Votre film du mois de Juin 2013

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Boubakar
Mécène hobbit
Messages : 47883
Inscription : 31 juil. 03, 11:50

Votre film du mois de Juin 2013

Messagepar Boubakar » 1 juin 13, 09:02

Topic "A vos Commentaires"

Tous vos films du mois (Mai 2005 - Décembre 2006) lien mort

Liste des liens par mois (Décembre 2006 & Aout 2007 à Mai 2013)
Spoiler (cliquez pour afficher)
Votre film du mois de Décembre 2006
Votre film du mois d'Août 2007
Votre film du mois de Septembre 2007
Votre film du mois d'Octobre 2007
Votre film du mois de Novembre 2007
Votre film du mois de Décembre 2007
Votre film du mois de Janvier 2008
Votre film du mois de Février 2008
Votre film du mois de Mars 2008
Votre film du mois d'Avril 2008
Votre film du mois de Mai 2008
Votre film du mois de Juin 2008
Votre film du mois de Juillet 2008
Votre film du mois d'Août 2008
Votre film du mois de Septembre 2008
Votre film du mois d'Octobre 2008
Votre film du mois de Novembre 2008
Votre film du mois de Décembre 2008
Votre film du mois de Janvier 2009
Votre film du mois de Février 2009
Votre film du mois de Mars 2009
Votre film du mois d'Avril 2009
Votre film du mois de Mai2009
Votre film du mois de Juin 2009
Votre film du mois de Juillet 2009
Votre film du mois d'Aout 2009
Votre film du mois de Septembre 2009
Votre film du mois d'Octobre 2009
Votre film du mois de Novembre 2009
Votre film du mois de Décembre 2009
Votre film du mois de Janvier 2010
Votre film du mois de Février 2010
Votre film du mois de Mars 2010
Votre film du mois d'Avril 2010
Votre film du mois de Mai 2010
Votre film du mois de Juin 2010
Votre film du mois de Juillet 2010
Votre film du mois d'Aout 2010
Votre film du mois de Septembre 2010
Votre film du mois d' Octobre 2010
Votre film du mois de Novembre 2010
Votre film du mois de Décembre 2010
Votre film du mois de Janvier 2011
Votre film du mois de Février 2011
Votre film du mois de Mars 2011
Votre film du mois d'Avril 2011
Votre film du mois de Mai 2011
Votre film du mois de Juin 2011
Votre film du mois de Juillet 2011
Votre film du mois d' Aout 2011
Votre film du mois de Septembre 2011
Votre film du mois d'Octobre 2011
Votre film du mois de Novembre 2011
Votre film du mois de Décembre 2011
Votre film du mois de Janvier 2012
Votre film du mois de Février 2012
Votre film du mois de Mars 2012
Votre film du mois de Avril 2012
Votre film du mois de Mai 2012
Votre film du mois de Juin 2012
Votre film du mois de Juillet 2012
Votre film du mois d'Aout 2012
Votre film du mois de Septembre 2012
Votre film du mois d'Octobre 2012
Votre film du mois de Novembre 2012
Votre film du mois de Décembre 2012
Votre film du mois de Janvier 2013
Votre film du mois de Février 2013
Votre film du mois de Mars 2013
Votre film du mois d'Avril 2013
Votre film du mois de Mai 2013
[/spoiler]

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour toute erreur ou omission fort probable, n'hésitez pas à m'envoyer des MP.


Films du mois (Janvier 2013 - Décembre 2013)

Spoiler (cliquez pour afficher)
7 Swans
janvier = Werckmeister harmonies (Tarr)
février = 37 uses for a dead sheep (Hopkins)
mars = Le locataire (Polanski)
avril = Gosford park (Altman)
Akrociné
février = Incendies (Villeneuve)
mars = Histoire d'une prostituée (Suzuki)
avril = Heat (Mann)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Essential killing (Skolimowski)
juillet = Collapse (C.SMith)
Anorya
janvier = Satyricon (Fellini)
février = Sans soleil (Marker)
mars = Never let me go (Romanek)
avril = Pina (Wenders)
mai = Twin peaks : fire walk with me (Lynch)
juin = Vivre sa vie (Godard)
juillet = L'échange (Eastwood)
Atcloserange
janvier = 3 femmes (Altman)
Ben Castellano
janvier = Arrietty, le petit monde des chapardeurs (Yonebayashi)
février = Les copains d'abord (Kasdan)
mars = Oki's movie (Hong)
avril = Road to nowhere (Hellmann)
mai = La femme sur la lune (Lang)
juin = Wendy & Lucy (Reichardt)
juillet = Deep end (Skolomowski)
Best
janvier = Arrietty le petit monde des chapardeurs (Yonebayashi)
février = Josey Wales, hors-la-loi (Eastwood)
mars = Rango (Verbinski)
avril = Mar adentro (Amenabar)
mai = Huit heures de sursis (Reed)
juin = Kung Fu Panda 2 (Yuh)
juillet = Il n'est jamais trop tard (Hanks)
Blue
janvier = Les Nibelungen (Lang)
avril = Bad timing (Roeg)
mai = Performance (Roeg)
juin = Au hasard Balthazar (Bresson)
juillet = La passion de Jeanne d'Arc (Dreyer)
Boubakar
janvier = Dressé pour tuer (Fuller)
février = Un homme est passé (Sturges)
mars = Punch drunk love (P.T.Anderson)
avril = Une journée particulière (Scola)
mai = De rouille et d'os (J.Audiard)
juin = Commando (L.Lester)
Brody
janvier = Les frissons de l'angoisse (Argento)
février = Bons baisers de Bruges (McDonagh)
mars = Des hommes et des dieux (Beauvois)
avril = Sons of anarchy saison 2
mai = L’homme qui tua Liberty Valance (Ford)
juin = Aniki mon frère (Kitano)
juillet = The ghost writer (Polanski)
Cathy
janvier = Baby Face (Green)
février = The Artist (Hazanavicius)
mars = Pavillon noir (Borzage)
avril = Hangover Square (Brahm)
mai = Les inconnus dans la maison (Decoin)
juin = Les plus belles années de notre vie (Wyler)
cinephage
janvier = Take Shelter (Nichols)
février = Gentleman Jim (Walsh)
mars = Le miroir (Tarkovski)
avril = Divorce à l'italienne (Germi)
mai = La cabane dans les bois (Goddard)
juin = Les meilleures années de notre vie (Wyler)
Colqhoun
janvier = Observe & report (Hill)
juin = The bang bang club (Silver)
Cortez the killer
janvier = Morse (Alfredson)
février = Les chemins de la liberté (Weir)
mars = Out of Africa (Pollack)
avril = Man on the moon (Forman)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Minuit à Paris (Allen)
juillet = The offense (Lumet)
CrankyMemory
Daffy Duck
daniel gregg
mai = The frenchman's creek (Leisen)
juillet = The manhandled (Dwan)
Demi-Lune
janvier = Metropolis (Lang)
février = Octobre (Eisenstein)
mars = La lettre inachevée (Kalatozov)
avril = Les Nibelungen (Lang)
mai = Guerre et paix (Bondartchouk)
juin = Cinema Paradiso (Tornatore)
Ducdame
Dunn
avril = Let me in (Reeves)
ed
Ender
janvier = Platform (Zia)
février = Persona (Bergman)
Eusebio Cafarelli
mai = Persona (Bergman)
everhard
avril = Romance on the high seas
mai = Certains l'aiment chaud (Wilder)
juin = Good news
Fatalitas
janvier = Les perles de la couronne (Guitry & Christian-Jacque)
février = La ballade de Bruno (Herzog)
mars = La soif de la jeunesse (Parrish)
avril = Le cambrioleur (Wendkos)
mai = Vincere (Bellochio)
juin = On achève bien les chevaux (Pollack)
juillet = Deep end (Skolimowski)
feb
janvier = A la recherche de Garbo (Lumet)
février = A l'Ouest, rien de nouveau (Milestone)
mars = Convoi de femmes (Wellman)
avril = To be or not to be (Lubitsch)
mai = The single standard (Robertson)
juin = The docks of New York
Federico
janvier = The swimmer (Perry)
mars = La dernière séance (Bogdanovich)
Flavia
juin = Mean streets (Scorsese)
juillet = Waterloo Bridge (LeRoy)
François Sanders
janvier = Somewhere (S.Coppola)
février = Black swan (Aronofsky)
mars = Fighter (O'Russell)
avril = Road to nowhere (Hellmann)
juillet = Zabriskie point (Antonioni)
Frank Bannister
mars = Black swan (Aaronofsky)
avril = Tron l'héritage
mai = Buried
Gnome
janvier = Les sans-espoir (Jancso)
février = Le premier jour du reste de ta vie (Bezançon)
mars = Le cache cache pastoral (Terayama)
avril = L'île du châtiment (Shinoda)
mai = Ne le dis à personne (Canet)
juin = Z (Costa-Gavras)
juillet = The tree of life (Mallick)
Gounou
janvier = Inferno (Argento)
février = Impitoyable (Eastwood)
mars = La charge héroïque (Ford)
avril = Essential killing (Skolismowski)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = La dernière piste (Reichardt)
juillet = Josey Wales hors-la-loi (Eastwood)
Hal 9000
janvier = Brainstorm (Trumbull)
février = Angel heart (Parker)
mars = La grande évasion (Sturges)
avril = Black death (Smith)
mai = L'étoffe des héros (Kaufman)
juin = X-Men : au commencement (Vaughn)
juillet = Quatre mouche de velours gris (Argento)
hansolo
avril = Rango (Verbinski)
mai = Source code (Jones)
hellboy
janvier = Mother (Bong)
février = The town (Affleck)
mars = Bad lieutenant (Herzog)
juin = X-Men le commencement (Vaughn)
juillet = 127 heures (Boyle)
hellrick
janvier = Agora (Amenabar)
février = La lame infernale (Delaman)
mars = La brigade du Texas (Douglas)
avril = Hobo with a shotgun (Eisener)
mai = Thor (Branagh)
juin = X-Men le commencement (Vaughn)
juillet 2011 = Femme ou démon (Marshall)
Helward
homerwell
janvier = La poison (Guitry)
février = Lucky star (Borzage)
mars = L'heure suprême (Borzage)
mai = Un conte de Noël (Desplechin)
Jack Griffin
février = Stop making sense (Demme)
jacques 2
mai = Two lovers (Gray)
Jeremy Fox
janvier = Tree of life (Mallick)
février = The descendants (Payne)
mars = Joe Dakota (Bartlett)
avril = L'heure d'été (Assayas)
mai = La forêt d'émeraude (Boorman)
juin = Prometheus (R.Scott)
Joe-ernst
janvier = Incendies (Villeneuve)
février = Une étoile est née (Cukor)
mars = Une si jolie petite plage (Allégret)
avril = Rabbit hole (Mitchell)
mai = Shakespeare Wallah (Ivory)
juin = Le guépard (Visconti)
juillet = The beloved rogue
Joe Wilson
janvier = Les affameurs (A.Mann)
février = Fanny & Alexandre (Bergman)
mars = Les contes de la lune vague après la pluie (Mizoguchi)
avril = Le roi Lear (Kozintsev)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Pandora (Lewin)
juillet = Le guépard (Visconti)
Johell
février = Dead people (Huyck)
mars = Marie poupée (Seria)
avril = La ballade de l'impossible (Tran)
mai = La solitude des nombres premiers (Costanzo)
juillet = Hanna (Wright)
John Anderton
janvier = The killer inside me (Winterbottom)
février = Black swan (Aronofsky)
mars = The social network (Fincher)
avril = Le convoi de la peur (Friekdkin)
mai = Les yeux de Julia
juin = The tree of life (Mallick)
juillet = True blood - saison 3
Jordan White
janvier = A serbian film (Spasosjevic)
février = The runaways (Sigismondi)
mars = Les jours et les nuits de China Blue (Russell)
avril = Defiance of good
juin = Une affaire d'état (Valette)
juillet = Towelhead (Ball)
Judyline
janvier = L'homme au masque de fer (Wallace)
février = Lilo & Stitch (Deblois & Sanders)
mars = A.I. (Spielberg)
avril = Social network (Fincher)
mai = Toy Story 3
juin = Esprits rebelles (Smith)
juillet = Le jour où la Terre s'arrêta (Wise)
-Kaonashi Yupa-
janvier = Le vieux fusil (Enrico)
février = Reds (Beatty)
mars = Winter's bone (Garnik)
avril = Bleu (Kieslowski)
mai = Miracle en Alabama (Penn)
juin = Alexandre le bienheureux (Robert)
juillet = Bienvenue Mister Chance (Ashby)
Karras
janvier = Incendies (Villeneuve)
février = Never let me go (Romanek)
mars = Revenge (Bier)
avril = L'étrangère
mai = The tree of life (mallick)
juin = Une séparation (Fahradi)
juillet = Chico & Rita
Kevin95
janvier = Arizona Junior (Coen)
février = La dame de Shangaï (Welles)
mars = True grit (Coen)
avril = Cyclone à la Jamaïque (Mackendrick)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Paprika (Kon)
juillet = A bout portant (Siegel)
Kimm
janvier = Poupoupidou (Hustache-Mathieu)
Leol
janvier = Tous en scène (Minelli)
février = Les visiteurs du soir (Carné)
mars = Madame De (Ophuls)
avril = A.I. (Spielberg)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Une séparation (Fahradi)
juillet = L'année du dragon (Cimino)
Léo Pard
janvier = Les évadés (Darabont)
février = Police Python 357 (Corneau)
mars = Les Blues brothers (Landis)
avril = Et pour quelques dollars de plus (Leone)
mai = Psychose (Hitchcock)
juin = Orange mécanique (Kubrick)
juillet = L'armée des ombres (Melville)
lermontov
mai = Abattoir 5 (Hill)
juin = Homicide (Mamet)
Lorenzo
Magobei
janvier = Rio Bravo (Hawks)
février = La bataille d'Alger (Pontecorvo)
mars = A l'Ouest rien de nouveau (Milestone)
avril = Pigs & Battleship (Imamura)
mai = De rouille et d'os (J.Audiard)
juin = Convoi de femmes (Wellman)
Major Tom
janvier = L'aurore (Murnau)
février = Johnny Guitar (Ray)
mars = Out of Africa (Pollack)
avril = Deep end (Skolimowski)
mai = Moonrise kingdom (W.Anderson)
juin = Le procès (Welles)
mannhunter
janvier = Poupoupidou (Hustache-Mathieu)
février = Last night (Tadjedin)
mars = 127 heures (Boyle)
avril = L'agence (Nolfi)
mai = Le complexe du castor (Foster)
juin = Blue Valentine
juillet = Hanna (Wright)
Max Schreck
janvier = Avatar (Cameron)
février = Le 7eme jour (Saura)
mars = Black swan (Aaronofsky)
avril = Le viager (Tchernia)
mai = The tree of life (Mallick)
juillet = Summer wars (Hosoda)
Miss Nobody
janvier = Johnny Guitar (Ray)
février = La source (Bergman)
mars = Stalag 17 (Wilder)
avril = Série noire (Corneau)
mai = L'année du dragon (Cimino)
juin = Bienvenue à Gattaca (Niccol)
juillet 2011 = A bout de course (Lumet)
MJ
janvier = Experiment in terror (Edwards)
février = Poetry (Changdong)
mars = Safe (Haynes)
avril = Nowhere (Araki)
mai = La maman et la putain (Eustache)
juin = La loi du milieu (Hodges)
juillet = To sleep with anger (Burnett)
Nobody smith
janvier = 5cm par seconde (Shinkai)
février = True grit (Coen)
mars = La mélodie du bonheur (Wise)
avril = Les grands espaces (Wyler)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Panic sur Florida Beach (Dante)
juillet = Europa (Von Trier)
NotBillyTheKid
janvier = Le bal (Scola)
mars = Une question de vie ou de mort (Powell & Pressburger)
avril = La ville abandonnée (Wellmann)
mai = Le fleuve sauvage (Kazan)
juillet = Baisers volés (Truffaut)
Père Jules
juillet = Le couteau dans l'eau (Polanski)
Phylute
juin = Balada Triste (De la Iglesia)
juillet = Chroniques d'un été (Rouch)
Pnom&Peh
janvier = Blood & sand (Mamoulian)
février = Incendies (Villeneuve)
Profondo Rosso
janvier = Bunny Lake a disparu (Preminger)
février = Walkabout (Roeg)
mars = Never let me go (Romanek)
avril = Saturday night & Sunday morning (Reisz)
mai = Isadora (Reisz)
juin = Henry V (Branagh)
juillet = La maitresse du lieutenant français (Reisz)
Ratatouille
janvier = Take Shelter (Nichols)
février = Incendies (Villeneuve)
mars = Les temps modernes (Chaplin)
avril = A propos d'Elly (Farhadi)
mai = Conversation secrète (Coppola)
juin = The Myth of the American Sleepover (Mitchell)
reuno
janvier = Ondine (Jordan)
février = Il était une fois dans l'Ouest (Leone)
mars = Tetsuo the bulletman (Tsukamoto)
avril = Animal kingdom (Michod)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Biutiful (Inarritu)
juillet = Memory lane (Hers)
Rick Blaine
janvier = Les Ailes (Wellman)
fevrier = French Cancan (Renoir)
mars = Duel Dans La Sierra (Sherman)
avril = The Thing (Carpenter)
mai = Moonrise Kingdom (W.Anderson)
juin = Nightfall (Tourneur)
Rockatansky
janvier = Triangle (C.Smith)
février = Pour elle (Cavayé)
mars = A bout portant (Cavayé)
avril = Hobo with a shotgun (Eisener)
mai = Confessions (Nakashima)
juin = J'ai rencontré le diable (Kim)
juillet = Hanna (Wright)
semmelweiss
janvier = Millenium (Fincher)
février = Rango (Verbinski)
mars = Faux-semblants (Cronenberg)
avril = titanic (Cameron)
mai = Eternal sunshine of the spotless mind (Gondry)
juin = De rouille et d'os (J.Audiard)
Someone 1600
janvier = Le guépard (Visconti)
février = Danse avec les loups (Costner)
mars = Last action hero (McTiernan)
avril = Rango (Verbinski)
mai = La harpe de Birmanie (Ichikawa)
juin = Barry Lyndon (Kubrick)
juillet = 1941 (Spielberg)
Sybille
janvier = Opening night (Cassavetes)
février = Darling (Schlesinger)
mars = The young Victoria (Vallée)
avril = Une question de vie ou de mort (Powell & Pressburger)
mai = Aventures en Birmanie (Walsh)
juin = L'armée des ombres (Melville)
juillet = L'idiot (Kurosawa)
{b]Tommy Udo[/b]
janvier = The black book (A.Mann)
février = Movie crazy (Bruckman & lloyd)
mars = Marie-Martine (Valentin)
avril = Gentleman Jim (Walsh)
mai = Frau im mond (Lang)
juin = Desperate journey (Walsh)
Tom Peeping
mars = Black swan (Aaronosky)
juin = Le temps de l'innocence (Scorsese)
vic
janvier = Le passage du canyon (Tourneur)
février = Suzhou river (Ye)
mars = Winter's bone (Granik)
avril = Essential killing (Skolimowski)
mai = Source code (Jones)
juin = La dernière piste (Reichardt)
juillet = Deep end (Skolimowski)
Vic Vega
janvier = Les Pirates de Bubuan (Shohei)
février = Tomahawk (herman)
mars = Wings (Wellman)
avril = L'Insoumis (Cavalier)
mai = The Nickel Ride (Mulligan)
juin = Nightfall (Tourneur)
Watkissien
janvier =
février =
mars =
avril =
mai =

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Producteur Exécutif
Messages : 7240
Inscription : 10 août 04, 13:48

Re: Votre film du mois de Juin 2013

Messagepar Cathy » 1 juin 13, 09:03

Film du mois

Image ex aequo avec Image

Films découverts, redécouverts ou revus

Marie Octobre (Julien Duvivier) - 8.5/10
Passionnant huis clos, dialogues brillants, bref un grand moment du cinéma français redécouvert même si je me souvenais du coupable, j'avais quelque peu omis la fin, et puis les joutes oratoires entre Lino Ventura, Bernard Blier, Noel Roquevert, Paul Mercey, Paul Meurisse, etc et naturellement Danielle Darrieux sont jubilatoires. Grand film !

Lifeboat (Alfred Hitchcock) - 8.5/10
Exercice de style magistralement exécuté par Hitchcock à savoir le huis clos en plus sur un bateau. En plus curieusement pour le roi des transparences, ici cela se sent moins que dans d'autres films. Tous les acteurs sont excellents, l'histoire bien menée, de superbes plans, pas d'image du torpillage ni du sauvetage, toujours brillant.

Le calice d'argent, The Silver Chalice (Victor Saville) - 8.5/10
Le film a mauvaise réputation et pourtant quelle merveille visuellement parlant ! Nous ne sommes pas dans le peplum traditionnel, mais dans une évocation du christianisme à travers une esthétique singulière proche du théâtre dans plusieurs scènes et pourtant les décors sont magistraux, et le réalisateur sait mettre en scène les scènes de foule, même si le film finalement garde un aspect intimiste. Les tons employés sont magnifiques et peu habituels pour le genre avec une surabondance de blancs, de beige, une musique volontairement décalée, un palais de Néron avec son décor théâtral de "colisée aux multiples statues", vraiment étonnant pour le genre. Jack Palance est formidable en magicien qui finit par devenir fou, par contre on a du mal à croire en ce que la petite esclave mignonne du début devienne cette espèce de prostituée "laide" qu'est Virginia Mayo, le maquillage n'aidant sans doute pas. A défaut d'être toujours passionnant, on prend un plaisir visuel évident

Kuzco, the Emperor's new groove (Disney) - 8.5/10
Toujours aussi excellent, un dessin animé véritablement décalé dans son humour et ses héros.

Arènes sanglantes, Blood and Sand (Rouben Mamoulian) - 8.5/10
Quelle merveille que ce film, esthétiquement parlant si proche des tableaux espagnols dont il reprend les couleurs, les silhouettes, musicalement avec cette mélopée "chantée" par Rita Hayworth ou le thème qui fut immortalisé dans Jeux interdits. Si la dame et le toréador insistera finalement sur le côté "technique" de la tauromachie, ici le film est inspiré par les sentiments des protagonistes, ce n'est pas un apprenti matador qu'on suit, mais un matador célèbre qui verra sa popularité décliner avec sa passion pour une maîtresse avide de nouveaux jouets. Tyrone Power est impressionnant dans ce rôle d'illettré qui ne vit que pour les taureaux et les femmes, et entre Linda Darnell à la beauté si pure et Rita Hayworth diabolique à souhait, le spectateur est servi. Contrairement à la Dame et au toréador où les scènes de corrida sont nombreuses, ici on suit les parades via les réactions des spectateurs. Superbe film comme souvent avec Mamoulian.

Le monde fantastique d'Oz, The Great and Powerful Oz (Sam Raini) - 8/10
On pourra reprocher l'abus d'effets spéciaux, de décors numériques, mais on retrouve tout ce qui est dans le Magicien d'Oz, la cité d'Emeraude, les trois fées, Glinda et ses sœurs, comment elles sont devenues des bonnes ou mauvaises fées. L'esthétique est proche de celle de l'Alice de Tim Burton avec en plus la musique de Danny Elfman. Une mention particulière à la petite poupée de porcelaine particulièrement bien animée et touchante bien que totalement en image de synthèse. Pas forcément inoubliable, mais là encore sympathique et surtout plein de citations : les singes volants, l'armée, le champ de pavots, l'épouvantail annoncé. Seul manque à l'appel l'origine des souliers de rubis...

La dame en noir, The Woman in black (James Watkins) - 8/10
Film produit par les mythiques studios Hammer, il voyait aussi le premier rôle de Daniel Radcliffe après avoir interprété pendant plus de dix ans Harry Potter. Nous sommes dans ces films d'ambiance absolument angoissantes, pas d'effet gore, mais des chuchotements, des portes qui s'ouvrent seules, des fauteuils à bascule qui se balancent sans personne, et aussi des apparitions d'une femme en noir. Le ton est donné dès le prologue avec ces trois fillettes qui sont en train de jouer à la dinette et soudain attirées par une force extraordinaire se jettent par la fenêtre, le ton est donné. Le film est baigné dans cette atmosphère gothique étouffante, et mieux vaut regarder la dame en noir en plein après-midi tant l'angoisse est présente. Efficace en diable et Daniel Radcliffe montre qu'il peut jouer autre chose que les héros positifs.

La dame et le toréador, The Bullfighter and the Lady (Budd Boetticher) - 8/10
Vous sortirez de ce film groggy avec une envie de voir descorridas. Le film fait vraiment la part belle à l'art de la Tauromachie, en montrant à la fois la beauté mais aussi l'horreur de cet "art-sport", même si les mises à mort ne sont quasiment jamais montrées hormis la finale. C'est surtout un film sur l'amitié entre ce toréador et ce gringo qui veut devenir toréador sans que l'on sache réellement ses motivations profondes. Le titre est étrange car finalement la dame du film n'a qu'un rôle quasi-secondaire, Chelo la femme du toréro semblant bien plus importante. Le film démarre lentement mais après bien qu'il ne soit quasiment qu'une succession d'apprentissage de la tauromachie, il devient envoûtant. Même si je ne le considère pas comme un chef d'oeuvre, le film demeure quand même fort intéressant par son côté quasi-documentaire sur l'importance de la corrida pour ceux qui la vivent au quotidien.

Le chant du Danube, Waltzes from Vienna (Alfred Hitchcock) - 8/10
Le film est totalement anodin dans son histoire hormis qu'il permet de comparer une même version de l'histoire enfin une vision de Johann Strauss par Duvivier et Hitchcock. Ici nous sommes dans une comédie, mais le soin des décors, du montage, de l'image montre que nous sommes quand même dans du Hitchcock, l'interprétation du Beau Danube bleu annonce celle de l'Albert Hall de l'homme qui en savait trop. Film plus que sympathique.

Atlantis le monde perdu, Atlantis the Lost World (Disney) - 8/10
Graphiquement et scénaristiquement ce n'est pas vraiment du Disney, même si Milo fait penser à Roger des 101 dalmatiens, mais le film est assez efficace, même si l'histoire est parfois un peu confuse. On a l'impression d'une annonce "animée" d'Avatar avec ce monde englouti et cette rencontre avec des "terriens". Finalement pas mal du tout.

Le marchand de fanfares, The Music Man (Morton daCosta) - 8/10
Comédie musicale proche de l'univers d'Hello Dolly sympathique mais pas inoubliable hormis deux ou trois morceaux comme le 76 trombone thème principal du film ou la scène de la bibliothèque à la gestuelle syncopée de Marian the Librarian. Si Robert Preston est excellent dans le rôle, Shirley Jones est bien fade en vieille fille qui va tomber amoureuse. Pas indispensable mais agréable tout de même.

Step Lively (Tim Whelan) - 7.5/10
Remake de Panique à l'hôtel, comédie avec les Marx Brothers, comédie musicale doublée d'une screwball avec un tout jeune Frank Sinatra qui joue encore les "nigauds" timides. Si la première vision, il y a cinq ans m'avait emballée, je dois avouer avoir trouvé le film moins drôle qu'à l'époque. Mais les numéros musicaux complètement irréalisables sur scène sont plutôt bien montés et George Murphy est un producteur crapule plus que sympathique tout comme Walter Slezak en beau frère dépassé par les évènements, Adolphe Menjou en directeur d'hôtel obsédé par son argent et puis il y a aussi Gloria de Haven charmante. Quel débit dans les dialogues, quel rythme endiablé dans l'action... Maintenant on passe toujours un très agréable moment devant cette screwball musicale

Cinq semaines en ballon, Five weeks in a balloon (Irwin Allen) - 7/10
Film d'aventures sympathique sans grande invention, mais se laisse voir sans déplaisir et Richard Haydn en militaire anglais est comme souvent irrésistible. On notera aussi l'apparition d'Herbert Marshall en premier ministre.

Bienvenue chez les Robinson, Meet the Robinsons (Disney) - 7/10
Etrange film que ce Disney, on sent que le studio se cherchait et le scenario lorgne plus du côté des films de chez Pixar et autre studio concurrent que du côté Disney. En plus le scenario me semble bizarre concernant la rupture espace-temps, comment en changeant la destinée d'une personne, ne change-t'il pas la destinée de toute sa vie. On est dans un esprit totalement loufoque notamment l'arrivée chez les Robinson et cette galerie de personnages plus déjantés les uns que les autres. Bref film curieux même si l'animation est naturellement efficace.

Rue sans issue, Dead End (William Wyler) - 7/10
Voilà un film que j'avais adoré quand je l'avais vu la première fois adolescente, en le revoyant, je me demande bien pourquoi j'avais adoré, bon j'y avais découvert Joel McCrea certes, mais après ! Le film sent l'adaptation théâtrale à plein nez et le décor factice. La confrontation des classes semble trop caricaturale finalement pour paraître crédible et puis le scenario accumule les poncifs sur les mauvais garçons qui viennent de ces quartiers misérables jouxtant d'un peu trop près les supers beaux quartiers. On a du mal à croire à l'entrée d'une résidence huppée dans ce quartier (même si c'est bien là le pitch du film). Les scènes des gamins n'en finissent pas et comme ils ne sont pas attachants... Le film prend juste son envol quand Humphrey Bogart commence vraiment à faire vivre son personnage que ce soit par les conseils qu'il donne sur les bagarres ou sur ses confrontations avec sa mère et son ancienne petite amie. La deuxième partie sauve le film d'ailleurs. En fin de compte, déception en revoyant ce film !

Vingt mille lieux sous les mers, 20,000 Leagues Under the Sea (Richard Fleischer) - 7/10
Efficace dans sa dernière demi-heure mais n'évite pas les longueurs. En plus Nemo n'est guère sympathique, même si James Mason y est parfait tout comme Kirk Douglas, Peter Lorre ou Paul Lukas. Quelque peu déçue.

L'ile mystérieuse, Jules Verne's Mysterious Island (Cy Enfield) - 7/10
Adaptation du roman, marquée par les effets spéciaux de Ray Harryhausen. Sympathique, mais qui fait quand même un peu téléfilm notamment au départ.

La planète au Trésor, Treasure Planet (Disney) - 7/10
Version futuriste de l'Ile au trésor de Stevenson, l'animation est efficace, mais les créatures sont toutes plus laides les unes que les autres. Et on se demande comment Jack et sa mère peuvent être de forme "humaine" alors que toutes les créatures autour d'eux sont des formes de grenouilles, de veau, etc. Disney cherchait à l'époque à se renouveler, mais cette forme est décevante.

La ferme se rebelle, Home on the range (Disney) - 7/10
Indulgente certainement, mais le film n'est pas désagréable, c'est un peu du grand n'importe quoi avec ces trois vaches et ce cheval qui veulent jouer aux héros, mais c'est de l'animation classique, où on retrouve peu la marque Disney hormis dans la chanson du voleur de vaches avec ce délire coloré qui n'est pas sans rappeler la parade des éléphants roses de Dumbo sans la folie totale. Disney fermait avec ce dessin animé son studio en animation normale, c'est dommage mais pas aussi indigent que cela a souvent été écrit, c'est juste léger très léger.

Comment tuer sa femme, How to murder his wife (Richard Quine) - 7/10
Inégal, profondément misogyne même si la fin montre le triomphe de la femme sur l'homme. Quelques scènes drôles. Virna Lisi est craquante, Terry Thomas irrésistible dans son rôle de valet tout comme Jack Lemmon en dessinateur de BD rattrapé par son imaginaire.

Si bémol et Fa dièse, A song is born (Howard Hawks) - 6.5/10
Remake quasi identique de Ball of Fire sans le génie et la drôlerie du premier. Alors certes on a le droit à la rencontre des plus grands jazzmen de l'époque notamment Louis Armstrong, Benny Goodman etc. mais Danny Kaye ne peut faire oublier la naïveté de Gary Cooper et Virginia Mayo fait bien pâle figure en lieu et place de Barbara Stanwyck. Bref un remake pour rien !

Notre-Dame de Paris (Jean Delannoy) - 6.5/10
On se dit qui dit roman français dit adaptation française meilleure que film américain, et finalement non. Jean Delannoy fait quasiment de ce qui est une grande fresque, un film "intimiste" qui sent par trop le studio, Anthony Quinn n'est pas Laughton, quant à Jean Danet, on se demande vraiment comment Esmeralda peut tomber raide dingue de son Phoebus, le Frollo d'Alain Cuny est plutôt pas mal avec ce mélange d'amour et de haine. Heureusement il y a Philippe Clay en Clopin ou Robert Hirsh en Gringoire, mais le tout est décevant même si on trouve tous les morceaux d'anthologie du roman et des films, cela manque d'un grand souffle épique, la fête des fous ou l'assaut de Notre-Dame font très cheap. Décevant.

Films du mois précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
Octobre 2009 - L'exilé (Ophuls)
Novembre 2009 - Old acquaintance (Sherman)
Décembre 2009 - The Browning version (Asquith)


Janvier 2010 - Jane Eyre (Stevenson)
Février 2010 - La Reine Christine (Mamoulian)
Mars 2010 - Remember the night (Leisen)
Avril 2010 - Ball of Fire (Hawks)
Mai 2010 - Lettre d'une inconnue (Ophuls)
Juin 2010 - Les Dix commandements (DeMille)
Juillet 2010 - Ninotchka (Lubitsch)
Août 2010 - The Great Ziegfeld (Leonard)
Septembre 2010 - A Royal Scandal (Preminger)
Octobre 2010 - La beauté du diable (Clair)
Novembre 2010 - La vie est belle (Capra)
Décembre 2010 - Les quatre filles du Docteur March (Cukor)

Janvier 2011 - L'ange des ténèbres (Milestone)
Février 2011 - L'homme au bras d'or (Preminger)
Mars 2011 - Pandora (Lewin)
Avril 2011 - Madame Bovary (Minnelli)
Mai 2011 - Témoin à charge (Wilder)
Juin 2011 - Jewel Robbery (Dieterle)
Juillet 2011 - L'amant sans visage (Sherman)
Août 2011 - L'appât (Mann)
Septembre 2011 - Le livre noir (Mann)
Octobre 2011 - Rio (Saldanha)
Novembre 2011 - Un seul amour (Sidney)
Décembre 2011 - Forbidden Love et Ladies of Leisure (Capra)

Janvier 2012 - Baby Face (Green)
Février 2012 - The Artist (Hazanavicius)
Mars 2012 - Pavillon noir (Borzage)
Avril 2012 - Hangover Square (Brahm)
Mai 2012 - Les inconnus dans la maison (Decoin)
Juin 2012 - Les plus belles années de notre vie (Wyler)
Juillet 2012 - Garçonnière pour quatre (Gordon)
Août 2012 - Les Aventures de Tintin (Spielberg)
Septembre 2012 - M le maudit (F. Lang)
Octobre 2012- Queen Kelly (Von Stroheim)
Novembre 2012- Captives de Bornéo (Negulesco)
Décembre 2012 - Music Lovers (Russell)

Janvier 2013 - Chicago (Rob Marshall)
Février 2013 - Agent Secret (Hitchcock)
Mars 2013 - Populaire (Poinsard)
Avril 2013 - The Secret Bride (Dieterle)
Mai 2013 - Le Vandale (Hawks)
Juin 2013 - Arènes Sanglantes (Mamoulian) - le Calice d'Argent (Saville)
Dernière édition par Cathy le 30 juin 13, 19:46, édité 22 fois.

Avatar de l’utilisateur
Boubakar
Mécène hobbit
Messages : 47883
Inscription : 31 juil. 03, 11:50

Re: Votre film du mois de Juin 2013

Messagepar Boubakar » 1 juin 13, 09:04

Juin 2013

Film du mois

Films vus

- Superman 2 - The Richard Donner's cut (Donner) 8/10
- Le dernier train du Katanga (Cardiff) 8/10
- Le bonheur (Varda) 8/10

- La fille du 14 Juillet (Peretjako) 7,5/10
- Bambi (Litschif) 7,5/10

- Before midnight (Linklater) 7/10
- Ridicule (Leconte) 7/10

- Les cent et une nuits de Simon Cinéma (Varda) 6/10
- L'inconnu du lac (Guiraudie) 6/10
- The bling ring (S.Coppola) 6/10
- Hiver 54 (Amar) 6/10

- La gueule de l'autre (Tchernia) 5,5/10
- Moi, Peter Sellers (Hopkins) 5,5/10

- Charlotte for ever (Gainsbourg) 5/10

- Les longs manteaux (Béhat) 3/10
- Man of steel (Snyder) 3/10

Films revus

Mes films du mois (Mai 2005 - Mai 2013)
Spoiler (cliquez pour afficher)
mai 2005 = Star Wars episode III (Lucas)
juin 2005 = Les poupées russes (Klapisch)
juillet 2005 = La guerre des mondes (Spielberg)
août 2005 = L'auberge espagnole (Klapisch)
septembre 2005 = To live and die in LA (Friedkin)
octobre 2005 = Mon nom est personne (Valerii)
novembre 2005 = Blackjack (Dezaki)
décembre 2005 = Bernie (Dupontel)
janvier 2006 = La chute (Hirschbiegel)
février 2006 = Rambo (Kotcheff)
mars 2006 = Coup de tête (Annaud)
avril 2006 = Les duellistes (R.Scott)
mai 2006 = Spartacus (Kubrick)
juin 2006 = La ruée vers l'or (Chaplin)
juillet 2006 = La horde sauvage (Peckinpah)
aout 2006 = The Kid (Chaplin)
septembre 2006 = Un après midi de chien (Lumet)
octobre 2006 = History of violence (Cronenberg)
novembre 2006 = Seul contre tous (Noé)
décembre 2006 = Le lauréat (Nichols)
janvier 2007 = Rocky Balboa (Stallone)
février 2007 = 2001 (Kubrick)
mars 2007 = Bad Lieutenant (Ferrara)
avril 207 = Vertigo (Hitchcock)
mai 2007 = Lady Chatterley (Ferran)
juin 2007 = Bloody sunday (Greengrass)
juillet 2007 = Les infiltrés (Scorsese)
août 2007 = Lettres d'Iwo Jima (Eastwood)
septembre 2007 = L'hirondelle d'or (Hu)
octobre 2007 = Black book (Verhoeven)
novembre 2007 = 12 hommes en colère (Lumet)
décembre 2007 = Les chansons d'amour (Honoré)
janvier 2008 = Assurance sur la mort (Wilder)
février 2008 = Requiem pour un massacre (Klimov)
mars 2008 = There will be blood (P.T. Anderson)
avril 2008 = La ligne rouge (Mallick)
mai 2008 = The Killer (Woo)
juin 2008 = La graine et le mulet (Kechiche)
juillet 2008 = Le château de l'araignée (Kurosawa)
aout 2008 = Gentleman Jim (Walsh)
sepembre 2008 = Marius/Fanny/César (Korda/Allegret/Pagnol)
octobre 2008 = Fenêtre sur cour (Hitchcock)
novembre 2008 = Network (Lumet)
décembre 2008 = Bonnie & Clyde (A. Penn)
janvier 2009 = De l'influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites (Newman)
février 2009 = Gran Torino (Eastwood)
mars 2009 = 7h58, ce samedi-là (Lumet)
avril 2009 = Harold & Maude (Ashby)
mai 2009 = L'aventure de Mme Muir (Mankiewicz)
juin 2009 = Les visiteurs (Kazan)
juillet 2009 = JFK (Stone)
aout 2009 = Les choses de la vie (Sautet)
septembre 2009 = La comtesse aux pieds nus (Mankiewicz)
octobre 2009 = Le samouraÏ (Melville)
novembre 2009 = The offence (Lumet)
décembre 2009 = Avatar (Cameron)
janvier 2010 = Calmos (Blier)
février 2010 = Un dimanche à la campagne (Tavernier)
mars 2010 = The box (Kelly)
avril 2010 = La dernière caravane (Daves)
mai 2010 = La colline des hommes perdus (Lumet)
juin 2010 = L'adieu aux armes (Borzage)
juillet 2010 = La chevauchée des bannis (DeToth)
aout 2010 = Zazie dans le métro (Malle)
septembre 2010 = Des hommes et des dieux (Beauvois)
octobre 2010 = The social network (Fincher)
novembre 2010 = L'enfer est à lui (Walsh)
décembre 2010 = Bright star (Campion)
janvier 2011 = La vengeance aux deux visages (Brando)
février 2011 = L'homme qui voulut être roi (Huston)
mars 2011 = Pour une poignée de dollars (Leone)
avril 2011 = Amants et fils (Cardiff)
mai 2011 = Conte d'été (Rohmer)
juin 2011 = Punishment park (Watkins)
juillet 2011 = Les gens de la pluie (Coppola)
aout 2011 = The proposition (Hillcoat)
septembre 2011 = A la recherche de Garbo (Lumet)
octobre 2011 = Police (Pialat)
novembre 2011 = Capturing the Friedmans (Jarecki)
décembre 2011 = Shame (McQueen)
janvier 2012 = Dressé pour tuer (Fuller)
février 2012 = Un homme est passé (Sturges)
mars 2012 = Punch drunk love (P.T.Anderson)
avril 2012 = Une journée particulière (Scola)
mai 2012 = De rouille et d'os (J.Audiard)
juin 2012 = Commando (L.Lester)
juillet 2012 = Warrior (O'Connor)
aout 2012 = Deep end (Skolimowski)
septembre 2012 = Out of Africa (Pollack)
octobre 2012 = La maison du lac (Rydell)
novembre 2012 = Les enfants loups, Ame & Yuki (Hosoda)
décembre 2012 = Point limite zéro (Sarafian)
janvier 2013 = The master (P.T.Anderson)
février 2013 = Daguérrotypes (Varda)
mars 2013 = Braindead (P.Jackson)
avril 2013 = Occupe-toi d'Amélie ! (Autant-Lara)
mai 2013 = Mud (J.Nichols)
Dernière édition par Boubakar le 30 juin 13, 23:58, édité 11 fois.

Avatar de l’utilisateur
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Messages : 14741
Inscription : 30 mars 09, 20:11

Re: Votre film du mois de Juin 2013

Messagepar Père Jules » 1 juin 13, 09:05

Juin 2013
(34 films vus, revus et redécouverts)

Image

Homicide (David Mamet, 1991) Image
Un brillant Mamet qui évolue avec élégance (pour la mise en scène) et nuance (pour le propos) tout en prenant soin de monter et démonter avec intelligence tous les stéréotypes véhiculés par la couleur de peau ou les croyances religieuses (et communautaires). Renvoyant dos à dos les antisémites et les sionistes, Mamet se concentre sur son personnage principal (interprété par le magistral Joe Mantegna) dont les illusions d'intégration volent en éclats à mesure que son enquête sur l'assassinat d'une vieille dame juive avance (ou patine, c'est selon). D'une enquête dont il ne veut pas (privilégiant la poursuite plus stimulante d'un trafiquant de drogue), il comprend petit à petit que celle-ci va se transformer en quête d'identité. Homicide est un joyau.

Frenzy (Alfred Hithcock, 1972) Image
Un film qui débute un peu laborieusement mais qui progressivement gagne en intérêt. On est très loin d'avoir affaire aux films les plus passionnants d'Hitchcock mais le film mérite largement d'être vu pour une seule séquence, celle du camion de pommes de terre, parfaitement anxiogène et angoissante (alors qu'on est confronté au "méchant" de l'histoire) qui démontre, bien d'avantage que la scène du four dans Le rideau déchiré, que le réalisateur anglais en avait encore sous la pédale. Pour le reste, c'est un plaisir de voir Jon Finch, merveilleux Macbeth chez Polanski, et dont la carrière ne fut pas à la hauteur du talent. Belle découverte (enfin !).

Stanlingrad (Jean-Jacques Annaud, 2001) Image
Soyons réalistes: on est très loin du Annaud du Nom de la rose. Le film n'est sauvé de la nullité que par la présence d'Ed Harris. Pour le reste, ça a tous les défauts d'un blockbuster américain classique: une musique à la con, envahissante à souhaite, une sous-intrigue basée sur l'inévitable triangle amoureux, une réalisation clipesque, héroïsme à tous les étages gavant... Bref, à oublier au plus vite. D'ailleurs c'est déjà plus ou moins fait.

Panic (Henry Bromell, 2000) Image
La jolie surprise pour un film dont je connaissais pas même le nom il y a de cela trois jours. C'est en faisant rapidement des recherches sur John Ritter (le héros du génial Skin Deep) que je suis tombé dessus. Le résultat s'avère très honnête, avec son ambiance désabusée et ses interprètes remarquables (William H. Macy, Ritter donc, Donald Sutherland et Neve Campbell - un peu sacrifiée tout de même). Une histoire de tueur qui exécute les contrats de son père avant de ressentir un ras-le-bol évident et de se confier à un psy. Psy qui n'est autre que la future victime... Thriller, chronique familiale, éclosion d'une histoire d'amour entre un homme d'âge mûr et une jeune femme, Panic brasse un certain nombre de thèmes avec une réussite évidente.

The Yards (James Gray, 2000) Image
J'avoue que, pour une fois, je me retrouve relativement dans la note attribuée au film sur IMDb. Il s'agit incontestablement d'un bon film, sombre à souhait, d'une chronique familiale d'une implacable fatalité, d'oeuvre maîtrisée à souhait, mais je m'attendais à quelque chose de plus fort. Avec Little Odessa, j'avais vraiment été pris aux tripes, énormément touché par l'ensemble des personnages. Là je dois avouer que le seul personnage qui m'ait véritablement intéressé est celui interprété par Charlize Theron. Je ne minore bien entendu pas les performances des autres acteurs, mais j'avoue m'être un peu désintéressé du sort de Whalberg, Caan, Phoenix et consorts. Au-delà de la très relative déception, The Yards s'inscrit néanmoins parfaitement au sein d'une filmographie passionnante.

Enquête sur une passion (Nicolas Roeg, 1980) Image
J'en attendais beaucoup. Sans doute beaucoup trop. Si la narration peut paraître ambitieuse, le film se noie progressivement dans un exercice de style assez barbant alors que l'intrigue en elle-même (la découverte progressive d'une relation amoureuse) pouvait s'avérer passionnante. Au final, Bad Timing dure facilement une demi-heure de trop pour se terminer de manière assez sordide. Autant dire que j'avais été autrement plus enthousiasmé par Insignificance, film d'une ambition formelle bien plus prononcée et d'un constant intérêt. La première vraie belle déception du mois.

La blessure (Ivan Passer, 1981) Image
Un magnifique film, profondément humain, bercé par la discrète (mais superbe) musique de Jack Nitzsche. Ivan Passer dresse le portrait de trois êtres, deux hommes et une femme, unis par d'étroites relations où se mêlent amour et amitié sans qu'il soit évident de déterminer quel sentiment l'emporte sur l'autre. Prétextant une sombre histoire d'assassinat, le réalisateur prend le pouls d'une Amérique encore traumatisée par le conflit vietnamien et sujette à une profonde défiance envers les élites depuis l'affaire du Watergate. Dans un moment aussi cruel que révélateur, Alex, le vétéran infirme, s'adresse à propos de la guerre à son ami: "You had three reactions, Rich, same as everybody else. The first one was real easy: I hate the United States of America. You see the same damn thing the next day and you move up a notch: There is no God. But you know what you finally say, what everybody finally says, no matter what? I'm hungry". Tout Cutter's Way est contenu dans cette réplique. Et tout Cutter's Way est admirablement servi par deux acteurs immenses, Jeff Bridges (dont je découvre petit à petit la richesse remarquable de sa filmographie) et John Heard. Mélancolique, humaniste, amer, le film est avant tout d'un réalisme profondément bouleversant. Il en résulte une complète réussite. Merci Filou, merci Jack Carter. Film du mois en puissance.

Une certaine rencontre (Robert Mulligan, 1963) Image
Le beau film que voilà ! Avec Love with the Proper Stranger Mulligan nous offre une oeuvre d'une sobriété et d'une tendresse exemplaires. En 63, ce récit d'une jeune femme libre (mais pas libérée des pesanteurs sociales et sexuelles) avait largement de quoi surprendre et/ou émouvoir, d'autant qu'il est servi par une prestation magnifique de la radieuse Nathalie Wood, au top de sa beauté et de son talent. En amant d'un soir qui cherche tant bien que mal à rattraper sa boulette, Steve McQueen n'est pas mal non plus. En définitive, c'est fin, c'est fort, c'est réussi.

Vous avez dit dingues ? (Robert Altman, 1985) Image
Rien compris à l'intérêt de ce film aussi laborieux que décevant. Un échec.

Fort Bravo (John Sturges, 1953) Image
Western honnête, dur et violent, porté par un William Holden concerné et convaincant. Reste que, comme souvent, les personnages féminins sont totalement insignifiants. Aucune épaisseur, une psychologie totalement convenue, ça en devient presque fatiguant... Sinon, le film m'a paru un poil déséquilibré. Il y a un avant (un peu rasoir) et un après (beaucoup plus réussi) l'évasion des sudistes. A voir.

La nuit des morts-vivants (George A. Romero, 1968) Image
Le mètre-étalon du genre, le film sans lequel Carpenter n'aurait sans doute pas été tout à fait Carpenter. Un film glaçant, d'une portée symbolique hautement politique, révélatrice d'une tension et d'une paranoïa nées de la Guerre Froide et de ses à-côtés. Il reste pour l'éternité LE film de morts-vivants (tutoyé uniquement par sa suite, le génial Zombie, même si les réactualisations, à la manière des Body Snatchers, sont nécessaires et salutaires) redoutable d'efficacité, cadré au poil de cul, suffocant, avec des personnages excellemment caractérisés (un tour de force parmi tant d'autres, cette écriture qui permet en 20 secondes de cerner toute la personnalité d'un personnage...). Bref, en un mot: brillant.

Appel d'urgence (Steve De Jarnatt, 1988) Image
Ça commence comme une comédie romantique, ça se mue ensuite en une farce kafkaïenne (on est pas loin d'After Hours par moment) pour sombrer enfin dans un thriller aux accents politiques et paranoïaques assez suffocant. Si le budget est manifestement limité, l'ambition n'est pas en berne et les moments de bravoure du film se succèdent à un rythme trépidant. Seules ombres noires à ce tableau flatteur, la musique un poil envahissante de Tangerine Dream et une esthétique 80's d'une laideur assez remarquable (Mare Winningham, c'est juste pas possible, avec une Arquette -Rosanna ou Patricia, je suis pas sectaire- l'intérêt aurait été décuplé). Excellente découverte !

Harry dans tous ses états (Woody Allen, 1997) Image
Bon cru, amusant, trash par moment. On y retrouve avec plaisir toutes les obsessions et surtout les névroses du gringalet à lunettes.

Radio Days (Woody Allen, 1987) Image
Hommage nostalgique qui traine un peu la patte. Ennui d'un bout à l'autre, et j'en suis le premier désolé.

Liaisons secrètes (Richard Quine, 1960) Image
Le bien beau film que voilà ! Le début m'a fait un peu pensé à Tout ce que le ciel permet avec sa routine quotidienne, ses familles propres sur elles, son calme apparent et ses conventions dont le vernis semble craqueler petit à petit. Une nouvelle fois devant la caméra de celui qui l'a révélée quelques années auparavant, Kim Novak rayonne et assume un rôle d'une émouvante sensibilité. Quant à Kirk Douglas, il est égal à lui-même, c'est-à-dire grand. Leurs contributions apportent une densité bienvenue et permet d'aborder de front la question de l'adultère sans qu'il soit question de juger les comportements de l'un et de l'autre. Mon Quine préféré à ce jour.

Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir, 1975) Image
Un film sensitivement remarquable que je m'attendais à adorer dans des proportions sans doute bien plus importantes. Au final, et peut-être est-ce dû à la fatigue, si je n'en fais pas le chef-d'œuvre tant espérer je range néanmoins Pique-nique à Hanging Rock parmi les plus beaux films de Peter Weir. Déroutant, obsédant, inquiétant même, c'est à n'en point douter une réussite.

La veuve noire (Bob Rafelson, 1987) Image
Thriller bien foutu, pas mal écrit du tout et surtout agrémenté de la vénéneuse présence de Theresa Russell, Black Widow est mon premier film de Rafelson. C'est encourageant même si Sami Frey plombe toute la partie le concernant (comme d'habitude en fait) par son jeu monolithique.

Les apprentis (Pierre Salvadori, 1995) Image
Je sais le film très apprécié sur Classik mais je n'ai absolument pas accroché. J'ai même dû m'y prendre à quatre fois (sur une période d'un mois) pour arriver au bout. Il faut dire que je n'apprécie déjà pas les acteurs (Cluzet surtout), et les déboires des deux personnages mon tellement parus artificiels que ça ne m'a jamais intéressé. Pas un rire, ni un sourire. En fait ce film est à l'image de ce qu'il met en scène: je m'en fous totalement.

On ne joue pas avec le crime (Phil Karlson, 1955) Image
Un bon noir B aux accents tantôt comiques (le début), tantôt romantiques (l'arrivée de Kim Novak), n'éludant aucunement le traumatisme de soldats rendus à la vie civile. Si le finale s'avère aussi surprenant que bienvenue, l'ensemble manque malgré tout un peu de peps et les acteurs apparaissent rapidement limités. Dans les deux rôles masculins principaux, j'aurais bien vu un John Payne et un Aldo Ray... Quoi qu'il en soit, Five Against the House demeure suffisamment intéressant pour qu'on accepte de s'y arrêter 80 minutes.

Celui par qui le scandale arrive (Vincente Minnelli, 1960) Image
Chronique familiale aux accents fortement dramatiques, Home from the Hill est avant tout une oeuvre plastiquement superbe et divinement interprétée (hormis l'acteur jouant le fils Hunnicutt, pas crédible une seconde, qui ne semble pas avoir les épaules pour affronter Mitchum). Pour le reste j'avoue avoir eu du mal à m'impliquer totalement tant la progression de la narration m'est apparue téléphonée d'une bout à l'autre. Sublime scène de fin cependant.

The Driver (Walter Hill, 1978) Image
L'oeuvre inspiratrice du Drive de Refn s'avère tout aussi creuse et laborieuse que son successeur. Cependant, elle a le bon goût de ne pas verser dans le clinquant et dans toute la vulgarité d'un certain cinéma esthétisant la violence de manière auto-satisfaite et complaisante. Au final, peut-on dire d'un film dont on n'attendait rien qu'il s'agit d'une déception ?

Mafioso (Alberto Lattuada, 1962) Image
Une comédie noire dominée par la magistrale interprétation de Sordi (l'arrivée dans le village natal est à mourir de rire avec la sœur à moustache, la mère qu'il confond avec la tante et le père au moignon). Lattuada observe avec un oeil particulièrement aiguisé la société sicilienne, ses codes et son rapport douloureux avec la mafia. Si l'écriture est remarquable, j'ai malgré tout regretté quelques baisses de régime et fut surpris que ce qui semblait être l'intrigue principale du film (Sordi enfermé dans une boite) en occupe finalement une partie aussi limitée (une quinzaine de minutes). Ce n'est évidemment pas un défaut en soi mais ça a transformé radicalement l'image que je me faisais du film. On y a gagné en étude quasi sociologique ce qu'on a perdu en audace. Très bon film au demeurant.

Mes chers amis (Mario Monicelli, 1975) Image
Très déçu. Jamais ému, rarement amusé (sauf la scène des baffes aux voyageurs partant en train), agacé par le doublage monocorde de Noiret et Blier, j'avoue être tombé de très haut au vu des nombreuses critiques dithyrambiques lues ça et là. Je m'attendais à en faire un potentiel film du mois, je me suis retrouvé face à un ennui poli.

Gomorra (Matteo Garrone, 2008) Image
Les intentions sont louables mais l'ensemble manque singulièrement de maîtrise et d'intérêt. Aucune empathie pour les personnages, un montage bordélique, des tenants et des aboutissants difficilement identifiables... bref, un résultat décevant au regard de sa réputation.

Incidents de parcours (George A. Romero, 1988) Image
Belle surprise que voilà ! Abandonnant un temps ses zombies sans pour autant questionner la société américaine et ses dérives, Romero signe un film à mi-chemin entre le mélo et le film d'horreur. Si on peut regretter le manque de charisme de la distribution (pas si mauvaise que ça cela dit), on ne peut qu'applaudir la maîtrise du réalisateur et l'intérêt constant de ce Monkey Shines aussi original qu'angoissant. Ravi !

Fantômes contre fantômes (Peter Jackson, 1996) Image
Ambiance burtonienne présente dès l'introduction (musique de Danny Elfman oblige) pour un film très sympa alternant avec réussite humour gras et moments de frousse bien gaulés. Le statut "culte" de Fantômes contre fantômes apparait justifié même si pour ma part, il aurait sans doute fallu que je le découvre un peu plus tôt, les souvenirs d'ado devant faire leur oeuvre. En l'état, une belle découverte avec un Michael J. Fox excellent dedans et des effets qui tiennent encore plutôt le coup.

Le roman de Renard (Ladislas et Irène Starewitch, 1937) Image
Impressionnant film d'animation qui a nécessité à l'époque un travail titanesque. Une petite pépite.

Sa majesté des mouches (Peter Brook, 1963) Image
Terrible allégorie qui démarre comme une fable sur la débrouillardise façon "République des enfants" pour se terminer progressivement en un insoutenable constat d'échec sur la nature humaine. Glaçant mais pas moins réussi.

Le grand silence (Sergio Corbucci, 1968) Image
Western cruel, d'une implacable fatalité d'où émergent les imposantes prestations de Trintignant et Kinski. Un très bon Corbucci.

Douce (Claude Autant-Lara, 1943) Image
Sans doute LE chef-d'oeuvre d'Autant-Lara, dominé par une noirceur que n'aurait sans doute pas renié Duvivier. Douce est une merveille d'écriture (Aurenche et Bost au sommet de leur talent) et de sensibilité, une charge intelligente contre la morale corsetée de cette fin de XIXème siècle. Oscillant brillamment entre le drame intime et l'étude de mœurs, la satire sociale et l'anéantissement des illusions de jeunesse, le film impose son acuité à tous les étages. Les acteurs sont tous formidables à commencer par Marguerite Moreno, délectable et détestable à la fois dans le rôle de la vieille comtesse de Bonafé. Très bel emballement pour ce film et probable film du mois en attendant une possible entrée dans le top 100 (qui sait ?).

Fargo (Joel et Ethan Coen, 1996) Image
Un des grands Coen avec Miller's Crossing et No Country for Old Men. Absurdité des situations, absurdité des personnages, absurdité du dénouement, pour une oeuvre où la mise en scène grandiose tranche admirablement avec le pathétique du propos. Un régal.

Le lendemain du crime (Sidney Lumet, 1986) Image
Un tout petit Lumet ce Morning After. Le point de départ est pourtant intéressant mais l'heure et demie qui suit est une succession de lieux communs assez indignes du réalisateur et d'un suspense pas super bien calibré. La scène finale est désespérante de nullité. Seul Jeff Bridges tient à peu près la route.

Zombie (George A. Romero, 1978) Image
Digne successeur de l'illustre Nuit des morts-vivants, Zombie est sans doute l'une des charges les plus virulentes contre le consumérisme. Brillant.

Les révoltés de la cellule 11 (Don Siegel, 1954) Image
Comme tout film noir digne de ce nom, ce film de taule traine un accent néo-réaliste particulièrement évident. Le manque de charisme de la distribution n'empêche cependant pas une exécution franchement réussie avec quelques scènes remarquablement mises en image. Très recommandable !

Mes films du mois

Spoiler (cliquez pour afficher)
Mai 2013: Le conformiste (Bernardo Bertolucci, 1970)
Avril 2013: Plein soleil (René Clément, 1960)
Mars 2013: La balade sauvage (Terrence Malick, 1973)
Février 2013: Micki & Maude (Blake Edwards, 1984)
Janvier 2013: Chut, chut, chère Charlotte (Robert Aldrich, 1964)

Décembre 2012: Qu'est-ce que maman comprend à l'amour ? (Vincente Minnelli, 1958)
Novembre 2012: Deux filles au tapis (Robert Aldrich, 1981)
Octobre 2012: Fureur apache (Robert Aldrich, 1972)
Septembre 2012: La fugue (Arthur Penn, 1975)
Août 2012: Ascenseur pour l'échafaud (Louis Malle, 1958)
Juillet 2012: S.O.B. (Blake Edwards, 1981)
Juin 2012: Coup de torchon (Bertrand Tavernier, 1981)
Mai 2012: L.627 (Bertrand Tavernier, 1992)
Avril 2012: A vingt-trois pas du mystère (Henry Hathaway, 1956)
Mars 2012: Guêpier pour trois abeilles (Joseph L. Mankiewicz, 1967)
Février 2012: Fat City (John Huston, 1972)
Janvier 2012: Macbeth (Roman Polanski, 1971)

Décembre 2011: Deep End (Jerzy Skolimowski, 1970)
Novembre 2011: Les chaussons rouges (Michael Powell & Emeric Pressburger, 1948)
Octobre 2011: Sous le soleil de Satan (Maurice Pialat, 1987)
Septembre 2011: Antoine et Antoinette (Jacques Becker, 1947)
Août 2011: Sherlock Jr. (Buster Keaton, 1924)
Juillet 2011: Le couteau dans l'eau (Roman Polanski, 1962)
Dernière édition par Père Jules le 30 juin 13, 21:59, édité 46 fois.

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13032
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Votre film du mois de Juin 2013

Messagepar Demi-Lune » 1 juin 13, 09:05

FILM DU MOIS DE JUIN 2013

Image

Image Image Image Image

FILMS DÉCOUVERTS OU REDÉCOUVERTS

    Le passé (Asghar Farhadi, 2013) Image
    Le silence de la mer (Jean-Pierre Melville, 1947) Image
    Ordet, la parole (Carl Theodor Dreyer, 1955) Image
    Une journée particulière (Ettore Scola, 1977) Image
    La fille à la valise (Valerio Zurlini, 1961) Image
    Les nuits blanches (Luchino Visconti, 1957) Image
    A l'angle du monde (Michael Powell, 1937) Image
    Roma (Federico Fellini, 1972) Image
    Femmes en cage (John Cromwell, 1950) Image
    Maria's lovers (Andreï Kontchalovski, 1984) Image
    Max et les ferrailleurs (Claude Sautet, 1971) Image
    La dame du lac (Robert Montgomery, 1947) Image
    Le ciel peut attendre (Ernst Lubistch, 1943) Image
    Le lion en hiver (Anthony Harvey, 1968) Image
    Il Posto (Ermanno Olmi, 1961) Image
    Par la porte d'or (Mitchell Leisen, 1941) Image
    Pandora (Albert Lewin, 1951) Image
    Uniformes et jupons courts (Billy Wilder, 1942) Image
    Outback - Wake in fright (Ted Kotcheff, 1971) Image
    L'affaire Mattei (Francesco Rosi, 1971) Image
    Le duel silencieux (Akira Kurosawa, 1950) Image
    Portrait d'une enfant déchue (Jerry Schatzberg, 1970) Image
    Le procès Paradine (Alfred Hitchcock, 1947) Image
    Les cinq secrets du désert (Billy Wilder, 1943) Image
    La femme au corbeau (Frank Borzage, 1929) Image
    La renarde (Michael Powell & Emeric Pressburger, 1950) Image
    King Kong (Merian C. Cooper & Ernest B. Schoedsack, 1933) Image
    Plein soleil (René Clément, 1960) Image
    L'or de Naples (Vittorio De Sica, 1954) Image
    Séduite et abandonnée (Pietro Germi, 1964) Image
    Été violent (Valerio Zurlini, 1959) Image
    Le grand chantage (Alexander Mackendrick, 1957) Image
    L'assassin (Elio Petri, 1961) Image
    La nouvelle Babylone (Grigori Kozintsev et Leonid Trauberg, 1929) Image
    Comment voler un million de dollars ? (William Wyler, 1966) Image
    Vendredi 13 (Sean S. Cunningham, 1980) Image
    Shokuzai (Kiyoshi Kurosawa, 2012) Image
      Celles qui voulaient se souvenir Image
      Celles qui voulaient oublier Image
    Le charlatan (Edmund Goulding, 1947) Image
    Le tambour (Vokler Schlöndorff, 1979) Image
    Trois camarades (Frank Borzage, 1938) Image
    Le gouffre aux chimères (Billy Wilder, 1951) Image
    Kick-Ass (Matthew Vaughn, 2010) Image
    Flight (Robert Zemeckis, 2012) Image
    Mélodie pour un tueur (James Toback, 1978) Image
    Boule de feu (Howard Hawks, 1941) Image
    The swimmer (Frank Perry, 1968) Image
    Histoires extraordinaires (Roger Vadim, Louis Malle & Federico Fellini, 1968) Image
      Metzengerstein (Roger Vadim) Image
      William Wilson (Louis Malle) Image
      Toby Dammit (Federico Fellini) Image
    La ronde de l'aube (Douglas Sirk, 1957) Image
    Le bonheur (Alexandre Medvedkine, 1934) Image
    La blessure (Ivan Passer, 1981) Image
    A Canterbury tale (Michael Powell & Emeric Pressburger, 1944) Image
    Le signe de Vénus (Dino Risi, 1955) Image
    La nuit de San Lorenzo (Paolo & Vittorio Taviani, 1982) Image
    Ces messieurs-dames (Pietro Germi, 1966) Image
    Only God forgives (Nicolas Winding Refn, 2013) Image
    Le grand alibi (Alfred Hitchcock, 1950) Image

CYCLE ANTONIONI
    L'avventura (Michelangelo Antonioni, 1960) Image
    La dame sans camélias (Michelangelo Antonioni, 1953) Image
    Le désert rouge (Michelangelo Antonioni, 1964) Image
    L'éclipse (Michelangelo Antonioni, 1962) Image
    La nuit (Michelangelo Antonioni, 1961) Image

FILMS REVUS

    Fenêtre sur cour (Alfred Hitchcock, 1954) Image
    Master and Commander : de l'autre côté du monde (Peter Weir, 2003) Image
    Le voyage de Chihiro (Hayao Miyazaki, 2001) Image
    Les oiseaux (Alfred Hitchcock, 1963) Image
    Nixon, director's cut (Oliver Stone, 1995) Image
    L'étau (Alfred Hitchcock, 1969) Image
    L'homme qui en savait trop (Alfred Hitchcock, 1956) Image
    Risky business (Paul Brickman, 1983) Image
    Donnie Darko (Richard Kelly, 2001) Image
    Laura (Otto Preminger, 1944) Image
    Le rideau déchiré (Alfred Hitchcock, 1966) Image

Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
août 2009 : Master and Commander (Peter Weir, 2003) ex aequo avec Eternal Sunshine of the spotless mind (Michel Gondry, 2004)
septembre 2009 : Lunes de fiel (Roman Polanski, 1992)
octobre 2009 : Les Frissons de l'angoisse (Dario Argento, 1975) ex aequo avec 12 Hommes en colère (Sidney Lumet, 1957)
novembre 2009 : Entre le Ciel et l'Enfer (Akira Kurosawa, 1963)
décembre 2009 : Ring (Hideo Nakata, 1997)
janvier 2010 : Le Syndrome de Stendhal (Dario Argento, 1996) ex aequo avec Inglourious Basterds (Quentin Tarantino, 2009)
février 2010 : The Cotton Club (Francis Ford Coppola, 1984). Prix spécial : Délivrance (John Boorman, 1972)
mars 2010 : Shutter Island (Martin Scorsese, 2010) - plus objectivement : Les Sept Samouraïs (Akira Kurosawa, 1954)
avril 2010 : Ratatouille (Brad Bird, 2007). Prix spécial pour La Bataille d'Alger (Gillo Pontecorvo, 1966) et Zombie (George Romero, 1978)
mai 2010 : Quand passent les cigognes (Mikhaïl Kalatozov, 1958)
juin 2010 : Le Mépris (Jean-Luc Godard, 1963)
juillet 2010 : Inception (Christopher Nolan, 2010) ex aequo avec Les Demoiselles de Rochefort (Jacques Demy, 1967)
août 2010 : La Reine Margot (Patrice Chéreau, 1994)
septembre 2010 : Le Voyeur (Michael Powell, 1960) ex aequo avec Memories of Murder (Bong Joon-ho, 2003)
octobre 2010 : Écrit sur du vent (Douglas Sirk, 1956)
novembre 2010 : Lolita (Stanley Kubrick, 1962)
décembre 2010 : Les Chaussons rouges (Michael Powell & Emeric Pressburger, 1948) ex aequo avec Le Pont de la rivière Kwaï (David Lean, 1957)
janvier 2011 : Pas de printemps pour Marnie (Alfred Hitchcock, 1964)
février 2011 : La Rumeur (William Wyler, 1961)
mars 2011 : Blue Velvet (David Lynch, 1986) ex aequo avec A la poursuite d'Octobre Rouge (John McTiernan, 1990). Prix spécial : TRON (Steven Lisberger, 1982)
avril 2011 : La Règle du jeu (Jean Renoir, 1939)
mai 2011 : Le Guépard (Luchino Visconti, 1963)
juin 2011 : The Tree of Life (Terrence Malick, 2011)
juillet 2011 : Ludwig ou le Crépuscule des dieux (Luchino Visconti, 1972) ex aequo avec Trop belle pour toi (Bertrand Blier, 1989)
août 2011 : L'Armée des Ombres (Jean-Pierre Melville, 1969) ex aequo avec Cure (Kiyoshi Kurosawa, 1997) ex aequo avec L'année dernière à Marienbad (Alain Resnais, 1961)
septembre 2011 : Do the right thing (Spike Lee, 1989). Prix spécial pour Orgueil et préjugés (Joe Wright, 2005)
octobre 2011 : Le Narcisse Noir (Michael Powell & Emeric Pressburger, 1947). Prix spécial pour The Artist (Michel Hazanavicius, 2011) et Melancholia (Lars Von Trier, 2011)
novembre 2011 : Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne (Steven Spielberg, 2011)
décembre 2011 : La Fille de Ryan (David Lean, 1970). Prix spécial pour Mission : Impossible, Protocole Fantôme (Brad Bird, 2011)
janvier 2012 : Metropolis, version longue (Fritz Lang, 1927) ex aequo avec Les Parapluies de Cherbourg (Jacques Demy, 1964) ex aequo avec La Chute de l'Empire romain (Anthony Mann, 1964)
février 2012 : Octobre (Sergueï Mikhaïlovitch Eisenstein, 1928)
mars 2012 : La lettre inachevée (Mikhaïl Kalatozov, 1959) ex aequo avec Tootsie (Sydney Pollack, 1982) ex aequo avec Dressé pour tuer (Samuel Fuller, 1982)
avril 2012 : Les Nibelungen (Fritz Lang, 1924)
mai 2012 : Guerre et Paix (Sergueï Bondartchouk, 1967)
juin 2012 : Cinéma Paradiso (Giuseppe Tornatore, 1989) ex aequo avec La Dolce Vita (Federico Fellini, 1960)
juillet 2012 : Soy Cuba (Mikhaïl Kalatozov, 1964) ex aequo avec Kwaïdan (Masaki Kobayashi, 1964). Prix spécial pour Phase IV (Saul Bass, 1974)
août 2012 : L'Enfer blanc du Piz Palü (Arnold Fanck & G. W. Pabst, 1929) ex aequo avec Pink Floyd The Wall (Alan Parker, 1982) ex aequo avec To be or not to be (Ernst Lubitsch, 1942) ex aequo avec Le Rayon vert (Éric Rohmer, 1986)
septembre 2012 : Hiroshima mon amour (Alain Resnais, 1959)
octobre 2012 : La Belle et la Bête (Jean Cocteau, 1946) ex aequo avec L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot (Serge Bromberg, 2008)
novembre 2012 : Beau-père (Bertrand Blier, 1981)
décembre 2012 : Napoléon (Abel Gance, 1927). Prix spécial pour Drôle de frimousse (Stanley Donen, 1957) et Un Américain à Paris (Vincente Minnelli, 1951)
janvier 2013 : Les enfants d'Hiroshima (Kaneto Shindo, 1952) ex aequo avec Chantons sous la pluie (Stanley Donen & Gene Kelly, 1952), L'Incompris (Luigi Comencini, 1966) et Zero Dark Thirty (Kathryn Bigelow, 2012)
février 2013 : Lincoln (Steven Spielberg, 2012). Prix spécial pour Le voleur de bicyclette (Vittorio De Sica, 1948) et les chorégraphies de Busby Berkeley
mars 2013 : The shop around the corner (Ernst Lubitsch, 1940) ex aequo avec Ninotchka (Ernst Lubitsch, 1939), A la Merveille (Terrence Malick, 2012) et Que la lumière soit (John Huston, 1946)
avril 2013 : Solitude (Paul Fejos, 1928) ex aequo avec La symphonie nuptiale (Erich von Stroheim, 1928)
mai 2013 : Le Conformiste (Bernardo Bertolucci, 1970) ex aequo avec Cléopâtre (Joseph L. Mankiewicz, 1963)
Dernière édition par Demi-Lune le 10 sept. 13, 20:39, édité 73 fois.

Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Messages : 20097
Inscription : 31 déc. 04, 14:17
Localisation : Dans le cerveau de Dale Cooper

Re: Votre film du mois de Juin 2013

Messagepar Jack Carter » 1 juin 13, 09:05

Juin

L'Homme tranquille (John Ford) : 9.5/10

Convoi de femmes (William Wellman) : 9/10

L'Etoffe des heros (Philip Kaufman) : 8.5/10

La Dame et le toreador (Budd Boetticher) : 8/10
Max et les ferrailleurs (Claude Sautet) : 8/10

Le Desert des tartares (Valerio Zurlini) : 7.5/10

Les Freres Rico (Phil Karlson) : 7/10
Une journée particuliere (Ettore Scola) : 7/10
La Fille du 14 juillet (Antonin Peretjatko) : 7/10
La Folle journée de Ferris Bueller (John Hugues) : 7/10

Darling (John Schlesinger) : 6.5/10
End of watch (David Ayer) : 6.5/10
Shokuzai : celles qui voulaient se souvenir/celles qui voulaient oublier (Kyoshi Kurosawa) : 6.5/10
Société anonyme anti-crime (Steno) : 6.5/10
Terreur à l'ouest (Andre De Toth) ; 6.5/10

Les Sacrifiés (John Ford) : 6/10
Le Fils unique (Yasujiro Ozu) : 6/10
Un amour pas comme les autres (John Schlesinger) : 6/10
Le Vieux fusil (Robert Enrico) : 6/10
Alyah (Elie Wajeman) : 6/10

Illicit (Archie Mayo) : 5.5/10
Caroline cherie (Richard Pottier) : 5.5/10

Billy le menteur (John Schlesinger) : 5/10

The Color wheel (Alex Ross Perry) : 4/10
Les Commandos passent à l'attaque (William Wellman) : 4/10

Frankenweenie (Tim Burton) : 3.5/10

Le Havre (Aki Kaurismaki) : 3/10

Un Jour aux courses (Sam Wood) : 2.5/10

Celine et Julie s'en vont en bateau (Jacques Rivette) : 1/10
Dernière édition par Jack Carter le 30 juin 13, 23:09, édité 15 fois.

Avatar de l’utilisateur
Karras
Mogul
Messages : 10524
Inscription : 15 avr. 03, 18:31
Liste de DVD
Localisation : La cité du Ponant

Re: Votre film du mois de Juin 2013

Messagepar Karras » 1 juin 13, 09:06

Juin 2013

Film du mois


Sorties ciné 2013

Electrick Children : (6/10) Étrange petit film indé au message quelques peu simpliste à propos de l'obscurantisme religieux. Reste une lumineuse Julia Garner et une photographie qui n'est pas sans rappeler celle des films de Terrence Malick.
Chimpanzés (4,5/10) : Moins réussi que Félins, un documentaire monotone en partie gâché par des commentaires simplistes destinés à transformer les animaux en héros de film d'animation.
Dark Skies (5/10) : Quelques jumps-scares efficaces mais trop de déjà vu pour sortir du lot.
Man of steel (5,5/10) : Si le casting est convainquant, la construction en flash-back attrayante, la surdose de destruction façon 11/09 puissance 1000 finie par fatiguer.
Broken City (5,5/10) : Un polar plutôt plaisant dans sa façon d'appliquer les codes du film noir à l'ancienne (privés, corruption, ...), dommage que le scénario ne suive pas malgré un casting solide
Offline (7/10) : Si le scénario reste un peu léger dans son approche de la rédemption, le film est porté par ses interprètes et en particulier Wim Willaert qui livre une prestation à fleur de peau, sorte de pendant masculin au récent Louise Wimmer.
Möbius(6,5/10) : Scénario un peu confus mais la romance fonctionne grâce à une convaincante Cécile de France.
La Vraie vie des profs (2,5/10) : Ducobu chez les Kaïras : pénible et moralement douteux.
My Movie Project (4,5/10) : Du Sébastien Patoche au cinéma, un concours de gaudriole et de vulgarité : c'est clairement du lourd, souvent consternant, mais aussi parfois quand même amusant de voir toutes ces stars se lâcher (au propre et au figuré).
Struck (5,5/10) : Après le monde de Charlie, un portrait plus cynique de l'adolescence à travers un personnage qui manque sensiblement d’auto-dérision pour susciter l'adhésion.
The Bay (6/10) : Du found footage qui fonctionne grâce à un puzzle d'événements à la crédibilité plutôt bien maitrisée.
Pas très normales activités (0,5/10) : C'est censé être drôle ?
Passion (6/10) : Mineur mais assez ludique et finalement meilleur que la version de Corneau.
Boule et Bill (1,5/10) : Très éloigné de l'esprit de la BD, une suite de gags qui tombent à plat et qui ennuient même les enfants.
Antiviral (4/10) : Si l'image est soignée, le pitch devient vite insupportable.
Rendez-vous à Kiruna (5/10): Un road-movie sans grande intensité, reste un Daroussin plutôt convainquant et les paysages suédois.
Gambit, arnaque à l’anglaise (4,5/10) : Estampillé scénario des frères Coen, une comédie au récit poussif et aux gags téléphonés qui lorgnent du côté de l'inspecteur Clousot.
Arrêtez-moi (3/10) : Un huit clos souvent surjoué qui, malgré la force du sujet, frôle régulièrement le grotesque par son manque de subtilité.
Du Plomb dans la tête(4/10) : C'est surtout du plomb dans le scénario tellement il est lourd et stérile.
Star Trek Into Darkness (6,5/10) : Un blockbuster efficace et spectaculaire avec une histoire d'inspiration post 11 septembre sans grande surprise.
Drakkar(DTV) (1/10) : Rien a voir avec la série Viking, une série Z fauchée ou l'on n’aperçoit pas l'ombre d'une voile.
Arnaque à la carte (3,5/10) Insipide et sans finesse on est pas loin de arnaque au ticket de ciné.
Mariage à Mendoza (6/10) : Un road-movie assez dépaysant mais qui perd son rythme au fil des kilomètres. Reste une vrai révélation avec un Philippe Rebbot décalé et touchant.
Turf(2/10) : Mauvais cheval.
Dead man down (4,5/10) : Polar au mélange de genre assez vain.
Amitiés sincères (5/10) : Casting attachant mais scénario sans surprise.
Wadjda (6,5/10) : L'histoire est assez secondaire et pas véritablement passionnante mais le tableau fait de la situation des femmes en Arabie Saoudite offre une vraie découverte.
Stoker (5,5/10) : On pense parfois à un vieux De Palma ; mais le scénario, dissout dans une débauche d'effet de styles, n'arrive pas à captiver.
Very bad trip 3 (3/10) : Les quelques pitreries de Zach Galifianakis ne cachent pas la misère d'un dernier volet en manque totale d'inspiration.
After earth (4/10) : Malgré quelques effets spéciaux assez réussis, le film échoue dans son ambition première de blockbuster : être un minimum captivant.
Diaz - Un crime d'État (6/10) : Film militant qui a le mérite d'une reconstitution aux images fortes sur les violences policières ( on pense parfois au Bloody Sunday de Greengrass ), dommage que la confusion du récit et le manque de personnages de premier plan ne permettent pas une véritable explication sur le déclenchement de cet événement en marge du G8 italien.
Shokuzai - Celles qui voulaient oublier (6/10) : Un second volet moins attrayant que le premier de part sa longueur et ses deux premiers segments. Reste quand même un épilogue riche en coup de théâtre et une analyse de la jalousie assez troublante.

Films découverts
Star trek, le film (5,5/10)

Films revus

Série TV
Being Human - saison 1: (6,5/10)
Homeland - saison 2 : (7,5/10)
Breaking bad - saison 5 : (7/10)
Vikings -saison 1 (7/10)
Dowton Abbey - saison 3 (8/10)
Dernière édition par Karras le 29 juin 13, 19:33, édité 6 fois.

Avatar de l’utilisateur
Flavia
My Taylor is rich
Messages : 3402
Inscription : 4 juin 11, 21:27

Re: Votre film du mois de Juin 2013

Messagepar Flavia » 1 juin 13, 09:08

JUIN 2013



FILM DU MOIS

Image


DECOUVERTES DU MOIS / FILMS REVUS

Queen Kelly (1932 - Erich von Stroheim) : 8.5/10

Le gouffre aux chimères (1951 - Billy Wilder) : 8/10
Thé et Sympathie (1956 - Vincente Minnelli) : 8/10
Le voyeur (1960 - Michael Powell) : 8/10
Captain Blood (1935 - Michael Curtiz) : 8/10

Jack Reacher (2012 - Christopher McQuarrie) : 7.5/10
Le voile des illusions (2006 - John Curran) : 7.5/10
Un tramway nommé Désir (1951 - Elia Kazan) : 7.5/10
Les Révoltés du Bounty (1935 - Frank Lloyd) : 7.5/10
L'Énigme du lac noir (1951 - Michael Gordon) : 7.5/10
Piège mortel (1982 - Sydney Lumet) : 7.5/10
La Charge de la brigade légère (1936 - Michael Curtiz) : 7.5/10

San Francisco (1936 - W. S. Van Dyke) : 7/10
Occupe-toi d'Amélie (1949 - Claude Autant-Lara) : 7/10
Blue Valentine (2010 - Derek Cianfrance) : 7/10
Les Dimanches de Ville d'Avray (1962 - Serge Bourguignon) : 7/10

Rue des prairies (1959 - Denys de La Patellière) : 6.5/10
Enfants de salauds (1968 - André de Toth) : 6.5/10
Piégée (2012 - Steven Soderbergh) : 6.5/10
Le dos au mur (1958 - Edouard Molinaro) : 6.5/10
Perfect Sense (2011 - David Mackenzie) : 6.5/10

La Vallée de l'or noir (1957 - Ralph Thomas) : 6/10
Toubib or not Toubib (1954 - Ralph Thomas) : 6/10
Un château en enfer (1969 - Sydney Pollack) : 6/10
Roxie Hart (1942 - William Wellman) : 6/10
Man wanted (1932 - William Dieterle) : 6/10


Les Fils des Mousquetaires (1952 - Lewis Allen) : 5.5/10
Opération clandestine (1972 - Blake Edwards) : 5.5/10
Les Aventuriers du Kilimandjaro (1959 - Richard Thorpe) : 5.5/10
The Expendables (2012 - Sylvester Stallone) : 5.5/10








Image


Spoiler (cliquez pour afficher)
ANNEE 2011
Juin : Mean Streets - Martin Scorsese
Juillet : Waterloo Bridge - Mervyn LeRoy
Août : Husbands - John Cassavetes
Septembre : Le Charlatan - Edmund Goulding
Octobre : Trois Camarades - Frank Borzage
Novembre : La vie est belle - Frank Capra
Décembre : Peter Ibbetson - Henry Hathaway

FILM DE L'ANNEE :arrow: La vie est belle

ANNEE 2012
Janvier : La chevauchée des bannis - André De Toth
Février : La dernière fanfare - John Ford
Mars : To be or not to be - Ernst Lubitsch
Avril : Coups de feu dans la Sierra - Sam Peckinpah
Mai : Un homme est passé - John Sturges
Juin : Le temps d'aimer et le temps de mourir - Douglas Sirk
Juillet : Drive - Nicolas Winding Refn
Août : Annie Hall - Woody Allen
Septembre : The descendants - Alexander Payne
Octobre : Ambre - Otto Preminger
Novembre : Les chaussons rouges - M. Powell & E. Pressburger
Décembre : Colonel Blimp - M. Powell & E. Pressburger

FILM DE L'ANNEE :arrow: Les chaussons rouges

ANNEE 2013
Janvier : Edge of Darkness - Lewis Milestone
Février : La Maîtresse du lieutenant français - Karel Reisz
Mars : Skyfall - Sam Mendes
Avril : La victime - Basil Dearden
Mai : La mélodie du bonheur - Robert Wise
Dernière édition par Flavia le 28 juin 13, 16:07, édité 19 fois.

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Votre film du mois de Juin 2013

Messagepar riqueuniee » 1 juin 13, 09:10

Notes de 0 à ****
Sorties salles 2013

Vanishing waves (Kristina Buozyte, 29/5)****
Pop redemption (Martin Le Gall, 5/6)***
Millefeuille (Nouri Bouzid, 5/6)****
Nos héros sont morts ce soir (David Perrault - projection à la Cinémathèque, sortie salles 2/10)****
Off white lies (Maya Kenig, 12/6)***
Oh boy (Ole Jan Gerster, 5/6)****
Room 237 (Rodney Ascher, 19/6)***
L'inconnu du lac (Alain Guiraudie, 12/6)***
Les petits princes (Vianney Lebesque, 26/6)***

Films découverts ou redécouverts

Société anonyme anti-crime (Steno -Stefano Vanzina, 1972)***
Journal de France (Claudine Nougaret et Raymond Depardon, 2012)***
La fête du feu (Asghar Farhadi, 2007)****
Roxie Hart (William Wellman, 1942)***
Age of consent (Michael Powell, 1969)***
Un château en enfer (Sydney Pollack, 1969)***
Barrage contre le Pacifique (René Clément, 1956)***
The Dictator (Larry Charles, 2012)**
Deux sœurs vivaient en paix (Irving Reis, 1947)**
Après l'hiver (Jan Zverak, 2007)***
Terraferma (Emmanuele Crialese, 2011)****
Contes de Kish (Taghvaï/Jalili/Makhmalbaf, 1999)****
L'œil public (Howard Franklin, 1992)***
Scipion l'Africain (Carmine Gallone, 1937)**
Jours de gloire (Jacques Tourneur, 1944)***
Bel Ami (Declan Donnellan et Nick Ormerod, 2012)**
Juarez (William Dieterle, 1938)****
Abraham Lincoln (John Cromwell, 1940)***
Le désert des Tartares (Valerio Zurlini, 1976)**** FILM DU MOIS
8th Wonderland (Nicolas Albany et Jean Mach, 2008)*
Jane Eyre (Cary Fukunaga, 2012)**
La chasse aux diplômes (James Bridges, 1973)***
Le fils unique (Yasujiro Ozu, 1936)***
L'ambitieuse (Curtis Bernhardt, 1951)***
Burnt Offerings/Trauma (Dan Curtis, 1975)***
Hit and run (Dax Shepard et David Palmer, 2012)**
Dernière édition par riqueuniee le 30 juin 13, 00:05, édité 25 fois.

Avatar de l’utilisateur
feb
I want to be alone with Garbo
Messages : 8554
Inscription : 4 nov. 10, 07:47
Localisation : San Galgano

Re: Votre film du mois de Juin 2013

Messagepar feb » 1 juin 13, 09:11

ImageImage

Juin 2013



Films vus (* : redécouvert / ** : revu)

**Madame de... - Max Ophuls (1953) - 9
**Camille - George Cukor (1936) - 8,5

La Grande Guerre (La Grande Guerra) - Mario Monicelli (1959) - 8
Act of Violence - Fred Zinnemann (1948) - 8
The Sea Wolf - Michael Curtiz (1941) - 7,5
Duel in the Sun - King Vidor (1946) - 7,5

Spite Marriage - Edward Sedgwick (1929) - 7
La Dame de Windsor (Mrs. Brown) - John Madden (1998) - 7
easy A - Will Gluck (2010) - 7
Roxie Hart - William Wellman (1942) - 7
**Possessed - Clarence Brown (1931) - 7
Jack Reacher - Christopher McQuarrie (2012) - 7
The Flying Fleet - George W. Hill (1929) - 6,5
Stranded - Frank Borzage (1935) - 6,5
**Man Wanted - William Dieterle (1932) - 6,5
Si Versailles m'était conté... - Sacha Guitry (1954) - 6
Beauty and the Boss - Roy Del Ruth (1932) - 6
Soleil Rouge - Terence Young (1971) - 6
Echappement libre - Jean Becker (1964) - 6
Their Own Desire - E. Mason Hopper (1929) - 5,5
Speedway - Harry Beaumont (1929) - 5
Old San Francisco - Alan Crosland (1927) - 5
Zazie dans le métro - Louis Malle (1960) - 4,5
Sidewalks of New York - Zion Myers, Jules White (1931) - 4,5

**Ghost Rider - Mark Steven Johnson (2007) - 3
Ghost Rider 2 - Mark Neveldine, Brian Taylor (2011) - 2

Films des mois précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
2010
Aout : French Cancan - Jean Renoir
Septembre : Peter Ibbetson - Henry Hathaway
Octobre : Psycho - Alfred Hitchcock
Novembre : Lonely are the brave - David Miller
Décembre : Yellow Sky - William A. Wellman
2011
Janvier : The Quiet man - John Ford
Février : Souvenirs goutte à goutte (Omohide Poro Poro) - Isao Takahata
Mars : White Heat - Raoul Walsh
Avril : Ball of fire - Howard Hawks
Mai : A Woman's Face - George Cukor
Juin : Scaramouche - George Sidney
Juillet : They were expendable - John Ford
Aout : Love - Edmund Goulding
Septembre : The Ox-Bow Incident - William A. Wellman
Octobre : The Artist - Michel Hazanavicius
Novembre : The Unknown - Tod Browning
Décembre : Je suis un évadé - Mervyn LeRoy
2012
Janvier : Garbo talks - Sidney Lumet
Février : À l'Ouest, rien de nouveau - Lewis Milestone
Mars : Convoi de femmes - William A. Wellman
Avril : To Be or Not to Be - Ernst Lubitsch
Mai : The Single Standard - John S. Robertson
Juin : The Docks of New York - Josef von Sternberg
Juillet : Gentleman Jim - Raoul Walsh
Aout : La Chevauchée des bannis - André De Toth
Septembre : Fast Workers - Tod Browning
Octobre : The Patsy - King Vidor
Novembre : Skyfall - Sam Mendes
Décembre : Milliardaire pour un jour - Frank Capra
2013
Janvier : A Woman of Affairs - Clarence Brown
Février : Play It Again, Sam - Herbert Ross
Mars : Mirage - Edward Dmytryk
Avril : Le Miroir - Andreï Tarkovski
Mai : Nostalghia - Andreï Tarkovski
Dernière édition par feb le 30 juin 13, 22:03, édité 26 fois.
ed a écrit :Portrait de la jeune fille en feu
L'un des films les plus rigoureux, scénaristiquement et formellement, qu'il m'ait été donné de voir depuis longtemps (...)

Avatar de l’utilisateur
cinephage
C'est du harfang
Messages : 22100
Inscription : 13 oct. 05, 17:50

Re: Votre film du mois de Juin 2013

Messagepar cinephage » 1 juin 13, 09:11

JUIN 2013

FILM DU MOIS:

Kekexili, de Lu Chuan (2004) 8,5/10 - Un remarquable film, au sujet fort et visuellement somptueux.

FILMS DECOUVERTS:
Royal Tramp 2, de Siu-Tung Ching et Jing Wong (1992) 7/10 - Franchement débile par moment, et malgré une intrigue bien compliquée, cette comédie se révèle souvent hilarante.
Cold Prey 2, de Mats Stenberg (2008) 8/10- Une excellente suite, très efficace. Mention spéciale à un sound design remarquable, qui rend le film effrayant.
Les Croods, de Chris Sanders & Kirk de Micco (2013) 8,5/10 - Un film très rythmé, visuellement inventif, souvent drole et enchanteur.
Very bad trip 3, de Todd Philipps (2013) 3,5/10 - Le concept ne pouvant être décliné à l'infini, le film se heurte à un fait : il n'a pas créé un univers. Du coup, le brassage des éléments des deux prédecesseurs est une vraie mauvaise idée.
Only God forgives, de Nicolas Winding Refn (2013) 7/10 - Très inégal, mais l'ensemble m'a paru dégager une ambiance intéressante, même si poisseuse et malsaine.
The Call, de Brad Anderson (2013) 6/10 - Après un intrigant point de départ, le film se perd dans les clichés du genre, et le traitement d'Anderson ne semble rien y ajouter...
Shokuzai, celles qui voulaient se souvenir, de Kiyoshi Kurosawa (2013) 7,5/10 - Un beau film sur le trauma, filmé avec la science du cadrage de Kurosawa.
Alceste à bicyclette, de Philippe Le Guay (2013) 6/10 - Plaisant, quoiqu'un peu vain...
Operation dragon, de Robert Clouse (1973) 6/10 - Très médiocre, mais la superbe BO de Schifrin et le charisme de Bruce Lee rendent le film sympathique malgré tout.
Weird Woman, de Reginal Le Borg (1944) 7,5/10 - Dans la série Inner Sanctum, un très bon cru pour son ambiance inquiétante, son jeu sur les superstition et son casting de femmes effrayantes...
Il ferroviere, de Pietro Germi (1956) 8/10 - Une émouvante chronique familiale et le juste portrait d'un honnête cheminot. Pas mal du tout...
Shower / Xizao, de Yang Zhang (1999) 7/10 - Sorte de Rain Man chinois, surtout intéressant par sa constitution d'une communauté attachante des gens qui fréquentent l'établissement de bain. Un établissement qui crée du lien, mais que la modernisation condamne à disparaitre.
Nous nous sommes tant aimés, d'Ettore Scola (1974) 8/10 - Une belle chronique d'amitié au fil du temps, nourrie d'hommages aux classiques du cinéma italien. Très attachant.
Oh boy, de Jan Ole Gerster (2013) 7,5/10 - Mariant l'amtosphère intello-bavarde d'un Woody Allen grande époque et l'indécision glandeuse post-étudiante d'un slackers, Oh boy est plutôt bien écrit, ménageant des rencontres urbaines mémorables et construisant son personnage par petites touches.
L'attentat, de Ziad Doueiri (2013) 7/10 - Bien mené, mais un peu court pour un tel sujet.
Shokuzai, celles qui voulaient oublier, de Kyioshi Kurosawa (2013) 7,5/10 - Cruel, riche en rebondissement malgré un récit un peu faiblard (la fille-ourse), mais avec de beaux moments d'ambiance et, toujours, ce travail formel admirable.
Liliom, de Frank Borzage (1930) 5,5/10 - L'intrigue de base de Liliom reste toujours fort dérangeante, et si le film commence plutôt bien, son final fantastique vire un peu à la farce ratée... Restent plusieurs belles idées visuelles.
Les amants du Texas, de David Lowery (2013) 4/10
Nos héros sont morts ce soir, de David Perrault (2013) 7,5/10 - Un beau film cinéphile, à l'ambiance réussie et efficace.
Spasmo, d'Umberto Lenzi (1974) 6/10 - Une intrigue loufoque, des dialogues faiblards... Mais une belle ambiance à la frontière du fantastique, où l'on massacre des mannequins sur une BO de Morricone.
Dead set, de Yann Demange (2008) 8/10 - Un film de zombie drole et efficace.
Crumb, de Terry Zwigoff (1994) 8/10 - Un portrait filmé, auquel le dessinateur se prête avec une telle impudeur qu'on est interpellé par bien des thèmes traités par le film. Sa famille abimée, ses ex, ses lubies sexuelles, son rapport au temps, à la célébrité... Vraiment un documentaire atypique et très riche.
La rage du tigre, de Chang Cheh (1971) 7/10 - Alignant les massacres et chorégraphies sanglantes, le film manque tout de même d'éléments hors-bagarres, ceux qui nous sont présentés étant vraiment fadasses. Restent quelques mémorables séquences d'anthologie (la bagarre du pont, par exemple).
Películas para no dormir: Cuento de navidad, de Paco Plaza (2005) 3/10 - Un hommage raté aux films Amblin des années 80...
Parental Guidance, d'Andy Fickman (2012) 6,5/10 - Le film a tout pour me déplaire, mais il s'avère qu'au final, Billy Crystal parvient toujours à me faire rire, ce qui est déja pas mal...
Sinbad, de Karel Zeman (1973) 7/10 - Charmant, mais un peu limité...
Bull Durham, de Ron Shelton (1988) 6,5/10 - Quelques bons moments, Tim Robbins est assez remarquable.
Man of Steel, de Zack Snyder (2013) 4,5/10 - Le mélange traitement réaliste / Sujet délirant ne marche pas. On est constamment dans une hérésie scientifique, et l'on ne vibre pas vraiment. En revanche, visuellement, on s'amuse plutôt de cette version de Krypton, et certaines séquences sont assez sympa. Snyder garde un remarquable sens visuel, qu'hélas aucun bon sens narratif ne vient soutenir...
Rio das Mortes, de R.W.Fassbinder (1971) 5/10 - Un film de jeunesse, qui sent l'amateurisme à plusieurs reprises, mais garde également quelques moments singuliers.
Royal affair, de Nikolaj Arcel (2012) 8/10 - Un très beau récit historique, qui entremêle habilement petite et grande histoire. La superbe photographie ne gate pas l'affaire.
Twilight : Breaking Dawn part 2, de Bill Condon (2013) 5,5/10 - Nette amélioration du visuel des batailles, et quelques moment sympathiques font mieux passer l'ambiance ouateuse qui perdure pendant toute la sage.
Rencontres à Elizabethtown, de Cameron Crowe (2005) 6,5/10 - Ambiance un peu fofolle pour une comédie romantique charmante, surtout vers la fin (le voyage en voiture).
Antiviral, de Brandon Cronenberg (2012) 7,5/10 - Un film à l'esthétique très léchée, qui parvient à créer le malaise tout en creusant une thématique proche de celle de Cronenberg père.
The Evil of Frankenstein, de Freddie Francis (1964) 7/10 - Pas mal, malgré un ton léger qui gache parfois l'ambiance...
Star Trek into Darkness, de JJ Abrams (2013) 8/10 - Le grand gagnant, c'est Giacchino, qui nous fait une magnifique BO. Ensuite, Zachary Quinto qui nous fait un excellent Spock. Mais au final, le film dans son ensemble m'a autant emporté que diverti. Pour moi, Abrams est le candidat idéal pour reprendre l'univers Star Wars.
Before Midnight, de Richard Linklater (2013) 8/10
Les beaux jours, de Marion Vernoux (2013) 5,5/10 - Pas mal fichu, mais le sujet me parle peu, tout comme le coté misérabiliste du film...
Dark Skies, de Scott Stewart (2013) 4/10 - Quelques moments réussis, mais la dernière demi-heure annule tout, et le personnage du père reste consternant.
Le fils unique, de Yasujiro Ozu (1936) 7/10
L'inconnu du lac, d'Alain Guiraudié (2013) 7,5/10 - Un peu embarrassé par l'étalage de viande, mais dans l'ensemble, le film est vraiment bien ficelé.
Le grand chantage / Sweet smell of Success, d'Alexander MacKendrick (1957) 8,5/10 - Un film bien noir, qui souligne constamment la bassesse de son héros, comme, en fait, celle de tous ses personnages (jusqu'à l'oie blanche qui défend sa vertu). Remarquable.
Moi, moche et méchant 2, de Pierre Coffin et Chris Renaud (2013) 8,5/10
FILMS REVUS:



Films des mois précédent
Spoiler (cliquez pour afficher)
janvier 2010=Tetro (Coppola)
février 2010= Day of the Outlaw (de Toth)
mars 2010= Une femme disparait (Hitchcock)
avril 2010= Cria Cuervos (Saura)
mai 2010= La liste de Schindler (Spielberg)
juin 2010=The Man in the Moon (Mulligan)
juillet 2010=Spoorlos (Sluizer)
aout 2010=Nobody knows (Kore-Eda)
septembre 2010=The Black Swan (King)
octobre 2010=Des hommes et des dieux (Beauvois)
novembre 2010=Une vie difficile (Risi)
décembre 2010=A brighter summer day (Yang)
janvier 2011=Incendies (Villeneuve)
février 2011=Portrait of Jennie (Dieterle)
mars 2011=Orgueil et préjugés (Wright)
avril 2011=Murder by Contract (Lerner)
mai 2011=Vincent, François, Paul, et les autres (Sautet)
juin 2011=Les contes cruels du Bushido (Imai)
juillet 2011=Underworld (Von Sternberg)
aout 2011=L'heure suprême (Borzage)
septembre 2011=L'Apollonide, souvenirs de la maison close (Bonello)
octobre 2011=The ox-bow incident (Wellman)
novembre 2011=The Movie Orgy (Dante)
décembre 2011=Mission Impossible : le protocole fantôme (Bird)
janvier 2012=Take Shelter (Nichols)
février 2012=Gentleman Jim (Walsh)
mars 2012=Le miroir (Tarkovski)
avril 2012=Divorce à l'italienne (Germi)
mai 2012=La cabane dans les bois (Goddard)
juin 2012=Les meilleures années de notre vie (Wyler)
juillet 2012=Feux dans la plaine (Ichikawa)
aout 2012=Wichita (Tourneur)
septembre 2012=Baraka (Fricke)
octobre 2012=Les grandes espérances (Lean)
novembre 2012=Man Hunt (Lang)
décembre 2012=Wings (Shepitko)
janvier 2013=Les dimanches de Ville d'Avray (Bourguignon)
février 2013=Wings (Wellman)
mars 2013=Le bossu de Notre-Dame (Wise & Trousdale)
avril 2013=Comme des frères (Gélin)
mai 2013=Walkabout (Roeg)
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos

Avatar de l’utilisateur
Joshua Baskin
ambidextre godardien
Messages : 8699
Inscription : 13 avr. 03, 20:28
Localisation : A la recherche de Zoltar

Re: Votre film du mois de Juin 2013

Messagepar Joshua Baskin » 1 juin 13, 09:17

Juin 2013

Film du mois

Films découverts

La valise (Georges Lautner) : 8,5/10
Garde à vue (Claude Miller) : 8/10
The incredible Burt Wonderstone (Don Scardino) : 7/10
Pas de problème! (Georges Lautner) : 7/10
Le capital (Costa Gavras) : 7/10
Hoop Dreams (Steve James) : 7/10
Tiny Furniture (Lena Dunham) : 7/10
Barefoot in the Park (Gene Saks) : 6/10
Elle court, elle court la banlieue (Gérard Pirès) : 6/10
Cours après moi que je t'attrape (Robert Pouret) : 6/10
Room 237 (Rodney Ascher) : 6/10
The We and the I (Michel Gondry) : 6/10
Le grand frisson (Mel Brooks) : 5,5/10
I give it a year (Dan Mazer) : 5,5/10
The thin blue line (Errol Morris) : 5/10
Une nuit (Philippe Lefebvre) : 4/10
The avengers (Josh Whedon) : 3/10
Vive la France (Michael Youn) : 1/10

Films revus

Shining (Stanley Kubrick) : 8/10
Dernière édition par Joshua Baskin le 30 juin 13, 12:12, édité 15 fois.

Avatar de l’utilisateur
Tommy Udo
Producteur
Messages : 8658
Inscription : 22 août 06, 14:23

Re: Votre film du mois de Juin 2013

Messagepar Tommy Udo » 1 juin 13, 09:22

Film du mois de juin 2013



Image

Image




CAPTAIN BLOOD / CAPITAINE BLOOD
(Michael Curtiz)
Image

GREEN LIGHT/ LA LUMIERE VERTE
(Frank Borzage)
Image

THE CHARGE OF THE LIGHT BRIGADE / LA CHARGE DE LA BRIGADE LEGERE
(Michael Curtiz)
Image

CAT PEOPLE / LA FELINE
(Jacques Tourneur)
Image

I GUAPPI / LUCIA ET LES GOUAPES
(Pasquale Squitieri)
Image

THE MILLION DOLLAR DUCK / LA CANE AUX OEUFS D'OR
(Vincent McEveety)
Image

THE BOY WITH GREEN HAIR / LE GARCON AUX CHEVEUX VERTS
(Joseph Losey)
Image

THE SEA WOLF / LE VAISSEAU FANTÔME
(Michael Curtiz)
Image

THE PAINTED VEIL / LE VOILE DES ILLUSIONS
(Richard Boleslawski)
Image

MARY STEVENS, MD
(Lloyd Bacon)
Image

DERRIERE LA FACADE
(Georges Lacombe et Yves Mirande)
Image

A NIGHTMARE ON ELM STREET / LES GRIFFES DE LA NUIT
(Wes Craven)
Image

L'ASSASSIN A PEUR LA NUIT
(Jean Delannoy)
Image

PARAMATTA, BAGNE DE FEMMES
(Douglas Sirk)
Image

THE COURTSHIP OF EDDIE'S FATHER / IL FAUT MARIER PAPA
(Vincente Minnelli)
Image





Films (re)découverts
Film revus
Dernière édition par Tommy Udo le 28 juin 13, 13:07, édité 18 fois.

Avatar de l’utilisateur
nobody smith
Monteur
Messages : 4555
Inscription : 13 déc. 07, 19:24

Re: Votre film du mois de Juin 2013

Messagepar nobody smith » 1 juin 13, 09:23

Juin 2013

Film du mois

Image

Films découverts

Shokuzai : Celles Qui Voulaient Se Souvenir (Kiyoshi Kurosawa) 7/10
Greenberg (Noah Baumbach) 5/10
After Earth (M. Night Shyamalan) 5/10
Gorgo (Eugène Lourié) 6/10
Shokuzai : Celles Qui Voulaient Oublier (Kiyoshi Kurosawa) 5.5/10
Kate & Leopold (James Mangold) 6/10
Godzilla, King Of The Monsters ! (Ishiro Honda et Terry Morse) 6.5/10
King Kong Contre Godzilla (Ishiro Honda) 3/10
Star Trek : Into Darkness (J.J. Abrams) 7/10
Arnaque A La Carte (Seth Gordon) 5/10
The Bling Ring (Sofia Coppola) 5.5/10
Man Of Steel (Zack Snyder) 6/10
The Bay (Barry Levinson) 5.5/10
My Movie Project (collectif) 4.5/10
Scooby-Doo (Raja Gosnell) 3/10
Room 237 (Rodney Ascher) 5.5/10
Dolls (Takeshi Kitano) 7/10
L’Eté De Kikujiro (Takeshi Kitano) 9/10
La Machine A Explorer Le Temps (George Pal) 7.5/10
La Maison Des Damnés (John Hough) 6.5/10
Le Survivant (Boris Sagal) 4/10
Broken City (Allen Hughes) 7/10
Dark Skies (Scott Stewart) 4/10
La Marque Des Anges (Sylvain White) 4.5/10
Moi, Moche Et Méchant 2 (Chris Renaud et Pierre Coffin) 5/10
Dragon Gate (Tsui Hark) 7.5/10
Au-Delà De Nos Rêves (Vincent Ward) 7.5/10
Vacances Romaines (William Wyler) 9.5/10

Films revus :

A L’Ombre De La Haine (Marc Forster) 7/10
Priest (Scott Stewart) 5/10
3H10 Pour Yuma (James Mangold) 6.5/10
Neverland (Marc Forster) 6.5/10
Stay (Marc Forster) 6/10
Rebelle (Mark Andrews et Brenda Chapman) 7.5/10
Mimic (Guillermo Del Toro) 5/10
Flight Plan (Robert Schwentke) 4/10
Copland (James Mangold) 8/10
Identity (James Mangold) 7/10
Massacre A La Tronçonneuse : Le Commencement (Jonathan Liebesman) 5/10
X-Men : Le Commencement (Matthew Vaughn) 7/10
Shining (Stanley Kubrick) 8/10
Danny The Dog (Louis Leterrier) 4.5/10
Le Transporteur (Louis Leterrier) 5/10
Le Transporteur 2 (Louis Leterrier) 4/10
Le Choc Des Titans (Louis Leterrier) 6/10

films des mois précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
Janvier 2008 : No Country For Old Men (Joel et Ethan Coen)
Février 2008 : L’Auberge Rouge (Claude Autant-Lara)
Mars 2008 : There Will Be Blood (Paul Thomas Anderson)
Avril 2008 : La Montagne Sacrée (Alejandro Jodorowsky)
Mai 2008 : Ricky Bobby, Roi Du Circuit (Adam McKay)
Juin 2008 : Manie Manie (Rintaro, Kawajiri et Otomo)
Juillet 2008 : Delivrance (John Boorman)
Août 2008 : Le Faucon Maltais (John Huston)
Septembre 2008 : Plan 9 From Outer Space (Edward D. Wood Jr.)
Octobre 2008 : Spinal Tap (Rob Reiner)
Novembre 2008 : L’Echange (Clint Eastwood)
Décembre 2008 : Aguirre, La Colère De Dieu (Werner Herzog)
Janvier 2009 : La Belle Au Bois Dormant (Wolfgang Reitherman et Eric Larson)
Février 2009 : Certains L’Aiment Chaud (Billy Wilder)
Mars 2009 : Les 3 Royaumes (John Woo)
Avril 2009 : Eh Mec ! Elle Est Où Ma Caisse ? (Danny Leiner)
Mai 2009 : Les Amants Du Pont-Neuf (Leos Carax)
Juin 2009 : Little Big Man (Arthur Penn)
Juillet 2009 : Les Pirates Du Métro (Joseph Sargent)
Août 2009 : Là-Haut (Pete Docter)
Septembre 2009 : Les Trois Jours Du Condor (Sydney Pollack)
Octobre 2009 : Metropolis (Fritz Lang)
Novembre 2009 : The Box (Richard Kelly)
Décembre 2009 : Hana-Bi (Takeshi Kitano)
Janvier 2010 : Ran (Akira Kurosawa)
Février 2010 : Fantastic Mr. Fox (Wes Anderson)
Mars 2010 : Oz, Un Monde Extraordinaire (Walter Murch)
Avril 2010 : Les Fraises Sauvages (Ingmar Bergman)
Mai 2010 : Mind Game (Masaaki Yuasa)
Juin 2010 : Looking For Richard (Al Pacino)
Juillet 2010 : Toy Story 3 (Lee Unkrich)
Aout 2010 : Dumbo (Ben Sharpsteen)
Septembre 2010 : Hardcore (Paul Schrader)
Octobre 2010 : Gens De Dublin (John Huston)
Novembre 2010 : Sunshine (Istvan Szabo)
Décembre 2010 : Tous Les Matins Du Monde (Alain Corneau)
Janvier 2011 : 5 CM Par Seconde (Makoto Shinkai)
Février 2011 : True Grit (Joel et Ethan Coen)
Mars 2011 : La Mélodie Du Bonheur (Robert Wise)
Avril 2011 : Les Grands Espaces (William Wyler)
Mai 2011 : Tree Of Life (Terrence Malick)
Juin 2011 : Panic Sur Florida Beach (Joe Dante)
Juillet 2011 : Europa (Lars Von Trier)
Aout 2011 : Du Silence Et Des Ombres (Robert Mulligan)
Septembre 2011 : Warrior (Gavin O’Connor)
Octobre 2011 : The Artist (Michel Hazanavicius)
Novembre 2011 : Un Eté Avec Coo (Keiichi Hara)
Décembre 2011 : Happy Feet 2 (George Miller)
Janvier 2012 : La Dame De Shanghai (Orson Welles)
Février 2012 : Cheval De Guerre (Steven Spielberg)
Mars 2012 : John Carter (Andrew Stanton)
Avril 2012 : Rage (David Cronenberg)
Mai 2012 : La Bataille De San Sebastian (Henri Verneuil)
Juin 2012 : Le Règne Des Assassins (Su Chao-Pin et John Woo)
Juillet 2012 : La Tour Au-Delà Des Nuages (Makoto Shinkai)
Aout 2012 : Kafka (Steven Soderbergh)
Septembre 2012 : Fitzcarraldo (Werner Herzog)
Octobre 2012 : Les Ailes D’Honneamise (Hiroyuki Yamaga)
Novembre 2012 : Nos Funérailles (Abel Ferrara)
Décembre 2012 : La Chevauchée Des Bannis (André De Toth)
Janvier 2013 : Lifeboat (Alfred Hitchcock)
Février 2013 : Sans Retour (Walter Hill)
Mars 2013 : Cloud Atlas (Tom Tykwer, Andy et Lana Wachowski)
Avril 2013 : Sympathy For Mr. Vengeance (Park Chan-Wook)
Mai 2013 : Superman/Doomsday (Bruce W. Timm)
Dernière édition par nobody smith le 30 juin 13, 22:39, édité 21 fois.
"Les contes et les rêves sont les vérités fantômes qui dureront, quand les simples faits, poussière et cendre, seront oubliés" Neil Gaiman
Image

Avatar de l’utilisateur
LéoL
Electro
Messages : 967
Inscription : 30 août 07, 21:37

Re: Votre film du mois de Juin 2013

Messagepar LéoL » 1 juin 13, 09:43

Juin 2013

Film du mois :

Image
Le Limier (Joseph L. Mankiewicz, 1972)

Films (re)découverts :

- 9/10 -
Le Limier (Joseph L. Mankiewicz, 1972) - Diabolique jeu de dupes brillamment écrit, parfaitement réalisé et remarquablement interprété. Ultime chef-d’œuvre de l'essentiel Mankiewicz.

- 8/10 -
Mrs Miniver (William Wyler, 1942) - Un film de "propagande" qui est avant tout une belle et touchante chronique familiale dans une Angleterre en guerre. À noter que la récente série Downton Abbey lui doit tout, elle va même jusqu'à reprendre exactement l'une de ses scènes (le concours de fleurs), c'est troublant.
Un Ange à ma table (Jane Campion, 1990) - La formidable et douloureuse éclosion du génie créatif dans l'adversité et la solitude. À la fois très fort et très beau.
Le Passé (Asghar Farhadi, 2013) - Farhadi poursuit magistralement son autopsie du couple avec une intensité émotionnelle et une justesse de ton toujours aussi fortes.

- 7,5/10 -
La Fête du feu (Asghar Farhadi, 2006) - Autopsie d'un couple en crise sous les yeux innocents et médusés d'une jeunesse encore pleine d'espérances (d'illusions?). Criant de vérité.
Portrait de femme (Jane Campion, 1996) - Avec une maîtrise formelle sidérante, Jane Campion décrit l'asservissement d'une femme, pourtant bercée d'illusions et désireuse d'indépendance, tombée naïvement dans le premier piège (grossièrement) tendu, comme irrésistiblement attirée par son contraire. La prise de conscience n'en sera que plus émouvante.
Plein Soleil (René Clément, 1959) - Ripley/Delon, figure angélique aux dessins qui le sont moins, mène avec une méticulosité bressonnienne son crime presque parfait. Séduisant.
À propos d'Elly (Asghard Farhadi, 2009) - Quand le drame exacerbe un mal de vivre latent et dévoile une société de tabous aliénants, le groupe (après le couple) implose à son tour.
Michael Kohlhaas (Arnaud des Pallières, 2013) - Michael Kohlhaas dans la quête absolue pour la morale et la justice qu'il retrace est aussi limpide et pur que les plus grands westerns. Remarquable!
La grande Bellezza (Paolo Sorrentino, 2013) - Quand le cynisme finit par faire place à une profonde humanité, quand du Laid naît le Beau, La Grande Bellezza touche au sublime.

- 7/10 -
Le monde de Nemo (Andrew Stanton & Lee Unkrich & David Silverman, 2003) - Comme d'habitude avec Pixar, la narration est menée de main de maître (bien que sans surprise), l'humour est généreux, inventif et brillant, l'animation irréprochable. Une nouvelle réussite (dommage malgré tout que toute l'émotion soit contenue dans les 5 premières minutes)
Before Sunrise (Richard Linklater, 1995) - Le genre de rencontre que l'on rêve de faire, le genre de discussions que l'on rêve d'avoir, Before Sunrise est en quelque sorte le fantasme du voyageur solitaire.
Allemagne, année zéro (Roberto Rossellini, 1948) - Instantané d'après-guerre d'un réalisme brut quasi-documentaire où l'homme survit comme il peut dans les ruines d'un Berlin fantôme.
La Neuvième porte (Roman Polanski, 1999) - Un peu dubitatif vis-à-vis de certains aspects pendant le film. Mais dès le lendemain, ce qui reste finalement de cette Neuvième porte ce sont davantage ses qualités de mise en scène et son ambiance que ses quelques défauts qui me paraissent plus négligeables qu'autre chose.
L'inconnu du lac (Alain Guiraudie, 2013) - Le cinéma de Guiraudie est sacrément rafraîchissant. Il n'y a eu qu'Almodovar (il me semble) pour mêler désir, sexualité et thriller avec autant de réussite, d'acuité et aussi peu de complexe.

- 6,5/10 -
Ma vie avec Liberace (Steven Soderbergh, 2013) - Entre angoisses maladives et addictions en tout genre, ce qui se passe "behind the candelabra" n'est, en définitive, pas très gai.
Le Général Della Rovere (Roberto Rossellini, 1959) - Le parcours initiatique d'un petit escroc collabo (mais pas salaud) qui dans la peau d'un autre prendra conscience de la petitesse de ses actes.
Monsters Inc. (Pete Docter & Lee Unkrich, 2001) - Un Pixar mignon tout plein (peut-être, encore plus que d'habitude, tourné vers les enfants), attendrissant, drôle (évidemment), bien rythmé (bien que je ressente une légère lassitude aux deux-tiers), Monsters Inc. provoque une joie toute enfantine au spectateur (adulte, je ne sais pas pour les enfants :P ).
Pusher 2 (Nicolas Winding Refn, 2004) - Avec Pusher 2 on passe au néon supérieur. M. Mikkelsen apporte de l'épaisseur à son personnage et une profondeur bienvenue à cette trilogie.
The Bling Ring (Sofia Coppola, 2013) - J'ai l'impression que dès qu'un film traite de la superficialité il l'est lui-même aussi forcément. Ça me fait penser au cas Showgirls. Je trouve pourtant que The Bling Ring montre et dit beaucoup de choses (intéressantes pour peu que l'on ne trouve pas ces filles insupportables) et a le mérite d'être court, clair et concis.
La fille du 14 juillet (Antonin Peretjatko, 2013) - Comédie estivale légère, pleine de vie, rafraîchissante et réjouissante à défaut d'être inoubliable. Peu importe, c'est déjà beaucoup!
Before Sunset (Richard Linklater, 2004) - Les années se sont écoulées et dans ce Paris ensoleillé l'heure des bilans a sonné pour constater que les sentiments, eux, sont bien restés.

- 6/10 -
Sweetie (Jane Campion, 1989) - Un film que l'on devine très personnel, entre comédie décalée et drame familial. Dommage que l'émotion ne se fasse jamais ressentir.
Sunshine (Danny Boyle, 2007) - Sunshine aurait pu être un grand film métaphysique (qu'il tutoie par moment). Malheureusement il se perd dans un survival grotesque. Un gros gâchis.
Élémentaire mon cher... Lock Holmes (Thom E. Eberhardt, 1988) - On est plus proche du téléfilm que du cinéma, mais cette adaptation facétieuse de Sherlock Holmes (pantin idiot du docteur Watson, véritable génie) ne manque pas d'humour, notamment grâce à un duo Caine/Kingsley délicieux.
The Garden of Words (Makoto Shinkai, 2013) - C'est dommage que le romantisme de Makoto Shinkai finit par tomber dans l'excès (halala cette musique omniprésente :| ) parce que l'animation, à tomber, dit déjà tout bien plus subtilement.
Pusher 3 (Nicolas Winding Refn, 2005) - Si Pusher 3 est parfaitement maîtrisé, il déroule sa mécanique avec une telle froideur clinique qu'on le regarde avec beaucoup de distance.
Le Chant du Danube (Alfred Hitchcock, 1934) - Hitchcock réussit tout à fait honorablement cette étonnante (et unique) expérience dans la comédie romantico-musicale.

- 5,5/10 -
Trainspotting (Danny Boyle, 1996) - L'impression d'un film générationnel, qui se veut à la fois fun et critique (par le côté sordide de la chose) mais en fin de compte très limité, très creux et très vain, n'allant jamais plus loin que son imagerie "à la mode" et son humour cynique (pas déplaisant).
In the Cut (Jane Campion, 2003) - Plus que l'enquête policière, c'est la quête d'un style et d'une ambiance qui intéresse Jane Campion et celle d'une féminité assumée qui intéresse son héroïne.
Secret Agent (Alfred Hitchcock, 1936) - Un Hitchcock étonnamment antipathique et pessimiste. Il a beau être plutôt bien mené, il est difficile de l'aimer tant il semble ne pas chercher à plaire.

- 5/10 -
Holy Smoke (Jane Campion, 1999) - En n'évitant pas le ridicule à force de trop de loufoqueries, Holy Smoke passe à côté d'une belle et pathétique histoire d'amour.
Pusher (Nicolas Winding Refn, 1996) - Très convenu dans le fond, plus original dans son esthétique réaliste et crue, Pusher est l'ébauche d'une trilogie qui prend forme.

- 4,5/10 -
Quatre mouches de velours gris (Dario Argento, 1971) - Quelques fulgurances dans la deuxième partie m'ont sauvé de l'ennui dans lequel m'avait plongé la première.
Une vie moins ordinaire (Danny Boyle, 1997) - Une comédie romantique moins ordinaire sans doute mais finalement plus fatigante qu'attachante malgré un duo d'acteurs séduisant.

- 4/10 -
Inside Job (Nicolas Winding Refn, 2003) - Mystérieux et énigmatique, Inside Job ne l'est que grossièrement (musique, jeu d'acteur, mise en scène) et ne génère in fine qu'un fort sentiment de vacuité... avant l'oubli.
La Plage (Danny Boyle, 2000) - Boyle a une idée mais ne sait pas vraiment quoi en faire et, plutôt que de la creuser, la survole sans surprise ni grand intérêt.
Quatre de l'espionnage (Alfred Hitchcock, 1936) - D'un scénario convenu et très faible, Hitchcock ne tire (presque) rien, bâcle son enquête, sa romance, sa mise en scène, et rate son humour (ridicule et insupportable Peter Lorre). Très décevant.

- 3/10 -
Trance (Danny Boyle, 2013) - A chaque nouveau film de Boyle un nouveau genre, cette fois-ci avec Trance et son scénario parfaitement imbécile, le navet luxueux.

Séries :

- 7,5/10 -
Top of the Lake (Jane Campion & Gerard Lee, 2013) - Une petite communauté néo-zélandaise reclus cache des secrets sordides qu'une jeune enquêtrice (Elisabeth Moss qui confirme ici son immense talent) semble décidée à dévoiler. L'atmosphère ésotérique, l'étrangeté des habitants, les paysages paradisiaques et l'humour décalé font inévitablement penser à Twin Peaks. Mais Jane Campion arrive parfaitement à se détacher de cette influence qui aurait pu être pesante, en y insufflant constamment ses questionnements et sa patte personnelle. Une belle réussite.

- 7/10 -
Game of Thrones (David Benioff et D. B. Weiss, Saison 3) - Longtemps englué dans sa routine (la multiplicité des personnages et des intrigues donnent l'impression que rien ne se passe et que rien n'avance), la fin de saison redistribue très violemment les cartes (j'en suis encore sous le choc) et promet des choses intéressantes pour la suite, du moins j'espère.

Films revus :



Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre 2007 : Excalibur de John Boorman
Octobre 2007 : Sueurs froides de Alfred Hitchcock
Novembre 2007 : In the mood for love de Wong Kar Wai
Décembre 2007 : Barry Lyndon de Stanley Kubrick
Janvier 2008 : Le péril jeune de Cédric Klapisch
Février 2008 : Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick
Mars 2008 : A scene at the sea de Takeschi Kitano
Avril 2008 : Rio Bravo de Howard Hawks
Mai 2008 : Un conte de Noël de Arnaud Despléchin
Juin 2008 : M le maudit de Fritz Lang
Juillet 2008 : The Yards de James Gray
Août 2008 : Todo Sobre Mi Madre de Pedro Almodovar
Septembre 2008 : Sur la route de Madison de Clint Eastwood
Octobre 2008: Metropolis de Rintaro
Novembre 2008: La porte du paradis de Michael Cimino
Decembre 2008: Chantons sous la pluie de Gene Kelly et Stanley Donen
Janvier 2009: Boulevard du crépuscule de Billy Wilder
Février 2009 : Rosemary's Baby de Roman Polanski
Mars 2009: La garçonnière de Billy Wilder
Avril 2009: The Thing de John Carpenter
Mai 2009: La soif du mal de Orson Welles
Juin 2009: Il était une fois dans l'Ouest de Sergio Leone
Juillet 2009: Le mécano de la Général de Clyde Bruckman et Buster Keaton
Août 2009: Tout ce que le ciel permet de Douglas Sirk
Septembre 2009: La Vérité de Henri-Georges Clouzot
Octobre 2009: Pulsions de Brian De Palma
Novembre 2009: Missing de Costa-Gavras
Décembre 2009: Casablanca de Michael Curtiz
Janvier 2010: Eve de Jospeh L. Mankiewicz
Février 2010: Le chagrin et la pitié de Marcel Ophuls
Mars 2010: Sept ans de réflexion de Billy Wilder
Avril 2010: Ces messieurs dames de Pietro Germi
Mai 2010: La vie est belle de Frank Capra
Juin 2010: Qu'elle était verte ma vallée de John Ford
Juillet 2010: Le genou de Claire de Eric Rohmer
Août 2010: L'armée des ombres de Jean-Pierre Melville
Septembre 2010: To Be or not to Be de Ernst Lubitsch
Octobre 2010: L'aventure de Mme Muir de Joseph L. Mankiewicz
Novembre 2010: Quai des orfèvres de Henri-Georges Clouzot
Décembre 2010: French Cancan de Jean Renoir
Janvier 2011: Tous en scène de Vincente Minnelli
Février 2011: Les visiteurs du soir de Marcel Carné
Mars 2011: Madame de... de Max Ophüls
Avril 2011: A.I. de Steven Spielberg
Mai 2011: The Tree of Life de Terrence Malick
Juin 2011: Une séparation de Asghar Farhadi
Juillet 2011: L'année du dragon de Michael Cimino
Août 2011: Dersou Ouzala de Akira Kurosawa
Septembre 2011: La charge fantastique de Raoul Walsh
Octobre 2011: Le trou de Jacques Becker
Novembre 2011: Mr Smith au Sénat de Frank Capra
Décembre 2011: Une journée particulière de Ettore Scola
Janvier 2012 : La rondede Max Ophuls
Février 2012 : Elephant Man de David Lynch
Mars 2012 : Stalker de Andreï Tarkovski
Avril 2012 : La Dame du vendredi de Howard Hawks
Mai 2012 : A nos amours de Maurice Pialat
Juin 2012 : Le deuxième souffle de Jean-Pierre Melville
Juillet 2012 : Gentleman Jim de Raoul Walsh
Août 2012 : Voyage à Tokyo de Yasujirō Ozu
Septembre 2012 : Tempête à Washington de Otto Preminger
Octobre 2012 : La maman et la putain de Jean Eustache
Novembre 2012 : Van Gogh de Maurice Pialat
Décembre 2012 : Monsieur Verdoux de Charles Chaplin
Janvier 2013 : The West Wing - Saison 2 de Aaron Sorkin
Février 2013 : Andreï Roublev de Andreï Tarkovski
Mars 2013 : La maison des bois de Maurice Pialat
Avril 2013 : Les Nuits de Cabiria de Federico Fellini
Mai 2013 : The Breakfast Club de John Hughes
Dernière édition par LéoL le 1 juil. 13, 09:20, édité 10 fois.