumière, toute la lumière c'est tout ce que je souhaite."
Jacques Brel/Le juge : "Vous l'aurez maitre, vous pouvez compter sur moi, vous risquez même d'être ébloui."

Jacques Brel/Le juge : "Faut-il qu'il y ait deux justices, l'une pour les policiers et l'autre pour les non policiers ?"
Il y a une scène plutôt marrante durant laquelle Brel retrouve son fils au commissariat parce qu'on a retrouvé de l'herbe sur lui (en fait glissé dans sa poche par un agent de police). On apprend alors qu'il risque deux ans de prison! Une nouvelle fois, Carné semble beaucoup s'intéresser aux jeunes de cette époque, au travers de scènes autour du fils du juge et d'allusions à des manifestations.
La mise en scène en revanche ne m'a pas emballé. C'est un peu lent et très statique. En outre, la copie 4:3 délavée que j'ai vue ne met vraiment pas en valeur le film (je ne connais pas le format initial).

J'ai appris une chose avec ce film, c'est que Jacques Brel était l'un des meilleurs acteurs français, et pas qu'un chanteur qui faisait quelques bonnes comédies.

Une page dédiée au film sur marcel-carne.com :
http://www.marcel-carne.com/les-films-d ... cai-films/

Quelques critiques d'époques :
Spoiler (cliquez pour afficher)
L’Aurore

« Charles Dener (…) en avocat du diable fait d’une plaidoirie (…) un petit chef-d’œuvre du genre. Quant à Michel Lonsdale, il a tellement marqué son rôle de commissaire inquiété et inquiétant qu’il sera difficile, désormais, de ne pas faire appel à lui pour camper un tel personnage. Jacques Brel qui cherchait à se définir au cinéma a, je crois, trouvé son équilibre. »

Robert Monange, 11.05.1971



Le Canard enchaîné

« L’immoralité à tirer de ce film excellemment réalisé, c’est que le cirque continue, et les petits juges qui essaieront de tirer au clair des crimes que le pouvoir, la police, les autorités compétentes veulent laisser impunis, se casseront toujours les dents. »

Michel Duran, 12.05.1971



Combat

« Ni démagogie, ni opportunisme : Marcel Carné ne joue pas le contestataire de service, il se contente d’enregistrer un constat poignant, il nous raconte l’aventure exemplaire d’un seul homme, persuadé que ce n’est que d’un mouvement de révolte morale que pourrait venir notre salut (…). Je ne veux pas célébrer ici le baptême d’un Carné gauchiste, je rends simplement hommage à une probité assez rare dans notre société de camarades et copains, bien décidés a toujours convertir leur révolution en fric ! »

Henry Chapier, 07.05.1971



La Croix

« Les Assassins de l’ordre a le ton dépouillé d’une enquête. Par moment, le dialogue ronfle bien un peu et quelques scènes paradent comme au théâtre. Mais les faits s’enchaînent, secs, implacables, mécanique sans bavures, qui d’une séquence à l’autre, noue la tragédie (…). Carné nous donne, avec ce film, l’un des meilleurs de sa carrière, un peu Cayatte, mais sobre, sans racolage, efficace. »

Henry Rabine, 03.06.1971



L’Education nationale

« En dépit des gaucheries du dialogue, cette histoire est admirablement racontée ; le scénario est agencé avec une sûreté parfaite dans les rebondissements, les suspenses, les attentes (…) ; le rythme est sec, précis, d’une clarté constante ; les pièces de l’enquête, les manœuvres, les mouvements tactiques des adversaires s’enchaînent sous nos yeux sans une longueur ni une obscurité. Cet art de la narration, que feignent de mépriser aujourd’hui bon nombre de petits renards à la queue coupée, n’est ni facile, ni inutile. D’autant plus que l’image n’est pas indigne de la composition d’ensemble. Elle traduit les dons biens connus de Carné pour l’évocation des atmosphères (…) ou pour l’interrogation des visages et des regards saisis en gros plan. »

Etienne Fuzellier, 10.06.1971



L’Express

« Si Carné se met à faire du Cayatte, que va devenir Cayatte ? »

[S.N.], 10.05.1971



Le Figaro

« Reconnaissons le bonne facture du film. Sans doute peut-on regretter que le mécanisme dramatique et le style soient par instant assez rudimentaires. Mais l’action progresse d’une démarche franche et sûre. »

Louis Chauvet, 10.05.1971



France Soir

« Si le film a ses faiblesses comme la justice elle-même, il a par ailleurs suffisamment de force courageuse et de pouvoir spectaculaire pour mériter le succès. Marcel Carné a su réunir une distribution parfaite (…). Beaucoup de bons acteurs pour une bonne cause. »

Robert Chazal, 09.05.1971



L’Humanité

« A trop vouloir prouver, on n’établit pas grand-chose. Sauf que Marcel Carné reste courageux, convaincu de ses entreprises. Sauf l’efficacité des pressions qui peuvent s’exercer sur un magistrat essayant d’établir la vérité. Sauf que tout un système défend, couvre, ses pires errements. Sauf aussi que Carné sait conduire ses acteurs jusqu’à les rendre crédibles, même dans d’assez incroyables conditions, aux traits trop grossis et trop soulignés. »

Albert Cervoni, 15.05.1971



L’Humanité Dimanche

« Les Assassins de l’ordre est le procès d’une certaine police, la plus répugnante, parce qu’elle n’agit pas au grand jour. Elle nie ses petites saloperies et ses crimes sordides (…). Si la censure n’intervient pas, c’est parce qu’elle ne peut pas faire autrement. Carné a tout prévu. Rien n’est montré, tout est suggéré. C’est là sa force, son habileté et sa sagesse. L’efficacité vaut parfois mieux que les criailleries désordonnées. »

Samuel Lachize, 17.05.1971



Les Lettres françaises

« Il est bien difficile de porter un jugement objectif et serein sur ce film. D’une part, on se sent enclin à l’indulgence : c’est plutôt un retour en forme du réalisateur après des échecs notoires, l’engagement moral dont témoigne le film suscite naturellement la sympathie. D’un autre côté, l’œuvre relève d’une conception dramaturgique vieillie, l’intrigue est trop habilement ficelée au niveau du spectacle pour que le film soit vraiment dérangeant (…). Le film a des chances de jouer dans le public le rôle pour lequel il a été conçu, sans génie visuel et non sans certaines complaisances dans l’intrigue et le dialogue. Mais enfin, pour l’honneur de notre cinéma, il est bon qu’un tel film ait vu le jour. »

Marcel Martin, 19.05.1971



Le Monde

« Le récit lui-même est surchargé d’épisodes romanesques, sans doutes utiles à la progression dramatique, mais d’une banalité extrême. La révolte, la solitude morale, les crises de découragement du jeune juge, sont décrites au cours de scènes dont le style théâtral souligne fâcheusement le caractère artificiel. La mise en scène de Marcel Carné vise, certes, à l’efficacité, mais les moyens qu’il utilise dressent une barrière entre ses personnages et nous (…). La sincérité est d’ailleurs la qualité dominante de ce film. Elle ne suffit pas toujours malheureusement à palier les défauts de la narration. »

Jean de Baroncelli, 12.05.1971



Le Nouvelles littéraires

« Un film utile. Est utile tout ce qui dénonce les tares de notre temps. L’usage des méthodes dégradantes pour arracher des aveux à un prévenu est une de ces tares (…). Plus que le manichéisme, me gênent, dans Les Assassins de l’ordre, un certain naturel de confection, une certaine aisance préfabriquée, enfin ce qu’on reproche habituellement au théâtre de Boulevard (…). On ne devrait pas avoir de trop grandes exigences esthétiques à l’égard d’une œuvre qui se propose comme fin non pas la délectation mais la prise de conscience, une œuvre qui veut être non un objet de beauté mais un acte. Disons donc que Les Assassins de l’ordre est un excellent Boulevard, sur un thème du plus respectable humaniste. »

[S.N.], 14.05.1971



Le Nouvel observateur

« Attention : il ne faut pas faire des Assassins de l’ordre ce que Carné ne veut pas qu’il soit : un plaidoyer anar ou un brûlot de la revendication gauchiste. La leçon de morale civique, Carné, par la bouche de Brel, nous la donne en clair. Aucune ambiguïté possible : c’est le non à la tyrannie, c’est la sempiternelle et toujours neuve affirmation que le droit prime sur la force (…). En brave ancien combattant de la gauche, Carné rêve. Il rêve des générations réconciliées (…). Il rêve aussi, Carné, d’une justice qui ne défendrait plus (…) une certaine classe, mais l’homme. C’est parce que Carné rêve à voix haute que Les Assassins de l’ordre nous touche. »

Jean-Louis Bory, 10.05.1971



Paris Jour

« On n’avait vu que des films américains ou italiens sur ce sujet délicat. Et on finissait par croire que personne en France ne pourrait l’aborder. Avec Les Assassins de l’ordre, voilà qui est fait. Et bien fait (…). Marcel Carné a le grand mérite de ne pas tomber dans le piège de l’exagération. »

Jacques Flurer, 12.05.1971



Télérama



« Si l’on compare Les Assassins de l’ordre aux grandes œuvres et même aux meilleurs films de Carné, on n’en fera pas un chef-d’œuvre. Mais compare-t-on une enquête journalistique aux chefs-d’œuvre littéraires ? Le principal mérite du film, c’est de poser clairement et sans concession devant l’opinion, une question qui concerne tous les citoyens de ce pays. »

Jean-Louis Tallenay, 23.05.1971



« Le film de Carné est une trop grossière illustration des problèmes à l’ordre du jour évoqués avec un simplisme déconcertant. Il ne nous épargne aucun discours humanitaire et tous les détails sont grossis à la loupe. Personnages-robots, dialogue-massue, interprétation conformiste, tout concourt à la création d’un univers conventionnel et fictif. Une caricature de pamphlet. »

Gilbert Salachas, 23.05.1971



Témoignage chrétien

« Ni plus ni moins que du sous-Cayatte. Tout y est surfait, du dialogue aux situations, tout y est conventionnel, de la construction du récit à la mise en scène. »

[S.N.], 15.05.1971



Valeurs actuelles

« On ne distingue plus rien du créateur qui eut pendant un moment le style le plus personnel, qualités et défauts compris, du cinéma français (…). Marcel Carné assure qu’il a encore beaucoup à dire, et de son propre fonds. Qu’il se hâte alors de l’exprimer, dans une forme élaborée et non empruntée. Car malgré le confiance qu’on lui garde, après un ou deux autres films tels que Les Assassins de l’ordre, on sera bien obligé de conclure que son talent fut trop étroitement tributaire d’une époque, 1936-1945, pour avoir pu survivre à celle-ci. »

Jean Limousin, 24.05.1971
Image
tenia wrote: rien de bien nouveau
Excelsior Supfiction - Excelsior Dvdclassik
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93398
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Jacques Brel

Post by Jeremy Fox »

Très bonne surprise pour ma part. Je n'attendais pas Jacques Brel aussi convaincant.
User avatar
cinéfile
Accessoiriste
Posts: 1809
Joined: 19 Apr 10, 00:33
Location: Bourges

Re: Jacques Brel

Post by cinéfile »

Découvert également sur Arte.fr.

En dépit d'une facture technique et visuelle très quelconque (et datée), ça se suit sans déplaisir. Boisset aura pu filmer cette histoire. Avant de le voir, j'avais toujours cru que c'était un film de Cayatte car je confondais avec Nous sommes tous des assassins au titre similaire (et sans doute à cause de la présence de Brel qui jouait dans Les Risques du Métier). Le grand Jacques était vraiment bon acteur et les seconds rôles assurent bien (Lonsdale, Denner). On peut regretter des dialogues un brin démonstratifs et théâtraux, mais qui s'avèrent aussi assez jubilatoires à certains moments. On notera quand même le choix audacieux d'extraits musicaux de Messe pour le temps présent de Henry/Colombier.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Je vais regarder les deux autres Carné disponibles sur le site. A ma grande honte, je ne les ai jamais vus :oops: