Votre film du mois de Mars 2013

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
LéoL
Electro
Messages : 966
Inscription : 30 août 07, 21:37

Re: Votre film du mois de Mars 2013

Messagepar LéoL » 1 mars 13, 13:29

Mars 2013

Film du mois :

Image
La Maison des Bois de Maurice Pialat

Films (re)découverts :

- 8,5/10 -
Nous ne vieillirons pas ensemble (Maurice Pialat, 1972)
Fureur Apache (Robert Aldrich, 1972) - J'ai été frappé par l'intelligence de ce western, dans les rapports indiens/blancs d'une acuité rare comme dans l'évolution de cette "chasse à l'indien" où le sens tactique occupe une place prépondérante, où la violence est d'une terrible brutalité (la première attaque indienne m'a laissé stupéfait). Un très grand western.

- 8/10 -
A la merveille (Terrence Malick, 2012) - A revoir dès que possible. Après quelques jours, le film reste en tête, comme souvent avec Malick. Il m'a juste manqué l'émotion alors que ses 3 précédents m'avaient toujours immédiatement et intensément bouleversé.
L'Innocent (Luchino Visconti, 1976) - Un voile de mort souffle sur L'Innocent, celui d'une haute bourgeoisie déliquescente qui n'assume pas ce qu'elle a voulu devenir.
Histoire de détective (William Wyler, 1951) - Scénario solide, mise en scène soignée, casting impeccable (des premiers aux seconds rôles sans exception) participent à rendre ce huis-clos tendu particulièrement réussi.
Le Fantôme de la liberté (Luis Buñuel, 1974) - A mon sens le Buñuel qui mêle de la plus belle des façons l'univers et l'humour surréalistes et absurdes qui lui sont propres et ses réflexions sarcastiques sur la société (et ses institutions notamment). C'est également très agréable de retrouver tous ces (grands) acteurs français qu'on n'a pas forcément l'habitude de voir dans le même film (et même si ils ne jouent pas tous ensemble).
Solaris (Andreï Tarkovski, 1972)

- 7,5/10 -
Passe ton bac d'abord (Maurice Pialat, 1978) - Ouch, être jeune à Lens en 1978, c'est effrayant. Pialat adopte un ton réaliste, capte un quotidien morne et une génération qui paraît bien triste et sans espoir, mais le fait sans mépris, sans en rajouter, avec honnêteté et justesse.
Mes petites amoureuses (Jean Eustache, 1974) - Je n'avais vu que La Maman et la putain de Eustache. Il me semble que c'est très différent, que ce soit dans la mise en scène ou dans l'actor's studio bressonien poussé à son paroxysme. Si ce style est un peu rude au début, il offre aussi de très beaux moments de "découverte" (le baiser dans le cinéma, toute la fin).
Quand Harry rencontre Sally (Rob Reiner, 1989) - Un modèle du genre sans aucun doute qui n'a d'ailleurs pas pris une ride, et ça c'est quand même très significatif.
El (Luis Buñuel, 1953) - La jalousie obsessionnelle par Buñuel laisse de côté le psychologisme pesant hollywoodien et ouvre la voie à Vertigo.
Les Rapaces (Eric Von Stroheim, 1924) - Vu dans sa version de 2h15

- 7/10 -
La Gueule ouverte (Maurice Pialat, 1974)
El Dorado (Howard Hawks, 1966) - Variation autour de Rio Bravo en bien moins héroïque et sérieux (il m'a semblé y avoir beaucoup plus d'humour) capitalisant au maximum sur le charisme et la complicité de Wayne et Mitchum. C'est plaisant, quoiqu'un peu trop long peut-être. Ça m'a un peu fait penser à toutes ses suites actuelles de films d'action où l'on voit le héros d'antan (donc désormais vieux, et dont Stallone pourrait être le modèle) revenir pour une nouvelle "mission", seul ou avec ses potes (vieux également).
Baraka (Ron Fricke, 1992) - Baraka nous promène paisiblement dans les beautés et les misères du monde et invite à l'humilité.
No (Pablo Larrain, 2012) - Enthousiasmant dans le fond comme dans la forme bien que la libération politique du pays a pour effet de consacrer une nouvelle forme d'asservissement.
40 ans : Mode d'emploi (Judd Apatow, 2012) - Une comédie qui malgré sa longueur reste drôle et efficace. J'en demande pas beaucoup plus.
Prospero's books (Peter Greenaway, 1991) - Spectacle fascinant d'images, de sons et de paroles ininterrompues, d'une inventivité folle, qui se nourrit de son chaos et qui m'a fait oublié que je ne comprenais absolument rien à ce qu'il se passait.
L'emmurée vivante (Lucio Fulci, 1977) - Évitant ses saillies gores habituelles, Fulci soigne son ambiance pour livrer un giallo dont la maîtrise du suspense est parfaite.
Sergent York (Howard Hawks, 1941) - Film propagandiste, parfois didactique, mais souvent attachant dans sa volonté de dresser un portrait bienveillant de l'Amérique rurale.

- 6,5/10 -
Maurice Pialat, l'amour existe... (Anne-Marie Faux & Jean-Pierre Devilliers, 2006) - Un documentaire bien fait qui laisse essentiellement parler Pialat et ses films (via de nombreux extraits) et donne furieusement envie de se replonger dans son œuvre (alors que je la finissais à peine).
Allez coucher ailleurs (Howard Hawks, 1949) - Alors certes les gags ne sont pas des plus fins mais cette comédie reste plutôt plaisante avec un duo d'acteurs tout à fait attachant.
Camille Claudel 1915 (Bruno Dumont, 2013)
The Place beyond the pines (Derek Cianfrance, 2012) - Étonnant récit en trois actes qui balaye beaucoup de thématiques intéressantes, mais ne fait que les balayer à mon sens. Chaque partie reste malgré tout réussie et Derek Cianfrance fait preuve d'une qualité certaine dans sa mise en scène. Sinon Ryan Gosling c'est vraiment un acteur?
Le cri (Michelangelo Antonioni, 1957) - L'errance d'un abandonné tellement perdu qu'il passe à côté de tout dans un décor d'outre-tombe embrumé. Antonioni sonde un cœur brisé.
Europe 51 (Roberto Rossellini, 1951) - Le propos m'a paru bien nébuleux, surtout vers la fin, mais je crois être prêt à accepter beaucoup de choses venant de la bouche d'Ingrid Bergman...

- 6/10 -
Au bout du conte (Agnès Jaoui, 2013) - Pas ce que Jaoui et Bacri ont fait de mieux, loin de là, mais j'ai toujours un petit faible pour leurs histoires, leurs personnages et leur humour. Et puis Bacri, je suis inconditionnel...
La Tour au-delà des nuages (Makoto Shinkai, 2004) - Le scénario est ambitieux mais aussi très alambiqué et prend des tournures qui laissent peu de place à l'empathie. Dommage.
L'artiste et son modèle (Fernando Trueba, 2012) - J'ai pensé au Renoir sorti en début d'année (proximité temporelle oblige), mais j'ai trouvé ce film bien plus intéressant même si il n'a rien de bien nouveau à raconter sur le sujet. Cela dit, de belles choses jaillissent par moment au détour d'une conversation ou d'un pose.
Cloud Atlas (Andy & Lana Wachowski & Tom Twyker, 2012) - Je loue l'ambition et l'audace du projet, mais malheureusement le film n'en est pas vraiment à la hauteur. Je trouve l'articulation et le déroulement de chaque histoire plutôt bien réussi, il y a un côté ludique et pas du tout ennuyeux. Mais ce qui pêche sérieusement ce sont les histoires elles-mêmes, car une fois que le flou narratif s'estompe, il ne reste plus grand chose si ce n'est l'inanité et la naïveté de ce qu'elles racontent.
Le Sicilien (Michael Cimino, 1987) - Ambitieux mais très frustrant tant on entraperçoit le grand film que Le Sicilien aurait pu être avec un bon casting et un scénario à peine meilleur. Le talent de composition et de mise en scène de Cimino est plus que jamais présent ici (et peut-être pour la dernière fois...).
Nomads (John McTiernan, 1986) - On est plus proche d'un John Carpenter que d'un John McTiernan avec cet étrange premier film. Une curiosité pas dénuée d'intérêt ni de qualités.
Elmer Gantry le charlatan (Richard Brooks, 1960) - On sent bien que Brooks a de la tendresse pour ses personnages, et celle-ci finit par prendre le pas sur la critique d'une religion transformée en spectacle mercantiliste et hypocrite. La fin est d'ailleurs bien symptomatique et ça m’intéresse et me plait beaucoup moins.
Les amants passagers (Pedro Almodovar, 2013) - C'est lorsque Almodóvar est le plus décomplexée et le plus libre, lorsqu'il se lâche complètement, qu'il est le plus réjouissant. Lorsqu'il redescend sur terre, c'est plus poussif, inégal et moins amusant.
Les Aventures de Robinson Crusoé (Luis Buñuel, 1954) - Adaptation plutôt classique et relativement sage de la part de Buñuel (que l'on devine au détour de 2/3 scènes, autrement difficile d'y trouver sa signature). Agréable mais mineur.
Insomnia (Christopher Nolan, 2002) - Au bout d'un moment, la tête de zombie d'Al Pacino a fini par m'exaspérer, de même que les effets de mise en scène qui vont avec. Reste une esthétique bien léchée et l'Alaska, personnage le plus intéressant du film, qui relèvent une intrigue assez faible.

- 5,5/10 -
Möbius (Eric Rochant, 2013) - Pas déshonorant mais pas enthousiasmant non plus. Quelques moments sympas (le coup de téléphone vers la fin, même si c'est un peu artificiel) mais l'ensemble manque de "grandeur" dans les enjeux, dans l'intrigue, dans la mise en scène...
Les veuves de quinze ans (Jean Rouch, 1965) - Petit portrait de la jeune génération en 1964 dont le ton m'a semblé un peu trop didactique par moment.
The Sunchaser (Michael Cimino, 1996) - Si les grands motifs de Cimino sont toujours là, la grandeur de son cinéma, elle, s'est envolée...
GoldenEye (Martin Campbell, 1995) - J'ai découvert James Bond avec Pierce Brosnan et j'en avais un bon souvenir (de l'acteur surtout). Je dois bien avouer maintenant qu'il est très loin d'être l'un des meilleurs. Autrement un James Bond correct mais dont on pouvait attendre bien mieux. GoldenEye ne me parait pas très ambitieux, reprend la recette habituelle sans originalité (l'arrivée d'un nouvel acteur aurait pu changé un peu tout ça).
Ne nous fâchons pas (Georges Lautner, 1966) - Souvent ridicule et plein d'excès, "Ne nous fâchons pas" n'en reste pas moins amusant et plaisant à suivre.
Le vent de la plaine (John Huston, 1959) - C'est surtout le vent des studios qui a soufflé et balayé tout ce qui aurait pu rendre ce film bien plus réussi et bien moins ambigu dans sa morale. Même le casting pourtant réputé ne m'a pas empêché de sombrer dans l'ennui.
L'homme des vallées perdues (George Stevens, 1953) - C'est davantage dans ce qu'il n'évoque pas explicitement que Shane séduit plutôt que dans son intrigue convenue et inégale. Un peu triste de voir Jean Arthur vieillissante dans ce qui sera son dernier rôle...

- 4/10 -
La Maison des otages (Michael Cimino, 1990) - Aïe, ça fait du mal de voir Cimino aux commandes d'un aussi mauvais film. Il n'arrive jamais à se dépatouiller, à insuffler un minimum d'intérêt et de personnalité (ce ne sont pas les quelques tentatives - ratées - d'aller vers les grands espaces qui y changeront quoique ce soit) à une trame très banale qui vire même au bout d'un moment à la médiocrité la plus totale.
Spring Breakers (Harmony Korine, 2012) - Si j'apprécie beaucoup la forme du film et que les 20/30 premières minutes peuvent séduire, j'ai l'impression qu'Harmony Korine n'ose pas aller trop loin et se réfugie dans la vacuité et la facilité d'un folklore "gangsta" inoffensif pour finir son film.
Le Monde fantastique d'Oz (Sam Raimi, 2013) - Très enfantin. Et si cela prête à sourire quelque temps, ça le reste trop pour être véritablement supportable sur tout le film. Et je ne parle même pas l'univers numérique...
Demain ne meurt jamais (Roger Spottiswoode, 1997) - Je crois que je préfère encore les James Bond "surannés" mais ne manquant pas de charme à la tournure que prennent les Bond période Brosnan. D'autant plus que postérieurs à ceux de Dalton, ils ne leurs arrivent vraiment pas à la cheville, ne serait-ce qu'en terme d'action.
Le Monde ne suffit pas (Michael Apted, 1999) - En fait, je ne l'avais jamais vu. On ne peut pas dire que j'ai raté grand chose même si je ne le trouve pas plus mauvais que le précédent. Je trouve Brosnan plus convaincant (sans vraiment pouvoir expliquer pourquoi).

- 3/10 -
Vivan las antipodas ! (Victor Kossakovski, 2011) - Très ennuyeux. Chaque région abordée a droit à ses belles images, mais au-delà de ça, c'est d'un grand inintérêt. A cela s'ajoute des effets de mise en scène insupportables (la caméra qui tourne dans tous les sens) pour bien signifier que l'on a changé d'hémisphère...

- 2/10 -
Les Fleurs de la guerre (Zhang Yimou, 2011) - Sous couvert "d'évènements réels", Zhang Yimou (mais est-ce vraiment sa faute?) charge la mule autant qu'il le peut et livre un film atrocement manichéen, nationaliste et xénophobe (ah elle est belle la caution Christian Bale) et dégoulinant de pathos... Beurk.

Séries :

- 9/10 -
La Maison des bois (Maurice Pialat, 1970) - Évocations "renoiriennes" de la vie d'une famille d'accueil (très attachante) au beau milieu de la campagne en pleine Grande Guerre. On se laisse agréablement porter par leur quotidien et le regard délicat et bienveillant que leur porte Pialat. C'est, selon les épisodes, joyeux, drôle, douloureux, implacable ou bouleversant. Bref, un grand moment.

- 7/10 -
House of Cards (Beau Willimon, David Fincher, 2013) - Pas mal. Sorte de West Wing couplé à Tempête sur Washington avec beaucoup plus de cynisme, de machiavélisme, de jeux de pouvoir, de sexe et de corruption mais avec la verve des dialogues (de l'un comme de l'autre) en moins. Très bon casting, gros point fort de la série.

Films revus :


Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre 2007 : Excalibur de John Boorman
Octobre 2007 : Sueurs froides de Alfred Hitchcock
Novembre 2007 : In the mood for love de Wong Kar Wai
Décembre 2007 : Barry Lyndon de Stanley Kubrick
Janvier 2008 : Le péril jeune de Cédric Klapisch
Février 2008 : Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick
Mars 2008 : A scene at the sea de Takeschi Kitano
Avril 2008 : Rio Bravo de Howard Hawks
Mai 2008 : Un conte de Noël de Arnaud Despléchin
Juin 2008 : M le maudit de Fritz Lang
Juillet 2008 : The Yards de James Gray
Août 2008 : Todo Sobre Mi Madre de Pedro Almodovar
Septembre 2008 : Sur la route de Madison de Clint Eastwood
Octobre 2008: Metropolis de Rintaro
Novembre 2008: La porte du paradis de Michael Cimino
Decembre 2008: Chantons sous la pluie de Gene Kelly et Stanley Donen
Janvier 2009: Boulevard du crépuscule de Billy Wilder
Février 2009 : Rosemary's Baby de Roman Polanski
Mars 2009: La garçonnière de Billy Wilder
Avril 2009: The Thing de John Carpenter
Mai 2009: La soif du mal de Orson Welles
Juin 2009: Il était une fois dans l'Ouest de Sergio Leone
Juillet 2009: Le mécano de la Général de Clyde Bruckman et Buster Keaton
Août 2009: Tout ce que le ciel permet de Douglas Sirk
Septembre 2009: La Vérité de Henri-Georges Clouzot
Octobre 2009: Pulsions de Brian De Palma
Novembre 2009: Missing de Costa-Gavras
Décembre 2009: Casablanca de Michael Curtiz
Janvier 2010: Eve de Jospeh L. Mankiewicz
Février 2010: Le chagrin et la pitié de Marcel Ophuls
Mars 2010: Sept ans de réflexion de Billy Wilder
Avril 2010: Ces messieurs dames de Pietro Germi
Mai 2010: La vie est belle de Frank Capra
Juin 2010: Qu'elle était verte ma vallée de John Ford
Juillet 2010: Le genou de Claire de Eric Rohmer
Août 2010: L'armée des ombres de Jean-Pierre Melville
Septembre 2010: To Be or not to Be de Ernst Lubitsch
Octobre 2010: L'aventure de Mme Muir de Joseph L. Mankiewicz
Novembre 2010: Quai des orfèvres de Henri-Georges Clouzot
Décembre 2010: French Cancan de Jean Renoir
Janvier 2011: Tous en scène de Vincente Minnelli
Février 2011: Les visiteurs du soir de Marcel Carné
Mars 2011: Madame de... de Max Ophüls
Avril 2011: A.I. de Steven Spielberg
Mai 2011: The Tree of Life de Terrence Malick
Juin 2011: Une séparation de Asghar Farhadi
Juillet 2011: L'année du dragon de Michael Cimino
Août 2011: Dersou Ouzala de Akira Kurosawa
Septembre 2011: La charge fantastique de Raoul Walsh
Octobre 2011: Le trou de Jacques Becker
Novembre 2011: Mr Smith au Sénat de Frank Capra
Décembre 2011: Une journée particulière de Ettore Scola
Janvier 2012 : La rondede Max Ophuls
Février 2012 : Elephant Man de David Lynch
Mars 2012 : Stalker de Andreï Tarkovski
Avril 2012 : La Dame du vendredi de Howard Hawks
Mai 2012 : A nos amours de Maurice Pialat
Juin 2012 : Le deuxième souffle de Jean-Pierre Melville
Juillet 2012 : Gentleman Jim de Raoul Walsh
Août 2012 : Voyage à Tokyo de Yasujirō Ozu
Septembre 2012 : Tempête à Washington de Otto Preminger
Octobre 2012 : La maman et la putain de Jean Eustache
Novembre 2012 : Van Gogh de Maurice Pialat
Décembre 2012 : Monsieur Verdoux de Charles Chaplin
Janvier 2013 : The West Wing - Saison 2 de Aaron Sorkin
Février 2013 : Andreï Roublev de Andreï Tarkovski
Dernière édition par LéoL le 1 avr. 13, 15:11, édité 19 fois.

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 17876
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Votre film du mois de Mars 2013

Messagepar Rick Blaine » 1 mars 13, 13:30

Mars 2013

Film du mois :

Image

Les Inconnus dans la Ville (Richard Fleischer - 1955)


Films découverts ou redécouverts :

Les Inconnus dans la Ville (Violent Saturday), de Richard Fleischer (1955) : 9/10

Armored Car Robbery, de Richard Fleischer (1950) : 8,5/10

Skyfall, de Sam Mendes (2012) : 8/10
Argo, de Ben Affleck (2012) : 8/10
Lucky Jo, de Michel Deville (1964) : 8/10

Voyage en Famille (Familia Rodante), de Pablo Trapero (2004) : 7,5/10
Little Odessa, de James Gray (1994) : 7,5/10

Samedi soir, dimanche matin (Saturday Night and Sunday Morning), de Karel Reisz (1960) : 7/10
JLG/JLG - autoportrait de décembre, de Jean-Luc Godard (1994) : 7/10
Malevil, de Christian de Chalonge (1981) : 7/10

Dernier Amour (Primo amore), de Dino Risi (1978) : 6,5/10

Dernières heures à Denver (Things to Do in Denver When You're Dead), de Gary Fleder (1995) : 6/10
Child of Divorce, de Richard Fleischer (1946) : 6/10
Les Salauds vont en enfer, de Robert Hossein (1955) : 6/10

La Cité des Tueurs (City of Bad Men), de Harmon Jones (1953) : 4,5/10
Les monstres de l'espace (Quatermass and the Pit), de Roy Ward Baker (1967) : 4,5/10

Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin (Big Trouble in Little China), de John Carpenter (1986) : 4/10

La maison de Frankenstein (House of Frankenstein), d' Erle C. Kenton (1944) : 3,5/10

Le Chat à Neuf Queues (Il Gato a Nove Code), de Dario Argento (1971) : 2/10

Soulèvement en Arizona (The Stand at Apache River), de Lee Sholem (1953) : 1/10

Films revus : Hors compétition :

Le Mépris, de Jean-Luc Godard (1963) : 10/10

Lawrence D'arabie (Lawrence of Arabia), de David Lean (1962) : 9,5/10

Les Sept Voleurs (Seven Thieves), de Henry Hathaway (1959) : 7,5/10

Very Bad Cops (The Other Guys), d'Adam McKay (2010) : 6/10

Films des mois précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
Août 2010 : Chantons sous la Pluie (Stanley Donen et Gene Kelly - 1952)
Septembre 2010 : Le Narcisse Noir (Michael Powell et Emeric Pressburger - 1947)
Octobre 2010 : Alexandre le Bienheureux (Yves Robert - 1968)
Novembre 2010 : Le Plongeon (Franck Perry - 1968)
Décembre 2010 : Quatorze Heures (Henry Hathaway - 1951)
FILM DE L'ANNEE 2010 : CHANTONS SOUS LA PLUIE
Janvier 2011 : Mon Homme Godfrey (Gregory La Cava - 1936)
Février 2011 : Le Mépris (Jean-Luc Godard - 1963)
Mars 2011 : Nous Voulons les Colonels (Mario Monicelli - 1974)
Avril 2011 : Huit Heures de Sursis (Carol Reed - 1947)
Mai 2011 : Five Star Final (Mervyn LeRoy - 1931)
Juin 2011 : Les Nuits de Chicago (Josef Von Sternberg - 1927)
Juillet 2011 : Ca Commence Aujourd'hui (Bertrand Tavernier - 1999)
Août 2011 : Baby Boy Frankie (Allen Baron - 1961)
Septembre 2011 : Du Plomb pour l'Inspecteur (Richard Quine - 1954)
Octobre 2011 : Le Rôdeur (Joseph Losey - 1951)
Novembre 2011 : Mes Chers Amis (Mario Monicelli - 1975)
Décembre 2011 : L’Aventure de Mme Muir (Joseph L. Mankiewicz - 1947)
FILM DE L'ANNEE 2011 : L'AVENTURE DE MME MUIR & LE MÉPRIS
Janvier 2012 : Les Ailes (William A. Wellman - 1927)
Fevrier 2012 : French Cancan (Jean Renoir - 1954)
Mars 2012 : Duel Dans La Sierra (George Sherman - 1958)
Avril 2012 : The Thing (John Carpenter - 1982)
Mai 2012 : Moonrise Kingdom (Wes Anderson - 2012)
Juin 2012 : Nightfall (Jacques Tourneur - 1957)
Juillet 2012 : La Porte du Diable (Anthony Mann - 1950)
Août 2012 : Dans ses Yeux (Juan Jose Campanella - 2009)
Septembre 2012 : Polisse (Maïwenn -2011)
Octobre 2012 : Les Bas Fonds New-Yorkais (Samuel Fuller -1961)
Novembre 2012 : Klute (Alan J. Pakula - 1971)
Décembre 2012 : ...All the Marbles (Robert Aldrich - 1981)
FILM DE L'ANNEE 2012 : NIGHTFALL
Janvier 2013 : Mafioso (Alberto Lattuada - 1962)
Février 2013 : The Yards (James Gray - 2000)
Dernière édition par Rick Blaine le 31 mars 13, 17:26, édité 27 fois.

Avatar de l’utilisateur
monk
Décorateur
Messages : 3589
Inscription : 21 juin 05, 09:55

Re: Votre film du mois de Mars 2013

Messagepar monk » 1 mars 13, 14:00

MARS

** DECOUVERTES **

Skyfall de Sam Mendes ++
Hôtel Transylvanie de Genndy Tartakovsky -
Qu'est-il arrivé à Baby Jane ? de Robert Aldrich ++
The parallax view de Alan J. Pakula ++
Colorful de Keiichi Hara +
Looper de Rian Johnson ++
A la merveille de Terrence Malick +
BSG: blood & chrome de Jonas Pate +
La féline de Jacques Tourneur -
Cosmopolis de David Cronenberg -
Steamboat Bill, Jr de Charles Reisner ++


** RE VISIONS **

Die hard 4 de Len Wiseman ++
Tron legacy de Joseph Kosinski ++
Le nouveau monde (verion longue) de Terrence Malick +++


** TV SHOWS **

Mad men S5 (en cours) +

Mois précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
FEVRIER

** DECOUVERTES **

La Couleur du prisme, La mécanique du temps de Jacqueline Caux ++
Le cuirassé Potemkine de Sergueï M. Eisenstein +++
Assault girls de Mamoru Oshii +
L'ombre d'un doute de Alfred Hitchcock ++
Les 3 jours du condor de Sydney Pollack ++
The hustler de Robert Rossen +++
Ted de Seth MacFarlane -
Peggy Sue s'est marriée de Françis Ford Coppola +


** RE VISIONS **

La couleur de l'argent de Martin Scorcese ++


** TV SHOWS **

Justified S3 (fin) +
Mad men S5 (en cours)


---------------------------------------------

JANVIER

** DECOUVERTES **

Titanic de James Cameron

La taupe de Tomas Alfredson
Très poseur, volontairement obscure, et assez vain finalement. Je ne garde pas.
Sunset Boulevard de Billy Wilder
Superbe évocation de la fin d'un règne. C'est tragique et dramatique, mais le film est aussi un film noir, et le mélange est très plaisant, tout à fait maitrisé. Terrible satyre d'Hollywood. Superbe. Je garde.
My week with Marilyn de Simon Curtis
Ne dépassant pas le stade du film sympa, il n'en est pas moins touchant, avec une très belle performance de Michelle Williams, encore une fois. Je ne garde pas, mais c'était bien.

Old Joy de Kelly Reichardt
Wendy & Lucy de Kelly Reichardt
Shame de Steve McQueen
Shotgun stories de Jeff Nichols
Spacked out de Lawrence Ah Mon

Sa majesté des mouches de Peter Brook

Mildred Pierce de Micheal Curtiz
Django unchained de Quenton Tarantino

Primer de Shane Carruth
Troublez moi ce soir de Roy Ward Baker


** RE VISIONS **

Star Trek de Robert Wise
Il y a plein de bonnes choses dans ce film, mais - et malgré quelques très beaux plans ici et là, les SFX font quand même cheap comparé à Star Wars sorti quelques années plus tôt. La caractérisation est un peu grossière, mais le cahier des charges ne permettait sans doute pas d’innover. L'histoire est bien, avec ce méchant très original. Je garde.


** TV SHOWS **

Story of film épisodes 1 à 6
Justified S3 (en cours)


Mais aussi:
2012
2011
Dernière édition par monk le 28 mars 13, 10:00, édité 10 fois.

Avatar de l’utilisateur
magobei
Assistant opérateur
Messages : 2538
Inscription : 11 sept. 07, 18:05

Re: Votre film du mois de Mars 2013

Messagepar magobei » 1 mars 13, 14:40

Film du mois:

Découvertes / * films revus / séries:

7/10
Dressed to Kill (Brian De Palma, 1980)
* Il mio nome è Nessuno (Tonino Valerii, 1973)
Dial M for Murder (Alfred Hitchcock, 1954)
Forbrydelsen s01
Bron/Broen (The Bridge)

6.5/10
This Is 40 (Judd Apatow, 2012)
Ruby Sparks (Jonathan Dayton, Valerie Faris, 2012)

6/10
* Westworld (Michael Crichton, 1973)
The Plague Dogs (Martin Rosen, 1982)
Au bout du conte (Agnès Jaoui, 2013)
Eva (Kike Maíllo, 2011)
Lincoln (Steven Spielberg, 2012)
The Proposition (John Hillcoat, 2005)
No (Pablo Larraín, 2012)
* Marnie (Alfred Hitchcock, 1964)

5/10
Twixt (Francis Ford Coppola, 2011)

3/10
Spring Breakers (Harmony Korine, 2012)
Hobo with a Shotgun (Jason Eisener, 2011)

Mois précédents:
Spoiler (cliquez pour afficher)
Février 2013
Janvier 2013
Décembre 2012
Novembre 2012
Octobre 2012
Septembre 2012
Août 2012
Juillet 2012
Juin 2012
Mai 2012
Avril 2012
Mars 2012
Février 2012
Janvier 2012
Décembre 2011
Novembre 2011
Octobre 2011
Septembre 2011
Août 2011
Juillet 2011
Juin 2011
...
Avril 2011
Mars 2011
Février 2011
Janvier 2011
Dernière édition par magobei le 29 mars 13, 09:04, édité 19 fois.
Ça sera la restauration antédiluvienne de 2017 sortie chez Olive et Koch, mais avec un bitrate à 26Hz et du DNR à 36Mb comme toujours chez l'éditeur. Autant dire que l'image sera merdique. Mais je vais l'acheter, même si ça fera doublon avec le Olive, le Koch et le Indicator parce qu'il y a des STF - je n'en ai pas besoin, mais c'est important si on veut partager - et surtout la VF d'origine avec Henri Chalant qui double Rex Edwards qui joue l'indien qui se fait tuer sur la gauche à 40:23.

Avatar de l’utilisateur
reuno
Assistant opérateur
Messages : 2005
Inscription : 8 oct. 04, 10:25

Re: Votre film du mois de Mars 2013

Messagepar reuno » 1 mars 13, 14:57

Mars 2013

Film du mois

Image
Modus Anomali (Joko Anwar)

Films découverts

Modus Anomali (Joko Anwar) 4/6
To the Wonder (Terrence Malick) 4/6
Camille Claudel 1915 (Bruno Dumont) 4/6
Jack the Giant Slayer (Bryan Singer) 4/6
Antiviral (Brandon Cronenberg) 3/6
Oz: The Great and Powerful (Sam Raimi) 3/6

Films revus

The Incident (Alexandre Courtès) 5/6
The Matrix (Andy & Larry Wachowski) 5/6
The American (Anton Corbijn) 5/6


Films des mois précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
Février 2013 : Toad Road (Jason Banker)
Janvier 2013 : Cloud Atlas (Tom Tykwer, Andy Wachowski & Lana Wachowski)
Décembre 2012 : Symbol (Hitoshi Matsumoto)
November 2012 : Beasts of The Southern Wild (Benh Zeitlin)
Octobre 2012 : Kotoko (Shinya Tsukamoto)
Septembre 2012 : Himizu (Sono Sion)
Août 2012 : ParaNorman (Chris Butler)
Juillet 2012 : The Incident (Alexandre Courtès)
Juin 2012 : Les Raisins de la colère (John Ford)
Mai 2012 : Moonrise Kingdom (Wes Anderson)
Avril 2012 : The Plague Dogs (Martin Rosen)
Mars 2012 : Bellflower (Evan Glodell)
Février 2012 : Il était une fois en Anatolie (Nuri Bilge Ceylan)
Janvier 2012 : Love (William Eubank)
Décembre 2011 : Versailles (Pierre Schoeller)
Novembre 2011 : Safe (Todd Haynes)
Octobre 2011 : Polisse (Maïwenn)
Septembre 2011 : Redline (Takeshi Koike)
Août 2011 : Cold Fish (Sono Sion)
Juillet 2011 : Memory Lane (Mikhaël Hers)
Juin 2011 : Biutiful (Alejandro González Inárritu)
Mai 2011 : The Tree of Life (Terrence Malick)
Avril 2011 : Animal Kingdom (David Michôd)
Mars 2011 : Tetsuo The Bullet Man (Shinya Tsukamoto)
Février 2011 : Il était une fois dans l'Ouest (Sergio Leone)
Janvier 2011 : Ondine (Neil Jordan)
Décembre 2010 : Mishima: A Life in Four Chapters (Paul Schrader)
Novembre 2010 : L'Enigme de Kaspar Hauser (Werner Herzog)
Octobre 2010 : Monsters (Gareth Edwards)
Septembre 2010 : Nord (Xavier Beauvois)
Août 2010 : Big Wednesday (John Millius)
Juillet 2010 : The Reflecting Skin (Philip Ridley)
Juin 2010 : Code 46 (Michael Winterbottom)
Mai 2010 : Enter the Void (Gaspard Noé)
Avril 2010 : The Andromeda Strain de Robert Wise
Mars 2010 : Onibaba de Kaneto Shindô
Février 2010 : Faust - Eine deutsche Volkssage de F.W. Murnau
Janvier 2010 : Le Décalogue de Krzysztof Kieslowski
Décembre 2009 : Avatar de James Cameron
Novembre 2009 : The Box de Richard Kelly
Octobre 2009 : Pat Garrett & Billy the Kid de Sam Peckinpah
Septembre 2009 : The Offence de Sidney Lumet
Août 2009 : La Femme des Sables de Hiroshi Teshigahara
Juillet 2009 : La Graine et le mulet Abdellatif Kechiche
Juin 2009 : The Sky Crawlers de Mamoru Oshii
Mai 2009 : Possession de Andrezj Zulawski
Avril 2009 : Le Trou de Jacques Becker
Mars 2009 : Shotgun Stories de Jeff Nichols
Février 2009 : The Wrestler de Darren Aronofsky
Janvier 2009 : The Curious Case of Benjamin Button de David Fincher
Décembre 2008 : Clean, shaven de Lodge Kerrigan
Novembre 2008 : Låt den rätte komma in de Tomas Alfredson
Octobre 2008 : Bled Number One de Rabah Ameur-Zaimeche
Septembre 2008 : Omohide Poro Poro de Isao Takahata
Août 2008 : Hellboy II : The Golden Army de Guillermo Del Toro
Juillet 2008 : La Condition de L'Homme de Masaki Kobayashi
Juin 2008 : Angst de Gerald Kargl
Mai 2008 : The Proposition de John Hillcoat
Avril 2008 : Love and Honor de Yoji Yamada
Mars 2008 : The Mist de Frank Darabont
Février 2008 : Twin Peaks - Fire Walk With Me de David Lynch
Janvier 2008 : [REC] de Jaume Balaguero et Paco Plaza
Décembre 2007 : Requiem Pour Un Massacre de Elem Klimov
Dernière édition par reuno le 4 avr. 13, 14:35, édité 9 fois.

Avatar de l’utilisateur
Best
Réalisateur de seconde équipe
Messages : 5579
Inscription : 9 août 04, 13:47
Localisation : 742 Evergreen Terrace, Springfield

Re: Votre film du mois de Mars 2013

Messagepar Best » 1 mars 13, 15:47

Mars 2013

Film du mois

A la Merveille (Terrence Malick)

Image


Films découverts (Re)

La nuit de Varennes (Ettore Scola) 8,5/10
La porte du paradis - version de 3h36 (Michael Cimino) 8,5/10
Other's Men Women (William A. Wellman) 8,5/10
Samsara (Ron Fricke) 8,5/10
Superman/Batman : Apocalypse (Lauren Montgomery) 8/10
Cloud Atlas (Andy & Lana Wachowski & Tom Tykwer) 8/10
G.I. Joe : Conspiration (Jon M. Chu) 8/10
20 ans d'écart (David Moreau) 8/10
Prologues (Lloyd Bacon) 7,5/10
The Sessions (Ben Lewin) 7,5/10
Warm bodies (Jonathan Levine) 7,5/10
No (Pablo Larraín) 7,5/10
40 ans : mode d'emploi (Judd Apatow) 7/10
The Place Beyond the Pines (Derek Cianfrance) 6,5/10
Jappeloup (Christian Duguay) 6,5/10
Jack le chasseur de géants (Bryan Singer) 6/10
Le Monde Fantastique D’Oz (Sam Raimi) 5/10
Superman : Brainiac Attacks (Curt Geda) 5/10
Au bout du conte (Agnès Jaoui) 4,5/10



Films revus (Hors compétition)

Piège de cristal (John McTiernan) 9,5/10
Volte/Face (John Woo) 8,5/10
Predator (John McTiernan) 8/10
Piano forest (Masayuki Kojima) 8/10
One Piece - Film 8 : Episode of Alabasta (Takahiro Imamura) 8/10
Speed (Jan de Bont) 8/10



Notation

10/10 : Je suis en extase
9,5/10 : Je suis aux anges
9/10 : Je jubile
8,5/10 : J'adore
8/10 : J'aime beaucoup
7,5/10 : J'aime
7/10 : J'aime bien
6,5/10 : J'aime assez
6/10 : J'aime moyennement
5,5/10 : J'aime sans plus
5/10 : Entre deux eaux
4/10 : Je n'aime pas vraiment
3/10 : Je n'aime pas
2/10 : Je n'aime pas du tout
1/10 : Je déteste
0/10 : Où est mon pulvérisateur ?


Mes films du mois de Mai 2005 à Février 2013

Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage
Dernière édition par Best le 28 mars 13, 18:52, édité 27 fois.

Avatar de l’utilisateur
Blue
subMarine
Messages : 5223
Inscription : 13 sept. 06, 13:32

Re: Votre film du mois de Mars 2013

Messagepar Blue » 1 mars 13, 18:40

Cet Obscur Objet Du Désir (Luis Buñuel) : 9/10
Le Fantôme De La Liberté (Luis Buñuel) : 9/10
La Porte Du Paradis (Michael Cimino) : 9/10
Z (Costa-Gavras) : 8,5/10
Jour De Colère (Carl Theodor Dreyer) : 8/10
The Indian Runner (Sean Penn) : 8/10
Manon (Henri-Georges Clouzot) : 8/10
The Place Beyond The Pines (Derek Cianfrance) : 8/10
Tucker (Francis Ford Coppola) : 7,5/10
L'Ange Exterminateur (Luis Buñuel) : 7,5/10
La Jetée (Chris Marker) : 7,5/10
Phase IV (Saul Bass) : 7,5/10
Jambon Jambon (Bigas Luna) : 7,5/10
Nazarin (Luis Buñuel) : 7,5/10
Michael (Carl Theodor Dreyer) : 7,5/10
Spring Breakers (Harmony Korine) : 7,5/10
L'Ordre Et La Morale (Matthieu Kassovitz) : 7/10
Guerre Et Amour (Woody Allen) : 7/10
Clockers (Spike Lee) : 7/10
Le Charme Discret De La Bourgeoisie (Luis Buñuel) : 7/10
En Présence D'un Clown (Ingmar Bergman) : 7/10
Les Communiants (Ingmar Bergman) : 7/10
Vera Cruz (Robert Aldrich) : 7/10
Broadway Danny Rose (Woody Allen) : 7/10
Coups De Feu Sur Broadway (Woody Allen) : 6,5/10
Simon Du Désert (Luis Buñuel) : 6,5/10
Gertrud (Carl Theodor Dreyer) : 6/10
Camille Claudel 1915 (Bruno Dumont) : 6/10
Radio Days (Woody Allen) : 6/10
Jardins De Pierre (Francis Ford Coppola) : 6/10
La Flûte Enchantée (Ingmar Bergman) : 6/10
La Voie Lactée (Luis Buñuel) : 5,5/10
A La Merveille (Terrence Malick) : 5/10
Le Grand Couteau (Robert Aldrich) : 5/10
Looper (Rian Johnson) : 4,5/10
Cours Lola Cours (Tom Tykwer) : 3/10
Room In Rome (Julio Medem) : 3/10
Cloud Atlas (Wachowski Sisters & Tom Tykwer) : 2/10
Mystery (Lou Ye) : 1/10
Dernière édition par Blue le 31 mars 13, 21:32, édité 19 fois.

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13025
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Votre film du mois de Mars 2013

Messagepar Demi-Lune » 1 mars 13, 18:48

FILM DU MOIS DE MARS 2013

Image Image Image

FILMS DÉCOUVERTS OU REDÉCOUVERTS

    Rendez-vous (The shop around the corner) (Ernst Lubitsch, 1940) Image
    Ninotchka (Ernst Lubitsch, 1939) Image
    A la Merveille (Terrence Malick, 2012) Image
    Que la lumière soit (John Huston, 1946) Image
    Caché (Michael Haneke, 2005) Image
    La chatte sur un toit brûlant (Richard Brooks, 1958) Image
    Sabrina (Billy Wilder, 1954) Image
    L'homme qui voulut être roi (John Huston, 1975) Image
    Scaramouche (George Sidney, 1952) Image
    Une place au soleil (George Stevens, 1951) Image
    Les ensorcelés (Vincente Minnelli, 1952) Image
    Vera Cruz (Robert Aldrich, 1954) Image
    Ange (Ernst Lubitsch, 1937) Image
    La mélodie du bonheur (Robert Wise, 1965) Image
    Agora (Alejandro Amenábar, 2009) Image
    Les Hauts de Hurlevent (William Wyler, 1939) Image
    Gigi (Vincente Minnelli, 1958) Image
    Les vestiges du jour (James Ivory, 1993) Image
    Les passagers de la nuit (Delmer Daves, 1947) Image
    L'Argent (Marcel L’Herbier, 1928) Image
    Madame Bovary (Vincente Minnelli, 1949) Image
    Cris et chuchotements (Ingmar Bergman, 1973) Image
    The place beyond the pines (Derek Cianfrance, 2012) Image
    Le bruit des glaçons (Bertrand Blier, 2009) Image
    Sérénade à trois (Ernst Lubitsch, 1933) Image
    Le port de l'angoisse (Howard Hawks, 1944) Image
    Beaucoup de bruit pour rien (Kenneth Branagh, 1993) Image
    L'odyssée de l'African Queen (John Huston, 1951) Image
    Le Patient anglais (Anthony Minghella, 1996) Image
    Vincere (Marco Bellocchio, 2009) Image
    Le vieux fusil (Robert Enrico, 1975) Image
    Les garçons (Mauro Bolognini, 1959) Image
    Depuis ton départ (John Cromwell, 1944) Image
    Elle et lui (Leo McCarey, 1957) Image
    Transsibérien (Brad Anderson, 2008) Image
    Contact (Robert Zemeckis, 1997) Image
    Cloud Atlas (Andy & Lana Wachowski & Tom Tykwer, 2012) Image
    Alice au pays des merveilles (Tim Burton, 2010) Image

FILMS REVUS

    La Rumeur (William Wyler, 1961) Image
    La Planète des Singes (Franklin J. Schaffner, 1968) Image
    Le Dîner de cons (Francis Veber, 1998) Image
    État second (Peter Weir, 1993) Image
    Speed Racer (Andy & Larry Wachowski, 2008) Image
    Babe, le cochon dans la ville (George Miller, 1998) Image
    L’Expert (Luis Llosa, 1994) Image
    Le Bossu (André Hunebelle, 1959) Image

Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
août 2009 : Master and Commander (Peter Weir, 2003) ex aequo avec Eternal Sunshine of the spotless mind (Michel Gondry, 2004)
septembre 2009 : Lunes de fiel (Roman Polanski, 1992)
octobre 2009 : Les Frissons de l'angoisse (Dario Argento, 1975) ex aequo avec 12 Hommes en colère (Sidney Lumet, 1957)
novembre 2009 : Entre le Ciel et l'Enfer (Akira Kurosawa, 1963)
décembre 2009 : Ring (Hideo Nakata, 1997)
janvier 2010 : Le Syndrome de Stendhal (Dario Argento, 1996) ex aequo avec Inglourious Basterds (Quentin Tarantino, 2009)
février 2010 : The Cotton Club (Francis Ford Coppola, 1984). Prix spécial : Délivrance (John Boorman, 1972)
mars 2010 : Shutter Island (Martin Scorsese, 2010) - plus objectivement : Les Sept Samouraïs (Akira Kurosawa, 1954)
avril 2010 : Ratatouille (Brad Bird, 2007). Prix spécial pour La Bataille d'Alger (Gillo Pontecorvo, 1966) et Zombie (George Romero, 1978)
mai 2010 : Quand passent les cigognes (Mikhaïl Kalatozov, 1958)
juin 2010 : Le Mépris (Jean-Luc Godard, 1963)
juillet 2010 : Inception (Christopher Nolan, 2010) ex aequo avec Les Demoiselles de Rochefort (Jacques Demy, 1967)
août 2010 : La Reine Margot (Patrice Chéreau, 1994)
septembre 2010 : Le Voyeur (Michael Powell, 1960) ex aequo avec Memories of Murder (Bong Joon-ho, 2003)
octobre 2010 : Écrit sur du vent (Douglas Sirk, 1956)
novembre 2010 : Lolita (Stanley Kubrick, 1962)
décembre 2010 : Les Chaussons rouges (Michael Powell & Emeric Pressburger, 1948) ex aequo avec Le Pont de la rivière Kwaï (David Lean, 1957)
janvier 2011 : Pas de printemps pour Marnie (Alfred Hitchcock, 1964)
février 2011 : La Rumeur (William Wyler, 1961)
mars 2011 : Blue Velvet (David Lynch, 1986) ex aequo avec A la poursuite d'Octobre Rouge (John McTiernan, 1990). Prix spécial : TRON (Steven Lisberger, 1982)
avril 2011 : La Règle du jeu (Jean Renoir, 1939)
mai 2011 : Le Guépard (Luchino Visconti, 1963)
juin 2011 : The Tree of Life (Terrence Malick, 2011)
juillet 2011 : Ludwig ou le Crépuscule des dieux (Luchino Visconti, 1972) ex aequo avec Trop belle pour toi (Bertrand Blier, 1989)
août 2011 : L'Armée des Ombres (Jean-Pierre Melville, 1969) ex aequo avec Cure (Kiyoshi Kurosawa, 1997) ex aequo avec L'année dernière à Marienbad (Alain Resnais, 1961)
septembre 2011 : Do the right thing (Spike Lee, 1989). Prix spécial pour Orgueil et préjugés (Joe Wright, 2005)
octobre 2011 : Le Narcisse Noir (Michael Powell & Emeric Pressburger, 1947). Prix spécial pour The Artist (Michel Hazanavicius, 2011) et Melancholia (Lars Von Trier, 2011)
novembre 2011 : Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne (Steven Spielberg, 2011)
décembre 2011 : La Fille de Ryan (David Lean, 1970). Prix spécial pour Mission : Impossible, Protocole Fantôme (Brad Bird, 2011)
janvier 2012 : Metropolis, version longue (Fritz Lang, 1927) ex aequo avec Les Parapluies de Cherbourg (Jacques Demy, 1964) ex aequo avec La Chute de l'Empire romain (Anthony Mann, 1964)
février 2012 : Octobre (Sergueï Mikhaïlovitch Eisenstein, 1928)
mars 2012 : La lettre inachevée (Mikhaïl Kalatozov, 1959) ex aequo avec Tootsie (Sydney Pollack, 1982) ex aequo avec Dressé pour tuer (Samuel Fuller, 1982)
avril 2012 : Les Nibelungen (Fritz Lang, 1924)
mai 2012 : Guerre et Paix (Sergueï Bondartchouk, 1967)
juin 2012 : Cinéma Paradiso (Giuseppe Tornatore, 1989) ex aequo avec La Dolce Vita (Federico Fellini, 1960)
juillet 2012 : Soy Cuba (Mikhaïl Kalatozov, 1964) ex aequo avec Kwaïdan (Masaki Kobayashi, 1964). Prix spécial pour Phase IV (Saul Bass, 1974)
août 2012 : L'Enfer blanc du Piz Palü (Arnold Fanck & G. W. Pabst, 1929) ex aequo avec Pink Floyd The Wall (Alan Parker, 1982) ex aequo avec To be or not to be (Ernst Lubitsch, 1942) ex aequo avec Le Rayon vert (Éric Rohmer, 1986)
septembre 2012 : Hiroshima mon amour (Alain Resnais, 1959)
octobre 2012 : La Belle et la Bête (Jean Cocteau, 1946) ex aequo avec L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot (Serge Bromberg, 2008)
novembre 2012 : Beau-père (Bertrand Blier, 1981)
décembre 2012 : Napoléon (Abel Gance, 1927). Prix spécial pour Drôle de frimousse (Stanley Donen, 1957) et Un Américain à Paris (Vincente Minnelli, 1951)
janvier 2013 : Les enfants d'Hiroshima (Kaneto Shindo, 1952) ex aequo avec Chantons sous la pluie (Stanley Donen & Gene Kelly, 1952), L'Incompris (Luigi Comencini, 1966) et Zero Dark Thirty (Kathryn Bigelow, 2012)
février 2013 : Lincoln (Steven Spielberg, 2012). Prix spécial pour Le voleur de bicyclette (Vittorio De Sica, 1948) et les chorégraphies de Busby Berkeley
Dernière édition par Demi-Lune le 11 mai 13, 11:02, édité 54 fois.

Avatar de l’utilisateur
Joe Wilson
Entier manceau
Messages : 5463
Inscription : 7 sept. 05, 13:49
Localisation : Entre Seine et Oise

Re: Votre film du mois de Mars 2013

Messagepar Joe Wilson » 1 mars 13, 19:44

Film du mois

Calle mayor, de Juan Antonio Bardem


Films découverts

Calle mayor, de Juan Antonio Bardem 8,5/10

Fleurs d'équinoxe, de Yasujiro Ozu 8/10

L'Egyptien, de Michael Curtiz 7/10
The place beyond the pines, de Derek Cianfrance 7/10
Police, de Maurice Pialat 7/10

Jappeloup, de Christian Duguay 6,5/10
Quelques heures de printemps, de Stéphane Brizé 6,5/10

Reprise, de Joachim Trier 6/10
Ames à la mer, d'Henry Hathaway 6/10

Au bout du conte, d'Agnès Jaoui 5,5/10












Films revus

La rivière rouge, d'Howard Hawks 9/10




Films des mois précédents


Spoiler (cliquez pour afficher)
Novembre 2005 : La flibustière des Antilles (Jacques Tourneur)
Décembre 2005 : Le port de la drogue (Samuel Fuller)

Janvier 2006 : Le narcisse noir (Michael Powell/Emeric Pressburger)
Février 2006 : Le nouveau monde (Terrence Malick)
Mars 2006 : Le fleuve (Jean Renoir)
Avril 2006 : Colonel Blimp (Michael Powell/Emeric Pressburger)
Mai 2006 : De beaux lendemains (Atom Egoyan)
Juin 2006 : Ordet (Carl Theodor Dreyer)
Juillet 2006 : La prisonnière du désert (John Ford)
Août 2006 : Trois camarades (Frank Borzage)
Septembre 2006 : L'idiot (Akira Kurosawa)
Octobre 2006 : Raging bull (Martin Scorsese)
Novembre 2006 : Raining in the mountain (King Hu)
Décembre 2006 : La condition de l'homme (Masaki Kobayashi)

Janvier 2007 : Au service secret de sa Majesté (Peter Hunt)
Février 2007 : Lettres d'Iwo Jima (Clint Eastwood)
Mars 2007 : Les 13 tueurs (Eiichi Kudo)
Avril 2007 : Les tueurs (Robert Siodmak)
Mai 2007 : Il était une fois en Amérique (Sergio Leone)
Juin 2007 : L'impasse (Brian De Palma)
Juillet 2007 : Le jardin des Finzi Contini (Vittorio De Sica)
Août 2007 : Goyokin (Hideo Gosha)
Septembre 2007 : La dernière séance (Peter Bogdanovich)
Octobre 2007 : Requiem pour un massacre (Elem Klimov)
Novembre 2007 : Faux semblants (David Cronenberg)
Décembre 2007 : Mirage de la vie (Douglas Sirk)

Janvier 2008 : Le temps de l'innocence (Martin Scorsese)
Février 2008 : Assurance sur la mort (Billy Wilder)
Mars 2008 : Comme un torrent (Vicente Minnelli)
Avril 2008 : Stalker (Andrei Tarkovski)
Mai 2008 : Husbands (John Cassavetes)
Juin 2008 : La fille du désert (Raoul Walsh)
Juillet 2008 : La harpe de Birmanie (Kon Ichikawa)
Août 2008 : Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks)
Septembre 2008 : Entre le ciel et l'enfer (Akira Kurosawa)
Octobre 2008 : The Swimmer (Frank Perry)
Novembre 2008 : Two lovers (James Gray)
Décembre 2008 : Demain est un autre jour (Douglas Sirk)

Janvier 2009 : Opening night (John Cassavetes)
Février 2009 : Casino (Martin Scorsese)
Mars 2009 : Distant voices, still lives (Terence Davies)
Avril 2009 : A bout de course (Sidney Lumet)
Mai 2009 : Monika (Ingmar Bergman)
Juin 2009 : Les deux anglaises et le continent (François Truffaut)
Juillet 2009 : Le plaisir (Max Ophüls)
Août 2009 : Le conformiste (Bernardo Bertolucci)
Septembre 2009 : Le monde d'Apu (Satyajit Ray)
Octobre 2009 : Il était une fois la révolution (Sergio Leone)
Novembre 2009 : Vincere (Marco Bellochio)
Décembre 2009 : Tetro (Francis Ford Coppola)

Janvier 2010 : L'adieu aux armes (Frank Borzage)
Février 2010 : Mademoiselle Oyû (Kenji Mizoguchi)
Mars 2010 : The house of mirth (Terence Davies)
Avril 2010 : Henry V (Kenneth Branagh)
Mai 2010 : Le mépris (Jean-Luc Godard)
Juin 2010 : La peau douce (François Truffaut)
Juillet 2010 : Tous les autres s'appellent Ali (Rainer Werner Fassbinder)
Août 2010 : Le visage d'un autre (Hiroshi Teshigahara)
Septembre 2010 : Le rebelle (King Vidor)
Octobre 2010 : Mystères de Lisbonne (Raoul Ruiz)
Novembre 2010 : Nostalgie de la lumière (Patricio Guzman)
Décembre 2010 : L'ange de la rue (Frank Borzage)

Janvier 2011 : Les affameurs (Anthony Mann)
Février 2011 : Fanny et Alexandre (Ingmar Bergman)
Mars 2011 : Les contes de la lune vague après la pluie (Kenji Mizoguchi)
Avril 2011 : Le roi Lear (Grigori Kozintsev)
Mai 2011 : The tree of life (Terrence Malick)
Juin 2011 : Pandora (Albert Lewin)
Juillet 2011 : Le guépard (Luchino Visconti)
Août 2011 : Melancholia (Lars Von Trier)
Septembre 2011 : L'Apollonide, souvenirs de la maison close (Bertrand Bonello)
Octobre 2011 : Portrait de femme (Jane Campion)
Novembre 2011 : Shame (Steve McQueen)
Décembre 2011 : The bitter tea of General Yen (Frank Capra)

Janvier 2012 : Wichita (Jacques Tourneur)
Février 2012 : La vengeance d'un acteur (Kon Ichikawa)
Mars 2012 : Martha Marcy May Marlene (Sean Durkin)
Avril 2012 : Stars in my crown (Jacques Tourneur)
Mai 2012 : Coups de feu dans la Sierra (Sam Peckinpah)
Juin 2012 : The Deep Blue Sea (Terence Davies)
Juillet 2012 : L'Emploi (Ermanno Olmi)
Août 2012 : A propos d'Elly (Asghar Farhadi)
Septembre 2012 : Les Enfants Loups, Ame § Yuki (Mamoru Hosoda)
Octobre 2012 : La maman et la putain (Jean Eustache)
Novembre 2012 : The Adjuster (Atom Egoyan)
Décembre 2012 : Tabou (Miguel Gomes)

Janvier 2013 : Le maître, la maîtresse et l'esclave (Abrar Alvi)
Février 2013 : Printemps tardif (Yasujiro Ozu)
Dernière édition par Joe Wilson le 1 avr. 13, 10:32, édité 3 fois.
Image

Avatar de l’utilisateur
Frances
Assistant opérateur
Messages : 2592
Inscription : 3 oct. 12, 20:24

Re: Votre film du mois de Mars 2013

Messagepar Frances » 1 mars 13, 23:14

Film de mars 2013


Image


Films découverts ou redécouverts.


:arrow: Shanghai express 1932 – Josef Von Sternberg – Marlene Dietrich, Clive Brook. 6.5/10
Formidable réalisation de Von Sternberg qui...
Spoiler (cliquez pour afficher)
fragmente son récit par autant de cadres et de personnages qui voyagent en train de Pékin à Shanghai. Intrigues, fausses identités et trom-peuses apparences, chacun dissimule, prétend être ce qu’il n’est pas et inversement. Shanghai express fait partie des 7 films que Marlene Dietrich tournera sous la direction de Von Sternberg. Une pincée d’exotisme et Shanghai Lily l’héroïne à la réputation sulfureuse contribueront à faire de Marlene l’une des plus grandes stars d’Hollywood.


:arrow: La charrette fantôme - de et avec Victor Sjöström, Tore Svennberg, Lisa Lundholm. 1921. 8/10
Dans ces années là le cinéma suédois occupait une place prédominante dans le monde. Sjöström s’appuie ici sur une banale histoire d’alcoolisme et la transcende par l’emploi maitrisé de la surimpression qui apporte un pouvoir évocateur intense et donne une dimension d’un onirisme rare à son film. Du grand cinéma !


:arrow: The Browning version - 1951 – Anthony Asquith. Michael Redgrave, Jean Kent, Nigel Patrick, Brian Smith. 7.5/10
The Browning version ou l’infirmité du cœur...la suite ici http://www.dvdclassik.com/forum/viewtopic.php?f=2&t=30830&p=2290300#p2290300

:arrow: Chut...chut...chère Charlotte - Hush…hush…sweet Charlotte (1964) - Robert Aldrich – Olivia de Havilland, Bette Davis, Agnes Moorhead, Joseph Cotten, Mary Astor. 8.5/10
Conte cruel, pervers, caustique servi...
Spoiler (cliquez pour afficher)
par les performances formidables de Bette Davis, d’Olivia de Havilland (géniale dans un rôle à contre-emploi) et d’Agnes Moorehead...sans oublié Mary Astor et Joseph Cotten. La réalisation d’Aldrich est toujours inventive et inspi-rée, l’esthétisme parfait. Un film sur le thème de la manipulation (en autre) à commencer par celle du spectateur. Jouissif en diable.


:arrow: Le poison - The lost week end - 1945 - Billy Wilder - Jane Wyman, Ray Milland. 7/10
Wilder aborde ici le thème de l’alcoolisme...
Spoiler (cliquez pour afficher)
sans digression aucune. Le sujet occupe tout l’espace de la même manière qu’il a envahi l’existence de Don Birman écrivain raté que la seule vue de la page blanche terrifie. Pris en charge par un frère d’abord protecteur et compatissant puis résigné face à sa chute inéluctable et soutenu par l’amour sans faille d’Helen (sa petite amie) Don va entamer un chemin de croix qui le conduira tout droit en enfer. Avec le poison Billy Wilder nous entraîne aux côtés de Ray Milland dans une descente vertigineuse et pandémoniaque. Il scrute les ravages de l’alcoolisme, explore les tourments qui tenaillent le corps et asservissent l’âme. Sans être mon Wilder préféré il faut saluer ici l’audace du sujet abordé et celle de faire d’un alcoolique le personnage central du film. Wilder ne lâche pas son personnage (d’où la force du film) et nous entraîne avec lui dans une spirale infernale. Milland est formidable épaulé par Jane Wyman amoureuse et digne qui ne sombre jamais dans le pathos et une belle brochette de personnages secondaires tous convaincants. Il faudrait que je revois « Le jour du vin et des roses » qui aborde le même sujet et dont je garde un très bon souvenir pour oser une comparaison entre les deux.


:arrow: L'insoumise - Jezebel – (1938) - William Wyler – Henry Fonda, Bette Davis, George Brent. 6.5/10
Julie Marsden (Bette Davis) insoumise, rebelle et provocatrice...
Spoiler (cliquez pour afficher)
brave les conventions d’un sud conservateur[spoiler] pour tenir tête à son fiancé Preston Dillard "Pres" (Henry Fonda) pas assez disponible à son goût. Fière et inflexible elle se coupe de la société sudiste bien pensante et prompte au jugement et éloigne Pres qui part pour New York. Une année passe durant laquelle Julie s’enferme et médite sur ses caprices de jeunesse. Quand Pres revient pour con-vaincre les autorités d’agir afin d’éviter une épidémie de fièvre jaune, Julie est convaincue de le reconquérir…mais il est marié à Amy une New yorkaise. Julie est la figure centrale du film et l’on suit avec intérêt la métamorphose de son personnage confronté aux épreuves de la vie et aux conséquences parfois tragiques de ses propres actes. La jeune femme capricieuse mesurera à l’once et à la profondeur de son amour la souffrance qu’elle s’inflige et qu’elle inflige aux autres et s’engagera finalement sur la voie de la rédemption. Acte sacrificiel portant le poids d’une conduite égoïste et inconsidérée. Au-delà de cette figure centrale Wyler annonce la très proche confrontation nord/sud qui déchirera le pays et filme ses meilleures scènes lors de l’épidémie de fièvre jaune.


:arrow: Wings William Wellman - 10/10
Un chef d'oeuvre qui a désormais sa place dans mes incontournables. Wellman explore les sentiments et l'âme humaine avec intelligence et une humanité qui me touche énormément.

:arrow: We want sex equality - 6/10

:arrow: Hitchcock de Sacha Gervasi avec Anthony Hopkins, Helen Mirren, Scarlett Johansson 2/10.
Le genre de film qui pose inévitablement la question : Etait-il bien nécessaire ? Uniquement convaincue en ce qui me concerne. Helen Mirren est sans doute le seul atout de cette réalisation plus destinée à la télévision qu'au grand écran. Bref très dispensable.

:arrow: La cité sans voiles – Naked city – Jules Dassin - Barry Fitzgerald, Don Taylor, Howard Duff 7.5/10
Un procédé narratif qui a dû en déboussoler plus d'un à l'époque mais quelle intelligence et quelle audace ! Rossellinni nous dévoilait Naples dans le voyage en Italie, Dassin nous entraîne à New York sur les traces d'un crime et ouvre une nouvelle voie d'investigation pour les cinéastes.

:arrow: Voyage en Italie - Viaggio in Italia– Roberto Rossellini – 1954 – George Sanders, Ingrid Bergman. 8/10
Vu il y a des lustres et redécouvert hier
Spoiler (cliquez pour afficher)
« Voyage en Italie » m’a procuré un bonheur indicible. Un film tout en nuances et en élégance, en non-dits et en suggestions. Rossellini frôle l’âme humaine et s’aventure du côté du cœur avec une délicatesse rare. « Voyage en Italie » est avant tout un voyage intérieur, introspectif, un voyage au cœur de l’intime d’un couple à la dérive. Une parenthèse en terre étrangère qui « verra rejaillir le feu de l’ancien volcan ». George Sanders et Ingrid Bergman incarnent avec une grande justesse ce couple d’anglais qui a vu ses sentiments érodés par le temps et s’est installé dans l’éloignement et l’indifférence. Mais l’Italie s’étale sous leurs yeux sous l’éclat du soleil. L’Italie c’est la vie, la mort, la force de son passé, les rues grouillantes d’enfants, de foules ferventes et de femmes au ventre rond ; L’émotion vitale qui débusque les sentiments meurtris et enfouis trop longtemps.
A la fin la séparation exécutée par la foule anticipe la réalité du divorce et fait céder l’ultime résistance, acte salvateur qui verra le couple réuni. Cette séparation elle la ressent au plus profonde de sa chair : un détachement violent et brusque qui fait rejaillir les sentiments qu’elle ne pouvait exprimer en d’autres circonstances.


:arrow: Mrs Miniver – William Wyler – Greer Garson, Walter Pidgeon, Teresa Wright; 3/10
Grosse déception du jour
Spoiler (cliquez pour afficher)
peut être parce que j’en attendais beaucoup. J’ai trouvé le film terriblement long et je n’ai pas réussi à me passionner pour cette chronique d’une famille anglaise durant la deuxième guerre mondiale. La réalisation et l’interprétation sont impeccables (quoique Richard Ney ne m’est pas vraiment convaincue), la photographie et les décors particulièrement soignés mais quel ennui !


:arrow: The purchase price – 1932 – William Wellman – Barbara Stanwyck, George Brent, Lyle Talbot. 6.5
Très belle découverte que ce film de la période pré code...

:arrow: L’artiste et son modèle 2013 - Fernando Trueba - Jean Rochefort, Claudia Cardinale, Aida Folch 8/10
Sud de la France 1943, Marc Cros (Jean Rochefort), c
Spoiler (cliquez pour afficher)
élèbre sculpteur vit avec sa femme (Claudia Cardinale) dans une semi retraite jusqu’au jour où elle lui amène un modèle Mercé (Aida Folch) une jeune espagnole qui a fuit Franco. Le film de Fernando Trueba nous invite à suivre le processus de création. Le noir et blanc apporte la distance nécessaire pour mieux percevoir la lumière insaisissable de l’été, le miroitement sur l’eau, la délicatesse d’un galbe, l’enchevêtrement sublime de racines et de roches. Marc Cros vieillissant et sec, coutumier du chemin douloureux de la création puise en lui et se nourrit de l’éclatante jeunesse de son modèle pour faire naître l’œuvre ultime. Ce processus de création c’est aussi celui de la découverte et de la connaissance de l’autre ; De ce qu’il faut donner et prendre, des vibrations de l’esprit et du corps qui surviennent sans crier gare. IL y a des scènes d’une force inouïe dans « L’artiste et son modèle », comme celle au cours de laquelle Cros explique et fait ressentir à Mercé toute la force d’un croquis de Rembrandt.


:arrow: - Le retour – Mervyn Le Roy – Clark Gable, Lana Turner, Anne Baxter. 6,5/10

:arrow: Wild boys of the road - William Wellman – 1933 – Frankie Darro, Edwin Phillips, Ro-chelle Hudson, Grant Mitchell. 8/10

:arrow: The single standard – John S. Robertson – 1929 – Greta Garbo, Nils Asther, Johnny Mack Brown. 4.5/10

:arrow: Toys story 3 – Lee Unkrich – 2010. 8/10


Films revus.,

:arrow: Ninotchka – 1939 – Ernst Lubitsch – Greta Garbo, Melvyn Douglas, Ina Claire. 8/10
Toujours autant de plaisir à revoir cette délicieuse comédie.

:arrow: Les chaussons rouges - Red shoes - de Michael Powell (1949) avec Moira Shearer, Anton Walbrook. 10/10
Je ne m'en lasse pas.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Le sacrifice artistique poussé à son paroxysme. L’abnégation de tout désir pour atteindre l’absolu. Les chaussons rouges comme métaphore de la dévotion totale. On les chausse comme on prend l’habit. Une fois aux pieds ils sont l’expression et le symbole de la danseuse. S’en séparer se révèle impossible. Part d’elle-même elle ne peut le faire que par amputation. Danser ou mourir c’est la seule alternative que propose Boris Lermontov, le directeur tyrannique de la troupe de ballet.


:arrow: Qu'est-il arrivé à Baby Jane ? Robert Aldrich. Bette Davis, Joan Crawford. 6.5/10
Moins emballée par celui-ci que Chut chut chère Charlotte. Huit clos inquiétant, tombeau où agonisent deux sœurs percluses de souffrances, desséchées par privation d'amour, broyées par la machine à faire des stars. A trop étiré son film Aldrich finit par ennuyer quelque peu avant de nous offrir un final magnifique.

:arrow: Hantise – Gaslight – 1944 - George Cukor – Ingrid Bergman, Charles Boyer, Joseph Cot-ten, Angela Lansbury. 7/10

:arrow: Madame de… - 1953 - Max Ophuls – Danielle Darrieux, Victorio de Sica, Charles Boyer. 8/10
Dernière édition par Frances le 2 avr. 13, 08:59, édité 12 fois.

Avatar de l’utilisateur
Gounou
au poil !
Messages : 9762
Inscription : 20 juil. 05, 17:34
Localisation : Lynchland

Re: Votre film du mois de Mars 2013

Messagepar Gounou » 1 mars 13, 23:30

Mars 2013

Film du mois

Films découverts
CLOCKERS (Spike Lee) 7/10
TO THE WONDER (Terrence Malick) 7/10
SPRING BREAKERS (Harmony Korine) 5/10
THE BOYS IN THE BAND (William Friedkin) 6/10
L'OISEAU AU PLUMAGE DE CRISTAL (Dario Argento) 6/10
THE PLACE BEYOND THE PINES (Derek Cianfrance) 7/10
ANIMAL KINGDOM (David Michôd) 6/10
X-MEN : FIRST CLASS (Matthew Vaughn) 5,5/10
LONG ISLAND EXPRESSWAY (L.I.E.) (Michael Cuesta) - Youtube 7/10
MALCOLM X (Spike Lee) 7/10

Films revus
HEAVEN'S GATE (Michael Cimino) 9,5/10 (+)
HIGH FIDELITY (Stephen Frears) 7,5/10 (+)
SWEENEY TODD (Tim Burton) 7,5/10 (-)
TAKE SHELTER (Jeff Nichols) 7,5/10 (=)
AMERICAN BEAUTY (Sam Mendes) 6/10 (-)
REVOLUTIONARY ROAD (Sam Mendes) 6,5/10(=)


Séries
GAME OF THRONES (Saison 1) 7,5/10
THE WIRE (Saison 1) 8/10


CINEMA - DVD - BLURAY - TELEVISION
Dernière édition par Gounou le 1 avr. 13, 00:09, édité 27 fois.
Image

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Votre film du mois de Mars 2013

Messagepar Federico » 2 mars 13, 02:45

FILM DU MOIS



Films découverts

Une exécution ordinaire (2009, Marc Dugain) 9/10 Comment une dictature paranoïaque fabrique du malheur en métastases et s'en repait comme un vieux matou mâchonnant ses prises à moitié mortes. Dussolier bluffant (et terrifiant) en Staline déjà momifié. Marina Hands, magnifique poupée broyée et digne une fois de plus au-delà des mots. :oops: :oops: :oops:

Audition (Ôdishon, 1999, Takashi Miike) 7,5/10 Miike est un des maîtres du bizarre cintré et ses séquences de cauchemar feraient passer les Lynch pour des matinées enfantines. La beauté extra-terrestre d'Eihi Shiina :oops: en ange de mort ne rend l'horreur que plus dérangeante. :? De même que l'humour noir de sa conclusion, un peu bâclée.

Vincere (2009, Marco Bellocchio) 7,5/10 La mise en scène somptueuse est parfois plombée par un lyrisme opératique et un montage un peu lourds mais Giovanna Mezzogiorno prouve qu'elle est bien l'une des plus magnétiques actrices actuelles.

Public enemies (2009, Michael Mann) 7/10 Depp impecc' en Dillinger dans un Mann moyen mais prenant malgré quelques tics pénibles (caméra flottante, 4 cadrages différents pour enfiler un manteau... :roll: ). Sacrée galerie de personnages très revival du Film Noir : Billy Crudup très crédible en Hoover, Stephen Graham flippant (mais sous-exploité) en Baby Face Nelson, Branka Katic méconnaissable... et Marion Cotillard superbe (par moment assez Gloria Grahame-ienne).

Appaloosa (2008, Ed Harris) 6,5/10 Western classique et (presque trop) sobrement réalisé où Ed Harris a l'élégance de ne pas tirer toute la couverture à lui. Par certains points décevant (le temps s'écoule bizarrement, Irons peu convaincant), à d'autres très intéressant (dialogues originaux, dyslexie d'Harris et Renée Zellweger en girl next train nymphomane).

Stardust, le mystère de l'étoile (Stardust, 2007, Matthew Vaughn) 6,5/10 Divertissante adaptation de Neil Gaiman. Conte de fées plein d'humour qui pioche un peu partout avec Claire Danes en ravissante étoile filante et deux cabots qui s'éclatent : Michelle Pfeiffer en sorcière et surtout de Niro hilarant en chef pirate travelo droit sorti du manga One Piece ! :shock: :uhuh:

Habemus papam (2011, Nanni Moretti) 6/10 Piccoli est bien émouvant en papamalabile et la farce pas bien méchante est souvent drôle. Mais Moretti, à force de s'entendre traiter de Woody Allen italien semble se prendre pour lui et rate pas mal de séquences (celle du volleyball est totalement inutile).

Le bruit des glaçons (2009, Bertrand Blier) 5,5/10 La première moitié est sympa et Dupontel extra en cancer colle-au-cul. Après, ça part un peu en vin blanc de boudin avec une chute amusante. Le ton Blier sur courant alternatif.

John McCabe (McCabe & Mrs Miller, 1971, Robert Altman) 5,5/10 Quelques années avant Cimino (mais en refusant tout lyrisme), Altman résumait un pan de l'Americana avec ce western sale et neigeux plein de pauvres hères, de putes à 1$ et de businessmen aux méthodes pré-mafieuses. Le problème est qu'il ne le fait pas très proprement. Warren Beatty est bien mou, Julie Christie moins sublime que d'habitude en maquerelle opiomane. Quelques beaux moments au milieu de l'ennui et du blizzard.

On a volé la Joconde (1965, Michel Deville) 5/10 Malgré le virevoltant Chakiris, cette lupinerie franco-italienne n'est ni du Donen ni du de Broca. Un Deville mineur à voir pour ses deux belles plantes : Marina Vlady (plus Mona Lisa que jamais) et hélas trop brièvement la toujours très hot Margaret Lee (qui se frotte langoureusement le décolleté dans un long pain de glace !) :P

The Wild Blue Yonder (2005, Werner Herzog) 5/10 Faux-docu SF, patchwork new-age racontant une expédition humaine vers Andromède avec des images (somptueuses) prises dans la Navette Spatiale et sous les glaces arctiques. Bien moins convaincant que Rencontres au bout du monde et que le fascinant La délégation tourné en 1970 par son compatriote Rainer Erler (d'un traitement très différent). Sympathiques élucubrations de scientifiques exposant leurs théories de voyages inter-sidéraux mais Brad Dourif en alien récitant et les polyphonies sardes sont vite pénibles.

Les Nouveaux Messieurs (1929, Jacques Feyder) 5/10 Jamais été fou de Préjean ni de Morlay mais ils sont plutôt pas mal dans cette gentille satire du monde politique (où les vieux parlementaires sont tellement obsédés par les danseuses qu'ils en rêvent à l'Assemblée).

Alibi meurtrier (Naked alibi, 1954, Jerry Hopper) 4/10 Polar de série B au scenario très faiblard, qui démarre bien et s'avachit très vite. Dommage pour Sterling Hayden et surtout Gloria Grahame, seul véritable intérêt mais qui, comme d'hab' s'en prend plein la gueule.

Amok (1934, Fedor Ozep) 3,5/10 Drame exoticolonial assez ennuyeux avec l'hypocrisie d'époque consistant à s'attarder sur les poitrines indigènes. Même la chanson de la grande Fréhel reste anodine.

Bee Movie : Drôle d'abeille (Bee Movie, 2007, Steve Hickner & Simon J. Smith) Animation 3,5/10 Quelques bonnes idées ne suffisent pas à sauver ce Dreamworks de série Bee à l'anthropomorphisme et au chara-design datés. L'accumulation de jeux de mots capillotractés rend la VF piteuse et le fond de la fable est ambigü (soyez heureux de vos petits boulots de merde si c'est pour le bien de la communauté). :roll:

Le fabuleux destin d'Amélie Poulain (2001, Jean-Pierre "Jaunet") 1/10 Je n'avais jamais tenu plus de 5mn. J'ai voulu tenter en entier... Entre Doisneau et les pubs Olida. Une boule à neige pour touristes filtrée au travers d'une couche de bébé diarrhéique. Certes, Audrey Tautou est beaucoup plus mignonne mais je n'échangerai pas contre un photogramme de James Stewart chez Capra. Jamais vu un hymne au bonheur... aussi à se pendre. :evil:


Films revus

Le diable boiteux (1948, Sacha Guitry) 9/10 J'ai beau en connaître des dialogues par coeur, quel régal permanent ! Quelle inventivité aussi (louée par les plus grands, Welles en tête). Le chef-d'oeuvre de Guitry, d'autant plus inspiré qu'on le sent régler quelques comptes par Talleyrand interposé. Numéro génial de Jeanne Fusier-Gir.

Alice dans les villes (Alice in den Städten, 1974, Wim Wenders) 8,5/10 Vogler, sa mine de Droopy et son Polaroid, le naturel extra de la gamine, le beau visage triste de Liza Kreuzer, la télé partout aux USA, Amsterdam, la Ruhr... La p'tite musique lancinante de Wenders et son noir et blanc à gros grain.

Les vestiges du jour (The remains of the day, 1993, James Ivory) 8,5/10 Son romantisme hiératique exacerbé prend toujours aux tripes. Hopkins en monstre... d'impavidité, parangon de britishness, Jeeves taillé dans un chêne millénaire. Thompson encore plus fabuleuse et désarmante. Regretté de ne pas l'avoir revu en VO mais le doublage est à la hauteur d'une oeuvre de classe XXL.

Il était une fois dans l'Ouest (C'era una volta il West, 1968, Sergio Leone) 8,5/10 Ixième re-vision (la 1ère sur VP). Même si Leone pousse un peu la rallonge et le montage déstructuré, ça reste un monument et un sacré concours de gueules sur lesquels plane la sublime partition de Morricone.

Le Canardeur (Thunderbolt & Lightfoot, 1974, Michael Cimino) 8/10 15ème fois que je le revois et c'est toujours le même régal, mi-polar mi-road movie avec son duo de buddies hyper cool, Kennedy en brute de concours avec son "enfant de choeur aux yeux vides" et le final bouleversant sur fond de Paul Williams. :oops: "On voit d'ces trucs..."

La guerre des étoiles (Star Wars, 1977, Jojo Le Malin) 8/10 Je me ferais jamais à l'idée de l'appeler épisode IV, d'autant plus que je l'ai revu dans sa version originelle. Toujours sympatoche même si chaque fois plus criant de naïveté (les mines d'ado de Luke, les bruits dans le vide spatial, le combat au laser de cour de récré Vador-Kenobi, le final façon Sceptre d'Ottokar...) :roll: . Sans l'infâme Jedi Noir, la classe de Sir Alec, le snobisme de C3PO, la mortelle planète artificielle et le combat façon jeu vidéo dans ses canyons, qu'en serait-il ? Comme ils y sont, le plaisir (enfantin) face à cette énorme série B reste grand. :D

L'année dernière à Marienbad (1961, Alain Resnais) 7/10 La perfection glaçante d'un essai expérimental. Resnais travaille le N&B comme Godard le fera avec la couleur. Sensation alternative de bel objet vain et de fascination. Toujours aussi amusé par la morgue draculienne de Sacha Pitoëff et son jeu de Nim.

Beaucoup de bruit pour rien (Much ado about nothing, 1993, Kenneth Branagh) 6/10 Branagh fit mieux et si je puis me permettre, Shakespeare aussi. :roll: A voir surtout pour Emma Thompson et son sourire carnassier/charmeur et le numéro de dingo de Michael Keaton, Beetlejuice sans autres effets spéciaux que lui-même. :uhuh:

Le dîner de cons (1997, Francis Veber) 6/10 L'efficacité du procédé est redoutable, le fond beaucoup plus commun et trop malin pour être honnête (ça dégouline de bons sentiments pour faire pardonner la méchanceté du postulat de départ car Veber n'est ni Guitry ni même Anouilh). Restent les performances de Villeret (le meilleur Pignon après Brel) et de l'infernal Prévost. Dommage qu'on voit si peu la ravissante Alexandra Vandernoot, sacrifiée dans ce film de mecs.

Eragon (2006, Stefen Fangmeier) 4/10 Heroic-fantasy un peu tarte, Robert Carlyle pénible (comme souvent)... J'avoue ne l'avoir revu que pour Sienna Guillory dont la beauté florentine me foudroie. Rien que pour elle, je veux bien me farcir Fragon, Gragon... tous jusqu'à Zragon. :oops:

La tête contre les murs (1959, Georges Franju) 3,5/10 Adaptation rasoir d'un auteur sinistre. Mocky (qui l'a co-signée) est inexpressif comme acteur. La magnifique Anouk Aimée ne semble pas très concernée. Restent Brasseur en mode sobre, Aznavour toujours émouvant et deux éclairs de Franju : la crise d'épilepsie et la salle de jeu. :shock:

Tintin et le Temple du Soleil (1969, Raymond Leblanc) Animation 0,5/10 Je ne comprendrai jamais comment Hergé a pu laisser faire des tâcherons pareils ! Cette trop libre adaptation qui condense très piteusement le diptyque andin (en raccourcissant à l'extrême Les 7 boules de cristal) est de plus abominablement dessinée et animée. :twisted:


Séries TV

The Hour (2011, BBC) 8,5/10 Vu la mini-saison 1 (6 épisodes) de cette série trans-genre dont le parfum vintage fait inévitablement penser à Mad men (mais ici, c'est l'Angleterre des 50's et le monde de l'info télévisée). Belle réalisation, dialogues pointus et superbe interprétation. Dommage qu'ils se débarrassent si tôt de l'inquiétant Mr Kish, méchant télévisuel d'anthologie... :?


Documentaires

Au cœur de l'orage (1948, Jean-Paul Le Chanois) 7,5/10 L'histoire des maquisards du Vercors (mélée à celle de l'Occupation et de la Résistance ainsi qu'aux derniers mois de la guerre sur différents fronts) à partir de documents pris sur le vif. Des témoignages émouvants même si on peine souvent à distinguer authenticité et reconstitution. Il faut lire cette analyse-critique très fouillée qui en dit long sur la gestation terriblement complexe pour un résultat qui déplut aux différents partis mais pas au public.

Le monde après Fukushima (2013, Kenichi Watanabe) 7,5/10 2 ans après la catastrophe, les habitants de la région font entre révolte et fatalisme avec les moyens du bord, l'incurie du gouvernement et le poison latent invisible aux effets difficilement contrôlables et chiffrables (bien commode pour les "responsables") mais qui oblige les pêcheurs à rejeter une partie de leurs prises et les marmots à vivre avec un dosimètre au cou. Moment poignant de la mère qui avoue avoir supplié ses filles de ne pas avoir d'enfants. :cry:

My lucky bird (2012, Elisa Haberer) 6,5/10 Le suivi de trois jeunes Chinoises ordinaires aux portes de la vie active. Sensible et émouvant (pas facile pour des parents qui ont connu une autre Chine de voir partir "l'enfant unique") même si inférieur aux Demoiselles de Nankin tourné cinq ans plus tôt par Camille Ponsin.

Jérôme Savary, animal (pas) triste (2008, "Empreintes") 6,5/10 Le parcours du fondateur du Magic Circus est passionnant et les extraits (trop hachés) de ses happenings des 60'-70's souvent sympas. Le bonhomme, moins.

Michael Jordan : une autre vie (Jordan rides the bus, 2010, Ron Shelton) 6,5/10 Quand l'extra-terrestre du basket laissa tout tomber en pleine gloire pour se lancer dans l'hasardeuse aventure du baseball... L'histoire est étonnante mais le docu ESPN trop hâché.

Play Your Own Thing: A Story of Jazz in Europe (2006, Julian Benedikt) 6,5/10 Sentiment mitigé : en montrant ce que l'Europe a donné au et reçu du jazz, les intervenants en arrivent presque à minimiser le rôle des musiciens Noirs Américains. :?


Courts-métrages

DECOUVERTS

Couvre-feu (Curfew, 2012, Shawn Christensen) 7,5/10 Émouvante ballade nocturne d'un jeune dépressif avec sa petite nièce débrouillarde réalisée par le leader du groupe inde new-yorkais Stellastarr. Vient de recevoir l'Oscar du court.

Pisseuse (2012, Géraldine Keiflin) 7/10 Un sujet délicat (l'énurésie d'une ado) traité avec beaucoup de pudeur et la grâce de son interprète : la ravissante Constance Rousseau. :oops: Réalisé par la co-scénariste de La femme invisible d'Agathe Teyssier.

Le chemin du retour (The road home, 2010, Rahul Gandotra) 7/10 Un gamin Indien élevé à l'étranger et envoyé étudier en Inde n'a qu'une envie : rentrer chez lui, à Londres. Mini-road movie aux bords de l'Himalaya avec des rencontres sympas. Un film de fin d'études qui pourrait devenir un long-métrage.

Opasatica (2010, Eric Morin) 7/10 Bref mais charmant conte amoureux en six tableaux entre une Espagnole et un Québecois isolés dans le Nord canadien.

5,80m (2012, Nicolas Deveaux) Animation 6/10 Des girafes font du plongeon acrobatique à la piscine. Un peu froid mais fine modélisation et animation.

Hannah (2010, Sérgio Cruz) 6/10 Dans l'eau et sur la neige glacées islandaises, l'entrainement d'une jeune athlète trisomique. Joli travail sur le son.


Expérimental

Chatrier (2010, Johannes Post & Julian Scherer) 6/10 L'éloge du vide télévisuel : un bout de finale de Roland-Garros... sans ses protagonistes.


Inclassable

The Centrifuge Brain Project (2012, Till Nowak) 9/10 Attention ! Risque de tournesolite aiguë !! Les inventions de ce créateur d'attractions pour parcs de loisirs sont si dingos et extrêmes qu'on se pince pour y croire. Un "fake" aussi fou que poétique. Oubliez les SFX des séquences d'action des meilleurs blockbusters, c'est Le manège enchanté à côté ! :shock: :shock: :shock:

Leçons des ténèbres (Lektionen in Finsternis, 1992, Werner Herzog) ??/10 Non-classé et non-noté car découvert dans les conditions... expérimentales de l'émission de la Rai Fuori Orario qui a choisi de le diffuser... à l'envers ! :shock: :shock: Ce qui donne une étonnante et fulgurante chorégraphie de l'Enfer sur Terre.
Dernière édition par Federico le 31 mars 13, 23:08, édité 35 fois.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
Judyline
Accessoiriste
Messages : 1697
Inscription : 11 sept. 06, 00:45
Localisation : Quelque part entre ici et ailleurs...

Re: Votre film du mois de Mars 2013

Messagepar Judyline » 2 mars 13, 09:43

Mars 2013

MON FILM DU MOIS

Image

FILMS DÉCOUVERTS / FILMS REVUS

La planète des singes: les origines (Rise of the planet of the apes - Rupert Wyatt - 2011) :D
Piranha 3D (Alexandre Aja - 2010) :x
Astérix et Obélix: au service de sa Majesté (Laurent Tirard - 2012) :? - :)
Seuls les anges ont des ailes (Only angels have wings - Howard Hawks - 1939) :)
L'amour vient en dansant (You'll never get rich - Sidney Lanfield - 1941) :)
Real Steel (Shawn Levy - 2011) :)
Rien à déclarer (Dany Boon - 2010) :)
We need to talk about Kevin (Lynne Ramsay - 2011) :shock:
Les aventures de Tintin: le secret de la Licorne (The adventures of Tintin: Secret of the Unicorn - Steven Spielberg - 2011) :)

Cycle 'And the winner is...'
Pour le pire et pour le meilleur (As good as it gets - James L. Brooks - 1997) :D
Lawrence d'Arabie (Lawrence of Arabia - David Lean - 1962) :) - :D
West Side Story (Robert Wise - 1960) :shock:
Kramer contre Kramer (Kramer vs Kramer - Robert Benton - 1978) :D
La tour infernale (The towering inferno - John Guillermin - 1974) :D

:shock: = Chef-d'oeuvre - :D = Un excellent moment - :) = Pas mal - :? = Bof - :x = Archi-nul - = coup de coeur

Films des mois précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
Octobre 2006 || Les lumières de la ville (Charles Chaplin)
Novembre 2006 || La vie est belle (Frank Capra)
Decembre 2006 || Le lauréat (Mike Nichols)
FILM DE L'ANNÉE = LE LAURÉAT

Janvier 2007 || West Side story (Robert Wise)
Février 2007 || Les demoiselles de Rochefort (Jacques Demy)
Mars 2007 || Sur la route de Madison (Clint Eastwood)
Avril 2007 || Romance inachevée (Anthony Mann)
Mai 2007 || Brève rencontre (David Lean)
Juin 2007 || OSS 117: Le Caire, nid d'espions (Michel Hazanavicius)
Juillet 2007 || Les 7 samouraïs (Akira Kurosawa)
Août 2007 || Le portrait de Dorian Gray (Albert Lewin)
Septembre 2007 || Les incorruptibles (Brian De Palma)
Octobre 2007 || Match point (Woody Allen)
Novembre 2007 || Ben-Hur (William Wyler)
Décembre 2007 || Boulevard du crépuscule (Billy Wilder)
FILM DE L'ANNÉE = WEST SIDE STORY

Janvier 2008 || Qui a peur de Virginia Woolf (Mike Nichols)
Février 2008 || Edward aux mains d'argent (Tim Burton)
Mars 2008 || Rain man (Barry Levinson)
Avril 2008 || Vol au-dessus d'un nid de coucou (Milos Forman)
Mai 2008 || Jeux dangereux (Ernst Lubitsch)
Juin 2008 || Sur les quais (Elia Kazan)
Juillet 2008 || Les grands espaces (William Wyler)
Août 2008 || Mulholland Drive (David Lynch)
Septembre 2008 || Rio Bravo (Howard Hawks)
Octobre 2008 || L'arnaque (George Roy Hill)
Novembre 2008 || Casino Royale (Martin Campbell)
Décembre 2008 || Exodus (Otto Preminger)
FILM DE L'ANNÉE = EDWARD AUX MAINS D'ARGENT

Janvier 2009 || Poltergeist (Tobe Hooper)
Février 2009 || La règle du jeu (Jean Renoir)
Mars 2009 || L.A. confidential (Curtis Hanson)
Avril 2009 || Josey Wales hors la loi (Clint Eastwood)
Mai 2009 || Minuit dans le jardin du bien et du mal (Clint Eastwood)
Juin 2009 || Tout sur ma mère (Pedro Almodovar)
Juillet 2009 || Le kid (Charles Chaplin)
Août 2009 || Les feux de la rampe (Charles Chaplin)
Septembre 2009 || Carrie au bal du diable (Brian De Palma)
Octobre 2009 || Les diaboliques (Henri-Georges Clouzot)
Novembre 2009 || Je suis une légende (Francis Lawrence)
Décembre 2009 || La grande illusion (Jean Renoir)
FILM DE L'ANNÉE = L.A. CONFIDENTIAL

Janvier 2010 || Le silence des agneaux (Jonathan Demme)
Février 2010 || Matrix (Andy & Lana Wachowski)
Mars 2010 || 12 hommes en colère (Sidney Lumet)
Avril 2010 || La liste de Schindler (Steven Spielberg)
Mai 2010 || Million dollar baby (Clint Eastwood)
Juin 2010 || Les parapluies de Cherbourg (Jacques Demy)
Juillet 2010 || Inception (Christopher Nolan)
Août 2010 || La ligne verte (Frank Darabont)
Septembre 2010 || Man on fire (Tony Scott)
Octobre 2010 || Persepolis (Vincent Paronnaud & Marjane Satrapi)
Novembre 2010 || Seul au monde (Robert Zemeckis)
Décembre 2010 || Dragons (Chris Sanders & Dean Deblois)
FILM DE L'ANNÉE = INCEPTION

Janvier 2011 || L'homme au masque de fer (Randall Wallace)
Février 2011 || Lilo & Stitch (Dean Deblois & Chris Sanders )
Mars 2011 || A.I. Intelligence artificielle (Steven Spielberg)
Avril 2011 || The social network (David Fincher)
Mai 2011 || Toy story 3 (Lee Unkrich)
Juin 2011 || Esprits rebelles (John N. Smith)
Juillet 2011 || Le jour où la terre s'arrêta (Robert Wise)
Août 2011 || L'inconnu du Nord-Express (Alfred Hitchcock)
Septembre 2011 || Sourires d'une nuit d'été (Ingmar Bergman)
Octobre 2011 || Le chaperon rouge (Catherine Hardwicke)
Novembre 2011 || Intouchables (Eric Toledano & Olivier Nakache)
Décembre 2011 || Un si doux visage (Otto Preminger)
FILM DE L'ANNÉE = INTOUCHABLES

Janvier 2012 || Lolita (Stanley Kubrick)
Février 2012 || L'agence (George Nolfi)
Mars 2012 || Cloclo (Florent Emilio Siri)
Avril 2012 || La couleur pourpre (Steven Spielberg)
Mai 2012 || Les nerfs à vif (J. Lee Thompson)
Juin 2012 || Un prophète (Jacques Audiard)
Juillet 2012 || Ziegfeld Follies (Vincente Minnelli)
Août 2012 || The dark knight rises (Christopher Nolan)
Septembre 2012 11 Plan de table (Christelle Raynal)
Octobre 2012 || Monsieur Lazhar (Philippe Falardeau)
Novembre 2012 || Argo (Ben Affleck)
Décembre 2012 || Le pont de la rivière Kwai (David Lean)
FILM DE L'ANNÉE = THE DARK KNIGHT RISES

Janvier 2013 || L'affaire de Trinidad (Vincent Sherman)
Février 2013 || Ceux de Cordura (Robert Rossen)
Dernière édition par Judyline le 30 mars 13, 18:10, édité 11 fois.

Avatar de l’utilisateur
cinéfile
Machino
Messages : 1172
Inscription : 19 avr. 10, 00:33
Localisation : Bourges

Re: Votre film du mois de Mars 2013

Messagepar cinéfile » 2 mars 13, 10:00

Mars 2013

DECOUVERTES

Cérémonie Secrète (J. Losey, 1968) 7,5/10
L'Homme de Rio (De Broca, 1964) 7,5/10
Un Air de Famille (C. Klapisch, 1996) 7/10
La Planète des Singes (F. Shaffner, 1968) 7/10
Satan Mon Amour (P. Wendkos, 1970) 7/10
La Femme d'à côté (F. Truffaut) 6,5/10
Le Clochard (R. W. Fassbinder, 1965) 6,5/10 (Court métrage)
Shadow Dancer (J. Marsh, 2013) 6,5/10
Au Bout du Conte (A. Jaoui, 2013) 6/10
Un Tueur Dans La Ville (A. Mastroianni, 1982) 6/10
Naissance des Pieuvres (C. Sciamma, 2007) 5,5
Le Vieux Fusil (R. Enrico) 5/10
Affliction (Paul Schrader, 1998) 4/10

RE-DECOUVERTES

Body Double (B. De Palma, 1984) 7/10
Dernière édition par cinéfile le 4 avr. 13, 21:30, édité 16 fois.

Avatar de l’utilisateur
joe-ernst
Décorateur
Messages : 3691
Inscription : 20 mars 06, 15:11
Localisation :

Re: Votre film du mois de Mars 2013

Messagepar joe-ernst » 2 mars 13, 11:05

MARS 2013


Film du mois :

AUCUN


Films découverts :

Le domino vert, d'Henri Decoin : 7/10
Due partite, d'Enzo Monteleone : 6/10
The Half Naked Truth, de Gregory La Cava : 4/10
Les misérables, de Tom Hooper : 3/10
Qu'est-ce que Maman comprend à l'amour ?, de Vincente Minnelli : 5/10
What Price Hollywood, de George Cukor : 6/10
Yoshiwara, de Max Ophuls : 5/10


Films revus ou redécouverts :




Film du mois, le récapitulatif :

Spoiler (cliquez pour afficher)
West Side Story, de Robert Wise et Jerome Robbins (janvier 2008)
La harpe de Birmanie, de Kon Ichikawa (février 2008)
Iphigénie, de Michael Cacoyannis (mars 2008)
Douce, de Claude Autant-Lara (avril 2008)
Rocco et ses frères, de Luchino Visconti (mai 2008)
La fille de l'amiral, de Roy Rowland (juin 2008)
Bellissima, de Luchino Visconti (juillet 2008)
Sciuscià, de Vittorio De Sica (août 2008)
Scarface, de Howard Hawks (septembre 2008)
La fureur de vivre, de Nicholas Ray (octobre 2008)
Un goût de miel, de Tony Richardson et Le narcisse noir, de Michael Powell et Emeric Pressburger (novembre 2008, ex-aequo)
Lettre d'une inconnue, de Max Ophuls (décembre 2008)
Colonel Blimp, de Michael Powell et Emeric Pressburger (janvier 2009)
Milk, de Gus Van Sant et Séraphine, de Martin Provost (février 2009, ex-aequo)
L'homme des vallées perdues, de George Stevens (mars 2009)
Justice est faite, d'André Cayatte (avril 2009)
Pour toi j'ai tué, de Robert Siodmak (mai 2009)
Les contes de la lune vague après la pluie, de Kenji Mizoguchi (juin 2009)
L'aurore, de Friedrich Wilhelm Murnau (juillet 2009)
Winchester 73, d'Anthony Mann (août 2009)
Le plus sauvage d'entre tous, de Martin Ritt (septembre 2009)
Le ruban blanc, de Michael Haneke (octobre 2009)
La captive aux yeux clairs, de Howard Hawks (novembre 2009)
Peau d'âne, de Jacques Demy (décembre 2009)
Pépé le Moko, de Julien Duvivier (janvier 2010)
Miss Oyu, de Kenji Mizoguchi (février 2010)
Nos meilleures années, de Marco Tullio Giordana (mars 2010)
Ces messieurs dames, de Pietro Germi (avril 2010)
Sueurs froides, d'Alfred Hitchcock (mai 2010)
AUCUN (juin 2010)
Chevaux de bois, de Rupert Julian et Erich von Stroheim (juillet 2010)
Le diable boiteux, de Sacha Guitry (août 2010)
AUCUN (septembre 2010)
Love, de Ken Russell (octobre 2010)
Topsy-Turvy, de Mike Leigh (novembre 2010)
Le marquis de Saint-Evremond, de Jack Conway (décembre 2010)
Incendies, de Denis Villeneuve (janvier 2011)
Une étoile est née, de George Cukor (février 2011)
Une si jolie petite plage, d'Yves Allégret (mars 2011)
Rabbit Hole, de John Cameron Mitchell (avril 2011)
Shakespeare Wallah, de James Ivory (mai 2011)
Le guépard, de Luchino Visconti (juin 2011)
The Beloved Rogue, d'Alan Crosland (juillet 2011)
America, America, d'Elia Kazan (août 2011)
Et maintenant, on va où ?, de Nadine Labaki (septembre 2011)
AUCUN (octobre 2011)
AUCUN (novembre 2011)
Le goût du saké, de Yasujirô Ozu (décembre 2011)
Le mécano de la General, de Buster Keaton (janvier 2012)
AUCUN (février 2012)
AUCUN (mars 2012)
AUCUN (avril 2012)
AUCUN (mai 2012)
Her Night of Romance, de Sidney Franklin (juin 2012)
AUCUN (juillet 2012)
AUCUN (août 2012)
Nouveau souffle, de Karl Markovics (septembre 2012)
Un singe en hiver, d'Henri Verneuil (octobre 2012)
Week-end, d'Andrew Haigh (novembre 2012)
Brighton Rock, de John Boulting (décembre 2012)
Yossi, d'Eytan Fox (janvier 2013)
Blancanieves, de Pablo Berger (février 2013)
Dernière édition par joe-ernst le 1 avr. 13, 12:33, édité 5 fois.
Image

We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars. Oscar Wilde.
L'hyperréalisme à la Kechiche, ce n'est pas du tout mon truc. Alain Guiraudie